nov 202014
 

Je vais résumer L’Anatomie politique 2. Usage, déréliction et résilience des femmes de Nicole-Claude Mathieu.

Il s'agit d'une compilation d'articles de Nicole-Claude Mathieu sur des sujets divers ; le résumé aura donc un côté très décousu.

L'étude des sociétés permet d'étudier l'omniprésence des catégories de sexe comme une dimension organisant les institutions sociales et de voir la variabilité d'une société à l'autre du contenu des caractéristiques sociales et psychologiques assignées à l'un et l'autre sexe.

L'idée d'une différence des sexes n'a du point de vue sociologique qu'une valeur descriptive ponctuelle.

Etudier les différentes sociétés illustre la fragilité des frontières entre les sexes et l'éducation et répression que cela représente d' l'utilité d'employer le mot « genre » ou « sexe social ».

Certaines sociétés admettent une différence entre le sexe biologique et le sexe social :
- les indiens berdache
- les inuit

On admet en ethnologie que l'échange des femmes via l'alliance assure aux hommes le contrôle sur la capacité de reproduction.
Tabet a montré que la fécondité n'est pas naturelle. Elle est contrôlée par de l'intervention sociale sur les corps, la sexualité et la volonté des femmes. On peut donc appliquer à la reproduction l'analyse marxiste du travail.

Les tâches sont réparties de façon artificielle. Les rôles et tâches masculines sont davantage valorisées. Les femmes fournissent l'essentiel du travail. Selon les statistiques de l'ONU, elles fournissent les deux tiers du travail humain mais touchent 1/10ème du revenu mondial. Il y a un écart technologique constant entre les outils utilisés par les hommes et ceux des femmes.

Les sociétés humaines surdéterminent les différences biologiques en assignant aux deux sexes des fonctions différentes.
Le genre s'exerce en deux lieux :
- l'organisation sociale du travail de procréation où la capacité reproductive des femmes est transformée par l'intervention sociale
- la division sociale sexuée du travail

On note aussi la différentiation des vêtements, la différentiation des comportements et des attitudes physiques et psychologiques, l'inégalité d'accès aux ressources matérielles et mentales.

Mathieu souligne la dangerosité à ne parler que de genre.
On oublie que la biologie dépend de l'environnement social ; on discrimine une femme en voyant son vagin à la naissance.
Parler de genre fait oublier qu'il y a oppression féminine ; les gender studies ne sont pas équivalentes aux women studies.
Le genre a amené la théorie féministe queer où chacun pourrait performer son genre.
Le genre privilégie l'aspect symbolique au détriment de la réalité matérielle de l'oppression des femmes.

Mathieu évoque ensuite le sexisme dans l'anthropologie.
- les activités des femmes n'étaient jamais mentionnée ou décrites
- il y a le masque du langage avec le masculin neutre
- les femmes sont invisibles en tant qu'actrices et que groupe
Rien n'est naturel chez l'humain. Les données de sexe sont transformées et manipulées. Aucune société ne vit nue ; il y a toujours des colliers, des parures. La parure est le propre de l'humain;

On modèle, manipule, modifie le corps pour en faire des corps masculins et des corps féminins. On traite de façon asymétique le corps des hommes et celui des femmes. Le corps est socialement construit chez les hommes et les femmes mais la femme l'est de façon limitative avec des entraves, des contraintes, la limitation de la nourriture, de l'espace public etc.

Le contrôle des femmes se fait :
- par des mutilations sexuelles
- des échanges économico-sexuels (les rapports entre les hommes et les femmes sont un lieu d'échange asymétrique se sexualité).Les femmes sont expropriées de leur sexualité.

Mathieu écrit ensuite un article sur Bourdieu et La domination masculine. Elle se demande s'il y aurait eu de publicité si Bourdieu avait été une femme et si le livre s'était appelé «oppression des femmes ». Les polémiques ont été occultées.
Elle montre que Bourdieu utilise les auteures qui lui ont permis d'asseoir ses thèses sans les citer : Héritier, Delphy, Guillaumin, Tabet, Mathieu. Bourdieu déforme des théories comme l'échange des femmes, les théories de Gail Rubin. Mathieu souligne le problème de l'emploi du mot « symbolique » alors qu'on parle de violences réelles. Elle montre que Bourdieu semble penser qu'il y a une symétrie et que les femmes connaissent leur oppression.

Mathieu écrit ensuite un article sur Beauvoir et la théorie de la « horde primitive » où Beauvoir dans les procréation et l'allaitement des activités naturelles et pas socialement construites.
Beauvoir pense que la fécondité empêche les femmes de travailler et que seuls les hommes chassent et pêchent et ne fait aucune allusion à la collecte de nourriture. Elle pense que la domination masculine n'existait pas à l'époque.
Elle écrit ensuite un article sur Claude Lévi-Strauss. Pour parler de sa théorie sur l'échange des femmes, il dit que les hommes ont une tendance polygame profonde via une pensée naturaliste. Des ethnies n'ont pas cette théorie ; il voit trop les hommes comme sujets et invisibilisent les femmes.

Mathieu évoque ensuite l'excision en rappelant que certains ethnologues occidentaux ont défendu l'excision au prétexte qu'il fallait sauvegarder une culture dans sa globalité, défense qui était prioritaire face au respect des femmes.
Elle fait la même observation dans un chapitre consacré à l'éco féminisme en dénonçant les campagnes qui mettent au premier plan la défense de l'environnement sans déconstruire la division du travail entre les sexes alors que les femmes en sont les pus touchées.

Mathieu parle du consentement et rappelle que pour que le dominé consente, il faudrait qu'il ait une conscience identique chez le dominé et le dominant avec la même connaissance des termes du contrat. La domination se construit sur la violence et le mensonge.
La limitation de la conscience de soi des femmes se fait par
- des contraintes physiques
- un travail continu
- la sous-nutrition
- la fatigue provoquée par l'élevage des enfants
- le désarmement des femmes en leur empêchant d'avoir des armes et en leur interdisant de se défendre.
- interdiction d'utiliser l'espace public
- utilisation de sévices et de viols dans les familles

Il y a une appropriation collective et privée des femmes.

Mathieu étudie ensuite le mythe du matriarcat.
Elle définit le terme « matrilinéaire » : un individu est défini par sa mère et le terme « matrilocal » ou « uxorilocal » : les individus après le mariage vivent près de la famille de la mère.

Il y a 50 ans il a été estimé que les sociétés matrilinéaires représentent 15% de l'ensemble des sociétés et que les sociétés à la fois matrilinéaires et matrilocales en représentent 7%.
Au XIXème siècle, il a existé un mythe du matriarcat primitif c'est-à-dire de sociétés où les femmes avaient le pouvoir en tant que mère. Or les sources ne permettent pas de le prouver.
Pour Mathieu on sous-estime le pouvoir structurel des hommes ; par exemple les khasi les femmes transmettent les terres aux filles mais sous le contrôle des frères et du mari car les femmes sont considérées comme plus faibles. Les femmes sont également exclues des assemblées politiques. A l'heure actuelle, des groupes d'hommes khasi, qui ont exclu les femmes de leurs discussions souhaitent exclure de la société les femmes khasi qui auraient épousé un non khasi ainsi que leurs enfants. La responsabilité du lignage est toute entière portée par les femmes. Dans toutes ces sociétés, matrilinéaires et matrilocales, les femmes ont la aussi l’obligation de la maternité et à l'hétérosexualité.

TumblrPartager

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.