mar 132010
 

C’était le bon vieux temps. On pouvait parler bougnoules, nègres et autres youpins sans que cette plaie droitdelhommiste gauchiste fan du politiquement correct lie les langues, achète les juges, tous franc-maçons.
Il fallut donc inventer une novlangue, refuge des esprits droits, des vrais français et des libres penseurs.
Je vous propose donc une initiation sur plusieurs niveaux afin d’acquérir les quelques fondamentaux indispensables à une bonne compréhension des propos des rares résistants français.

Niveau 1 : les fondamentaux :

CPF : Chance pour la France. Personne au taux de mélanine plus foncé que la normale (étalon maître ; le blanc).
Exemple ; "ah les Mohamed c’est vraiment des CPF".
Notre libre penseur maitrise à la perfection l’antiphrase ; il exprime ainsi son désaccord face à la pensée gaucho franc-maçonnique, qui voit forcément, en tout basané, un homme bon.
NB ; l’expression est une reprise ironique du livre de Bernard Stasi (1985) "L’immigration, une chance pour la France"


BBR : Bleu blanc rouge.
Personne pouvant prouver sur 50 générations qu’il a toujours été français, soit blanc et catholique.
Exemple : "Mohamed n’est pas un BBR".

FDS : Français de souche. Nous appliquerons la même définition que pour le BBR.

Suédois : arabes et noirs. La censure stalinienne pratiquée par les journalistes de gauche – pléonasme – obligent à des circonvolutions verbales. Un peu d’humour n’a jamais nui dans une saine discussion politique ; c’est ainsi qu’est né le terme suédois.
Exemple "ah des voitures ont brulé ? Encore un coup des suédois".

Niveau 2 : les dialectes locaux

HH : Heil Hitler. Salut entre résistants défenseurs de la race blanche.
Exemple : "Salut les gars ca va, j’ai mangé un cassoulet ; au fait HH."

88 : le H est la 8eme lettre de l’alphabet. La même explication qu’au dessus prévaut.
Exemple : "Je ne comprends pas pourquoi mon pseudo Adolf88 a été censuré".

Niveau 3 : Les concepts

dhimmitude : attitude consistant à tout accepter de la part des barbares musulmans du quick hallal à la burqa sans sortir son arme secrète, le rôti de porc.
Exemple : "lui il tend le cul face aux CPF ; c’est vraiment un dhimmi"
NB : un dhimmi est une personne non musulmane vivant dans un pays musulman où il a certains droits et devoirs. Le partisan de la novlangue estime que nous vivons dans un pays islamisé où les non musulmans n’ont plus aucun droit.

Islamogauchisme. Personne suspectée de sympathies avec les islamistes soit par intrinsèque naiveté, soit par bêtise.
Exemple : "Valerie est une islamogauchiste elle sera tondue".
NB : les novlanguiens supposent que la gauche angélique, a toutes les excuses à offrir aux musulmans ( = CPF), se couche devant eux et finit par leur vendre la France.

Sioniste : sens ambigu.
1. Désigne normalement une personne soutenant le projet sioniste
2. Désigne parfois les gens dominant le monde, ayant l’argent, les femmes, le beurre et plein d’autres trucs, donc les juifs. Il conviet de répéter le plus souvent le mot afin de lui donner davantage de force. Bonus ; il peut s’écrire SioniSSte .
Exemple : "Le massacre rwandais c’est les sionistes et si t’y crois pas tu es lobotomisé par les média sionistes. Non j’ai pas de sources vu que la censure sioniste s’exerce."

Parler vrai : évidences qu’il faut tenter de formuler malgré la pensée boboïsante ambiante.
Exemple : " Les gitans sont une plaie pour la France".

Démagogue : celui ou celle  qui nie le parler vrai.
Exemple : "Valérie est une démagogue".

Niveau 4 : application des niveau 1, 2 et 3

Politiquement correct : islamogauchiste affirmant que le BBR est égal au CPF tant il est devenu un dhimmi.
NB : le politiquement incorrect est devenu aujourd’hui le vrai droit à l’intolérance et à la haine.
Exemple : "les CPF sont tous des exciseurs batteurs de femmes vivant d'allocs mais ca c'est pas politiquement correct de le dire".

Juge, avocat : femme franc-maçonne mal baisée passant son temps à libérer des CPF

UMPS : émanation politique stalinienne tendant à distribuer l'argent du contribuable, à libérer des CPF, à ne pas respecter les droits des FDS, tout en appliquant des mesures sociales politiquement correctes.
Exemple : "Sarkozy c'est vraiment un communiste".

=====

Rajout. (après une mésaventure sur twitter)
Second degré : écrire de très vilaines choses avec des indices gros comme une maison pour montrer qu'on n'est pas d'accord.
Exemple  : cet article

TumblrPartager

  72 réponses sur “Apprentissage d’une novlangue”

  1. "langue de bois" ou "position totalement idéologique" : "tout ce qui ne correspond pas à mon idéologie à moi, que je crois pragmatique mais qui n'est en réalité qu'opportuniste"

    (vécu, et hélas par quelqu'unE de trop influentE dans une lutte sociale bien précise)

  2. Bien vu. Ne regardez pas tout de suite, mais il manque le terme « Décomplexé »... (je vous laisse le soin de le définir, je dois retourner vomir par la fenêtre).

  3. "Rajout. (après une mésaventure sur twitter)
    Second degré : écrire de très vilaines choses avec des indices gros comme une maison pour montrer qu’on n’est pas d’accord."
    Assez incroyable d'en arriver là quand même, quand les gens réfléchiront-ils TOUS un minimum avant de se laisser piétiner par leurs passions...?
    Très bon article; on retrouve exactement la langue en usage dans les commentaires du site du Figaro, et dans tant d'endroit d'ailleurs. Affligeant.

  4. willenave et Vincent : bienvenue :o )

    Ah oui décomplexé ! exact !
    Vincent ; en fait je peux comprendre la réaction que j'ai subie (cela n'est pas la première fois j'ai fait un article sur les idées reçues sur les juifs et il y a eu également des soucis). Je commence mon article par trois mots extrêmement violents, je me suis d'ailleurs demandée si je les écrivais parce que je considère que les employer, même pour "la bonne cause" est toujours leur donner une existence. Et donc si tu débarques ici, que tu lis l'article à l'arrache (comme sur 99% des blogs) tu le penses profondément raciste.
    La complexité quand on écrit ce genre de choses c'est de se demander qui va lire ; les clés que je donne me semblent claires, mais c'est mon humour, mon ironie qui ne sont pas celles de tout le monde.

    donc en clair cet article est casse gueule :)

    GM ; je vois de quoi tu parles... c'est dur en ce moment ?

  5. C'est vrai que de prime abord, ça déstabilise. Surtout que le web-design de ce site (que je découvre à l'occasion, bravo) évoquerait plus facilement la bonne vieille France réac que les gauchisses droidelomissses... :-)

    [Au fait, si l'infiltration islamo-gauchiste se cache même sous les papiers-peints à pois et les recettes de crêpes maintenant, mais où va-t-on ma bonne dame, je vous le demande ?]

  6. willenave ; ah moi et le kitsch c'est une immense histoire d'amour. Et le kitsch est proche du réac parfois ; si je vous exhibais ma collection de grottes de Lourdes en plastique phosphorescent, vous prendriez peur.
    Mais le design va bientôt changer (pas en "mieux").

    Je reviens sur le terme CPF. Très paradoxalement ce terme me semble autant sinon plus violent que les bougnoules et autres nègres. Celui qui emploie le terme CPF l'emploie en général pour désigner une personne au prénom ou nom considérés comme non français. Tous les prénoms "non francais" font donc l'immigré. L'immigré (comprendre celui qui vient du sud ou de l'est) est forcément un poids pour la France ; il va lui couter de l'argent, être délinquant.
    Nous ne sommes plus guère - hormis sur les forums directement neonazis - sur un racisme biologique. Nous sommes passés sur un racisme culturel. on ne dira plus que le noir vole parce qu'il est noir, mais parce que dans sa culture, on élève mal les enfants ou on incite au vol. cela semble moins grave - et cela passe à l'heure actuelle très bien - mais c'est tout aussi raciste.

    On peut à ce sujet noter quelque chose. Il y a peu un homme a décapité sa femme et a été condamné. Il avait un nom "bien dchez nous". Les commentateur ont évidemment condamné cet acte et cela s'est arrêté là. La même personne qui commet un acte du genre en s'appelant Mohamed ou Diallo est aussitôt ramené à sa culture.
    C'est doublement raciste :
    - on suppose qu'il y a des culture (inférieures à la nôtre fort civilisée) où l'on décapite
    - c'est la porte ouverte pour trouver des excuses à ce genre de comportements. Il y a d'ailleurs eu un cas en Allemagne je crois où la juge a estimé qu'un homme coupable de coups et blessures sur sa femme était en quelques sorte mu par sa culture d'origine donc en quelque sorte irresponsable.

    Je ne dis pas que la culture d'origine ne peut servir à expliquer les choses. Une femme qui fait exciser sa fille ne le fait pas pour les mêmes raisons qu'un sadique quelconque. On peut en tenir compte, ne serait ce que pur réhabilitation ultérieure et surtout la non-récidive.

  7. Au passage, c'est marrant quand on me parle d'incompréhension ou d'intolérance face au second degré, ch'sais pas pourquoi mais je pense aux chiennes de garde...

  8. Tu penses à Saez ? attends je vais rédiger un truc et on en reparle ok ?

  9. Alors, ça vient ton article sur Saez ?
    Rogntudjuuu!
    Les lecteurs s'impatientent et M. De Mesmaeker va arriver avec ses contrats. Je veux ton article sur mon bureau avant-hier au plus tard.

  10. Le blog des "Consanguins", devenu privé depuis quelques semaines, avait rédigé un lexique hillarant sur cette novlangue. Ses rédacteurs trainent sur le "Fafbook" de Brave patrie.

    Allogène : désigne les légions indicibles, les multitudes chtoniennes, le raz-de-marée terminal qui menace d’étouffer nos petits villages de gaulois résistants : les intifadistes à ghettoblaster qui ont envahi nos riantes banlieues, écrivent au marqueur sur nos coquettes demeures et nos charmants métros d’étranges signes cabalistiques que nous soupçonnons d’invoquer le Malin. Les allogènes égorgent les moutons, mangent les enfants et rongent les câbles électriques, ils distillent une philosophie leucophobe essentiellement exposée dans des morceaux de rap dont les paroles antifrançaises nous permettent de hululer notre propre haine à longueur d’éditos. En tant que métatag, le terme signale à coup sûr un site consanguin.

    Altermondialiste : ultime insulte ou presque. Son sens n’est pas éloigné de celui de « lépreux ». Ne jamais oublier que tout gauchiste en est un.

    Assistanat : welfare state = socialisme = collectivisme totalitaire et brutal = laxisme nihiliste = voyoucratie de zone défavorisée = trafics de drogue = vols de berlines en quartier latin = chute de l’Oxydant = satanisme sodomite (cf. ce mot).

    Auschwitz : la conséquence ultime du triomphe de trois courants idéologiques : le marxisme, la psychanalyse freudienne et le darwinisme. Pas grand-chose à voir avec le national-socialisme, donc. Peut servir de thème de dictée dès le CM1.

    Apparatchik : cf. Bureaucrate

    Bureaucrate : cf. Apparatchik. 

    Banlieusards : ce sont des Talibans.

    Bobo : Quiconque n’adopte pas la pose du "résistant" blanc, néoconservateur ou nanar de droite, est un bobo. Les 9/10e de la population Française Monsieur, tous les bobolchéviques, l’intelligentsia culturelle, les ouvriers non qualifiés, les lycéens, les écrivains, les cinéastes, les journalistes, sont tous à des degrés divers, des "bobo". Synonyme consanguin de « mort-vivant ». En bref, nous vivons dans « Thriller » du soir au matin.

    Bourgeoisie : c’est surtout un fantasme de cocos bobos.

    Catholique : le Petit Consanguin, qui s’invente des interlocuteurs à sa taille, n’aime pas qu’ « on » dise que tout catholique est forcément un raciste. Personne n’a jamais prétendu ça, car personne n’est aussi couillon que le Petit Consanguin, mais allez lui expliquer ça. Son hobby : expliquer qu’en occident, un blanc catholique amateur de pinard, télévore et lecteur de vieux réacs momifiés, est une espèce en voie de disparition.

    Communisme : on est en plein dedans, et on le sait pas !

    Contre-Tradition (la) (ou Révolution Permanente) : esprit post-soixante-huitard se perpétuant depuis 1789 (si, si), cumulant Ethnomasochisme, Tiers-Mondisme, Islamidolâtrie, trahison militaire, sexualités déviantes, arts dégénérés, cosmopolitisme multiculturel, antiracisme dictatorial armé et violent, libéralisme anarchiste, IVG, apologie des drogues, grèves, canicules, partouzes, panaris, ongle incarné, mycoses, satanisme et vaudou à la strychnine. 

    Déviance : terme que le Petit Consanguin, malgré son prétendu anti-totalitarisme revendiqué, aime beaucoup employer pour désigner « les autres » (donc les gauchistes, les communistes, les libéraux, les libertaires, les étrangers, les musulmans, les homosexuels, les beatnicks, les drogués, les bobolchéviques, les supporters du club de foot d’en face, le dentiste indien, la voisine.. et peut-être aussi cet enculé de Jean-Claude qui a épousé une péruvienne).

    Ethno-différentialisme (ou ethno-pluralisme) : En quête de bons sentiments, le petit consanguin finit généralement par se sentir un peu con avec ses préjugés racistes ; fastoche, il lui suffit alors de se dire ethno-différentialiste, contre le métissage mais dans le respect des identités. A l'aise dans ses charentaises, le consanguin rêve d'une planète sédentarisée, parsemée de peuples tranquilles, apaisés dans un sain enracinement. C'est sa vision à lui de la magie du terroir et des plaisirs authentiques. Ça dégouline de générosité moisie, les hobbits ne sont pas loins... Rassurez-vous : hors caméra, dans l'intimité virile des réunions militantes, et avec quelques grammes d'alcool dans le sang, ce joli discours soigneusement packagé se dilue immanquablement comme un flan au soleil, laissant fièrement la place à de bonnes vieilles blagues foireuses sur les reubeus, les feujs ou les noichs.

    Hype : La « hype » c’est l’agitation médiatique autour d’un bouquin qui n’est pas de Dantec, d'une émission sans Eric Zemmour ou d'un blog qui ne parle pas de l'islamo-gauchisme.

    Individualisme : le Petit Consanguin s’insurge contre, presque autant qu’il s’insurge contre le communisme, son frère ennemi, car voilà, nous sommes pris dans la « théorie universelle unifiée » et seuls quelques individus désintéressés savent aujourd’hui recueillir les miettes des Divines Vérités que le monde refuse d’entendre. C’est là tout le message du Petit Consanguin, il n’en a pas d’autre.

    Islamiste : musulman de souche.

    Mai 68 : un mythe abject destiné à faire enfler le ventre de quelques sociologues. L’on ne dira jamais assez combien Mai 68 a mutilé la France Monsieur ! Mai 68 est directement à l’origine de nos fléaux, les professeurs marxistes, les files de chômeurs, le laxisme scolaire d'obédience marxo-léniniste, les associations anti-racistes, les night-clubs lesbiens, les parachutes dorés des managers, le culte de l’argent roi, la spéculation financière, la "World Global Partouze", la jouissance ostentatoire, les yachts et… euh… nan, pas les yachts.

    Marxisme : un des responsables directs d’Auschwitz (avec le darwinisme et la psychanalyse). Révolte aveugle contre la Tradition. Infatuation de l’homme. Volonté de niveler la société par le bas. Synonyme d’anarchisme, altermondialisme, etc. Manoeuvre de diversion : marxisme = goulag, point godwin inversé.

    Modernité : quiconque demande au Petit Consanguin de s’expliquer un peu plus clairement sur ses convictions et de parler de ses engagements, au-delà de ses professions de foi cathos, en est pétri. Hydre à 5 têtes qui harcèle Alain Finkielkraut toutes les nuits.

    Néant idéologique : désigne tout thèse sociétale qui n’inclut pas les concepts de « tradition », « sang », « sainte », « charter », « décadence nihiliste post-historique », « noblesse », « bière », « harley davidson », « espace vital », « ordalie », « pont-levis » et « écrouelles »

    Nivellement : vouloir combattre matériellement la pauvreté revient à vouloir niveler la société, à la rendre collectiviste et à finir par organiser des pogroms, c’est évident. Il faut bien sûr se pencher sur les pauvres, mais en pensée seulement, car c’est de nourriture spirituelle qu’ils manquent… que nous manquons tous.

    Obligatoire : tout ce que le Petit Consanguin n’aime pas, tout ce qui l’énerve, tout ce qui est contraire à ses croyances et à ses dogmes, est par définition « obligatoire ». Fête obligatoire, tolérance obligatoire, antiracisme obligatoire, progrès obligatoire, lois obligatoires, sexe interracial obligatoire, mariage biconfessionnels obligatoires, homosexualité obligatoire, etc. Ainsi, le Petit Consanguin peut se réjouir et se vanter (tout seul dans son coin) d’être le seul vrai démocrate dans ce monde d’apparatchiks nihilistes, et le seul vrai rebelle dans cette époque de conformisme tiède.

    Police de la pensée : désigne l'organisation paramilitaire ultra-violente qui sévit en France, notamment, et qui persécute les consanguins. La Police de la pensée empêche quiconque de lire Giraudoux ou Céline, a remplacé le planning familial par le métissage obligatoire dès l'âge de 16 ans, tabasse nos scouts dans les commissariats, harasse tout homme blanc en costume de contrôle d'identités, enrôle nos enfants dans des centres d'endoctrinement communistofestif, contraint les bons chrétiens à prier tournés vers la Mecque, oblige les petites filles à porter le voile, etc, etc.

    Rioufol 500 : anxiolytique islamophobe à fort taux de conservateurs. Posologie : un édito par jour. Effets secondaires : hémorroïdes, atrophie du foie, psychose meurtrière, mauvaise haleine.

    Vagin : le Mal absolu.

  11. candy : mdr :)

    Niafron : merci pour le fou rire.
    sur "Marxisme : un des responsables directs d’Auschwitz"
    J'ai un bouquin d'un académicien français écrit vers 1938. Il explique que certes Hitler y va un peu fort mais quand même c'est le rempart contre la perte judeo-marxiste. et ca c'est quand même très bien.

    sur
    Vagin : le Mal absolu.
    pas tout à fait.
    je dirais plutôt : organe dont se sont emparés les féministes, en y mettant des pièges à loups.
    Instrument par lequel les CPF comptent implanter l'islam en France. Cet outil, utile au demeurant pour la reproduction du FDS, mérite une surveillance de tous les instants ; les femmes FDS ayant une fâcheuse tendance à le confier à n'importe qui, y compris à des CPF.

  12. valerie : Oui, la bataille fait rage en ce moment.

  13. Eh, il manque Frankistan ! Allez, je m'y colle :

    Frankistan : Contrée totalitaire dans laquelle Petit Consanguin tente de survivre au prix d'une angoisse folle qui le pousse à dire des bêtises. Politiquement parlant, mélange d'Albanie vintage et de République Islamique. (cf. : Islamogauchisme).Petit Consanguin est sincèrement persuadé d'y vivre. J'vous jure.

  14. BBR: et ceux qui sont protestants, ils peuvent pas y prétendre?

  15. Protestant, c'est pas très catholique si ? :p

    CSP : yo :o ).

    On a oublié Ripoublique. De république et ripou donc. Lieu auparavant indo-européen, maintenant gouverné par des ploutocrates qui ne font que s'en mettre plein les poches (sauf le BBR JMLP) en filant notre argent aux CPF.

    "Petit Consanguin est sincèrement persuadé d’y vivre. J’vous jure."
    il y a un sketch de Tomer Sisley qui dit qu'il adore écouter les antisémites car avec eux, il est milliardaire. Moi j'adore les BBR ; avec eux je me crois dans un pays gouverné par les femmes sous un régime communiste.

  16. Excellent !C'est vrai que c'est casse-gueule, fallait oser, mais c'est très réussi !

    Je suis arrivé ici via l'article sur Saez, que j'ai trouvé très bien aussi, et maintenant celui-ci. Je crois que je vais rester un peu.

  17. merci sammy et bienvenue :)

  18. A propos de "décomplexé", j'ai entendu ce matin sur France Info un mec de l'UMP nous inciter à voter pour eux, sinon l'opposition serait "encore plus décomplexée".

    Merde, voilà qu'on peut dire "décomplexé" avec une connotation péjorative? Je m'y perds.

  19. c'est ca la joie de la novlangue ; ils changent le sens des mots quand ca leur chante.

  20. V: dans ton dico de la novlangue, en lien avec le sujet précédent sur le politiquement correct, tu as oublié de citer et définir le terme d'incivilité, euphémisme qui est devenu d'un usage courant pour ne pas risquer de déraper(mot également très en vogue en ce moment)et qui donne toute sa dimension au com de candy says que moi aussi je voudrais distinguer en lui décernant la palmes de com qui valide le plus ce qu'il déni.

  21. sauf qu'incivilité fait pas partie de la novlangue d'extreme droite ! :)

  22. je n'ai pas pu imaginer une seconde que ton billet soit scandaleusement partial:)

  23. Max, tu penses que mon commentaire valide le politiquement correct ?

    Soit j'ai mal compris, soit je te serais reconnaissant de développer un peu.

  24. max ; je ne suis jamais partiale :p

  25. candy says: d'abord, excuse moi pour cette interpellation indirecte, ça n'est pas une manière équitable de procéder donc sorry. pour préciser mon propos, je pense que ton commentaire mets en oeuvre et donc illustre parfaitement les mécanismes du politiquement correct à savoir la disqualification intellectuelle de l'interlocuteur, l'infamie et enfin l'insulte avec un attrait particulier pour tout ce qui est attaché à l'imagerie fécale.De plus, le décompléxé est si perfide qu'il a imaginé le concept du politiquement correct pour justifier toutes les transgressions, se posant comme victime. Sans doute Jean-claude gayssot était un agent infiltré de la réaction rasciste Française!et que sa loi sur la pénalisation des propos était un service commandé.

  26. @ Max

    Disqualification intellectuelle de l’interlocuteur ?
    Bof, bof. Zemmour se disqualifie très bien tout seul, à mon avis.

    La différence entre Zemmour et ses contradicteurs, c’est que ceux-ci comprennent très bien ce que dit Zemmour et lui répondent en utilisant des arguments, tandis que le contraire n’est pas vrai. Il se réfugie derrière l’invocation du « politiquement correct » pour ne pas avoir à leur répondre sur le fond, ce dont je ne le crois pas capable.
    Pour le comparer avec un autre idéologue réactionnaire, je crois Alain Finkielkraut suffisamment intelligent pour comprendre les arguments qui lui sont opposés. Dans ce sens, il est plus retors que Zemmour lorsqu’il se drape dans une attitude prétendument rebelle et anticonformiste pour ne pas être acculé à admettre ses propres erreurs et contradictions.

    Tu dis que « le décompléxé est si perfide qu’il a imaginé le concept du politiquement correct pour justifier toutes les transgressions, se posant comme victime. »

    Il y a une page assez complète sur le sujet sur Wikipédia ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Politiquement_correct ), dont voici un extrait :

    « Contrairement à ce que disent nombre de contempteurs du politiquement correct des pays francophones d'Europe, cette expression n'a jamais été en usage aux États-Unis parmi les groupes supposés être tels en une acception positive. Il semble qu'elle fut en usage à la toute fin de la décennie 1970 et au début de la décennie 1980 dans des groupes libéraux (dans l'acception américaine du terme) ou de gauche, pour tourner en dérision certains excès observés dans leurs propres groupes, mais son utilisation pour qualifier spécifiquement des groupes censés vouloir exercer une certaine police des mœurs et épurer le langage d'expressions et de termes jugés choquants ou dévalorisants fut dès le départ un usage propre à certains conservateurs, en général proches des administrations républicaines de l'époque (administrations Reagan et Bush père), bien que plusieurs aient été plutôt proches du parti démocrate. »

    Ce que tu exprimes de façon sarcastique n’est que la description objective de l’origine de l’utilisation de cette expression dans le but de dénigrer les idées progressistes.

    Ceci étant dit, je suis le premier à m’opposer à certaines formes de censure bien-pensante, quand bien même elles partiraient d'une bonne intention et concerneraient des sujets qui me touchent directement.

    Dernière précision : le ton de mon commentaire incriminé était plutôt sarcastique qu’insultant et je n’ai pas l’habitude de pratiquer l’autocensure, ce que Valérie pourra te confirmer.
    Cette référence aux excréments était une métaphore, peu subtile, j'en conviens, de la propension des réactionnaires bas du front à se complaire dans cette émanation de leurs propres limites intellectuelles.

  27. même si le concept est apparut aux EU et qu'il a donné lieu aux usages que tu rapportes, il n'est pas interdit de s'en affranchir et qu'il ai une autre portée(autonome) en France.Or , nous parlons de la société française et pas de la société américaine.
    "Disqualification intellectuelle de l’interlocuteur ?
    Bof, bof":"la propension des réactionnaires bas du front à se complaire dans cette émanation de leurs propres limites intellectuelles.";)

  28. C'est un peu facile : une partie de la société française reprend servilement un concept étatsunien, mais on ne peut pas s'appuyer sur la signification qu'il a dans son pays d'origine pour le critiquer ?

    Pour le second point, j'ai dit clairement que je pense que Zemmour est incapable de répondre de façon argumentée aux critiques qui lui sont opposées. J'ai écouté ce qu'il disait, c'est d'une médiocrité confondante.
    Et ensuite ? Je suis censé le trouver intelligent, intéressant et pertinent ? Ou bien me taire si ce n'est pas le cas ?

    Si tu insinues que je devrais argumenter sur le fond de la « pensée » de Zemmour, sache que je m'exprime à longueur de commentaires, entre autres sur ce blog, bien souvent sur des sujets dont il a fait ses chevaux de bataille.

  29. On reprend.
    Tout se passe comme si la France avait tjs été antiraciste, antisexiste et muselée dans sa liberté de parole.
    je le répète cela ne fait que 20 ou 30 ans.
    c'est le grand paradoxe des chantres du "politiquement incorrects" que de nous faire croire le contraire.
    is ont le droit de s'exprimer ; mais surtout pas de jouer sur la corde de la liberté d'expression censurée.
    TOUS les jours j'entends des propos sexistes ; donc quand Zemmour tente de me faire croire qu'on tient la France c'est juste une plaisanterie.

    et quand je dis que les gens que je lis à longueur de journée n'emploient cette expression que pour sortir de immondices cela n'est pas une plaisanterie.

  30. Mais qui c'est cette Valmérie qui apparait à tout bout de champ dans ce texte !! Faut la retrouver et la pendre haut et court sinon, elle va pas la vendre, elle va la donner, la france, NOTRE france !!!

  31. Non, laissez tomber, ne réagissez pas, c'était juste de l'humour.

  32. "si je vous exhibais ma collection de grottes de Lourdes en plastique phosphorescent,"
    Ouahhh ! si tu nous montres tes grottes de lourdes en plastique, je te montres ma collection de boules à neige !!!

    *****

    Au passage, c’est marrant quand on me parle d’incompréhension ou d’intolérance face au second degré, ch’sais pas pourquoi mais je pense aux chiennes de garde…
    Ah bon ? Qu'est ce qui peut bien te faire dire que les chiennes de garde manquent d'humour ? Alors là, je ne vois vraiment pas. Ben oui, l'extrémisme, ça existe aussi les féministes. Fort heureusement, ça n'est qu'une faible minorité.

    *****

    Niafron | 15/03/10 | 10 h 51 min$*

    Whaouh, tu t'es bien laché sur ce coup là ! joli !

    *****

    valerie | 16/03/10 | 15 h 38 min
    sauf qu’incivilité fait pas partie de la novlangue d’extreme droite !
    Tss ! tss ! Valérie. On ne dit pas extrême droite, mais vraie droite, nuance !

    *****

    "Tout se passe comme si la France avait tjs été antiraciste, antisexiste et muselée dans sa liberté de parole.
    je le répète cela ne fait que 20 ou 30 ans."

    Ah bon, t'as l'impression que la France est devenue antiraciste et antisexiste depuis 20 ou 30 ans ? T'as de la chance. J'ai clairement l'impression inverse… J'ai du mal comprendre.

    *****

    N.B. : deux de ces 5 commentaires ne sont que pur humour ou ironie, les autres sont sérieux. A vous de choisir lesquels.

  33. "Ah bon, t’as l’impression que la France est devenue antiraciste et antisexiste depuis 20 ou 30 ans ? T’as de la chance. J’ai clairement l’impression inverse… J’ai du mal comprendre."
    non. je dis qu'il y a des lois sur le sujet depuis peu de temps. Il faudrait que je vous ressorte des analyses des années 50 sur les arabes par l'école de psychiatrie d'Alger par exemple. il n'a pas toujours été interdit de tenir des propos racistes ; c'est tout ce que je dis. en aucun cas, evidemment le racisme n'a disparu !

  34. Ok, je comprend mieux.

    au niveau des lois, c'est vrai que ça a un peu évolué. Au niveau des mentalités, par contre, il reste un paquet de chermin à faire.

  35. On a oublié le mot communautarisme. Apparemment est communautariste tout CPF ou suédois ne mangeant pas de porc, portant encore parfois le boubou/djellaba, appelant sa fille Zhora et non Sylvie, parlant sa langue maternelle à ses enfants, persistant à pratiquer la religion d'origine voire poussant le vice jusqu'à épouser un/une corréligionnaire/CPF et non un BBR histoire d'achever l'alpha et l'oméga de notre société une parfaite assimilation. Regardez Sarko, lui au moins il a a pas apelé ses gamins Miroslav ou Piotr. N'est pas valide pour un français d'origine américaine : peut appeler son môme Bruce, aller au temple protestant, bouffer du hamburger, parler anglais à sa descendance...

    Pour la psychiatrie raciste , trouvé sur Rue89
    "Cela ne se passait pas en Allemagne dans les années 30, mais en France, jusqu'au début des années 70. Voici ce que l'on pouvait lire alors dans le « Manuel alphabétique de psychiatrie », un ouvrage destiné aux étudiants-psychiatres français :

    « Les indigènes de l'Afrique noire se rapprochent dans une large mesure de la mentalité primitive. Chez eux les besoins physiques (nutrition, sexualité) prennent une place de tout premier plan ; la vivacité de leurs émotions et leur courte durée, l'indigence de leur activité intellectuelle, leur font vivre surtout le présent comme des enfants. »

    Ce manuel, édité par les Presses universitaires de France, avait été rédigé sous la direction du Professeur Porot, le fondateur de « l'école psychiatrique d'Alger » où, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie en 1962, on enseignait ceci :

    « L'indigène nord-africain, dont le cortex cérébal est peu évolué, est un être primitif dont la vie essentiellement végétative et instinctive est surtout réglée par le diencéphale. »

    et cela :

    « Hâbleur, menteur, voleur et fainéant, le Nord-africain musulman se définit comme un débile hystérique, sujet de surcroît, à des impulsions homicides imprévisibles. »

    là ;
    http://www.rue89.com/2010/03/23/zemmour-vire-du-figaro-dans-ses-propos-linconscient-colonial-144138?page=16

  36. Ah oui cool, donc en fait le communautarisme n'existe pas, et il n y a pas de corrélations entre délinquance milieu social et immigration.
    Ravi de le savoir je dormirais mieux ce soir.

  37. Resh : Si si, le communautarisme existe : chez les fafs de ton genre, forces vives de de l'"identité nationale" (= lutte des classes raciste). Et pour ce qui est de corrélation délinquance/milieu social/immigration je te conseille de jeter un oeil ou deux du côté du Hongrois de Neuilly qui vide les poches du Peuple pour remplir celles du MEDEF tout en se sucrant au passage.

  38. Rhalala, les gens, de droite comme de gauche du centre ou d'ailleurs, ont une telle tendance naturelle à céder aux préjugés et à mettre les gens dans des cases que ca ne me surprends même plus.
    Faf et communautariste... si tu savais où et avec qui je vis tu comprendrais pourquoi je me marre bien en lisant ca

  39. @ Resh
    Sur le communautarisme, danger majeur our l'identité de la france, il va d'abord falloir, avant d'invoquer ctte notion à tout va la préciser un peu :
    quelles en sont ses modalités précises, soit quels comportement et pratiques sociales sont communautaires
    en quoi ce pratiques menacent la France, son identité, sa culture, son pacte social.

    Bref un "suédois" fréquentant sa mosquée, mangeant du tajine, marié à une "suédoise" et ayant prénommé sa fille Zorha/Fatout, portant parfois la djellaba/boubou mais respectant la laïcité aoinsi que les lois françaises, et convaincu de la pertinence de notre devise est-il dangereux pour notre culture/identité. Si oui, en quoi ? Par quels phénomènes son comportement constitue-t-il un danger, et tout ça concrètement.

    Ou ai-je parlé de la criminalité des gens issus de l'immigration (bref des basanés frisottés, parce l'issu de l'immigration blondinet, on ne le repère pas trop) ?
    A ce sujet, à lire :
    http://www.rue89.com/2010/03/19/noirs-arabes-et-delinquance-retour-sur-zemmmour-143594

  40. et un article intéressant de plus sur les propos de Zemmour. BOn OK, il vient d'un site islamogauchisssss
    http://www.lmsi.net/spip.php?article1023

  41. Le danger c'est de copier une fois de plus le modèle américain, ce salad bowl, héritier de leur melting pot, qui contrairement à chez nous, n'a jamais pu marché chez eux. 20 générations entre blancs noirs et latinos, et toujours très peu de métissage, des tensions interethniques, des gangs et des émeutes raciales qui reviennent périodiquement...
    Aux USA même les descendants d'irlandais ou d'italiens en sont encore à ces dissociations, en France les immigrés italiens, espagnols, portuguais ou polonais se sont vraiment mélangés aux autres français, alors désolé de croire que c'est aussi possible pour les immigrés d'afrique ou d'asie, malgré la religion, désolé d'espérer que dans quelques générations, tout le monde sera métissé.

  42. Quel est le rapport entre des gens qui continuent à être musulmans, à bouffer du foutou en portant parfois une djellabah, à ne appeler leurs mômes Patrick (quoique merde patrick ça m'a pas l'air bien bien français cette affaire) et les guerres de gang, tensions inter ethniques et les émeutes raciales ????

    Bref, aucune réponse aux questions que je pose.

  43. j'ai parlé de communautarisme moi. Aucun rapport effectivement avec qui ils prient, ce qu'ils bouffent, ou quelles fringues ils portent. Tant que ce n'est pas pour se cramponner à un groupe culturel et regarder les autre de travers.

  44. Ben justement je pose la question de ces fameuses pratiques communautaristes qui menacent la république française et pourraient mener au chaos américain. Quelles sont-elles ? Jamais on ne le dit. Et ont-elles vraiment cours en France ? Si oui quelle est leur ampleur ?

    Ce n'est qu'une fois que l'on a répondu à ces questions que l'on peut débattre de communautarisme.

  45. T'as souvent vu des noirs et des arabes se marier ou même sortir ensemble par exemple ?
    La dernière fois que j'ai vu une fête d'anniversaire dans mon quartier, 150 invités, que des jeunes, que des maghrébins, pas un noir, pas un blanc, sauf ceux qui comme moi faisait le service.
    Des bandes black blanc beur j'en voit plus depuis 98, dans les rues de ma ville, y a plus que des bandes de blacks tout court, des reubeus bossent ou étudient par là mais vont vivre ailleurs.
    J'ai un copain juif, pourtant très proche d'un musulman, mais je suis tombé de haut quand via facebook j'ai vu qu'il ne trainais que dans des soirées "feujnight" "Paris Jewish Community" ou "Etudiants juifs de France"
    Bref... je pourrais continuer longtemps comme ca, le communautarisme est très présent, et à Paris plus qu'ailleurs.
    Le problème, c'est que ce ne sont pas des pratiques qui mènent à un état d'esprit, mais un état d'esprit qui mène à des pratiques communautaires, Et cet état d'esprit né du discours ambiant, à commencé par le refus d'une identité nationale qui soit plus forte que les différences culturelles entre communautés.

  46. Une fois de plus il faut d'abord connaître l'ampleur de ces pratiques (quelle proportion de gens issus de l'immigration elles concernent) et jusqu'ou va cet entre-soi, doc quelles sont les pratiques concrètes de cet entre-soi. Et après en quoi ces pratiques sont productrices de risque de violence et délinquance.

    Parce que l'entre soi et l'endogamie concernent presque tout le monde. Je suis issue d'un milieu aristocrate, et dans le genre rois de l'entre soi et élaboration de pratiques sociales très très performantes pour éviter toute exogamie et mélange, ils sont très forts.

    mais pourquoi donc est-ce le seul communautarisme d'une certaine frange de la population qui est perçu comme dangereux. Après tout les aristos et les très très riches ne mettent-ils pas en péril les valeurs françaises de liberté égalité fraternité.

  47. Maxine > les pratiques communautaristes qui menacent la république ce sont les échanges anonymes et sans danger de cliché et autres lieux communs sur "les arabes ceci, les noirs cela, les polonais truc, les femmes machins..."

  48. Flashou :-)

    @resh : "T’as souvent vu des noirs et des arabes se marier ou même sortir ensemble par exemple ?"
    Ce que j'ai vu on s'en fout, ça n'a aucune pertinence statistique à l'échelle du pays. En plus j'en ai vu... même qu'ils se sont reproduits... ca fait toujours du basané frisotté, bref de la chair à contrôle policier au faciès.

    Sinon au sujet de l'envahissement de la France et de la perte de notre identité, se souvenir d'une couv du Fig mag de 1984 avec des mamas voilées et TH question : dans 30 ans, serons-nous encore français ??? Ben on est presque en 2014, à l'échéance fatidique de notre arabisation/islamisation tant redoutée, et alors on est plus français ?????

  49. Donc d'accord plus qu'à attendre qu'une étude sociologique de grande ampleur tombe d'ici 10 ou 20 ans, et en attendant ca ne sert à rien de parler alors...

    Je ne sais pas si on est encore français, mais parait il qu'on a pas d'identité nationale, donc il faudrait croire que non...
    Il y a des italiens ou des espagnols qui en ont bavé pour être reconnu comme français, et aujourd'hui ils peuvent voir leurs petit-fils préférer se définir comme italiens ou espagnols tellement "français" sonne comme une insulte en dehors des plateaux télé.

    Et les différences de classe, c'est un autre combat, mais je sens qu'elles seront encore bien plus difficiles à estomper que les différences culturelles...

  50. GM ; je ne vois pas ce que les origines de Sarkozy ont à faire dans l'histoire.

    resh ; nous parlons ici du langage, pas de faits sociaux. Maxine montre ce qu'est pour certains le communautarisme ; elle ne dit pas s'il existe ou pas, cela n'est d'ailleurs pas le sujet. mais avant de parler de communautarisme il faut définir ce que c'est comment il se pratique et son ampleur. Et pas via l'exemple du cousin rachid dont on se fout.

    maxine : http://www.crepegeorgette.com/2009/09/20/ca-sen-va-et-ca-revient/
    tu avais posé les mêmes questions ici, on attend tjs une réponse :o ).

  51. Mais quoi comme réponse ?
    Vous voulez une super étude qui prouve indubitablement que le communautarisme c'est mal ?
    Vous en voulez pas une aussi qui prouve que le communisme c'est bien ?
    Je crois que je l'ai votre réponse alors, c'est 42.

  52. @Resh
    Non, on ne veut pas savoir si c'est bien ou mal mais ce que c'est, bref que l'objet de l'étude soit défini (modalités, ampleur bla bla.. confère mes posts au dessus), ce qui n'est pas le cas.
    "Donc d’accord plus qu’à attendre qu’une étude sociologique de grande ampleur tombe d’ici 10 ou 20 ans, et en attendant ca ne sert à rien de parler alors…"
    pas besoin d'attendre 10 ans pour définir précisément le communautarisme et don impact. Pour parler faut savoir précisément de quoi on cause, et sur le communautarisme, on y est pas.

    @Valérie ah oui c'est vrai... je me rappelais avoir écrit peu eu prou les mêmes choses, mais je ne savais plus où c'était.
    peut la énière foi on veut savoir cofère mes post ci-dessus

  53. Resh,

    « Le danger c’est de copier une fois de plus le modèle américain ».

    Bien sûr, ce serait une erreur monumentale. Mais le contexte historique est très différent. Je ne pense pas que cette importation soit possible.

    - Au sujet du racisme : les U.S.A. se sont construits sur le génocide des indiens et l’esclavage des noirs. Sans racisme, il n’y aurait tout simplement pas d’États-Unis d’Amérique.

    - Au sujet du communautarisme : il n’y a pas d’identité nationale étasunienne, puisqu’il n’y a pas de nation étasunienne. C’est un pays sans Histoire, sans racines culturelles communes. Les étasuniens n’ont rien d’autre que ce pauvre « american dream » à se mettre sous la dent en guise d’appartenance nationale, c’est-à-dire le « rêve » de posséder une tondeuse à gazon et un lave vaisselle. C’est peu…
    Les communautés, héritées d’une histoire plus ancienne, sont les seules structures sociales auxquelles les étasuniens peuvent se raccrocher lorsque le rêve tourne au cauchemar, lorsque le « bonheur » promis tarde à se matérialiser.

    Nous n’en sommes pas là en Europe. La preuve : on peut parler d’identité nationale. Même si ce débat est une arnaque électoraliste aux relents nauséabonds, tout le monde comprend à peu près de quoi il est question . Ce ne serait pas le cas aux States.

    Autre chose, Resh : ceux qui ont lancé ce débat sur l’identité nationale française sont les mêmes qui cherchent à imposer pas tous les moyens le modèle antisocial étasunien. On peut être certain d’une chose : s’ils agitent l’épouvantail du communautarisme, ce n’est certainement pas pour nous éviter de tomber dans les travers de la non-société U.S.

  54. @CAndy "Au sujet du communautarisme : il n’y a pas d’identité nationale étasunienne, puisqu’il n’y a pas de nation étasunienne. C’est un pays sans Histoire, sans racines culturelles communes. Les étasuniens n’ont rien d’autre que ce pauvre « american dream » à se mettre sous la dent en guise d’appartenance nationale, c’est-à-dire le « rêve » de posséder une tondeuse à gazon et un lave vaisselle. C’est peu…"

    J'ai la flemme de développer, mais il faudrait arrête avec le poncif d'un pays sans histoire ni mythologie fondatrice, ni indentité

  55. Resh ; on se fout de savoir si c'est bien ou mal.
    (je vais donc répéter ce que Maxine dit, au cas où à deux, ca passerait mieux).
    - qu'est ce que le communautarisme ?
    - quels sont les éventuels coutumes, actes, faits sociaux témoignant d'un communautarisme ?
    Si, comme le prétend Zemmour le simple fait du "vivre entre soi" est communautaire.
    On peut dire que
    1. tous les migrants ont tjs procédé ainsi ; des savoyards du 19eme aux africains du 21eme.
    2. le choix de vivre ensemble est plutôt un non choix.
    - est ce que le communautarisme empêche le vivre ensemble ?
    - est ce que le vivre ensemble n'est pas simplement fondé sur le contrat social (ie constitution, respect des lois) ?

    Je rappelle que les USA, du fait même de leur histoire migratoire, ont fait un énorme travail historique sur le sujet que nous débutons à peine.

  56. Oui Maxine, les États-Unis ont une histoire et une mythologie fondatrice : la « révolution américaine » (qui n’a rien à voir avec une révolution), les « pionniers » (les massacreurs de trente millions d’indiens) et la guerre de sécession (la première, mais la seconde est en préparation).

    Ils ont une identité : l’ « american way of life » (le gaspillage érigé en vertu suprême), le « manifest destiny » (l’arrogance auto satisfaite qui les a menés tout droit au précipice dans lequel ils sont tombés), le billet vert (qui se dégonfle comme une baudruche) et bien entendu le triste « rêve américain » dont j’ai déjà parlé plus haut.

  57. Tu dis, candy "C’est un pays sans Histoire, sans racines culturelles communes."
    Beaucoup de pionniers - quel que soit le nom que l'on veut leur donner - sont arrivés avec une histoire ; l'européenne. enfin si l'on peut parler d'histoire européenne.
    Tu procèdes, selon moi, de la même erreur faite en France ; l'on souhaite que l'immigré abandonne son passé et soit une terre vierge.
    L'immigré italien, irlandais, anglais qui a débarqué aux USA, n'était pas une page blanche.
    les USA ont construit un modèle certes fort différent du nôtre ; ils sont partis du principe que le communautarisme n'était pas un problème à partir du moment où il y avait respect du contrat social (ce que je soulignais plus haut donc).
    c'est l'inverse du modèle assimilationiste francais antérieur.
    Il est évidement critiquable mais cela me surprend que cela soit fait dans ce sens, qui offre ainsi un boulevard aux partisans du modèle assimilationiste.

    "Les étasuniens n’ont rien d’autre que ce pauvre « american dream » à se mettre sous la dent en guise d’appartenance nationale, c’est-à-dire le « rêve » de posséder une tondeuse à gazon et un lave vaisselle"
    justement non. Le sentiment nationaliste - que sarkozy tente désespérément d'importer en France avec son histoire d'identité nationale - est très fort aux USA. le moindre migrant - c'est sans doute mois vrai maintenant - est fier d'être américain.
    Il sera fier d'être "afro-american" par exemple, mais son identité américaine aura son importance.
    On l'a vu lors des nbses guerres menées où la fibre patriotique a bcq été manipulée.

    "tout le monde comprend à peu près de quoi il est question ."
    non :o ). désolée je ne dis et le répète je ne sais de quoi il est question quand on parle d'identité nationale.
    1. qu'est ce qu'une nation ? Le mot date de la révolution et s'est surtout développé dans l'inconscient collectif (via l'école) sous la 3eme république.
    2. la création de l'idée de nation pdt la révolution, provient de gens tout imprégnés de l'idée monarchique d'exercice du pouvoir. De a royauté une et indivisible on passe, à la nation, qui devait tout autant l'être.
    3. tout le 19eme a été fait de guerres, révoltes et autres bains de sang.
    la défaite de 71 'est pas digérée ; c'est là que revient fortement l'idée d'une nation une et indivisble avec le modèle si cher à Zemmour ; l'assimilation.
    On va, via le service militaire et l'école civiiser le petit paysan, au patois de sauvage.
    On réinvente l'histoire avec quelques héros quasiment mythologiques comme Vercingétorix.

    Cette création d'identité nationale toute droite sortie des nationalistes meurtris de la 3eme république n'a jamais eu aucun sens. elle s'est fondée sur une histoire faussée, des valeurs inspirées de la monarchie.
    et en clair donc il n'y a jamais eu une identité nationale (enfin si on arrive à se mettre d'accord sur le mot de nation ce qui risque de prendre qq années).

    et donc non, même si je peux comprendre politiquement l'intérêt à définir une identité nationale, historiquement c'est juste une grosse plaisanterie.

  58. valerie : "je ne vois pas ce que les origines de Sarkozy ont à faire dans l’histoire" Justement : idem pour les habitantEs des "quartiers populaires".

  59. Sur la nation, tu fais de drôles raccourcis historiques.Et au passage,c'est la république qui est une et indivisible.La nation n'est pas une chose donnée une fois pour toute, c'est au contraire quelque chose en constante redéfinition et évolution, ce qui devrait d'ailleurs te satisfaire.La nation, c'est à la fois une histoire, un héritage, la terre et les morts selon Barrès mais aussi un corps social qui évolue constamment et donc un plébiscite de tous les jours comme le dit Renan.Au passage, j'ai lu tes propos dans un autre billet sur Barrès,et je trouve regrettable que tu ne soit pas à même d'opérer une distinction entre barrès et Maurras, sans parler du grand auteur littéraire qu'il est. La nation, c'est ce qui fédère le corps social à un moment donné, autour d'un PACTE social, c'est à dire un ensemble de valeurs et de règles auquelles une population CHOISIE de se soumettre, qui s'incarnent dans la citoyenneté qui elle même confère des droits et des obligations.En france, ces valeurs sont la démocratie,la république comme forme de gouvernement, les libertés publiques, l'égalité des citoyens, la laïcité. La nation, dans sa forme incarnée, c'est donc le peuple français, c'est à dire une population qui vit sur un territoire donné et qui partage une même langue.D'ailleurs, j'ai du mal à saisir ton pb avec la langue, à chaque fois tu nous ressort les patois et tu as l'air de trouver scandaleux qu'on ai imposé le français au détriment des patois.Mais heureusement, sinon c'est la polyphonie,l'incommunicabilité, c'est babel quoi!!Car la nation, c'est justement ça, ce sont les conditions du vivre ensemble, du partage, les règles communes librement adoptées.Sauf que bien sûr le consensus sur ces conditions du vivre ensemble, sur le pacte social doit être constamment exprimé, renouvellé, redéfinit.L'identité nationale, c'est une autre question, même si ça découle de ces valeurs, mais j'en parlerai plus tard.

  60. max : je te réponds dans la journée.
    je sens qu'on va s'engueuler :o )
    ==> masochiste.

  61. Qui est maso? Toi ou moi?:)

  62. (bah nous deux je crois).

    Sur la nation ;
    http://aesplus.net/DE-L-ANCIEN-REGIME-A-LA-MONARCHIE.html
    « Le principe de souveraineté nationale : il résulte de la révolution juridique du 17 Juin. La nation doit d’être unique, absolue et perpétuelle. Pour les constituants la nation est une entité concrète formée par l’ensemble des citoyens susceptibles de participer aux affaires publiques »
    On a donc bien un concept de nation une et indivisible ( et dés 91 la même chose pour la république). Je ne dis pas que cette conception a perduré, je dis qu’elle a été.

    Sur les langues. Je ne condamne pas l’idée qu’on ait voulu une langue unique pour un pays. Déjà il était facile de voir que la rencontre de deux cultures entraine vers l’acculturation d’une de deux de facon. .. « naturelle ». Ce que je condamne c’est la violence avec laquelle on a non ps imposé le français, mais interdit els parlers locaux (c « interdit de cracher par terre et de parler breton ». le service militaire, l’école poussaient de toute façon à une langue et une seule. Pourquoi le faire par la violence c’était totalement inutile. Et constate qu’aujourd’hui les revendications locales (baccalauréat en breton, basque etc, écoles diwan etc etc) sont fortes.
    Imposer une langue unique n’oblige pas à renoncer au reste.
    Sur Barrès.
    Il a été antidreyfusard (« s’il a trahi c’est du fait de sa race »). Il a été d’un antisémitisme virulent et ignoble avec Zola. Qu’il s’en soit ensuite repenti, ne l’exonere de pas grand-chose à mon sens.

  63. Max sur les langues d'autres pays ont choisi des voies différentes, n'ont pas éradique leurs langues régionales et communiquent très bien entre eux...
    La violence ne se bornait aux panneaux, je suis 1/2 corse, et mes grands parents se faisaient taper sur les doigts à coup de règle s'ils prononçaient un mot de corse, au début des années 80 il était interdit de chanter corse en public, les 1ers concerts des canta et autre groupes corse étaient régulièrement dispersés par la police...
    De langues sont mortes, le breton est moribond, l'occitan et le provençal n'en parlons plus. Seuls apparemment le corse et le basque perdurent. Et étant attaché au corse, vu sa richesse, sa beauté, je me dis qu'il est bien dommage d'avoir perdu toutes ces langues. Et pour quoi au juste ?

  64. Maxine:regarde la Belgique, tu ne crois pas que la coexistence de plusieurs langues illustre l' unité précaire d'un pays qui a d'ailleurs été à deux doigts d'exploser il ya un an avec une secession!
    De la même manière, l'absence d'une langue commune sera toujours un obstacle à une véritable citoyenneté européenne, au fait que les européens se sentent appartenir une communauté européenne sur le modèle de la communauté nationale.
    Voir à ce sujet le projet espéranto.

  65. V: sur barrès"Qu’il s’en soit ensuite repenti, ne l’exonere de pas grand-chose à mon sens."tu ne crois donc pas à la rédemption, c'est dommage, c'est pourtant une composante de l'humanisme et ta condamnation contrevient à ton discours habituel sur la necessité de ne pas réduire une personne à ses actes à un moment déterminé, de ne pas la figer toute entière dans ses erreurs mais que c'est le parcours qui est interessant:)
    Plus sérieusement, Barrès, contrairement à Maurras, s'est résolument engagé en faveur de la république, le nationalisme qu'il défendait était à mon sens plus ouvert et pas ethnique ou racial, comme celui de Maurras.Son engagement antidreyfusard résulte plus pour moi de son attachement à préserver les interets supérieurs de la nation plûtot qu'a un positionnement raciste. L'antisémitisme de barrès n'est pas théorisé, conceptualisé, prétendument "rationnalisé" comme celui de Maurras.Il tient plus aux circonstances et à l'époque et je crois qu'il faut se garder d'une lecture trop anachronique. En tout état de cause, il en est revenu, accordant aux juifs toute leur place dans la république et la nation.

  66. Il a quand même tenu certains propos dans ses bouquins qui n'étaient pas que nationalistes mais aussi racistes.
    regarde ici : Maurice Barrès et le nationalisme français par Zeev Sternhell (via google)
    tu as quand même une certaine théorisation de l'antisémitisme.
    "Son engagement antidreyfusard résulte plus pour moi de son attachement à préserver les interets supérieurs de la nation plûtot qu’a un positionnement raciste."
    regarde dans le bouquin que je te mets au dessus ; il y a théorisation sur la prétendue de D. s'il a trahi c'est parce que c'est dans sa nature.

    après oui tu me demandes de comparer une gastro et la peste...

  67. [...] Charles Martel Charles qui martèle (Zigig a de l’humour) Zigzig s’exprime en langage codé afin de détourner l’attention des censeurs de [...]

  68. Bonjour, j'ai bien aimé l'article de départ. Serait-il possible de le publier dans le revue "Ni patrie ni frontières" dont on trouve les articles sur le site mondialisme.org ? L'idéal serait d'en avoir une version plus longue, intégrant les termes proposés par les internautes ? Est-ce possible ? Merci d'avance.

  69. Bonjour

    Si vous trouvez un moyen pour que les définitions ajoutées par les internautes soient mises à part, afin qu'on comprenne bien qu'elles ne sont pas de moi, c'est sans problème.

  70. T'as oublié "pauvre France" #jdcjdr

  71. [...] ensuite l'arrière-garde au discours en apparence au discours plus modéré. Je vous en avais parlé ici. Ces groupes là arrivent avec un discours soigneusement élaboré qui commence par l'idée qu'on [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.