oct 102017
 

On me dit que Cantat a "payé sa dette". Ce sont des termes qui me sont étrangers ; je ne considère pas que la justice est là pour "faire payer les gens". Je considère que chacun-e, en revanche, doit se questionner sur ses actes et leurs symboles.
On me dit qu'il faut dissocier l'homme de l'artiste ; expliquez moi comment vous faites cela. Vous l'applaudissez une fois sur deux ? Vous applaudissez en hurlant "j'admire l'artiste mais pas l'homme" ?
On me dit que cela fait 14 ans.
Le meurtre de Marie Trintignant par Cantat a été un séisme pour la jeune féministe que j'étais.
J'ai découvert, comme tant d'autres, ce que beaucoup de gens pouvaient penser des victimes de violences conjugales.
J'ai découvert que certain-es abruti-es se berçaient de l'illusion du poète déchu qui a tant et mal aimé, pour excuser Cantat.
Les réactions à ce féminicide ont été - comme furent ensuite celles aux "affaires" DSK, Polanski, Baupin, Sapin etc - un parfait révélateur de l'état désastreux de la société française en matière de violences faites aux femmes. Marie Trintignant a été traînée dans la boue de la pire des façons ; ce qui a été dit à l'époque illustre vraiment à quel point nous sommes dans la posture quand il s'agit de violences conjugales. C'était une pute, une salope, une droguée, une hystérique et une alcoolique et il semblait bien à une partie de la population françaises qu'être cela en tout ou partie justifie qu'on vous massacre à mains nues. Nous trouvons toujours des excuses, des bonnes raisons pour que des femmes meurent: une pâte à crêpe pleine de grumeaux, des nuggets trop chers, une femme hystérique, un chanteur à fleur de peau.

Oh les hommes français, qu'ils soient de gauche ou de droite, aiment à corner qu'ils aiment les femmes en grands poètes de l'amour courtois qu'ils sont.
Les femmes françaises se bercent de cette douce illusion et chacun de croire que c'est de l'amour si typiquement français que d'infliger tant de coups que le visage devient violet, que le nez éclate, qu'on finisse dans le coma, qu'on meure.
Chacun finit par croire à la fable de l'homme brisé qui a voulu mourir tant il regrettait. Il ne regrettait pas au point de ne pas qualifier Marie Trintignant d'"hystérique" pendant le procès toutefois. Il ne regrettait pas au point de ne pas inventer une fable où il l'aurait poussée et où elle aurait heurté un radiateur ; thèse que le rapport d'autopsie a mise à mal. Il ne ne regrettait pas au point de ne pas laisser ses avocats fouiller dans le passé de Marie Trintignant afin de voir si elle n'avait pas le crâne fragilisé ce qui aurait pu expliquer qu'elle meure sous ses coups. Il ne regrettait pas au point de ne pas écrire de minables chansons sur le sujet pour chouiner sur son sort. Il ne regrettait pas au point de ne pas avoir la décence de taire son chagrin qu'il est bien le seul à avoir provoqué. Mais nous vivons dans un monde si tolérant envers les violences faites aux femmes qu'on en vient à plaindre un homme qui dit souffrir après avoir massacré sa compagne. Et on parle bien ici de massacre, le mot n'est pas trop fort.

Cantat par son métier est un homme public. Un homme qu'on applaudit sur scène, un homme qu'on aime et qu'on admire. Voilà pourquoi il ne peut se comporter comme un homme exerçant n'importe quelle profession. Parce qu'il y a le symbole. Il y a le symbole d'être applaudi sur scène. Il y a le symbole d'être interviewé pour son nouvel album. Et il y a le symbole de faire la couverture des Inrocks aujourd'hui. Cantat avait la possibilité d'être parolier voire même de changer complètement de métier s'il avait perçu la violence qu'il y a à être applaudi sur scène alors qu'on a tué. Il ne l'a jamais perçue. Il n'a toujours pas la dignité de comprendre qu'il ne peut plus porter de combat politique parce qu'il les discrédite par sa simple présence ; parce que le noble combat d'aide aux migrants mérite mieux qu'un minable égoïste qui a tué une femme à coups de poings. La réinsertion des ex-détenus n'implique pas de sortir des albums, de faire des concerts et encore moins de faire la couverture des Inrocks.

Nous hurlons haut et fort à longueur de journée que nous sommes horrifiés par le viol, horrifiés par les meurtres de femmes. Personne n'a de mot assez dur pour dire ce qu'il voudrait faire aux auteurs. Et puis sortent des affaires précises. Avec des chanteurs qu'on aime bien. Et là d'un coup on devient beaucoup plus tolérants. Et ces chanteurs font la une des journaux.
En 2013 déjà Cantat s'était exprimé dans les Inrocks. Vocabulaire choisi d'un article rédigé par l'actuel rédacteur en chef du journal :
- le "drame de Vilnius" (tellement plus romantico romantique que "meurtre")
- "l'irréparable et l'indicible" (amusant j'arrive personnellement très bien à définir ses actes).
- "meurtre passionnel absurde" ; Tout article qui se respecte sur un féminicide ne saurait décidément employer les termes "passionnels".
Les Inrocks ne reconnaissaient pas, nous disaient-ils, Cantat dans le portrait qui en avait été fait par des "journaux dégueulasses". C'est vrai que je me demande bien pourquoi on ferait un portrait aussi négatif d'un homme qui a frappé une femme au point de lui éclater le nez, s'est ensuite dit qu’elle devait dormir (après une dizaine de coups au visage  c'est en effet une réaction normale) et l'a balancée sur un lit pour ensuite pleurnicher qu'il était malheureux. C'est vrai que je me demande bien pourquoi certain-es le voient comme une ordure alors qu'il a préféré s'étaler sur sa souffrance et ses tentatives de suicide plutôt que de fermer sa gueule et nous laisser un peu respirer.

Les Inrocks en mettant cet homme à la Une, nous envoient un message clair. On peut en France tuer une femme et faire la Une d'un journal comme si de rien n'était, comme si tout cela était de vieilles histoires sur lequel on peut bien tirer un trait. Une femme meurt tous les 3 jours en France sous les coups de son conjoint. Les chiffres ne baissent pas. Cette couverture envoie le signal clair qu'on peut commettre un féminicide et continuer sa vie tranquillement. Cela envoie comme souvent en ce qui concerne les auteurs de violences faites aux femmes, le signal d'une impunité totale. Qu'au fond tout cela n'est pas si grave face au talent, à l'homme écorché qu'il est. Cette couverture contribue à la glamourisation de la violence envers les femmes, à donner aux féminicides un côté romantique et poète maudit dont nous peinons à nous défaire en France. Les média ont le choix d'inviter ou de ne pas inviter Cantat, de l'interviewer ou pas, d'en faire une couverture ou pas. Faire le choix de Cantat en couverture montre que les Inrockuptibles ont décidé de cultiver une culture de l'impunité en ce qui concerne les violences faites aux femmes.

TumblrPartager

  2 réponses sur “Les Inrockuptibles et Cantat ; de l’impunité face aux féminicides”

  1. [...] Les Inrockuptibles et Cantat ; de l'impunité face aux féminicides. [...]

  2. [...] son côté, la bloggeuse féministe Crêpe Georgette a rappelé dans un post que ce choix de Une n’est pas sans conséquence dans un pays où une [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.