nov 072013
 

Votre supplique au Monde, m'a profondément émue.

Profondément émue car j'ai compris ce que sous-tendait, d'un coup, votre manifeste lancé par une femme dont l'humanisme n'est d'ailleurs plus à démontrer.

Au fond vous souhaitez nous protéger nous les femmes honnêtes, du viol comme vous le dites à demi-mot ("Que se passera-t-il quand il n'aura plus cette soupape de sécurité ? Certains deviendront-ils dangereux ?"). Tant de délicatesse vous honore d'ailleurs.
Je me permets de vous faire remarquer Frédéric, qu'il y a également des hommes violés, et sans doute pas assez de prostitués masculins ; je vous propose donc de continuer votre mission altruiste en devenant désormais prostituée au bois afin que les nombreux hommes frustrés puissent passer sur vous l'envie de violer d'autres hommes. Au fond c'est un bien maigre désagrément et j'espère que vous penserez, si l'envie vous prenait de devenir puritain, à la patrie et aux hommes reconnaissants.

Vous savez Frédéric, nous nous sommes égarées ; j'ai bien compris que discuter d'une activité occupée en majorité par des femmes, des immigré-e-s, des homosexuels, des précaires, n'est au fond que le symptôme de mon puritanisme bourgeois. Je me pose d'ailleurs la question et attend votre réponse avec impatience ; est ce qu'au fond le féminisme tout entier n'est pas puritain ? On a beaucoup critiqué certaines de vos œuvres littéraires alors qu'elles n'étaient, somme toute,  qu'un pied de nez humoristique d'une minorité dont on parle trop peu ; l'homme hétérosexuel blanc.

J'ai conscience Frédéric que vous souffrez. j'ai conscience que vos souffrances sont totalement comparables avec celle d'une femme qui avortait avant la dépénalisation et qui risquait jusqu'à deux ans  de prison ; au fond nos prisons sont aussi morales et c'est là où les coups de boutoir féministes pour l'égalité nous ont conduit ; la souffrance d'hommes de qualité tels que vous. J'ai pleinement conscience de la misère sexuelle des hommes dont on ne parle pas assez ; j'ai donc quelques idées peut-être un peu novatrices mais qui pourraient vous satisfaire. Je vous suggère donc de vous intéresser à cet intéressant instrument de conception assez moderne, voire d'investir intelligemment votre argent dans cet objet si totalement fonctionnel. J'ai bien conscience que cela ne remplace pas le corps d'une "fille de joie" (félicitations Frédéric votre poésie quelque peu désuète m'a mise la larme à l'oeil) mais que voulez-vous Frédéric, ces détestables puritains que nous sommes, manquent parfois d'imagination. Par ailleurs la pratique du yoga à haute dose peut vous permettre à terme d'atteindre bucalement certains organes. Cela vous evitera de gagner les "bas-fonds" où un homme de votre qualité n'a décidément rien à faire.

Ce qui m'intéresse Frédéric dans votre texte, c'est votre analyse des hommes qui selon vous, vont tous voir des prostituées et violeront s'ils ne peuvent plus en voir. cette haine du masculin m'inquiète Frédéric et une question me vient à l'esprit, vous êtes féministe c'est ça ?

Arriver à être publié dans le Monde sur un sujet que vous dites, de votre propre aveu, ne pas connaître, constitue toutefois une vraie performance et j'en suis assez admirative.  Je vous prie donc de bien accepter les excuses d'une féministe qui n'a pas su détecter l'immense humaniste que vous êtes (votre souci des femmes violées vous honore encore une fois), l'homme de réflexion (l'intéressant et original rappel à 1968), votre humour (votre comparaison entre le skateboard et la prostitution m'a fait la  journée), votre connaissance historique et votre sens bien placé de l'indignation.

 

 

TumblrPartager

  35 réponses sur “Cher Frederic Beigbeder,”

  1. "si l'envie vous prenait de devenir puritain" ? Tu voulais dire : "devenir putain", non ? Vu que juste avant on lit "en devenant désormais prostituée".

    Sinon, buccal avec 2 c (1 bouche, 2 c à buccal ; 2 yeux, 1 c à oculaire) et je crois qu'oralement est préférable à bucalement (même avec un seul c).

    Et efface donc ce commentaire pédant après correction ;-)

  2. [...] Cher Frederic Beigbeder, » Crêpe Georgette [...]

  3. Ce qui me tue avec Beigbeder c'est qu'il se mure derrière un cynisme à toute épreuve, il se regarde le nombril, écrit qu'il sait qu'il se regarde le nombril, mais réfléchit pas pour autant.
    Et dire qu'il a osé pleurer d'avoir fait de la garde à vue dans un de ses bouquins, mais même ça ça l'a pas fait un tant soit peu réfléchir...
    et tous ces médias qui lui donnent autant de place, qui le laisse étaler ses arguments de petits péteux qui se pense intelligent
    ce qui me tue c'est que ton texte est génial, mais que même s'il en vient à le lire, il va juste avoir un petit sourire suffisant et se dire "ahah j'emmerde bien tout le monde, personne ne m'aime et surtout pas les féministes, putain je suis vraiment trop marrant comme mec".
    (et dans ses livres "je suis un petit blanc pathétique personne ne m'aime, je comprends pas vraiment pq, en fait si je comprends pq mais bon la flemme de changer")

    ce commentaire n'est pas très constuctif, mais Beigbeder... vraiment, je pouvais pas le garder pour moi.
    Je trouve qu'il crystallise parfaitement le privilège blanc hétérosexuel, il le sait, il en joue. Honnêtement, comment on fait pour ouvrir les yeux de quelqu'un comme lui ? Est-ce que c'est vraiment peine perdue ?
    (parce que j'en connais pas mal des gens comme lui malheureusement et c'est une vraie question, quand je discute avec eux, je sais pas ou appuyer, leur cynisme les protège de TOUT)

  4. Je te paye tous les timbres dont tu as besoin, s'il le faut !
    Très sérieusement, je comprends pas les gens qui disent "si y'a plus de prostituées, y'aura beaucoup plus de viols". Parce que ces mêmes gens hurlent à la misandrie si on a l'audace d'utiliser des statistiques pour affirmer qu'une énorme, écrasante majorité des violeurs sont des hommes...mais apparemment, considérer que de base, l'homme qui ne baiserait pas assez se transformerait sur le champ en bête féroce assoiffée de sang et de sexe, là, nan, aucun problème.
    J'ai aussi adoré la comparaison entre la détresse d'une femme cherchant à avorter et le pauvre client en pleine crise de misère sexuelle. C'est vrai que si l'homme ne couche pas régulièrement, il risque de passer 9 mois à voir son ventre grossir (le mystère du ventre à bière résolu ?), d'accoucher puis de passer au moins 18 ans à s'occuper d'un gosse. Avec toutes les conséquences physiques, sociales, psychologiques et financières que ça a. Ah, Beigbeder, si j'avais su à quel point c'est dur d'être un homme...parce que bien évidemment, la misère sexuelle n'a pas l'air d'exister chez les femmes, aussi.

  5. D'ailleurs parmi les arguments repris par Causeur contre l'abolition est cité une info prétendument venue de Suède qui affirmerait que depuis l'abolition le nombre de viols a augmenté... Beigbeder prétend en être loin mais il reprend les mêmes arguments.

  6. Permettez à un scientifique de rappeler les faits :
    Il y a une nette anticorrélation entre la densité de boîtes de striptease ou lapdance et la fréquence des viols dans leur zone de chalandise.
    Cela a notamment été établi, pour les besoins de la Justice, par Brooke Magnanti, chercheur en épidémiologie à l'Université de Bristol, connue pour avoir financé sa thèse par son activité de call-girl.

    Alors on ne peut pas attaquer Beigbeder sur ce point, à moins de prétendre que le striptease et le lapdance sont moins frustrants qu'une relation sexuelle ou d'avoir de solides preuves que les études faites jusqu'ici sont erronées.

    Quant aux femmes clientes de prostitué(e)s, peut-être bien qu'elles ne commettraient pas de viol, mais c'est un fait connu que la frustration est source de comportements gravement oppressifs pour autrui.
    Entre viol physiologique et viol psychique, je ne choisis pas.

    • mais à quoi répondez vous en fait ?
      Beigbeder prétend que moins il y aura de putes, plus il y aura de viols sauf que
      - ca sous entend qu'une pute ne peut être violée
      - il y a 50 000 viols par an en France alors qu'il y a beaucoup de prostituées.

      Et en quoi les gens, hommes comme femmes, qui vont voir des prostituées sont "frustrés" ?

      quant au viol psychique.. je ne comprends pas de quoi vous parlez. monsieur le scientifique (rires).

      • Et de toute façon la prostitution n'est pas la solution! J'ai trouvé très pertinent le point sur le "sacrifice", en gros quelques femmes se sacrifient pour éviter à d'autre le viol, non mais je rêve!!! et encore une fois on se rend compte que ceux qui en parle n'y connaisse rien, et je trouve que ça renforce encore plus le mythe comme quoi le viol ferait partie de la nature de l'homme, que ce serait un truc inévitable, donc c'est à la femme de l'accepter, de faire avec, l'homme est incapable de se contrôler, ça n'est pas sa faute c'est la nature.
        Par ailleurs qd je lis des tumblr comme "parole de client" j'ai l'impression que ds la majorité des cas ça n'est pas la misère sexuelle le problème du client, (ou peut être en un sens mais cette misère est bien provoquée par un rêve vendu et iréel non?) J'ai l'impression que les clients veulent plutôt assouvir un besoin de domination du corp féminin que de soulagement sexuel (parce que comme tu le dis Valérie, ya d'autre outils, même s'ils ne sont pas aussi simpa qu'une vraie femme) c'est à base de "je l'ai puni" "jlui ai fait comprendre", donc la question que les médias devraient se poser d'après moi, que ce soit pour le viol et la domination, etc. c'est pourquoi? qu-est-ce qui donne à ces hommes ce besoin de domination et toute cette frustration qui l'accompagne? Ils répondront surement que c'est la nature, l'homme est comme ça (et à ce moment là l'assimilation de Beigbeder à un féministe m'a bien fait rire!), c'est la testostérone. Nous, nous savons bien que c'est faux, gardons espoir en l'homme!! D’ailleurs qd Beigbeder parle du rêve vendu par les média, la pub etc. qui crée la frustration il m'a presque fait croire qu'il était pas si con, et ben non, faux espoir.
        Bref, je me suis un peu étalée et j'ai reformulé tes idées Valérie, j'en profite pour te dire merci, merci de nous ouvrir les yeux, ça me libère de te lire au quotidien, ça m'empêche de sombrer ds le sexiste ambiant permanent et je garde la tête hors de l'eau pour ne plus jamais penser comme eux, comme si tout ça était une fatalité!

  7. relisez le premier roman du gars , "99 francs" si je me souviens bien
    rétrospectivement c'est une confession ou une auto-psychanalyse

  8. Tant de clichés en un seul texte, j'en reste baba : la misère sexuelle masculine, la prostitution comme soupape de sécurité, la prostitution homosexuelle qui n'aurait aucun lien avec la prostitution féminine et les rapports de dominations… Je ne le pensais pas si mou du bulbe.

    • Oui. Il a fait un tel portrait du client que ça donne vraiment pas envie d'en être un, au point que les abolitionnistes ont trouvé en lui le soutien le plus efficace aux thèses qu'ils défendent.

      En fait, disons-le, s'il n'y avait pas les clients, la prostitution serait tout à fait admissible.

  9. Et certains saluent son "courage" pour avoir exprimé une telle opinion. Parfois on se demande s'il vaut mieux en rire ou en pleurer.

    • D'un autre côté, ce genre de sujet a l'avantage de savoir rapidement à qui on a affaire... et de zapper si nécessaire. Top efficacité :-)

  10. Je me suis bien fendu la poire. Finalement, la satire, c'est un genre que tu maîtrises. Au fait, pourquoi cet oubli de la pastèque comme produit de substitution? Pas osé, c'est devenu un tabou?

    • pour une raison simple ; ici je me fous d'un client ou de quelqu'un défendant les clients.
      Causette a assimilé le corps d'une prostituée à une pastèque ; le renversement n'est pas le même et c'est ce qu'ils persistent à ne pas comprendre.

  11. Oh je suis déçu que mon commentaire qui se voulait un brin moqueur ne soit pas percu comme tel. J ai raté mon effet. Un point oublié cependant, je profite de ta bonté, si on se moque du sort des prostituées mais que l on veut une politique non hypocrite cad soit libérale soit abolitionniste pq ne pas aller clairement vers une solution qui aurait le mérite de la franchise. En fait je suis étonné de ce débat sur le sort des prostituées car cela n a jamais été le sujet. C'est un contre feux purement rhétorique. En fait, le choix est forcé, on peut difficilement faire admettre le bordel ET la salle de shoot donc il ne reste que l interdiction.

  12. "L'idée m'en est venue durant une conversation avec Elisabeth Lévy le 10 octobre ; j'avais accepté un entretien avec Causeur parce que je trouve sain de discuter avec les gens qui ne sont pas d'accord avec moi (Elisabeth s'est opposée au mariage homosexuel, alors que j'y étais favorable)"
    J'arrive vraiment pas à m'y faire : des hétéros qui trouvent totalement normal que ma vie et mes droits soient un sujet de discussion entre eux. Qui se sentent parfaitement légitime pour débattre de la question et (me) le faire savoir. Cette tranquille certitude que leur parole, leur positionnement méritent d'être diffusé... j'arrive plus à comprendre cette logique.

    Rien à ajouter sinon, sur le contenu de ton article :)

  13. Et BIIIIIIIIIM

  14. Merci ! Merci et encore merci !
    C'que ça fait du bien de lire ces lignes après tant de c*nneries débités par Beigbeder lui-même et ses confrères dans cette histoire de fous. Et lui de se plaindre, le pauvre homme, acculé de toute part et accusant internet de ne pas être que lolcats et my little pony... J'ai halluciné en lisant ses propos (tous, depuis le début de cette histoire de fous)... Mais je suis tellement rassurée en lisant cet article ! Au moins, je me sens moins seule.

  15. "Pénaliser les clients de prostituées revient à humilier des individus déjà frustrés, car ils n'ont pas accès à la merveilleuse jouissance promise par la publicité, le cinéma, les magazines et la télévision."

    Venant d'un ancien pubard et ancien animateur de télévision, c'est plutôt savoureux.

    • D'autant qu'il montrait dans 99F l'absurdité de la pub et de notre société en générale, qui nous lave le cerveau et nous promet de la jouissance immédiate par la consommation. Et le voilà en train de plaindre les pauvre types frustrés qui ne savent pas réfléchir au-delà de ces injonctions. Très très cohérent.

  16. Bonjour,
    juste merci pour votre texte.
    Bonne continuation,
    Ar.

  17. 1- J'ai bien ri !
    2- Que ça fait du bien de te lire Valérie !!

  18. Je doute que Frédéric et ses petits copains si détendus du slip sachent ce que c'est qu'une prostituée du Bois, je sais pas pourquoi je les imagine plutôt avoir recours, le cas échéant BIEN SUR, à des dames autrement plus chics dans des appartements non moins chics... (mais tout aussi maquées?)

    En outre, la jurisprudence DSK devrait lui remettre en mémoire que l'un n'empêche pas l'autre, argument nul et non avenu, s'il fallait encore le démontrer. (Je dirais même au contraire: à force de prendre les femmes pour des paillassons, on en oublierait parfois de les payer pour s'essuyer les pieds dessus, apparemment - voire de leur demander leur avis avant - jurisprudence DSK toujours).

  19. J'ai beaucoup aimé ce post : cela fait du bien d'entendre un autre son de cloche.
    Mais je ne sais plus quoi penser maintenant : je débarque sur le sujet, enfin depuis quelques jours, et j'ai lu des horreurs sur le site des Causeurs. Dans ma région, je vois des filles postées tout le long de la route ("importées" de je ne sais où). Tout le monde sait ce qui leur arrive, pas la peine d'y revenir.
    J'ai bien sûr, en tant que femme, entendu bien des insultes, tout le monde les connaît, pas la peine d'y revenir.
    Alors on fait quoi ? Je suis, à défaut d'autre chose, pour pénaliser les clients des prostituées (de quelque manière de que ce soit). ce n'est pas une solution miracle : elles n'existent pas.
    Je ne sais pas quel effet cela aura sur les prostituées : comment le saurais-je ?

  20. Je viens de lire l'article. Bien sûr que ce n'est pas une solution : un coup de filet pour contenter les administrés et le problème se déplace ailleurs. C'est ce qui se passe dans le nord de Gard, sur la route d’Avignon devenue un haut lieu de racolage, parce que des maires se sont plaints ailleurs.
    Alors, ma réaction est égoïste (du moins en partie) : ce que je voudrais, c'est qu'il y ait moins de machisme dans notre société, je ne me positionne pas du côté des prostitué(e)s ; je n'y comprends rien.
    Je suis pour l'abolition du machisme (la bonne blague).
    Le rapport avec la prostitution ? Il me semble que pouvoir acheter, ou louer, le corps de femmes (ou d'hommes, en bien moindre mesure) encourage ce machisme. Mais le débat est sans fin, je crois que l'on n'en sortira pas. Parce que l'on est incapable de se mettre à la place de l'autre.
    Je me demande simplement comment réagiraient les Causeurs si c'étaient des hommes qui étaient postés tout au long de la route, en tenue légère, même en novembre, avec des camionneuses qui s'arrêtent de temps en temps.

    • hillcat ; ta comparaison degueulasse a été censurée et tu n'es plus la bienvenue ici.

      • Pourquoi dégueulasse ? Je n'ai insulté personne, je n'ai pas été grossière : je donne simplement un avis différent, qui je l'ai bien compris n'est pas le bienvenu ici.
        Donne moi juste une réponse claire.

        Je ne reviendrai plus sur ce site de toute façon : je n'en ai plus envie.
        Mais j'aimerais auparavant avoir une réponse (en privé si tu veux, tu as mon adresse):

  21. comme d'hab pas grand chose à dire de plus sauf un conseil, c'est d'écouter en replay l'émission de Taddei et le bonheur de l'intervention brève de Leonora, prix fémina... OLF s'y montre par contre à mon avis pire (avec en prime sa video abjecte) que ce "Cher" Fréderic absent du plateau, heureusement, on aurait fini par vomir

    je ne résiste pas au plaisir de vous faire parvenir un lien qui a, plus ou moins, à voir...mais si
    quand même.
    http://celinextenso.free.fr/wordpress/?p=576

  22. [...] Cher Frederic Beigbeder, [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.