déc 182011
 

Je vous ai souvent parlé de Juarez et je vous avais parlé ici de jeunes filles qui avaient disparu.

Périodiquement, je fais quelques recherches voir si on en a des nouvelles. Deux ont été retrouvées, mortes. Hilda Gabriela Rivas Campos et Adriana Sarmiento Enriquez.
La police avait les corps des jeunes filles depuis deux ans et a mis autant de temps pour avertir les familles et leur rendre les corps.
Nul ne sait évidemment pourquoi. Des sources anonymes témoignent qu'il y aurait encore des corps féminins dans la morgue de Juarez qui auraient été trouvés dans un charnier ; nulle enquête n'est menée, les parents des victimes n'ont pas le droit de voir les effets des victimes pour éventuellement reconnaître quelque chose.

Le 07 novembre, a été inauguré un chouette memorial en l'honneur de 8 femmes assassinées en 2001 (Cotton field). Pour l'anecdote on avait arrêté deux conducteurs de bus. L'un s'est plaint d'avoir été torturé et sa famille d'avoir reçu des menaces de mort. On l'a bien condamné à 50 ans de prison puis finalement on l'a libéréSon avocat a été tué par des inconnus. L'autre suspect est mort en prison dans des circonstances non encore élucidées ; son avocat a été tué par la police qui était "en état de légitime défense".
Les parents des jeunes femmes assassinées ont porté l'affaire devant la cour inter-américaine des droits de l'homme, qui a conclu, ô surprise, en 2009, que l'affaire n'avait pas été menée convenablement.
Nul doute que le monument leur fera bien plaisir ; il aurait coûté un million de dollars.

Alors je n'avais pas envie de polémiquer sur le texte idiot d'un crétin qui appelle la décapitation d'une femme un "coup de folie".

Quand il comprendra le monument d'indifférence absolue qui entoure la mort de femmes dans quasi toute l'Amérique latine, alors il comprendra le pourquoi de cette loi.

Il ne s'agit pas de dire que la mort d'une femme est plus grave que celle d'un homme ; pensez que jusqu'en 2008, l'on ne recensait même pas les meurtres de femmes tuées par leur conjoint. Il convient de comprendre l'état de certains pays d'Amérique latine en matière de machisme pour comprendre pourquoi il a fallu cette loi.

Il y a un an, était assassinée Marisela Escobedo Ortiz qui cherchait à ce que soit condamné le meurtrier de sa fille. Son fils dit aujourd'hui que la police n'a pas fait son travail ; il est réfugié aux Etats-Unis pour sa propre sécurité.

Début décembre 2011, un militant des DH Nepomuceno Moreno Núñez a été assassiné. On a également tiré sur Norma Andrade, dont la fille a été assassinée et qui préside une association de familles de victimes.

Le 16 décembre, le Mexique a officiellement reconnu sa responsabilité face à deux femmes indigènes qui ont été violées par des soldats. Les populations "indigènes" souffrent, plus que les autres, d'un manque de droits, d'accès aux soins, à la justice. Les femmes victimes de Juarez étaient d'ailleurs, souvent, au début, des indigènes.

Pensées pour Hilda Gabriela Rivas Campos et Adriana Sarmiento Enriquez.

TumblrPartager

  12 réponses sur “Les féminicides à Juarez au Mexique”

  1. Le Mexique a effectivement sombré dans la barbarie, mais l'augmentation des féminicides et de certaines violences contre les femmes (comme la traite) concerne quasiment tout les pays d'Amérique du Sud...

  2. absolument. Mais je suis davantage Juarez depuis très longtemps ; voilà pourquoi j'en parle.

  3. Bonjour Valerie,

    Merci pour ton article, j'ai pris la liberté de le publier dans ma page FB, mais aussi à la page fb du groupe de mexicaines résidentes à Paris, engagés dans la construction de la paix au Mexique, qui dennonçent la violence et l'impunité que a permis la mort de toutes ces femmesn non seulement a Ciudad Juaréz sinon dans autres parties du pays. Bien entendu, c'est une invitacion a te joindre a nous!

    http://fr-fr.facebook.com/#!/groups/ciudadanosxlapaz.paris/

    http://ciudadanosxlapaz.wordpress.com/

    ciudadanosxlapaz.paris@gmail.com

  4. Je suis malheureusement d'accord avec le texte idiot écrit par un crétin. Je doute très sincèrement de l'efficacité sur le long terme d'une loi sexiste pour combattre le sexisme.

    Pourquoi ne pas tout simplement faire du crime dans le couple un crime spécial ? Rien n'empêche autour de communiquer sur le fait que 80% des coupables sont des hommes et qu'il y a donc quelque chose à changer dans leur éducation.

    Placer les femmes sur un piédestal revient à les prendre pour de la merde.
    De toute façon, du moment où il y a différence de traitement, je râle.

  5. "De toute façon, du moment où il y a différence de traitement, je râle."
    ah ?
    non parce que je n'entends rien de ta part pour dénoncer l'impunité des violeurs/meurtriers de femmes en Amérique latine (alors qu'on envoie l'armée quand il s'agit des gangs).
    peut-être voulais tu dire que tu râlais surtout dans un sens ?

  6. C'est intéressant (et en plus j'ai presque tout compris du premier coup...enfin je crois...;-) !).
    Le fond du texte imbécile de l'abruti, au-delà de ses comparaisons absurdes et de ses exemples ridicules, m'a interpellé un peu, sur l'idée d'une loi qui fait une place particulière à un type de crime, et à un type de victime. Et puis je me suis dit que c'était par exemple le type de loi antiapartheid ou anti-raciste, et que ce n'était pas si mal......
    Le problème sera alors, quand l'égalité sera atteinte, de revenir vers une loi "plus égalitaire" sans que cela paraisse être un retour en arrière. Mais ils n'en sont pas encore là....
    D'une manière générale, c'est vrai que la condition des femmes en Amérique du sud est sous-traitée au niveau médiatique, a fortiori au regard du traitement d'autres coins du globe.....

  7. @Kyp cette loi c'est du pragmatisme, pour parer à l'urgence.

    A mes yeux c'est du même ordre que la légalisation de la prostitution pour assurer un minimum de protection à ceux qui exercent cette activité, ou dans un domaine un peu moins grave, les wagons réservés aux femmes dans certains pays où le harcèlement est la norme.

    L'éducation ça demande du temps, et dans le cas présent, en attendant que les idées égalitaires se diffusent dans la société, il y a des femmes qui se font massacrer dans une quasi-indifférence...

  8. mara ; il y a également des bus réservés aux femmes au Mexique.

  9. "non parce que je n’entends rien de ta part pour dénoncer l’impunité des violeurs/meurtriers de femmes en Amérique latine (alors qu’on envoie l’armée quand il s’agit des gangs).
    peut-être voulais tu dire que tu râlais surtout dans un sens ?"

    Tu ne m'entends pas non plus râler contre les meurtres, contre les viols pédophiles, contre les candidats à la présidentielle dont le programme me déplait, contre les malpolis qui ne laissent pas les gens sortir du métro, ni même contre une liste particulièrement impressionante de choses plus ou moins graves que je constate au quotidien.
    Cela ne veut pas dire que je cautionne.
    C'est pourtant ce que tu sembles déduire de ma réponse.

    Mais ici, comme nous semblions être du même avis concernant l'impunité des violeurs/meurtriers en Amérique du Sud, j'ai préféré appuyer sur l'aspect où nous n'étions pas d'accord.
    Oui parce que posté pour dire "+1", ça me semble fort joli mais peu productif. D'autant que ça me semblait un peu évident.

    Comme tu l'as si bien dit sur un autre billet, l'égalité, ce n'est pas un pick-nick : on la fait complètement ou pas du tout.

    En ce qui concerne les bus/wagons réservés aux femmes pour éviter le harcèlement, la solution me semble pire que mieux. En gonflant encore l'écart de traitement entre hommes et femmes, ça ne va qu'acroître le sentiment anti-femmes de bien des connards.
    C'est une solution de facilité qui ne mène qu'à se casser la gueule d'avantage.

  10. Le fait que cette situation dure depuis des années dépasse mon entendement ....

  11. @Kyp : sur le fond je suis pas en désaccord avec toi, la loi la plus juste serait celle qui met toute personne en mesure d'exercer son discernement sur le même pied (donc tout homme et toute femme adulte et sans perturbation de ses capacités mentales).

    Mais je m'imagine à la place de ces femmes, au Mexique, en Inde, en Egypte, qui subissent remarques et attouchements déplacés très régulièrement, quand ce n'est pas pire, et je me dis qu'avoir un bus ou un wagon où temporairement je peux souffler, ce serait au moins un répit. C'est pas vraiment une solution, c'est un palliatif, clairement.

    Est-ce que ça accentue la pression des harceleurs sur celles qui ne prennent pas ces bus/wagons? C'est possible en effet, mais ces abrutis là seront de toute façon peu ouverts aux discours éducatifs. Ça peut néanmoins jouer aussi dans l'autre sens, rendre visible le fait que des femmes souffrent de ça, que c'est une situation déplaisante, et inciter les hommes non harceleurs à réagir davantage quand ils sont témoins de tels actes.
    Peut-être suis-je naïve, mais je ne crois pas qu'il y ait tant de "gros connards" que ça, et ce quels que soient les pays concernés...

    De manière générale, les solutions à ces différentes situations passent par l'implication de tous, hommes comme femmes, car tout le monde subit de manière plus ou moins directe les conséquences du sexisme (quel que soit le genre sur lequel il s'acharne). Entendre des hommes se désolidariser ouvertement des harceleurs, des clients de la prostitution, des agresseurs, ça fait du bien, pas mal de campagnes éducatives choisissent d'ailleurs en ce moment de faire entendre ces voix.

  12. URL : http://youtu.be/BmjTaFYLz_o

    La chanson est un grand classique de la chanson féministe et de lutte des classes latino-amériaine, dont Amparo Ochoa était une des plus engagées combattantes. Mettre des images des assassinats de Ciudad Juárez sur ce texte qui décrit la condition de la femme prolétaire au Mexique n'est pas bête, je trouve. On trouve la même chanson illustrée de façon plus proche des paroles ici : http://youtu.be/F2xHkZX3wSM

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.