mai 092010
 

A travers cette histoire sordide, je voudrais revenir sur l’infinie fragilité des prostituées. Le regard qui est porté sur les personnes prostituées – et on l’a vu dernièrement – est infiniment cruel, moqueur et pour tout dire indifférent à part lorsqu’il s’agit de faire quelques plaisanteries graveleuses ou de porter des jugements moraux. Les lois entourant et réglementant leurs activités ne font que les fragiliser davantage.
Par ailleurs, ce fait-divers permet de revenir sur la situation des femmes autochtones au Canada.

En 1997 en Colombie britannique une prostituée Wendy Lynn Eistetter se présente au commissariat. Elle porte de très graves blessures à la gorge et au ventre causées par une arme blanche. Elle accuse nommément un agriculteur du coin qui fut mis en accusation… puis l’affaire fut classée.

Dans cette région les disparitions et/ou meurtres de femmes, en particulier amérindiennes, sont nombreux. En 2008 les membres de Walk4justice ont lancé une grande marche pour attirer l’attention sur les disparitions et les meurtres de plus de 3000 femmes amérindiennes depuis 1969.

Ici un article sur la violence dont les femmes autochtones sont victimes au Canada : Les femmes amérindiennes ont cinq fois plus de risques de mourir de mort violente que les femmes d'une autre ethnie.

Vous avez ici un rapport de l’ONU :  "Il a demandé instamment au gouvernement d’examiner la violence et la discrimination envers les femmes autochtones".

Revenons à notre histoire. Il était déjà connu que des dizaines de prostituées disparaissaient à Vancouver. Manque de pot elles étaient prostituées, souvent toxicomanes et souvent amérindiennes. C’est dire que leur sort était déjà scellé. Les appels des familles, des associations restaient lettre morte. "Elles reviendront", disait la police.
En 1998, plusieurs familles de prostituées signalent la disparition de leur sœur/mère/nièce etc.
Le propriétaire d’un site web recensant les disparitions des prostituées reçoit le témoignage d'un des employés de l’agriculteur. La même année Kim Rossmo, policier et spécialiste des tueurs en série, constate qu’il y a une disparition significative de femmes et penche pour l’hypothèse d’un serial killer. Il propose la création d’une commission et d’écrire un communiqué pour alerter la population ; des guerres intestines au sein de la police font que ce communiqué ne verra jamais le jour. Toujours la même année, la femme de ménage de l’agriculteur va signaler à la police qu’elle a trouvé des vêtements tâchés de sang ; la police argue que la ferme se trouve sur le territoire de la gendarmerie et ne peut rien faire.
Ce n’est qu’en 2002, parce qu’il commence à avoir vraiment beaucoup de disparitions, que près de 70 femmes ont disparu, qu’on perquisitionne chez cet agriculteur.
Devant l’abondance de preuves irréfutables, il est alors mis en examen et jugé. On décide de le juger en plusieurs procès eu égard au très grand nombre de meurtres commis.
Le premier procès concerne le meurtre de six femmes : Serena Abotsway, Mona Wilson,Andrea Joesbury, Brenda Ann Wolfe,Marnie Frey et Georgina Faith Papin.

Les enquêtes et le procès ont couté plus de 70 millions de dollars canadiens. Malheureusement, il y a eu entre temps les JO et la ville de Vancouver n’a plus un sou. On ne sait donc pas si un jour l’agriculteur sera jugé pour les autres meurtres et si on finira d’étudier les traces AN et preuves trouvées. L’agriculteur a été reconnu coupable de meurtres au second degré.

"La réalité politique, c'est que si ces femmes avaient été des Blanches de l'Ouest de Vancouver, la réaction aurait été fort différente. Et je mets quiconque au défi de me dire le contraire… sans mentir!" critique Kim Rossmo.

On constate bien que les prostituées, les femmes autochtones, sont des proies de choix pour les criminels, d‘abord à cause des lois en vigueur, ensuite à cause de notre perception des prostituées.
Au delà de ce fait divers atroce, la seule question qui mérite d‘être posée est "dans un pays soit disant "civilisé" une femme qui se prostitue a-t-elle droit à la même justice qu’un citoyen lambda ?" La réponse est non.
"Une femme autochtone au Canada a-t-elle droit à la même justice qu’un non autochtone". La réponse est non.

Comme au Canada, les associations défendant les droits des prostituées n’arrivent pas à se faire entendre. On leur explique que, si elles sont agressées/violées, assassinées, c’est du fait même de leur activité. A ce compte là autant interdire également le mariage vu le nombre de crimes au sein du couple. Il est donc difficile pour les associations de montrer que, plus on les criminalise, plus elles sont fragilisées. On n’a évidemment que peu de statistiques car soit on ne croit pas les prostituées, soit on en rigole ("une prostituée violée ?cela n’existe pas ! "), soit on se dit qu’elle l’a bien cherché.
A ce compte là n’importe quel criminel a des proies de choix sous le nez.

Ce qui s'est passé au Canada pourrait arriver ici ; la loi sur le racolage passif, la perception goguenarde et insultante des français face aux personnes prostituées, créent, de fait, des situations où les prostituées sont des victimes de choix pour les criminels.

Le fait d’être autochtone (indien donc) rajoute encore à ces discriminations. On n'a commencé à s’intéresser aux femmes disparues sur la highway of tears (voir lien en dessous) qu'à partir du moment où une blanche a été assassinée.

Différentes sites qui peuvent vous intéresser :
Justice for Missing and Murdered Indigenous Women

Highway of tears

La liste des femmes disparues à Vancouver

Les femmes autochtones trop souvent victimes de violence raciste et sexiste

TumblrPartager

  5 réponses sur “Canada ; pas de justice pour les prostituées et les amérindiennes”

  1. je ne sais pas quoi dire face à tout cela. c'est désespérant.
    tout à l'heure sur libé, un article sur la sortie d'un bouquin de deux journalistes américains affirmant qu'il manque 100 millions de femmes (!!) dans le monde dû à la criminalité de tous ordres qui les frappe.

    http://www.liberation.fr/monde/0101634246-il-manque-100-millions-de-femmes

  2. Je trouve bizarre le mélange que tu fais dans ton article en ciblant deux entités : d'une part une communauté ethnique, de l'autre ce que j'appellerai un "groupe social" (faute d'avoir trouver plus pertinent). Je ne renie pas du tout ce que peuvent subir les uns et les autres, et je trouve l'histoire que tu relate effectivement très choquante, mais je trouve un peu limite de faire ce genre de rapprochement.

    L'observation des comportements sociaux est un domaine qui m'effraie un peu, notamment parce que la multiplicité des paramètres nous fait toujours courir le risque d'une interprétation de travers.

    Dans l'exemple qui nous concerne, tu évoques le sorts des femmes amérindiennes : est ce qu'il existe une statistique de références équivalente pour les hommes ? Je trouverais très pertinent une stat disant "80% des victimes de violence éthnique sont des femmes"

    Je sais cependant que tu prône un combat "ciblé" là ou je privilégie les solutions d'ensembles et que c'est un éternel débat.

    ... au moins nous sommes d'accord sur le fait qu'il faut faire quelque chose :)

  3. flashou.
    En fait le ciblage que je fais n'est pas si bizarre. Il montre que plus tu cumule les "handicaps" (ici prostituée et amérindienne), plus tu subis. Cela serait d'ailleurs la même chose en France où pas mal de prostituées sont des migrantes sans papier donc très fragiles.

    "Je sais cependant que tu prône un combat “ciblé” là ou je privilégie les solutions d’ensembles et que c’est un éternel débat."
    on peut y revenir ! Nous sommes obligés de cibler. ce qu'une femme amérindienne subit (ou un homme) n'est pas du même ordre de ce que subissent une femme ou un homme qui ne le sont pas. Si l'ONU juge utile de rappeler le Canada à l'ordre c'est justement parce que la justice n'est pas la même pour tous et toutes.
    Si tu me frappes c'est grave. Si tu me frappes parce que je suis une femme et qu'à ce titre tu estimes pouvoir le faire en toute légitimé, cela ne nécessite pas la même approche. Il ne faut plus lutter uniquement contre la violence mais contre la violence prenant racine dans le sexisme.

    "Je trouverais très pertinent une stat disant “80% des victimes de violence éthnique sont des femmes”
    Cela serait compliqué à faire.
    On peut partir de l'exemple français ; on sait qu'un homme maghrébin ou d'origine maghrébine est plus discriminé dans le cadre de l'emploi, qu'une femme de la même origine. Lui est soupçonné d'être paresseux et elle d'être courageuse car voulant à tout prix sortir de son milieu d'origine si atroce.
    dans le cas de la highway of tears (voir lien) ce sont quasi exclusivement des femmes amérindiennes qui ont disparu et/ou assassinées. Parce que ce sont des femmes ? oui sans aucun doute. Le fait d'être amérindienne amplifie t il le risque ou est ce parce que les réserves ou elles habitent ont un pauvre réseau de bus ce qui les expose à faire du stop donc à tomber sur des sadiques ? Ou alors les dits sadiques prennent ils réellement leur pied a cibler spécifiquement les indiennes ? dur à dire.
    On ne peut donc dire si une femme migrante ou autochtone qui subit des discriminations le subit du fait de son sexe et/ou de son ethnie.
    De plus les violences racistes sont aussi genrées ; un homme sera davantage tabassé et une femme violée. On peut donc supposer que, si nous faisons des statistiques, le viol d'une femme autochtone sera automatiquement considéré comme de la violence de genre alors que ca peut être aussi de la violence raciste.

  4. J'ai suivi cette affaire car elle a fait l'objet d'une émission de radio. De plus ,une des séries d'enquête américaine reprend aussi cette base pour une des affaires.
    Ce qui encore plus sordide est que cet agriculteur possédait un restaurant où la bonne société venait manger du cochon issu de son élevage...Seulement, on se demande s'il n'a pas donné ses victimes à manger aux bêtes...

    En tout cas, les experts mettaient l'accent sur le fait que la même chose n'aurait pu se passer de la même façon pour des non-améridien donc le cumul de facteur prend issu tout sen sens.

  5. [...] This post was mentioned on Twitter by valerieCG. valerieCG said: Canada ; pas de justice pour les prostituées et les amérindiennes : http://tinyurl.com/333gbcw [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.