Nov 222013
 

Ce qu'il y a de formidable avec notre vision du racisé-e,  c'est qu'il est tout entier contenu dans ce qui le racialise ; sa culture, sa religion, sa couleur de peau.
Il serait comme incapable de s'en sortir, incapable de voir plus loin que son taux de mélanine ou le tissu qu'il porte sur la tête.
Dans cet entretien, publié dans le désormais très antiraciste magazine Elle (qui, tel Charlie hebdo, demandera bientôt aux copains du Monde une grande tribune pour expliquer combien ils sont antiracistes) , Eliacheff nous montre de façon magistrale comment elle pense les racisés.

Les racisés ne sont pas vus comme des êtres pensants, mais des êtres agis et tout entiers contenus dans leur religion, leur couleur de peau, leur culture.
Une femme voilée est ainsi tout entière contenue dans son voile, qui devient un élément naturalisé au même titre que la couleur de peau chez d'autres. Une femme voilée est agie par un bout de tissu alors que je ne suis pas agie par mes talons de 7 cm.
Un femme voilée est agie par un bout de tissu alors que les catholiques ne sont agis par rien.
Les non racisés ne sont pas suspectés, a priori, d'être autre chose que ce dans quoi on les a classés. Un racisé, lui, reste avant tout qui un noir, qui une femme voilée, qui un rom. Toutes ses actions passent forcément par le prisme de racialisation et sont pensées comme telles.

On gagnera évidemment à comprendre encore une fois que la race est une COMPLETE construction sociale ; on a beau, vaguement l'avoir calqué sur des couleurs de peau, l'évidence du racisme anti rom aujourd'hui (ou juif hier) montre qu'il s'agit de constructions sociales et non pas naturelles.

Dans son entretien, Eliacheff dit "Mais, même si on ne leur parle pas de signification religieuse, ils perçoivent qu’il y a une différence entre les hommes et les femmes, que les femmes doivent se comporter différemment en présence des hommes."
Le féminisme entier est consacré aux problèmes engendrés par les différentiations hommes/femmes et au sexisme. Nous avons eu pendant six mois des gens, très peu voilés, nous expliquer combien les différences hommes/femmes étaient à conserver. Mais ce n'est pas ce sexisme-là dont parle Eliacheff. Ce sexisme là serait résiduel, serait le fait de quelques imbéciles alors que le sexisme musulman - qu'il reste à définir - serait univoque et porté par l'ensemble des membres du groupe.

Il y aurait la bonne différentiation hommes/femmes ; rouge à lèvres, jupe et talon et le mauvais, le voile. Un voile est effectivement une manière de différencier les femmes des hommes et de faire porter aux femmes des devoirs différents de ceux des hommes ; comme des talons. Comme une jupe. Or il est supposé par tous et toutes que nous sommes capables de penser au delà de nos talons ; mais il est admis par beaucoup qu'une femme voilée ne pensera pas au delà de son voile.
Ainsi Eliacheff  admire beaucoup la différentiation hommes/femmes lorsqu'elle est occidentale : "Ma mère était la plus belle des mamans. Je me souviens de ses robes de grands couturiers, de son parfum. Comme toutes les petites filles, j’ai essayé ses talons hauts et son rouge à lèvres. Elle m’a initié à la féminité, pas seulement par l’exemple : c’est elle qui m’emmenait chez le coiffeur et m’achetait mes vêtements, seules activités qu’elle ne déléguait à personne. Séduisante, élégante, intelligente, travailleuse: c’était ça, être une femme."

Du déterminisme génétique on passe au déterminisme religieux, en supposant que l'islam oblige de façon quasi génétique (on est tellement proche d'un naturalisme) ses membres à des comportements irrationnels et dont ils ne peuvent s'empêcher. Ainsi "Une salariée voilée ne se contente pas de porter le voile : elle pourrait aussi appliquer aux enfants ce qu’elle estime être les règles de sa religion." Nous ne sommes pas capables de penser un noir au delà de sa couleur de peau et encore moins capable de penser un musulman au delà de sa religion. L'"acte" de folie d'un blanc devient "un acte politique" chez un racisé. La "délicieuse féminité" d'une blanche devient "un insupportable communautarisme" chez une femme noire en  boubou et "un acte prosélyte" chez une musulmane voilée.

Personne n'a jamais interrogé ce que peut renvoyer chez un nourrisson, un visage peinturluré ("tiens ces êtres se mettent de la couleur rouge sur les lèvres c'est curieux"), personne ne s'est jamais demandé ce que cela peut susciter la vision de jambes perchées sur des échasses pointues et la simple idée de faire indifféremment jouer des enfants avec des poupées ou des voitures, nous vaut depuis presque un an, des manifestations, des réunions de la part des opposants au "gender". Mais tout cela est vu comme un simple et sain débat public alors que le voile est lui vu comme l'abominable signifié d'un signifiant atroce, la soumission de la femme.

Guillaumin disait "La classe propriétaire construit, sur les pratiques imposées à la classe appropriée, sur sa place dans la relation d'appropriation, sur elle, un énoncé de la contrainte naturelle et de l'évidence somatique". Elle en parlait ici pour le sexe mais cela est tout aussi vrai pour la race. Nous imposons différentes pratiques aux musulmans, et spécialement aux femmes voilées parce que nous savons combien ils sont incapables de se détacher de ce qu'ils sont. Nous interdisons de plus en plus le voile car nous savons qu'une femme voilée est incapable de penser au delà de son voile. C'est à se demander s'il ne fallait pas aussi imposer le blanchiment de peau cela aurait évité à certains d'être de si courte vue et de ne raisonner qu'en fonction de leur peau noire.
Le voile devient comme je l'ai dit un élément naturalisant c'est à dire qu'on prête des qualités et des défauts intrinsèques à celles qui le portent ; ainsi une femme voilée est forcément sexiste (ou d'un mauvais sexisme comme l'on veut). Elle est à la fois mue par son voile et mue par les hommes de sa communauté.

Guillaumin disait encore "L'absence (de désir, d'initiative, etc.) renvoie au fait qu'idéologiquement les femmes SONT le sexe, tout entières sexe et utilisées dans ce sens. Et n'ont bien évidemment à cet égard, ni appréciation personnelle, ni mouvement propre : une chaise n'est jamais qu'une chaise, un sexe n'est jamais qu'un sexe."
C'est encore une fois vrai pour les racisés et ici pour une femme voilée ; elle n'est que sexe et race (je vous renvoie à la définition de race donnée dans le premier lien du texte). Ils ne peuvent pas être autre chose que ce qu'ils sont (c'est à dire comme on les a définis), et sont, évidemment, absolument incapables de penser en dehors de leur race.
Un non musulman est capable de penser en dehors de sa religion et a le bon sens de ne pas l'imposer à tout le monde. Le musulman et a fortiori la musulmane mue à la fois par son sexe et sa race en seraient bien incapables ; tout leur rapport au monde est façonné par la race. On est fort proche vous le constatez d'une vision raciste "originel" ; le noir est esclave, est inférieur car il a des caractéristiques physiques et mentales qui l'ont façonné pour l'être et, malgré toute notre bonne volonté (l'évangélisation), on constate bien qu'il ne peut aller au delà de sa race. Le racisé n'est pas capable d'être autre chose que ce que nous avons défini qu'il est. Une musulmane travaille musulman, mange musulman, marche musulman, a des loisirs musulman, élève les enfants des autres de façon musulmane. Elle est incapable d'être autre chose que musulmane et cela explique donc, les lois spécifiques régissant son comportement quasi instinctif.

Musulman devient une sorte de nouvelle couleur de peau dont il est impossible de se détacher ; c'est en cela vous l'aurez compris qu'on peut parler de racialisation de l'islam ce qu'est l'islamophobie.

 

Share

  106 réponses sur “L’islam ce nouveau déterminisme selon Eliacheff et ELLE”

  1. « Ces hommes en qui l'islamisme s'est incarné jusqu'à faire partie d'eux, jusqu'à modeler leurs instincts, jusqu'à modifier la race entière et à la différencier des autres au moral autant que la couleur de la peau différencie le nègre du blanc, sont menteurs dans les moelles au point que jamais on ne peut se fier à leurs dires. Est-ce à leur religion qu'ils doivent cela? Je l'ignore. Il faut avoir vécu parmi eux pour savoir combien le mensonge fait partie de leur être, de leur coeur, de leur âme, est devenu chez eux une sorte de seconde nature, une nécessité de la vie. »

    Maupassant, "Allouma", 1889

  2. "Lapsus" ? j'ai lu, à la première lecture, "le désormais très raciste magazine Elle"...

    Je ne suis pas du tout l'actualité, Charlie je ne le lis pas, et le peu que j'ai pu lire de Elle (c'était quand mon ex belle-mère me filait ses vieux numéros, ou à l'occase quand je croise un article partagé sur fb), ça me dégoûte suffisamment.
    Pousse-au-viol, aliénant, etc.... Elle c'est un pire torchon comme disent nos voisins suisses ^^

    Par contre ce que tu mets en avant, le fait de définir les gens uniquement par leur "race" quelle qu'elle soit, je l'ai remarqué un peu partout.
    On en est victime aussi en agriculture, mais le coup du "si elle est voilée elle va apprendre l'islam aux gamins", c'est du même concept que "elle a une croix autour du cou, elle va apprendre la religion aux mômes".

    Perso, j'aurais plus peur du catholicisme (que je trouve plus "vicieux" dans notre société, va comprendre pourquoi) que d'une femme voilée. D'autant plus que franchement.... un gars CLOUE sur une croix, c'est vraiment dégueu.

    Dans le même concept (ou presque), quand tu parles des roms (ça m'a fait penser à mon article sur les caravanes, c'est un sujet avec lequel j'ai du mal à rester impartiale, parce que justement, j'y suis confrontée, en suis victime, directement ou indirectement...), ça me fait penser à mes réaction primaires quand je vois des convois de caravanes : "chez qui ils vont aller squatter ?"
    Alors que bon.... On a UNE communauté vraiment très problématique par ici, et sinon, bah... des invasions sauvages, mais rien de mortel...

    Pour moi, ce ne sont pas des voleurs d'enfants, etc... Mais bien des "sans-gène". je dois constament me foutre des baffes pour empêcher mon vécu prendre le pas sur mon "à vivre".

    Cependant, je ne pense pas que tous ceux qui traitent de cette femme musulmane et des autres de cette façon aient été confrontés, eux, au "problème" de l'évangélisation arabe sauvage de leurs gamins....

    • "Ce qu'il y a de formidable avec notre vision du racisé-e, c'est qu'il est tout entier contenu dans ce qui le racialise ;" non content de ne pas correspondre à ce "notre vision" le racisé se drappe trop souvent dans ce qui le racialise chaque fois qu'il peut en tirer un avantage ou un privilège , pire cette perception fait complétement l'impasse sur ce qui racialise au dela de critères objectifs parfois au dela du perceptible , du conscient et là , circulez y'a rien à dire ....

  3. Mais d'où vous sortez "ce sexisme là serait porté par l'ensemble des membres du groupe" pour ensuite parler de femmes voilées? Tous les arabes sont voilées pour vous ou quoi?

    • tu seras avisé de me parler de manière un peu plus correcte.
      Tous les musulmans, voilés ou non, sont vus comme davantage sexistes que les non musulmans.
      un simple exemple.
      un homme tue sa femme ; le geste d'un fou.
      un homme musulman tue sa femme ; le geste d'un pratiquant d'une religion sexiste.

      • Il y a plein d'arabes (et de noirs) non pratiquants et pourtant de culture musulmane. De la même façon qu'il y a une floppée de blancs de culture catholique et pourtant athée (parce que la famille, l'éducation etc...).

        Ici, vous comparez LMPT-tendance catho à LMPT-tendance voile. Et les gens normaux, ils sont où?

        • je ne vais pas vous laisser longtemps entendre qu'il y aurait les gens normaux versus les femmes voilées.
          donc vous vous calmez sérieusement.

          • Allez-y... Qui attaque l'autre ici? Qui est en train de dire que le type qui a eu le malheur de naître dans une culture musulmane doit forcément porter le voile (pour les fille) ou la barbe sinon, et que jamais au grand jamais il n'aura le droit d'être un athée anticlérical comme les autres, parce que vous comprenez, ce serait faire le jeu des racistes?

          • tchaf ; mais qui dit cela ?

          • vous, depuis deux billets et x réponses aux commentaires.

        • Tchaf, tu es à côté de la plaque.

          On ne parle pas ici de la liberté des personnes issues de la "culture musulmane" (tes mots) de s'affranchir de cette religion, ce n'est PAS LE SUJET. On parle de femmes qui choisissent de porter le voile pour des raisons qui leur sont propres et qu'on vient emmerder, alors qu'on s'en est toujours foutu que la nounou ait une croix autour du cou et qu'on ne s'est jamais demandé si du coup elle allait enseigner le créationnisme à nos mômes.
          La liberté de culte est encore autorisée en France, à ce que je sache, alors effectivement, les personnes issues de "culture musulmane" ont parfaitement le droit de se contrecarrer de l'Islam, mais elles ont AUSSI le droit d'être pratiquantes et qu'on leur foute la paix. Et dans cet article, Valérie parle de musulmans et d'islamophobie. C'est toi qui choisit d'englober les personnes non pratiquantes dans ton interprétation de l'article alors que ce n'est tout simplement pas le sujet.

          Et enfin, ton avant-dernier post est incompréhensible : où est-ce que Valérie a seulement parlé de "faire le jeu des racistes" ? Où a-t-elle dit ou suggéré ce que "devraient" faire les personnes issues de la "culture musulmane" ? (Et si c'est dans cet article, comme tu l'affirmes après, je veux bien les passages concernés, parce que j'ai beau relire, je ne vois pas.)

    • Réponse simple à une question idiote : l'opposition "musulman modéré vs islamiste" (comprendre : arabe athée vs traditionaliste) imposée notamment par les islamophobes répond à votre question : les termes du débat sont, que ça nous plaise ou non, posés en ces termes. Ainsi le pratiquant qui pratique par "piétisme", en mettant la pratique habituelle avant tout, parce que ça se faisait dans sa famille, est considéré comme étant dans le même groupe que les "born again" ou que les convertis. Parce que l'appartenance à l'islam n'est pas classifiée en fonction de critère sérieux (relevant de la pratique) mais en fonction d'un critère abstrait, qui est l'aliénation plus ou moins grande à ce qui est considéré et parfois exprimé comme une idéologie totalitaire. Donc c'est bien simple : ce que vous appelez les "gens normaux", c'est ce que Charlie Hebdo et ses copains appellent, pour se donner l'impression qu'ils ne sont pas racistes, les "musulmans modérés". Qui peuvent être des croyants et pratiquants qui ont pour mille raison des pratiques distinctes de ceux dont on parle quand on parle du voile, mais vous venez d'avoir votre réponse : quand on parle du voile, on ne parle pas d'eux.

      Sauf comme caution pour justifier un propos raciste. Exemple : "Je suis contre le totalitarisme du voile et il faut l'interdire, mais ce n'est pas raciste. Parmi les musulmans il y a des gens normaux".

  4. Je suis un peu gêné par la transition, involontaire peut-être, que vous faites entre "femme musulmane" et "femme voilée". Jusqu'à preuve du contraire, ce n'est heureusement pas bijectif.
    Je pense être assez tolérant (dans le sens "pas choqué") par rapport aux comportements individuels, et à ce titre je ne pense pas que le voile soit une question centrale, et encore moins un "problème" en tant que tel. Ceci étant, cela reste un choix (ou au pire une contrainte), et on peut je crois donner du sens à ce choix sans être raciste ou racisant.
    La question de la crèche (garde collective) et de la garde individuelle ne sont pas complètement transposables, mais personnellement si la personne qui garde mes enfants mettait le voile quand elle garde mes enfants, ou arborait sur sa porte le drapeau de la manif pour tous, je m'interrogerais sur la poursuite de la relation.

    • tu mets sur le même plan des gens qui ont une expression intolérante (la manif pour tous) et des gens qui pratiquent une religion (le voile).
      les manif pour tous ont fait bien autre chose que pratiquer leur religion ; leur expression est quotidiennement intolérante et homophobe.
      le voile est le voile ; du tissu. il ne préjuge pas que celle qui le porte est homophobe/sexiste ou que sais je.

      • OK, merci pour la réponse. Ma remarque portait, au-delà du jugement moral, sur le lien supposé entre le voile et la religion.
        Personnellement, je vois une femme voilée comme une femme voilée, pas comme une "musulmane" (parce que la religion des gens, en soi, je m'en fous un peu).
        Je partage l'essentiel de l'analyse de l'article, mais je trouve que l'argumentaire passe un peu vite de "portant le voile" à "racialisée". Je fais partie de ceux qui font attention à ne pas penser "arabe" = forcément musulman et "musulmane"=focément voilée (entre autres). Bon, c'est peut-être un détail au vu de la réflexion du billet.

        • j'ai du mal m'exprimer en fait.
          je dis que la racialisation est un processus visant à faire d'une caractéristique physique/culturelle/religieuse un crtière pertinent pour désigner un groupe entier comme ayant des caractéristiques inférieures à celui qui les a racialisé.
          ainsi l'islam devient un critere de racialisation comme la couleur de peau;
          le sujet n'est pas de dire qu'un arabe est ou pas musulman vu que de toutes facons un arabe est racialisé et un musulman est également racialisé qu'il soit musulman ou pas. Une de souche qui se convertirait deviendrait une racisée si elle porte le voile. mai un arabe est racialisé qu'il soit ou non musulman.

          et donc si tu vois une femme voilée comme une femme voilée, et pas comme une musulmane, pkoi te demanderais tu si tu peux lui confier tes enfants ?

          • vous confieriez vos enfants à un(e) militante de la manif pour tous?

          • la militante pour la MPT est homophobe ce que peut être ou ne pas être la femme qui porte un foulard. je n'ai a priori aucune raison de penser qu'elle est homophobe.

          • Ce que vous ne comprenez pas (ou faites semblant de), c'est que grand nombre de ses femmes voilées sont l'équivalent "musulman" de ces femmes LMPT.

            Et que votre belle défense de ces gens là renvoie toutes les personnes de culture musulmanes, mais qui ne pratiquent pas ou peu, ou pas de cette façon, à l'obligation se défendre ses gens là -qui sont des fachos- parce que vous avez décidé qu'une solidarité de type raciale devait s'exercer pour de pures raison de partage d'ancêtre à plus ou moins long terme -plutôt plus que moins d'ailleurs-.

            Or ce n'est pas le cas: et beaucoup de gens aimeraient bien avoir la possibilité de ne pas être amalgamé à des fachos d'extrême droite, fussent-ils de la même couleur de peau que soi.

          • tu en est encore à amalgamer race et couleur de peau. on cherche toujours le rapport. et donc puisque tu assimiles les femmes portant un foulard à des fachos d'extreme droite tu es désormais banni. bonne continuation.

        • Bonjour,
          Je me sens obligée de rejoindre Valérie sur ce point. Oui tu t'éfforces de déconstruire les préjugés auxquels tout un chacun est confronté. Cependant pour ne pas confier tes enfants à une femme voilée, au delà de comparé son choix à une adhésion à la manif pour tous j'ai une question pour toi.
          Hésiterais-tu à confier tes enfants à une none? À une juive orthodoxe? Car nous oublions souvent que le voile n'est pas seulement musulman, c'est le symbole de la pudeur et de l'humilité, de dévotion à Dieu et ce dans les 3 religions monothéistes.
          Donc les religieuses portent un voile, certaines musulmanes portent un voile et le foulard juif n'est ni plus ni moins qu'un voile, donc pour revenir à ma question, émettrais-tu des réserves à confier tes enfants à une juive orthodoxe ou à une non?

          • Oui, bien sûr j'hésiterais de la même manière. Encore une fois, décidé de porter constamment le voile en présence de personnes étrangère au foyer familial me semble mériter une analyse.
            Après, je n'ai jamais dit (évidemment) que ma réponse serait forcément négative, j'ai failli avoir une nounou voilée pour mes enfants, qui paraissait très bien.

          • ben non, moi je n'hésiterais pas à confier mes enfants à des gens différents de moi, différents par leurs convictions et leur pratique et leur tenue et leur nationalité et leur couleur de peau. je leur confie mes enfants pour des temps et des responsabilités spécifiques, je ne leur demande pas de me remplacer, je ne leur donne pas mes enfants, il n'y a pas de confusion des rôles et les enfants ne sont pas idiots.
            je n'hésiterais pas une seconde à défendre qu'il est salutaire de vivre, rencontrer et travailler avec des gens variés, et même je crois trés mauvais de se construire des ghettos et d'en construire autour de ses enfants soit disant pour les protéger: les protéger de quoi? du monde entier?
            Dans le passé, j'ai vécu dans un pays maghrébin, ma fille allait à l'école publique avec une institutrice musulmane et elle a même appris des versets du coran par coeur; et puis je l'ai aussi parfois confiée à ma belle mère ultra catho, qui était une excellente grand mère mais qui était sûrement plus prosélyte que l'institutrice; et au final ma fille devenue adulte est athée.

  5. [...] L’islam ce nouveau déterminisme selon Eliacheff et ELLE » Crêpe Georgette [...]

  6. [...] L’islam ce nouveau déterminisme selon Eliacheff et ELLE » Crêpe Georgette [...]

  7. C'est très différent, d'être raciste ou d'être anti-islamiste et les gens font la différence.
    Une femme voilée peut être normande, issue de normands depuis les croisades, avec la peau rousse et les yeux bleus, elle se heurtera à la même méfiance, au même rejet que n'importe quelle femme voilée.

    Se voiler, c'est autre chose qu'un petit bout de tissu. Sinon, ce ne serait pas si important de le mettre ou de l'ôter selon les endroits, les circonstances...
    Est-ce qu'il faut traiter de raciste quelqu'un qui perçoit ce message "je suis voilée, donc je suis musulmane, j'appartiens à mon dieu, à ma famille religieuse, je veux que vous le sachiez avant toute chose, avant de me parler. C'est ce que disent la croix ou la kippa aussi !
    Après, c'est facile de dire "c'est un individu qui ne se rédu