sept 152015
 

Beaucoup ont tendance à voir les féministes comme un groupe monolithique, dont les membres seraient interchangeables. Le féminisme est, plus que jamais, riche de personnalités très diverses.
J'ai donc décidé d'interviewer des femmes féministes ; j'en connais certaines, beaucoup me sont inconnues. Je suis parfois d'accord avec elles, parfois non. Mon féminisme ressemble parfois au leur, parfois non.
Toutes sont féministes et toutes connaissent des parcours féministes très différents. Ces interviews sont simplement là pour montrer la richesse et la variété des féminismes.

Lire la suite »

TumblrPartager
nov 132014
 

Je vais vous résumer Et si on en finissait avec la ménagère ? de François Fatoux.

L'égalité entre hommes et femmes au sujet des tâches ménagères serait atteinte vers 2460. En 2010 les femmes faisaient 4h01 de tâches ménagères par jour et les hommes 2h13. C'est une heure de moins pour les femmes depuis 1986 et 6 mn de plus pour les hommes.

L'INSEE divise l'emploi du temps comme suit :
- le temps physiologique : sommeil, repas, toilettes, soins
- le temps professionnel et la formation
- les loisirs
- la sociabilité : téléphone, conversations, visites
- les transports
- le temps domestique : ménage, cuisine, linge, courses, soins aux enfants, jardin, bricolage, soins aux animaux

Lire la suite »

sept 112014
 

Le texte comporte des références explicites au viol et à la violence.

Je pense à ces femmes qui sont rentrées le soir et ont nettoyé leur manteau plein du sperme d'un frotteur.
Je pense à ces femmes qui doivent décerner des médailles à leur mec lorsqu'il a fait, une fois, un plat de pâtes.
Je pense à ces femmes qui serrent les dents très fort devant un supérieur paternaliste.
Je pense à ces femmes qui sourient pour ne pas hurler devant une blague sexiste.
Je pense à ces femmes qui ont dix ans de thérapie pour arriver à gérer leur viol.
Je pense à ces femmes dont le mari les laisse sortir.
Je pense à ces femmes dont le mari aide au ménage.
Je pense à ces femmes dont on n'a pas écouté la voix et à qui on a pratiqué une épisiotomie malgré leur refus.
Je pense à ces femmes qui ne jouent plus à des jeux en ligne car c'était trop invivable.
Je pense à ces femmes qui font 2 km de détour pour rentrer chez elles.
Je pense à ces femmes qui ne sortent pas de chez elles quand il fait nuit.
Je pense à ces femmes qui craignent de rentrer chez elles car il les attend.
Je pense aux femmes aux coups, aux bleus, aux nez cassés, aux vagins déchirés,  aux fistules anales après un viol, aux sourires sans dent après un énième coup de poing, aux morsures, aux coups de crosse, aux visages défigurés.
Je pense à ces femmes aux triples journées de travail.
Je pense à ces femmes dont le mari feint des maux de dos subits pour ne pas se taper le ménage.
Je pense à ces femmes qui se font mal au ventre à attendre qu'il daigne se bouger le cul et ne serait-ce que "les aider".
Je pense à ces femmes, ces "ma petite", ces "beaux petits culs", ces "joli chocolat", ces "mademoiselle hey psstt", ces "'hey ma grosse salope", ces "hey grosse pute tu vas répondre", ces "salope réponds ou je te défonce".
Je pense à ces femmes dont on a arraché le foulard dans la rue.
Je pense à ces femmes à qui on a montré l'échographie du foetus à avorter.

Lire la suite »

août 172014
 

Je vais vous résumer Les femmes de droite d'Andrea Dworkin. Le livre date d'il y a trente ans ce qui explique par exemple qu'elle évoque le viol conjugal en soulignant qu'il est autorisé. Je résume ce livre en réaction aux nombreux textes réagissant au tumblr des femmes anti féministes.

Dans la préface, Christine Delphy souligne qu'à part Dworkin peu de féministes ont évoqué la sexualité hétérosexuelle dans une société patriarcale. On a revendiqué le droit des femmes à se prémunir des conséquences de cette sexualité via la contraception et l'IVG.
Dans la vision féministe comme dans la vision patriarcale, le viol, l'inceste sont vues comme des transgressions à la sexualité comme les violences conjugales sont vues comme des transgressions à la définition du mariage.
Pourtant s'ils sont aussi banalisés c'est qu'ils sont tolérés sinon encouragés et que la violence est partie intégrante de la sexualité hétérosexuelle patriarcale comme le pense Dworkin.
Dans ce livre Dworkin parle des femmes de droite qu'elle ne condamne pas mais dont elle regrette les choix. Elle estime qu'elles ont affaire à un pouvoir trop vaste et qu'elles se sont aménagées l'espace qu'elles pouvaient.
La question se pose de savoir sir les gains du mouvement féministe ne peuvent être saisis par les hommes et utilisé contre les femmes. Ainsi elle rappelle que la libération sexuelles des années 60 a enjoint les femmes à être disponibles envers les hommes sinon elles étaient considérées comme non libérées.
Delphy estime que les féministes ont échoué à définir la sexualité hétérosexuelle ; cela se définit toujours par un rapport sexuel qu'avant les femmes n'étaient pas censées aimer et que, maintenant elles doivent aimer.
Dworkin dit que la violence de l'acte sexuel ne réside pas dans l'anatomie masculine mais dans l'interprétation qui en est faite.
La sexualité hétérosexuelle devient un acte où la femme doit jouir de sa propre destruction, pour se conformer à l'archétype du masochisme féminin.
Delphy critique le féminisme queer qui réduit le genre aux rôles dans la sexualité qu'on pourrait performer alors que les discriminations persistent, elles, bel et bien.

Lire la suite »

mai 032012
 

En titrant mon article, je constate qu'on a au fond le choix entre deux choses ; faire le plus beau métier ou le plus vieux ; mère ou putain en somme. Je n'ai evidemment rien contre l'un ou l'autre mais les expressions sont assez drôles.

Philippe m'a montrée cette video signée Procter & Gamble pour les Jeux Olympiques de Londres.
Cela me rappelle d'ailleurs une brève conversation que j'ai eue sur twitter sur "les femmes qui sont sacrées car elles donnent la vie".

Lire la suite »

fév 262012
 

Le sociologue François de Singly s'est intéressé, dans son dernier livre "Séparée" au fait que les trois quarts des divorces sont demandés par des femmes.

En 1978, il y avait 17 mariages dissous sur 100 après 20 ans de mariage ; en 2008, on en est à 34 (le concubinage n'est pas comptabilisé).
De Singly a interrogé de nombreuses femmes et essayé de comprendre à la fois pourquoi elles étaient les principales instigatrices du divorce et pourquoi elles avaient estimé qu'il fallait le demander.

L'ouvrage est émaillé de nombreux exemples issus de la littérature ou du cinéma. On retrouve des livres d'auteur ayant marqué les années 80 comme Pancol ou Ernaux qui évoquaient le divorce alors que le phénomène était en pleine augmentation.

Lire la suite »