mar 182018
 

Les éditions Citadelles & Mazenod ont eu l’extrême gentillesse de m’envoyer un livre dont j’attendais la parution en trépignant : Ravissement Les représentations d’enlèvement amoureux dans l’art, de l’antiquité à nos jours de l’historien d’art Jérôme Delaplanche.

L’auteur explique « Les représentations d’enlèvement définissent un système entièrement masculin. Ce sont des œuvres d’art créées par des hommes, pour des hommes, et illustrant des récits imaginés par des hommes, pour des hommes. Elles présentent les femmes enlevées de telle sorte que nous sommes associés à la convoitise masculine, nous offrant l’image érotisée et complaisante d’une victime frémissante ».

Lire la suite »

TumblrPartager
fév 232018
 

J’ai longtemps eu la naïveté de croire qu’on plaignait les victimes de violences sexuelles. Pas de plainte au sens de se lamenter sur leur sort en pleurnichant qu’elles ne vont jamais s’en remettre ; mais que les gens étaient aptes à comprendre qu’elles avaient vécu un acte grave (ce qui ne rime pas avec « traumatisant »), d’une injustice absolue et dont le seul et unique responsable était le violeur.

Jusqu’à une date récente, le seul moyen de prouver qu’on avait réellement été victime de violences sexuelles était de mourir en se défendant contre l’agresseur. Il était acquis par beaucoup, des médecins aux philosophes en passant par les écrivains (Lacassagne, Tarde, Rousseau, Cervantes…), qu’une femme seule pouvait résister à un homme seul si elle le voulait bien. L’idée persiste encore aujourd’hui. En Italie, il y a quelques années, un violeur a été acquitté au prétexte qu’on ne pouvait violer une femme en jean. Au Canada en 2014, un juge expliquait qu’il suffisait à la victime de serrer les genoux pour éviter d’être violée. Alors, dans les siècles passés, les blessures faisaient office de preuve mais elles avaient intérêt à être impressionnantes, voire invalidantes. Le mieux était évidemment la mort de la victime qui prouvait de manière indubitable qu’en aucun cas elle n’avait voulu ce fameux viol. La littérature regorge de femmes glorifiées pour s’être défendues jusqu’à la mort et en 1950 la toute jeune Marie Goretti est canonisée après avoir été tuée par l’homme qui voulait la violer et à qui elle résistait. Je me suis toujours demandée ce que la papauté récompensait par cette canonisation ; et si ce n’était pas quand même un peu le fait d’être restée "pure", parce qu’on le sait bien, le viol souille, parait-il. Mieux vaut la mort que la souillure, dit-on.

C’est une idée que je n’ai jamais comprise (même si évidemment je ne juge ici pas un seul instant les victimes qui se sentent salies). La comparaison va faire hurler mais imaginez que vous marchez dans une crotte de chien. Votre chaussure sera souillée parce que dans notre société, un excrément est culturellement considéré comme quelque chose de sale, de puant et qui nous salit si on le touche. Dans le cas du viol c’est beaucoup plus compliqué. Le viol est généralement pratiqué avec un pénis (ou quelque chose en faisant substitut), organe hautement valorisé dans nos sociétés et ne peut donc jamais être considéré comme quelque chose de salissant, qui souille celle ou celui qui le subit. Alors le viol est considéré comme une souillure pour la victime mais sans jamais nommer le pénis comme le responsable de cette souillure. Les victimes s’auto-souilleraient on ne sait pas trop comment mais certainement pas avec le sacrosaint pénis qui les a violés. Profitons-en quand même pour également souligner que c’est quand même formidable cette capacité qu’ont les femmes à se souiller. On baise ("trop") ? On se souille. On est violé ? on se souille. Constatons d’ailleurs que viol ou sexe consenti, cela ne fait pas trop de différence, les femmes sont considérées autant souillées par l’un que par l’autre. On met des vêtements sexy ? On se souille. (et on souille l’ensemble des autres femmes tant qu’on y est par une sorte de capillarité féminine de la souillure). On pose nue ? On se souille. Les hommes (hétérosexuels n’exagérons pas non plus) échappent à tout cela avec une capacité d’autowash qu’aucune femme ne possédera jamais. Un homme peut baiser la terre entière ; son pénis sera considéré aussi frais qu’au premier jour. Il peut avoir violé des dizaines de femmes c’est encore elles qu’on considérera comme souillées sans jamais admettre que donc c’est bien lui la salissure. Les hommes restent propres, nets et frais alors que les femmes, fragiles comme des morceaux de coton, sont salies à la moindre occasion. C'est bien pour cela qu'il faut les préserver, les enfermer dans des boîtes comme les plus vieux mettaient le service d'argenterie offert au mariage dans de l'alu pour éviter qu'il ne noircisse.

J’ai longtemps pensé que nous avions dépassé ce stade, qu’une victime de viol était davantage vue comme une victime que comme une fautive, une coupable, une salissure, une faute. J’ai croisé des victimes de tout âge, tout genre, toute couleur, toute religion, toute condition sociale. Je ne crois pas en avoir rencontré une seule qui n’a pas rencontré une réprobation quelconque à un moment donné. Le fait est que nous en voulons aux victimes de viol qui dérangent nos vies ordonnées. Nous avons fini par à peu près admettre qu’il y a quand même beaucoup de viols. Cela fait désordre parce que logiquement, sauf à considérer que les violeurs possèdent une endurance peu commune, s’il y a beaucoup de violé-es, il y a beaucoup de violeurs. Nous aimons à croire à un monde ordonné. Les choses bonnes arrivent aux gens bons et les mauvaises choses aux mauvaises personnes. Alors on se rassure comme on peut. Une victime de viol a du forcément faire quelque chose pour être violée parce que si ca n’était pas le cas, cela pourrait arriver à tout le monde, moi compris. Qu’est ce que cela serait ce monde où les gens qui se comportent bien ne sont pas récompensés ? Qu’est ce que cela serait ce monde où il arrive des saloperies y compris aux gens qui se tiennent bien ? C’est difficile d’en vouloir aux violeurs parce qu’on les connait peu au fond. On en a une très vague image - une sorte de Francis Heaulme décliné à l’infini – et lorsque le violeur sort de ce cadre (dans environ 99.99% des cas), alors notre monde s’écroule et il faut bien trouver une justification pour conserver un monde qui tourne à peu près rond, à peu près juste où les gens sympas ne vivent que des choses sympas et où seuls les salauds sont punis.

Et on ne pardonne pas aux victimes de détruire l’ordonnance de ce monde. On ne leur pardonne pas de dire, on ne leur pardonne pas de ne pas avoir été violée par un monstre, on ne leur pardonne pas de n’être pas parfaite, on ne leur pardonne pas d’être en vie. Une victime de viol morte en se défendant c’est parfait. Béatification assurée par la vox populi. Si vous étiez une sainte avant, vous serez élevée au rang de Vierge. Si vous étiez une putain (oui il n’y a pas beaucoup d’options pour les femmes je sais bien), vous redeviendrez une sainte. Votre mort vous lavera de vos péchés antérieurs et le monde redeviendra cette flaque lisse où les victimes de viol ne parlent pas.

J’aimerais dire qu’il y a des bons viols. Des viols où la victime ne va pas être rendue coupable de ce qu’elle a vécu. Des viols où on lui offrira du soutien si elle en demande et en tout cas, jamais aucune culpabilisation. Et puis Lydia Gouardo, violée par son père pendant des années dont une partie des voisins disait qu’elle « devait aimer ca ». Et puis Natasha Kampush. Enlevée, torturée, violée, affamée pendant dix ans et dont beaucoup ont dit qu’elle devait aimer ca, elle aussi. C'est fou la capacité qu'ont les gens à penser que les femmes adorent les actes de torture et de barbarie. Et puis Shawn Hornbeck, enlevé et violé pendant des années et dont un présentateur américain vedette (depuis viré pour harcèlement sexuel, la vie n’est-elle pas merveilleuse), a dit qu’il avait quand même une vie plutôt sympa avec son agresseur parce qu’il n’allait pas à l’école. Je prends ces trois exemples qui touchent des enfants parce qu’ils sont extrêmement caractéristiques de notre rapport aux victimes de viol, y compris les plus fragiles. La vision d’un monde où on viole ce qui représente, à nos yeux, l’innocence, est si insupportable que nous cherchons à la salir (on y revient) pour se dire, encore une fois, qu’il doit y avoir quelque chose de logique là dedans. Que ces victimes devaient avoir fait quelque chose pour être violées, sinon ca serait vraiment trop insupportable. Nous en sommes encore au stade où la personne victime de violences sexuelles provoque davantage de colère que le violeur. Sa parole, parce qu’elle défait le merveilleux monde que nous avions construit, reste insupportable. On a beaucoup parlé de la libération de la parole, ce qui est une nouvelle fois faire porter la charge du changement aux victimes. Passons, peut-être à la libération de l’écoute.

oct 232017
 

Je me souviens avoir cliqué sur ce lien clickbait qui disait « Ces stars qui ont très mal vieilli » avec une photo de Brigitte Bardot. J’avais la vague espoir qu’on évoque par exemple ses propos racistes répétés, même s’il faudra un jour qu’on parle de cette tendance à attribuer à la vieillesse ou à la sénilité des propos racistes, homophobes, transphobes ou sexistes. L’article s’étonnait donc réellement qu’une femme de 83 ans n’ait plus le physique de ses 25 ans. C’était visiblement une offense personnelle, un sale tour qu’elle nous jouait de vieillir comme tout un chacun. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’il semble presque plus violent pour certain-es que Bardot ait vieilli qu’elle tienne des propos racistes. A se demander ce qu’il se passerait si elle tenait les mêmes propos avec son physique de 1965.

Lire la suite »

fév 202017
 

Les Editions Belin m'ont envoyé les 4 derniers livres de leur collection Egale à Egal. Cette collection existe depuis 2014. Sous forme d'un livre d'une centaine de pages, elle permet d'aborder un thème précis des inégalités entre hommes et femmes. Sont déjà parus par exemple des livres consacrés au temps de parole des femmes à la télévision, à l'école, à la ville, au fonctionnement.

Les quatre derniers ouvrages parus, et que j'ai donc reçus sont donc :
- Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles de Marlène Coulomb-Gully. L'auteure montre par l'histoire de l'exclusion des femmes en politique, le constat des inégalités encore présentes, le rôle des média, le traitement des femmes, les nombreuses inégalités existant encore dans ce bastion masculin.  L'ouvrage se termine par des dates et chiffres clés et un quizz (qui m'a permis de constater mon abyssale ignorance en la matière). Les autres livres de la collection sont d'ailleurs construits sur ce même principe. L'ouvrage recense au fil des pages les nombreuses injures et réflexions sexistes qu'ont pu subir les femmes politiques à travers le monde ; à rappeler à certains qui se présentent désormais comme champions du féminisme.

- Vies de femmes, vies précaires de Thierry Benoit travaille sur la pauvreté et la précarité des femmes en France. Rappelons à ce propos que les femmes sont à tous âges de la vie plus pauvres et plus précaires que les hommes. Après avoir rappelé les chiffres à ce sujet, l'auteur se penche sur les raisons de cette différence ; carrière plus fréquemment interrompue, temps partiel, etc. Un intéressant chapitre montre la maigre place réservé à aux femmes dans l'espace public. J'avais déjà travaillé sur ce sujet pour le blog et je suis admirative de la façon dont l'auteur a réussi à synthétiser les données à disposition ; c'est vraiment un ouvrage que je conseille car ce sujet reste encore méconnu ; comme il y a plus d'hommes SDF, beaucoup en concluent rapidement que les hommes sont plus pauvres que les femmes ce qui n'est pas le cas.

- Femmes et cinéma ; Sois belle et tais-toi de Brigitte Rollet. Même si j'en parle peu sur le blog, je suis une passionnée de cinéma donc tout livre consacré à la place des femmes ne pouvait que m'intéresser. L'auteure montre, ce que j'ignorais, que les femmes ont travaillé dans le cinéma dés son invention. Elle cite en particulier Alice Guy qui fut la première femme au monde à créer une maison de production. Elle rappelle que la plupart des films français des années 30 ont été montés par des femmes. Bref il y avait des femmes dans tous les métiers du cinéma qui ont été oubliées par l'histoire officielle. Elle souligne que dés les années 30, Bette Davis commença à dénoncer le manque d'imagination des scénaristes quant aux rôles féminins ; on peinait à sortir de l'homme sujet et de la femme objet. Le cinéma contemporain n'a pas beaucoup changé, et les statistiques le montrent. Ainsi en 2014, à Hollywood, les hommes représentent 94% des cinéastes. En Europe 1 film sur 7 est réalisé par des femmes et 84% du financement est attribué à des hommes. Elle explique ce qu'est le test de Bechdel et les raisons de sa création. Un chapitre est consacré à la réaction des femmes travaillant dans le milieu du cinéma américain ; actrices, monteuses, scénaristes, productrices toutes dénoncent cette profonde misogynie. Le chapitre suivant est consacré à la situation française, pays qui a (comme toujours) tendance à se congratuler quant aux droits des femmes alors que la situation n'y est pas plus reluisante. Le dernier chapitre est consacré aux initiatives prises pour contrer ce sexisme. Ainsi par exemple, en Suède, le financement est paritaire. A Sundance 50% des films présentés ont été réalisés par des femmes.  Les actrices Juliette Binoche et Jessica Chastain ont lancé une société de production visant à soutenir les femmes.

- Le sexisme au travail ; Fin de la loi du silence ? de Brigitte Grésy. L'auteure montre que le sexisme au travail a longtemps été passé sous silence, y compris par les victimes qui risquaient (et risquent encore) de perdre leur travail en le dénonçant. Elle définit ce qu'est le sexisme au travail en rappelant les différents visages qu'il peut prendre (hostile, dissimulé ou bienveillant). C'est un chapitre très utile pour comprendre que ce qu'on appelle "humour gaulois" est avant du sexisme ; elle prend d'ailleurs des exemples concrets afin de mieux les déconstruire et les expliquer. Pour bien connaître les écrits de l'auteure, c'est sa grande force ; elle est extrêmement concrète et pédagogue. Ce chapitre permet de vraiment bien analyser des situations qu'on est beaucoup à avoir rencontrées.  dans le chapitre suivant, elle analyse les réactions des femmes face au sexisme ; nier, contourner, éviter, minimiser. Elle rappelle ensuite que jusqu'en 2015, la loi française ne protégeait pas les femmes du sexisme au travail. Elle montre les récentes évolutions dans les lois tant françaises qu'au niveau européen. Elle propose ensuite différentes solutions aux entreprises pour lutter contre le sexisme. Le dernier chapitre propose des solutions aux femmes.

jan 182017
 

Dés leur plus jeune âge, les femmes sont éduquées à avoir peur des hommes inconnus ; toute notre culture, notre éducation enseignent aux filles, puis aux adolescentes puis aux femmes que l'extérieur regorge de dangers, le tout premier étant celui d'être violée par un homme inconnu.
Ainsi, lorsque nous sortons, nous devons "faire attention" (à nos verres, nos tenues, nos sorties, nos heures de rentrée, les chemins que nous empruntons, la façon dont  nous nous tenons, la façon de sourire ou de parler etc) pendant que nos frères doivent juste faire attention à ne pas trop boire pour ne pas se tuer en voiture et se bagarrer avec d'autres hommes. La totale responsabilité des viols qui pourraient nous arriver pèse donc sur nos épaules et pas du tout sur les épaules des hommes qui violent.

Lire la suite »

jan 162017
 

Voici le résumé de Pax neoliberalia, Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence de Jules Falquet qui m'a été gentiment envoyé par les éditions iXe. Dans ce recueil de textes, écrits sur une vingtaine d'années, l'auteure travaille sur les enjeux matériels des différentes formes de violences contre les femmes et sur la réorganisation néolibérale de la coercition.

Il est difficile de prétendre en tout début d'année que ce livre sera un des livres les plus marquants de mon année 2017 mais j'ai pourtant bien ce sentiment. L'auteure arrive magistralement à montrer, par exemple, combien la violence patriarcale et celle née du néo-libéralisme touchent en tout premier lieu les femmes (et encore davantage si elles sont racisées).

Lire la suite »

oct 172016
 

J'aimerais vous dire qu'on vit dans une société où il n'y a pas de bonnes ou mauvaises victimes de violences sexuelles.

J'aimerais vous dire que la tenue, l'âge, la morphologie, le physique, le fait d'avoir ou non subi des opérations de chirurgie esthétique, l'intelligence, la culture, le genre, la sexualité et des choses que je suis incapables d'imaginer n'ont aucune espère d'importance lorsque nous parlons d'une victime de violence sexuelle.
J'aimerais vous dire qu'en effet comme on me le répète à chaque article que je fais sur les violences sexuelles, "tout être sensé est contre les violences sexuelles".
J'aimerais vous dire qu'aucune victime de violences sexuelles n'a jamais été tenu-e partiellement ou totalement responsable des violences subies et, qu'au contraire, elle a eu toute l'écoute et la compréhension qu'elle souhaitait.

Lire la suite »

oct 062016
 

Nous sommes toutes et tous profondément éduqué-es, conditionné-es, formaté-es à haïr les femmes. Nous haïssons les femmes quand elles sont belles, nous haïssons les femmes lorsqu'elles sont laides, nous haïssons les femmes quand elles sont grosses, nous haïssons les femmes comme ci ou comme cela. Nous n'aimons rien de ce qui est considéré comme féminin et nous nous en excusons si c'est le cas ("j'aime bien le maquillage pardon c'est un peu futile mais ca me détend" - rire gêné).
Les femmes se haïssent entre elles mais leur pouvoir de nuisance, en termes de violences de genre, reste limité. Les hommes sont éduqués, formatés, à battre les femmes, à les violer, à les harceler. Il existe une violence de genre exercée par les hommes contre les femmes. Cette violence implique des agressions sexuelles, des viols, des insultes sexistes et du harcèlement. Cette violence est condamnée mais aucun réel effort n'est fait pour lutter contre ; la pluie tombe et les hommes violentent les femmes c'est ainsi.
Notre relation aux femmes est faite d'ambivalence. On aime la beauté de certaines femmes mais on tend à les trouver bêtes. On les trouve sournoises, futiles, colériques, têtes en l'air ; des charmantes têtes de linotte qu'il fait bon avoir près de soi mais pas trop longtemps. Nous nous conditionnons à apprécier les qualités dites masculines (franchise, courage, force) et à sur-estimer les défauts dits féminins (sournoiserie et futilité en tête de liste).
Nous affirmons que le viol des femmes est un crime épouvantable mais nous considérons que, quand même, certaines femmes l'ont bien cherché.
Nous affirmons que nous ne frapperions pas une femme "même avec une rose" mais quand même certaines sont bien chiantes.
Lire la suite »

juin 072016
 

Hier, Buzzfeed US a publié la lettre qu'une victime de viol a souhaité lire au violeur qui l'a agressée pendant le procès. Une twitta Queer becca m'a gentiment proposé de la traduire.
Elle a également été traduite par Buzzfeed France.

Je souhaitais voir cette lettre traduite car elle est importante ; non pas parce qu'elle représente l'ensemble des victimes de viols, non pas parce qu'elle permet de comprendre les traumatisme après un viol. Toutes les victimes sont différentes ; il serait absurde de penser qu'elles réagissent toutes de la même façon. Cette lettre est importante parce qu'elle illustre ce que nous appelons la culture du viol. Elle illustre ce que quasi toute victime - homme comme femme - a pu entendre à un moment de sa vie ; le déni, la minimisation et la culpabilisation. Ici c'est le violeur qui est essentiellement porteur des propos culpabilisants, parfois ca sera la police, la famille, le petit ami, les amis, les collègues.
Il serait dangereux de penser que le violeur tient ce genre de propos parce qu'il est un violeur ; avant de l'être, il est aussi un homme lambda, qui tient des propos d'homme lambda comme on peut en entendre chaque jour à propos de chaque affaire de viol.

Voilà je vous laisse avec ce texte. Merci encore à la traductrice qui a travaillé seule, vite et beaucoup.
Lire la suite »

mai 092016
 

Ce matin une femme politique qualifiait un homme, accusé d'agressions et de harcèlements sexuels, de "dragueur réputé lourd".

Nous avons énormément de mal à bien nommer les choses en matière d'agressions sexuelles parce que nos définitions ne prennent jamais en compte une chose ; le fait de ne pas tenir compte du consentement de la victime.
Pour beaucoup d'entre nous, dépasser ses limites, insister, pousser un peu fait partie du "jeu de la séduction" et de l'attitude de certains hommes. Nous avons intégré que certains hommes insistent, c'est comme ça. Et certains hommes ont intégré qu'à force d'insister, ils obtiendront parfois ce qu'ils veulent. On perd toujours à ce "jeu" là ; prenez à la rigolade l'agression pensant ainsi apaiser les choses, vous serez une salope. Repoussez vivement l'agresseur, vous savez une mal baisée qui ne  connait pas la rigolade. L'agression sexuelle est, dans l'esprit de beaucoup, ce qu'est une agression physique, un acte forcément violent, impliquant des poings ou un couteau, qui se passe davantage sur un parvis de cathédrale allemande que dans le salon feutré d'un parti politique. L'agression sexuelle du racisé pauvre contre la drague lourde du chefaillon de parti politique.
Les hommes sont un peu lourds, nous apprend-on ; comme si l'insistance en matière sexuelle venait avec la socialisation masculine. "Si on ne peut plus rigoler" entend-on souvent.
Rigoler, drague lourde, les mots sont légions pour qualifier les agressions sexuelles. Le consentement féminin ne compte pas. Il suffisait de dire non, va-t-on entendre, sans penser qu'on n'a déjà pas à entendre ce genre de phrases dites, répétées et insistantes qui non, n'ont pas à faire partie d'une relation entre hommes et femmes. On me répondra que je veux interdire la drague, ce qui fera une énième fois, l'amalgame entre drague et agressions sexuelle. Insister pour obtenir ce qu'on veut d'une femme est une plaisanterie  connue de tous, un jeu masculin qui se joue seul.

Lire la suite »