sept 202019
 

Il fallait les voir ces 20 dernières années nous expliquer que les publicités sexistes on s’en foutait, tout comme le langage, l’éducation sexiste ou la taxe rose. Seules comptaient, disaient-ils de ceux qui ont étudié le sujet, les violences sexuelles. C’est qu’on n’y avait pas pensé, pauvres truffes qui se contentions de les subir, pauvres connes qui ne sont rien sans qu’on leur explique où pisser et comment le faire.
Personnellement, depuis que je m’y intéresse, il y a eu une petite variante ; je m’y intéresse mal. Pas comme il faut. Je n’emploie pas les bons mots, je ne sors pas les bonnes études et je vexe à peu près tous les hommes de bonne volonté (et ils étaient nombreux) qui étaient tout prêts à m’écouter si j’avais eu une once de bonne foi.
Lorsqu’il y a eu le mouvement #MeToo, je me suis tout de même dit qu’en leur posant cet énorme étron au milieu du salon, cela allait être difficile qu’ils pinaillent. C’est beau la naïveté à mon âge.
Tout a été tenté.
Nous étions tour à tour, mythomanes, folles, hystériques, dignes des meilleurs collabos, incapables d’estimer des situations à leur juste valeur, infoutues de comprendre l’humour, inaptes à saisir l’essence de la France (qu’on reconnaîtrait apparemment aux types qui violent des femmes, tout en expliquant qu’ils sont l’archétype du séducteur à a française), ruinant la vie de types qui devenaient tous des Dreyfus en puissance.
Certains sont allés jusqu’à reconnaître les violences. Mais ils ont ressorti ce concept merveilleux, déjà vu lors des affaires DSK ; le puritanisme infoutu d’admirer les traditions françaises de galanterie. Ce n’est pas qu’il n’y avait pas violence, nous disaient-ils, il y a violence amoureuse, de qui fait toute la différence. Tu voyais ces coqs en érection sur leur tas de fumier, te dire encore et encore que c’est CA la France madame, cette si excitante domination sexuelle entre hommes et femmes que tu appelles violence et qu’ils appellent sexe.
Et là j’ai tout bonnement commencé à me dire qu’il y avait encore du boulot.
« Mesdames, on est contre le viol… tout contre », ricanaient-ils grassement.
L’inertie masculine est une chose merveilleuse, tant elle est matinée d’une mauvaise foi proverbiale. Ils savent. Ne vous leurrez pas, ils savent. Ils savent qu’on ne met pas de main aux fesses, qu’on ne traite pas les femmes de salope qui ne vous disent pas bonjour, qu’on ne force pas la copine qui a trop bu et que non c’est non. Ils savent et ils font parce qu’ils en ont le pouvoir. Ils savent et ils font parce que leurs copains ne leur disent rien, parce qu’on pourra bien hurler que ca fait mal, qu’a minima ca gâche la journée d’avoir encore été prise pour un déversoir à sperme, c’est un peu comme si un réverbère leur parlait. Enfin. Ces gars là, dont la plupart des activités se passent à se gratter le cul entre la machine à café et une video youtube de chat qui pète, donnent déjà des leçons d’incompétence à des astrophysiciennes, des mathématiciennes ou des historiennes. Et on penserait que nos petits sentiments, nos petites plaintes de femmes lambda, leur feraient quelque chose ? Ils savent et ils ne font rien parce que le silence masculin, la corporation masculine, le boy’s club masculin les tient tous par les couilles. Je n’excuse pas, j’explique. Bros before hoes disent les américains. « Les potes avant les putes ». Ce qui fait que le moindre connard sera soutenu parce que la mythologie masculine veut qu’on se soutienne entre couilles, que Jean-Michel Gros Con vaut toujours mieux que n’importe quelle femelle, et que très peu de mecs ont envie d’être mis à part du merveilleux groupe des mecs qui en ont.
Oh ils accordent parfois de la valeur aux femmes, ne nous y trompons pas. Lorsqu’elle leur est apparentée. C’est le seul angle qui marche parfois c’est dire le peu d’espoir qu’on a. « Mais traiterais tu ta sœur ainsi ? » tente-t-on parfois (en oubliant que la plupart des viols ont lieu dans le cercle familial donc oui sans doute qu’il pourrait traiter sa sœur comme ca).
Et puis il y a eu une focalisation médiatique politique et féministe sur les féminicides. Pourquoi pas, t’es là avec ton espoir qui pèse encore 20 tonnes, ou tu te dis qu’ils ne vont pas oser. Quand on te présente le corps d’une femme lardé de couteau, balancé du 5eme étage, ou écrasé par une bagnole, y’a moyen qu’ils s’émeuvent. Mais on avait choisi le mauvais mot dis donc. C’est qu’on est maladroite. C’est pourtant pas compliqué ; ils sont tous prêts à être contre le viol et le féminicide si
- on ne leur en parle pas trop
- on emploie les mots qui leur plaisent
- on parle d’abord des mecs violés et des mecs battus.
- on écarte tous les cas où les femmes l’ont bien cherché.

Je disais hier dans un article sur la bonne victime de viol qu’il fallait qu’elle soit morte, caramba encore raté, même mortes voilà qu’ils nous trouvent encore dans notre tort. Mais que n’a-t-elle choisi un gars comme moi ? Pourquoi se foutent-elles avec des gros cons ?

L’inertie masculine en matière de droits des femmes est chose terrifiante. Terrifiante parce qu’on ne peut plus se bercer de l’illusion qu’ils ne savent pas. Ou qu’ils ne comprennent pas. Ou qu’on leur a mal expliqué. Ils auraient tous cette incroyable compétence dans tous les domaines, qui leur font régulièrement expliquer à des femmes spécialistes leur propre domaine d’expertise, mais devant le sexe seraient des enfants perdus qui ne savent plus rien. Ils perdraient devant leurs potes en train de tenir des propos sexistes, toute capacité d’analyse. « ah bon lorsque Jean-Michel disait que les femmes sont toutes des grosses putes c’était pas un trait d’humour brillant à la Desproges, que tu n’as évidemment pas compris, femelle inculte, voire la dénonciation du sexisme par des propos sexistes ? ». Oh je les vois pérorer un peu partout sur l’incurie de Schiappa, sur ces salauds de violeurs, tout en continuant à rigoler grassement avec des types qui sont misogynes parce qu’il faut séparer l’œuvre de l’artiste n’est ce pas. (et puis il soigne le cancer/a défendu une victime de viol/ est spécialiste de la plantation du rhododendron/s’occupe bien de sa vieille maman). Je les vois savoir que leurs potes sont des agresseurs sexuels « mais quand même on est pas sûr ».
Le backlash est là, énorme, terrible et pire on le voit moins, on se fait baiser la gueule parce que tous les media, productions culturelles ont désormais bien compris que le féminisme fait vendre et nous balancent du feminism washing à tout va. Productions culturelles indigentes dans lesquelles on a collé trois bonnes femmes et dont on se contente vaguement en se disant que c’est toujours ca, articles douteux sur les féminicides où des journaux prétendent avoir constitué des task forces dédiées aux féminicides tout en dédiant des éditos à des pensées masculinistes. Je n'arrive même pas à me réjouir de créations comme Unbelievable sur Netflix. Déjà parce que c'est le quotidien de plein de femmes que de n'être pas crues quand elles disent avoir été violées et frappées (et en fait je préfère regarder un truc qui ne me rappelle pas des trucs glauques) et parce que voir des types avoir des épiphanies devant cette série, me donne des remontées gastriques. "Vous rendez-vous compte ? halala incroyable ca m'a fait mal au bide." Moins que les vraies femmes, dans la vraie vie qui avaient témoigné apparemment. Que voulez-vous, on ne sait pas faire une bonne mise en scène dans la vraie vie.
Je me souviens avoir expliqué un jour à un journaliste, qui voulait écrire sur le harcèlement, et donner à la fois la parole aux harceleurs et aux harcelé-e-es, que ca ne marchait pas comme ca, qu’il n’y avait pas 15 mn pour les juifs et pour les nazis. Il n’a pas compris je crois parce que le fait est beaucoup ne sont pas tout à fait convaincus que le viol c’est mal. Qu’il faut arrêter de violer ou de harceler les femmes. Oh bien sûr, si tu leur montres Mindhunters avec un tueur en série, là ils arrivent à comprendre. Mais le reste du temps (99,99999999999999% du temps) c’est difficile. Et comme on n’a pas toute la chance d’être violée par un tueur en série, ma foi on ne rentre pas dans leurs petites cases de la bonne victime. C’est comme s’il devait y avoir débat sur le viol ou sur le violences faites aux femmes, pour vraiment savoir s’il y a des coupables et des victimes.
Les hommes ont parfaitement compris et intégré ce que nous subissons. Mieux ils ont tout aussi compris que cela tient à leur comportement (direct, lorsqu’ils agressent, indirect lorsqu’ils se taisent face aux hommes qui agressent) ; et comme ils ne tiennent pas à changer une once de leur comportement, les violences ne reculeront pas.

TumblrPartager

  Une réponse sur “« Je suis contre le viol.. tout contre »”

  1. Tu as parfaitement raison (non pas que tu aies besoin de l'approbation d'un homme, c'est la forme syntaxique qui veut ça).

    Le pourcentage d'hommes qui veulent bien admettre ça est assez élevé pour souligner la mauvaise volonté du reste, et tellement bas que l'hypothèse "c'est une question de temps et d'explication" ne tient (hélas) plus du tout.

    Le pire (enfin façon de parler vu que tout est pire dans cette histoire), c'est l'illogisme argumentaire poussée à son paroxysme, chaque affirmation masculiniste pour contredire les griefs contre le sexisme contredisant aussi systématiquement une ou plusieurs autres affirmations masculinistes précédemment énoncées pour les mêmes raisons …

    Illogisme qui devrait être un motif de honte devant la faiblesse intellectuelle démontrée, mais si y a bien un truc contre lequel l'homme est immunisé, c'est bien la honte ...

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.