jan 252017
 

Sans titre-1

 

Vous aurez constaté que j'ai établi divers partenariats avec des maisons d'édition qui m'envoient les essais ou romans traitant du féminisme ou des femmes de manière plus générale.

J'ai donc reçu des Editions Actes Sud le roman de Régine Detambel, Trois ex.

De manière chronologique, entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle, l'auteure retrace la vie des trois femmes du dramaturge suédois August Strindberg lors de leur mariage avec ce dernier.
Strindberg était un homme malade, dont la paranoïa était teinté d'une très forte misogynie. Il utilisa ses trois femmes dans ses œuvres, les traitant d'une manière abominable en les humiliant de façon répétée. Les femmes sont vues par Strindberg comme des vampires qui volent la force et le pouvoir créatif des hommes ; il construisit d'ailleurs tout un discours empreint de folie autour de ces idées. I est d'ailleurs assez paradoxal puisqu'il aime les femmes indépendantes et fortes mais leur reproche ensuite ce qu'il a adoré chez elles.
Le roman donne donc la parole à ces trois femmes dont la vie a été oubliée au profit du si génial Strindberg (cela a une curieuse résonance avec l'actualité ne trouve-vous pas ?). Il montre combien l misogynie de l'auteur, son sadisme envers ses trois femmes est tolérée et admise puisqu'il est un auteur de talent.  Cette fiction biographique est divisé en trois parties. Chacune d'entre elles, divisée en deux sous-parties, donne d'abord la parole aux femmes de Stringberg puis à un interlocuteur extérieur dans les parties appelées "Divorcée !".
Chacune de ces trois femmes eut une vie avant, pendant et après Strindberg.
Siri von Essen fut une actrice connue et joua dans plusieurs pièces de son mari.
Maria Friedrike "Frida" Cornelia Uhl était une critique littéraire et une femme de lettres. Elle posséda un cabaret et fut scénariste aux Etats-Unis. Elle voyagea énormément, eut de nombreux amants et une vie passionnée.
Harriet Bosse fut une actrice de théâtre et de cinéma.

Régime Detambel offre la parole à trois femmes profondément modernes qui voyagèrent, avaient des rêves et des ambitions, et luttaient à leur manière contre les conventions sociales de leur époque et l'emprise étouffante de leur mari. Chacune osa d'ailleurs divorcer (Siri divorça deux fois et s'établit ensuite avec une femme, Harriet divorça trois fois) alors que c'était encore fort mal vu au début du XXème siècle.

TumblrPartager

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.