avr 202016
 

Partir, nous partirons. Avec tampon, sans tampon... nous partirons. Comme des maudits et alors ? Comme des forçats... Sur le ventre peut-être, malades à crever ; sur les poings et les genoux, sur les ongles un par un, quitte à les perdre tous, sur les canines peut-être ; sanglants à force d'y laisser la peau, comme des écorchés s'il le faut ; nous partirons...
Nicole Caligaris Les Samothraces (citation trouvée dans la thèse Communautés d’itinérance et savoir-circuler des transmigrant-e-s au Maghreb de Claire Escoffier)

Il y a 30 à 40 000 prostituées en France dont 90% d'étrangères. Il est donc impossible de parler de prostitution sans parler d'immigration, de processus migratoires et des lois françaises et européennes sur l'immigration.

J'aborderai dans un article suivant la question du trafic et des réseaux.

Le mot "migrant-e" permet de souligner la complexité des processus de migrations. On parle désormais de transmigrations (pour des gens qui transitent dans un pays dans lequel ils ne souhaitent pas rester) ; parler de "migrant-e" et pas d'"immigré-e" permet de rendre compte des processus de migrations qui ne sont pas toujours achevés. On peut rester longtemps dans un pays, changer régulièrement de pays (en particulier pour éviter les contrôles policiers mais pas que), aller et venir entre un pays de destination et d'origine, changer de choix de destination...

Le migrant est avant tout vu comme un homme (comme en témoignent les discours de Marine le Pen) qui migre pour des raisons économiques ou en tant que demandeur d'asile. Les femmes qui migrent sont donc invisibilisées et il y a longtemps eu peu de travaux sur elles. La proportion de femmes qui migre est pourtant à peu près comparable à celle des hommes ; ainsi en 2013, on comptait 53% d'hommes migrants contre 47% de femmes migrantes.
On n'imagine pas que les femmes puissent être sujets de leur migration ; on ne les voit ni comme des travailleuses ni comme des demandeuses d'asile comme le soulignent Laura Oso : "La femme migrante apparaît comme économiquement inactive et donc comme non digne d'intérêt en tant qu'objet d'étude ou sujet politique. Enfin, l'invisibilité de la migration féminine s'inscrit dans un cadre plus large : la sous-estimation des femmes comme actrices du développement (en tant qu'élément moteur de ce développement)." et Nasima Moujoud et Dolorès Pourette : "Les discours politiques et publics sur la "traite" et le "trafic" d'êtres humains passent le plus souvent sous silence un aspect essentiel du phénomène : la volonté des personnes de migrer vers des pays riches qui ferment leurs frontières."
Les femmes ont donc longtemps été vues comme attendant passivement le mari qui aurait migré ou le rejoignant dans une politique du regroupement familial. Cela questionne d'ailleurs les préjugés européens sur les femmes maghrébines et africaines souvent vues comme plus rassurantes, courageuses et discrètes que les hommes.
Claire Escoffier rappelle qu'"En France, la pratique du regroupement familial massif qui a eu lieu à partir des années 74 a contribué à réduire la figure de la femme migrante à celle d’une mère de famille nombreuse "dépositaire" de la culture d’origine, défenseuse des valeurs-refuges et soumise à une autorité masculine dominatrice. Les migrations féminines ont été alors qualifiées de "passives", les femmes étant perçues comme n’ayant ni spécificité ni compétences propres alors qu’elles avaient souvent des qualifications dans leur pays d’origine."
Les femmes migrantes depuis les années 90 sont essentiellement perçues comme des victimes de trafics d'êtres humains ce qui a l'inconvénient de nier qu'elles ont une volonté claire de migrations. On peut d'ailleurs vouloir migrer et être victime d'exploitation y compris sexuelle ; l'un n'exclut pas l'autre. Et Laura Agustin de montrer que "Il est frappant qu’encore en 2001, la femme qui quitte la maison pour la même raison que l’homme – pour améliorer son sort en travaillant – soit si largement perçue comme y étant poussée, obligée, contrainte ou forcée."

Les dangers subis par les femmes migrantes

Les femmes migrantes seules sont généralement victimes d’une triple discrimination : en tant que personne migrante, en tant que femme et en tant que femme seule et migrante. Ces discriminations peuvent être cumulables et ne sont donc pas exclusives l’une de l’autre.
Il est plus difficile pour une femme mariée de migrer que pour un homme. Dans le cadre du mariage, l'homme est davantage vu comme un pourvoyeur d'argent pour qui l'activité de migrations est logique alors que la femme est davantage supposée s'occuper de la famille et du foyer.
Beaucoup ont également tendance à considérer qu'une femme seule qui migre est une potentielle prostituée et/ou une potentielle victime d'exploitation ce qui explique beaucoup de politiques migratoires limitant les mouvements des femmes. Gail Pheterson rappelle ainsi que beaucoup de femmes haïtiennes souhaitant entrer de façon légale aux Etats-Unis se voyaient refuser l'entée au prétexte qu'elles risquaient de devenir prostituées.

Les femmes qui migrent sont soumises aux mêmes dangers que les hommes mais risquent en plus des violences sexuelles et donc d'être contaminées par des IST ou de tomber enceintes. Dans ces cas là elles risquent donc également d'accoucher pendant leur trajet et de devoir, en plus de leur propre sécurité, assurer celle d'un nouveau-né.

Les activités des femmes migrantes

Les femmes migrantes sont les plus sujettes à la précarité et à l'inactivité et ce quel que soit le secteur d'activité. En 2009, 42% des femmes immigrées de 15 à 64 ans sont sans emploi, contre 33% des femmes non immigrées. Pour les hommes, les taux sont respectivement de 23% et 25%. L’écart entre le taux d’activité des femmes et des hommes est encore plus marqué au sein de la population immigrée qu’au sein du reste de la population.
Les femmes migrantes  exercent en Europe principalement 3 types d'activités ; le travail domestique, le soin aux personnes (ce qu'on appelle le care).
Selon les politiques migratoires du pays d'arrivée (et de ses lois face à la prostitution) elles peuvent le faire de manière légale ou illégale. Rappelons - même si cela semble évident - qu'en France si l'on a pas un titre de séjour ouvrant droit au travail, on ne peut travailler de façon légale.
Nasima Moujoud et Dolorès Pourette  indiquent que "L'absence d'accès à l'emploi contraint les femmes à se tourner vers des activités non déclarées. Les itinéraires des prostituées étrangères que nous avons rencontrées montrent que, même quand elles parviennent à obtenir un titre de séjour provisoire (trois mois), une autorisation de travail et un emploi (toujours dans les activités de services), les pratiques discriminatoires les maintiennent dans des activités dégradantes et dans un statut stigmatisé. Ainsi, une prostituée albanaise s'est vue offrir un emploi de serveuse dans un restaurant par l'ANPE. Outre le fait que l'employeur ne voulait pas déclarer la totalité des heures effectuées, il lui a fait comprendre qu'elle devrait aussi avoir des rapports sexuels avec lui si elle acceptait cette place".

Il existe des similitudes dans les secteurs d'activité (prostitution, travail domestique, soins aux personnes) comme le montrent Nasima Moujoud et Dolorès Pourette : "Il s'agit de secteurs d'emploi informels, non reconnus, réservés aux femmes et aux jeunes filles — et parfois à des garçons ou des jeunes hommes — les plus démunies. Il s'agit de deux secteurs invisibilisés en tant que secteurs d'emploi, d'une part parce que ces activités sont réalisées au cœur du privé et de l'intime, d'autre part parce qu'elles reposent sur des activités "traditionnellement" réservées aux femmes, et supposées ne pas nécessiter de professionnalisation, ni produire de richesse économique. (...) Par ailleurs, services domestiques et travail sexuel partagent des conditions de travail similaires. L'invisibilité des activités effectuées, des lieux privés où elles sont réalisées et le fait qu'il s'agisse de services rendus à des particuliers favorisent les abus : l'exploitation physique, sans respect de la personne, du travail effectué, des tarifs ou de la rémunération demandés, ni des horaires de travail ; la stigmatisation et les atteintes psychologiques dues à des attitudes humiliantes, dégradantes, insultantes. La domesticité comme le travail sexuel sont des secteurs éminemment dévalorisés, sous-payés, non professionnalisés  qui échappent à la législation du travail et largement réservés aux femmes en situation administrative et politique précaire."

Des préjugés racistes et sexistes

Les femmes migrantes comme nous l'avons vu sont victimes de multiples discriminations ; en tant que femmes, en tant que migrantes, en tant que femmes potentiellement racisées. Elles souffrent donc de préjugés rattachés à leur condition.

En Italie la loi Bossi Fini de 2002, si elle a facilité l'expulsion de très nombreux étrangers, a permis, sous la pression de familles italiennes, la régularisation de nombreuses étrangères qui travaillaient auparavant pour elles de façon illégale en s'occupant des personnes âgées de la famille. Cette loi a donné beaucoup de droits et de latitudes aux employeurs, bien peu aux employées. Comme le dit Francesca Scrinzi "Lorsqu’on a besoin d’elles on les traite d’indispensables remplaçantes des mères italiennes ; lorsqu’il s’agit de leur reconnaître des droits, ne serait-ce que l’octroi d’un permis de séjour et d’un contrat en règle, on leur rappelle qu’elles ne sont qu’un succédané des Italiennes telles qu’on les voudrait, et qu’on leur rend service en acceptant de les accueillir."

En Espagne, les femmes latino-américaines sont employées pour s'occuper des personnes âgées à cause de leurs supposées patience, soumission et docilité. Pour le travail domestique, on emploie davantage les femmes maghrébines, supposées plus fortes et plus rapides.
L'essentiel des femmes migrantes philippines en France est employée sans contrat de travail comme domestiques ; là encore les employeurs les jugeant "dociles" et "déférentes".
En France, beaucoup de femmes africaines sont engagées comme nourrices pour leur supposées qualités maternelles.

Précarité et violences
Les secteurs domestiques et de soins aux personnes sont en France les secteurs les plus précaires et les moins payés. Sans surprise, ce sont les secteurs les plus féminisés et là où il y a le plus de femmes migrantes. Les femmes y subissent de nombreux abus, violences (sexuelles ou non) et discriminations.
Ainsi le témoignage de Perla, 45 ans, chinoise : "Arrivée en France, elle a été embauchée chez des Wenzhou (Chinois originaires de la région du même nom, située dans la province du Zhejiang) comme "nourrice". Payée 450 € par mois, elle travaillait, tous les jours, toute la journée, avec seulement deux jours de repos par mois. Elle n'était en outre ni nourrie, ni logée — elle mangeait aux Restos du cœur et payait environ 100 € par mois pour un lit dans un logement appartenant à une famille de Chine du Sud, dans lequel elle dort avec cinq autres personnes, dont deux hommes."
Chantal, 33 ans, ivoirienne : "Mes premiers employeurs, ils me faisaient travailler plus de douze heures par jour et ils ne payaient pas les heures supplémentaires. Je me sentais exploitée, on s'est très bien engueulés, ils m'ont licenciée en disant que je ne faisais pas le travail... Ensuite il y a eu deux familles, je suis restée quatre ans à chaque fois."
Témoignage rapporté au PICUM : "Une femme immigrée qui vivait en Allemagne depuis trente ans a été dénoncée par son ancien employeur, qu’elle avait quitté parce qu’il ne la rémunérait pas. Maisha l’aide à planifier son retour qui reste cependant traumatisant parce qu’elle est malade et ne bénéficié ni d’un soutien familial ni d’un soutien médical et ne peut se reposer sur aucun réseau social dans son pays d’origine, qu’elle avait quitté jeune femme et dans lequel elle rentre à l’âge de la retraite, sans l’aide sociale."

Il est important de comprendre que la situation des femmes migrantes est souvent faite de violences (sexuelles ou non) parce qu'elles sont et femmes (parfois racisées) et migrantes.
Il serait faux de penser que c'est uniquement l'activité prostitutionnelle qui crée cette violence ; cela reviendrait à nier les violences dont elles sont victimes hors prostitution.
Cette situation est liée à la domination masculine, aux préjugés racistes qu'elles subissent mais également à la politique migratoire européenne.
Beaucoup de migrantes, comme nous le verrons, dans un prochain article, ont été trompées, volées, escroquées, frappées ou violées parce qu'elles ont du faire appel à des réseaux, ne pouvant venir en Europe de façon légale.

TumblrPartager

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.