sept 282015
 

Beaucoup ont tendance à voir les féministes comme un groupe monolithique, dont les membres seraient interchangeables. Le féminisme est, plus que jamais, riche de personnalités très diverses.
J'ai donc décidé d'interviewer des femmes féministes ; j'en connais certaines, beaucoup me sont inconnues. Je suis parfois d'accord avec elles, parfois non. Mon féminisme ressemble parfois au leur, parfois non.
Toutes sont féministes et toutes connaissent des parcours féministes très différents. Ces interviews sont simplement là pour montrer la richesse et la variété des féminismes.

Interview de Laure.

 

Bonjour Laure peux tu te présenter ?

 

Je vais essayer de situer mon point de vue : j'ai 26 ans, je suis française avec papiers, blanche, valide, élevée dans une famille de gauche des classes moyennes/sup', assignée femme à la naissance et toujours perçue aujourd'hui comme femme même si je ne me reconnais pas dans les archétypes du genre, auto-définie comme queer, dans mon genre comme dans mon orientation sexuelle.

 

Je ne sais pas si ça me "présente", mais si je ne m'arrête pas là, vous aurez le droit à un énorme pavé indigeste.

 

Depuis quand es tu féministe ; y-a-t-il eu un déclic particulier ou est ce venu progressivement ?

 

Je ne sais pas exactement depuis combien de temps je me *dis* féministe. Cela doit faire 4 ou 5 ans ? Peut-être plus... Ça a été une prise de conscience progressive depuis ma pré-adolescence : je notai petit à petit toutes les injustices que je pensais subir (j'étais une enfant très orgueilleuse), dont celles liées à mon identité de "fille". J'ai eu la chance de grandir dans une famille où les femmes ne se laissent pas marcher sur les pieds. Ma mère, son indépendance et le respect que lui porte mon père, ainsi que ma tante (militante féministe, gouine et anti-raciste), m'ont très largement influencée. plus récemment, c'est en fréquentant d'autres féministes que j'ai pu me forger une pensée politique, au delà des "intuitions" enfantines.
Qu'est ce que cela signifie exactement "auto-définie comme queer, dans mon genre comme dans mon orientation sexuelle" ?

Cela signifie, pour moi du moins, plusieurs choses qui sont liées :
- je suis persuadée (et je ne suis pas la seule) que le genre (féminin/masculin/...) est une construction sociale et non pas un fait (biologique, génétique ou je ne sais quoi) ;
- en conséquence, on pourrait ne pas se "limiter" à deux genres (féminin et masculin) ; certaines sociétés reconnaissent
d'ailleurs d'autres genre, bien qu'ils soient minoritaires ;
- de plus, cette division femmes/hommes est complètement intriquée avec le système de domination masculine et donc le
sexisme, ainsi qu'avec l'hétéro-norme (ou "domination hétéro").

En ce qui me concerne, bien que j'accepte mon histoire et ma construction en tant que femme, je ne veux pas que cela suffise à me définir : je refuse à la fois la binarité du genre, et l'hétéro-norme et l'hétéro-socialisation m'ennuient de plus en plus. J'utilise pour couvrir tout cela le terme "queer", qui exprime à la fois mon identité de genre en dehors du binaire femme/homme, et mes attirances affectives et sexuelles pour des personnes qui sortent elles aussi, à leur manière, des normes genrées.

Pourquoi as tu précisé autant de choses dans ta présentation, comme le fait d'être valide ou avec des papiers ?

Nos sociétés humaines sont construites sur de nombreux systèmes de domination : les dominations masculines et hétéro, que j'ai déjà évoquées, mais aussi la domination blanche, de classe, validiste, hédoniste, etc. Cette prise en compte de tous les systèmes de domination, sans chercher à dire que certains sont plus "graves" ou "importants" que d'autres a été nomme "l'intersectionnalité". C'est l'un des courants du féminisme dont je me sens le plus proche. Bien que femme et queer, je porte en moi de nombreux privilèges (en tant que blanche, valide, etc) et je pense important de les nommer pour que l'on puisse critiquer mon discours en connaissance de cause.

Quelles injustices as tu subi étant jeune ?

Oh, des trucs très classiques : on me reprochait ma grande gueule, mon caractère colérique et bagarreur, j'avais l'impression de pouvoir moins de goinfrer que mes frères, d'être moins écoutée et prise aux sérieux que mes camarades de classe gars, je ne comprenais pas pourquoi je devais m'enlever les poils des jambes (je ne l'ai d'ailleurs jamais fait), j'étais facilement dénigrée par les mecs avec lesquels je trainais (je me suis fait peu d'amies filles durant mon adolescence), etc. Et sûrement plein d'autres trucs. Le sexisme ordinaire quoi.

Tu dis ne t'être jamais épilée ; as tu subi des remarques à ce sujet ?

Oh, oui, très souvent. Par ma mère et ma soeur, d'abord, qui ne comprenaient pas. Puis par certains mecs : "C'est sale une fille avec des poils", "Ça dérange pas tes amants ?", "Tant mieux si tes potes s'en foutent, mais moi je ne pourrais pas coucher avec une fille pas épilée". Aussi par d'autres meufs : "T'as du courage, j'oserais jamais", "Je pourrais pas" et parfois "Je t'admire, peut-être qu'un jour j'arrêterais aussi de m'épiler" (je passe les commentaires de celles qui ne s'épilaient pas non plus). J'ai rarement eu des remarques de gens inconnus au sujet de mes poils (sauf peut-être quand on m'a traitée de "sale gouine libérée" dans la rue, les poils ont du jouer ! ). Et puis en grandissant et en choisissant mieux les gens que je fréquente, j'ai eu de moins en moins de remarques.

Est-ce-que tes proches, ta famille savent que tu es féministe ? Comment réagissent ils ?

Oui ! C'est un truc dont je parle très souvent ! Déjà, beaucoup de mes proches sont aussi féministes. Quant aux autres, iels le respectent et même s'iels ne sont pas toujours d'accord avec certains de mes points de vue, on arrive à avoir des discussion riche et intéressantes. Mais j'ai quand même l'impression que, souvent, leur réticences face à mes discours sont plus liées à une peur des "chiennes de gardes castratrices", image qu'a encore le féminisme pour beaucoup de personnes, plutôt qu'au contenu réel de ce que je raconte. C'est dommage et j'essaie de bosser la dessus aussi, sans tomber non plus dans des discours "bisounours".

Et il y a un autre aspect, que je trouve très positif, à ce que je sois identifiée comme féministe : on vient souvent me voir pour discuter de questionnements autour de la sexualité, des relations filles/mecs, ou bien des copines me racontent les abus qu'elles ont vécus... Je n'ai pas réponse à tout, heureusement, mais je suis contente de pouvoir donner un point de vue ouvert, non jugeant et soutenant.

Dans tes réponses tu emploies le mot "iels".que veut il dire ? Pourquoi fais tu ce choix de langage ? quelle en est l'utilité ?

"Iel" ("iels" au pluriel) est un néologisme : c'est un pronom personnel "neutre", ou bien à la fois masculin et féminin, ou bien renvoyant à un autre genre, ni féminin, ni masculin, ni neutre. Il permet de parler d'une personne dont on ne connaît pas le genre, ou bien dont le genre n'est ni masculin ni féminin (dans mon entourage, c'est important). Il permet aussi de ne pas tenir compte de cette foutue règle grammaticale "le masculin l'emporte sur le féminin" lorsqu'on parle de plusieurs personnes.

La langue a un énorme pouvoir. Je crois qu'en la modifiant, on peut aussi aider à modifier nos manières de penser et d'agir.

Pourquoi selon toi, le féminisme a une si mauvaise image ?

Je ne sais vraiment pas. Peut-être parce que le féminisme remet en question des choses qui sont si ancrées en nous que cela fait peur ? Le changement effraie, il va à l'encontre de notre confort. Si l'on fait partie de la population privilégiée (ici les hommes), on ne veut pas lâcher le pouvoir. Et si on fait partie de la population dominée (ici les femmes), on peut se sentir jugée ou impuissante face aux analyses féministes. Mais c'est sûrement bien plus complexe que ça.

J'aime bien cette série de videos qui tente d'expliquer le harcèlement et les menaces que vivent les féministes dans les milieu geeks (dont Anita Sarkeesian).

Tu m'as dit que tu t'étais prostituée ces derniers mois. Beaucoup de gens pensent que cela n'est pas un choix féministe et que c'est contraire à la dignité des femmes ; qu'as tu à dire à ce sujet là ?

La question de la prostitution est compliquée. Aujourd'hui en France, la plupart des prostituées sont avant tout esclaves des réseaux de prostitution et c'est quelque chose qu'il faut dénoncer : non pas à cause du travail du sexe, mais bien à cause de l'esclavage ! Mais en ce qui concerne le travail du sexe, je pense que toute personne (les femmes en particulier) devraient avoir le droit de faire ce qu'elle veut de son corps et du reste. Pour ma part, comme d'autres, j'ai *décidé* de me prostituer, *de mon plein gré*, via des annonces d'"escorting" sur Internet. C'est un travail relativement facile pour moi (contrairement à la plupart des autres jobs !) : je suis à l'aise avec mon corps et avec la sexualité hétéro, je suis bonne comédienne... et puis ça paie bien ! Je demande 200 euro de l'heure, ce que je peux me permettre vu certains de mes privilèges : blanche, jeune, valide, parlant français, aisance sociale, etc.

Pour des raisons politiques, je me positionne contre le monde capitaliste et l'univers du travail qui lui est associé. Le travail est aliénant. Dans ce contexte, je trouve le taf de pute *vraiment* moins pire que d'autres : j'extorque des sommes faramineuses à des sales machos bourrés aux as ! Même si, dans l'idéal... je ne voudrais pas "bosser" du tout ! Il y a tellement d'autres projets merveilleux dans lesquels j'ai envie de mettre de l'énergie.

Certains peuvent penser que c'est indigne de vendre du sexe ; qu'on se salit en faisant cela. que penses tu de ces affirmations ?

Pour ma part, je trouve inacceptable de vendre des actions financières, ou des assurances vie. J'aurais envie de dire : chacun.e ses valeurs morales et politiques ! Mais si je me contente de dire ça, sur un mode très "relativiste", je passe à côté de l'essentiel du problème : on n'arrête pas de dire aux femmes ce qu'elles peuvent et ne peuvent pas faire. Pas le droit d'avorter, pas le droit de coucher avec qui elles veulent, pas le droit de prendre du plaisir, pas le droit d'être "moche", "grosse" ou poilue, etc. Condamner les prostituées pour leur "indignité", c'est une fois de plus condamner des femmes pour leur liberté. Et parler à leur place ! Qui écoute les avis des travailleur.euse.s du sexe ??

Ce qui est digne ou pas évolue en fonction des groupes sociaux et est défini par les dominant.e.s. Ce n'est pas un critère que je considère valable pour juger d'une activité. Je préfère pour cela me baser sur d'autres éléments : l'activité est-elle choisie et consentie ? Oppresse-t-elle d'autres personnes ? etc. Ce sont des questions complexes aux réponses complexes...

TumblrPartager

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.