nov 202013
 

Plus les textes s'égrènent autour du racisme subi par Taubira, plus j'ai l'impression d'une immense mascarade visant à nous déculpabiliser et à dépolitiser le racisme.

Depuis que Taubira a été nommée - et cela n'a cessé de gagner en puissance avec le mariage pour tous - la salve d'injures racistes est constante. Nos politiques, qui ont sans nul doute des cabinets de communication dédiés à l'étude des réactions sur les réseaux sociaux, ne pouvaient l'ignorer. Les journaux, qui ont eux mêmes une visibilité sur les réseaux sociaux, ne pouvaient l'ignorer non plus. On feint encore ce matin même de s'étonner du langage du FN face à la victoire en football.

Nous avons considéré longtemps que cette parole raciste là était résiduelle, les derniers soubresauts du grand cadavre réactionnaire et puis... ce ne sont que quelques insensés n'est ce pas.

Alors on feint de s'indigner, on feint de remarquer lorsqu'il n'est plus possible de faire autrement ; lorsqu'on en arrive au racisme caricatural, primaire, originel. Et là encore, nous les blancs,définissons ce qui est raciste et ce qui ne l'est pas.
Le racisme n'est pas le fait de pratiques racistes. Le racisme n'est pas le fait de comportements individuels isolés du groupe.  Le racisme est une idéologie fondant la hiérarchie des races.  Le racisme institutionnalise un groupe comme la norme, le supérieur et place d'autres groupes artificiellement créés dans le camps des racisés, ceux qui sont devenus par la décision du premier groupe, des êtes inférieurs. Et c'est en cela qu'on peut parler de système social raciste pour éviter justement de tomber dans l'erreur de qualifier le comportement raciste de l'un comme une erreur, qui ne viendrait pas du groupe et qui ne lui serait pas mentalement rattaché.
"Dans cette tradition, parler de racialisation revient à mettre l’accent sur le processus social et psychologique de catégorisation au cours duquel des différences, liées aux caractéristiques somatiques des personnes, sont perçues comme significatives, puis naturalisées et légitimées. La racialisation, dans cette acception, se définit donc principalement en tant que processus de catégorisation sociale. Cette notion rompt également avec la signification habituelle du terme de « race », en ce sens que cette dernière ne désigne plus une entité fixe et naturelle, mais se conçoit comme un effet de l’activité de catégorisation et de représentation des personnes : autrement dit, un construit mental et social."

Les comportements racistes qui s'expriment de façon visible aujourd'hui ne naissent pas de nulle part ; la France s'est fondée aussi sur l'esclavagisme et le colonialisme et tant que nous ne pourrons en parler sans dire "oui mais" alors le racisme perdurera.
Tant que nous considérons que toutes les choses sont égales par ailleurs, et que guenon est un terme certes insultant mais neutre au niveau de la race,  les choses perdureront.
Tant que nous considérons que le racisme est un acte individuel et que donc le racisme anti blancs existe, le racisme existera.
Tant que nous blancs fixerons la limite de ce qui est raciste et ne l'est pas, le racisme perdurera.

Il était capital, lors des insultes à Taubira de comprendre deux choses :
- Taubira n'a pas souhaité porter plainte car elle ne voulait pas faire la pub de Minute et savait en plus que cette une est très difficilement condamnable. Porter plainte et risquer de perdre, serait un revers dont elle se remettra difficilement et qui libérera la parole raciste.
- Ce n'est pas à nous de définir là où elle doit se sentir agressée ou pas. Ce n'est pas à un gouvernement de blancs de décider là où commence l'insulte raciste. On va me dire que la fonction ministérielle a été attaquée. La fonction présidentielle ne l'a-t-elle pas été lors de discours de Dakar ? Hortefeux ? Valls ?  Chirac ?

Avant d'en arriver à l'extrême si visible, si énorme que nous ne pouvons faire autrement que de le voir, le racisme s'est toujours exprimé de mille autre façons que nous avons ignorées ou condamnées du bout des lèvres. Quand on en arrive dans un pays à prétendre que l'islamophobie qui est une expression du racisme, est une invention et que de l'autre, on participe à des conférences contre le racisme subi par Taubira, et ceci dans l'indifférence quasi générale, je me dis que notre pays est bien tartuffe.
Lorsqu'on en arrive d'un côté à ignorer les multiples lois racistes -car créant des comportements différents selon qu'on est racisé ou pas - visant des minorités telles que les musulmanes voilées ou les rom et que de l'autre, on se drape dans notre dignité antiraciste, je me dis qu'il y a un problème.
Lorsqu'on condamne le singe et la banane, et qu'on exotise à qui mieux mieux les ministres femmes considérant qu'il s'agit de compliments n'est ce pas.
Lorsqu'on n'arrive toujours pas à parler esclavagisme et colonialisme sans y inclure le point Routes "on leur a bâti des routes, merdes" et le point Pas que nous "les arabes aussi ont été esclavagistes", on se dit qu'on a encore beaucoup de chemin à faire.
Lorsque des femmes voilées sont agressées, qu'elles en perdent parfois le foetus qu'elle portait et qu'on reste dans une certaine indifférence en se disant qu'il ne s'agit pas de racisme. On ne sait pas de quoi il s'agit, ca n'est pas un bon comportement, mais ca ne peut être que l'oeuvre d'un fou ou de quelqu'un d'extrême droite.  D'ailleurs le racisme n'est qu'à l'extrême-droite. Les autres sont dans le parler vrai, le politiquement incorrect, le réalisme ou dans l'humour.
Lorsque les populations rom sont qualifiées par Valls ou Collomb de populations ayant vocation ou pas vocation, nous sommes dans le discours raciste et plus dans la parole. Nous sommes dans la constitution d'une idéologie constituant à définir un groupe de population "les rom" comme différent du groupe majoritaire "nous" avec des buts et aspirations spécifiques.

On a vu ces jours derniers beaucoup d'initiatives fleurir pour condamner ce que subit Taubira ; beaucoup d'initiatives en mode "nous sommes tous des guenons et des singes". Dire cela c'est dire que ce qui lui arrive peut nous arriver à tous. or c'est justement parce qu'elle est noire que cela lui arrive ; cela ne m'arrivera pas et ma solidarité, évidemment réelle, ne peut passer par la minoration de ce qu'elle vit. Dire "je suis moi aussi une guenon" est un joli slogan qui claque mais je ne peux me reapproprier les injures que je ne subis pas, n'est ce pas.

Alors peut-être conviendrait-il d'entendre ce que les groupes concernés et luttant contre les discriminations ont à nous dire, pas ceux que nous constituons, comme SOS racisme qui est là juste pour nous rassurer sur notre absence de racisme.

TumblrPartager

  44 réponses sur “La dépolitisation du racisme”

  1. [...] Je vous propose aussi de lire · cet article de Ms. Dreydful : "Ceci est le Féminisme™" · cet article de Crêpe Georgette : La dépolitisation du racisme [...]

  2. Relisez-vous avant de poster, c'est un vrai gloubiboulga là.

  3. tiens tu repostes ici alors que je suis un monstre qui discrimine les hommes selon ton dernier mail.
    bref. lis les liens. lis la définition du racisme donné en lien ca t'évitera de dire n'importe quoi.
    tu n'es ni le premier homme ni le dernier à défendre becs et ongles la liberté des femmes à se prostituer mais curieusement pas celle à se voiler. tellement étonnant et novateur.

    • A ce sujet, faudrait il voir un lien avec le fait qu'une femme en se voilant signifie clairement qu'elle ne se met pas à la disposition du regard des hommes ? Voire à la disposition des hommes ?

      Pour déminer toute polémique, je précise que j'ai un problème avec l'injonction à la pudeur dissymétrique entre hommes et femmes requise par un islam "traditionnel" (traditionnel n'est pas un bon mot, je le sais, mais pas le temps de finasser)

  4. Ça me donne envie de pleurer de lire des trucs pareils (oui je sais bienvenue dans le monde).
    Et ça me troue le cul de voir mes collègues blancs décréter de façon unilatérale que leurs blagues racistes ne sont pas vraiment racistes.
    Bon, de la même façon que les conseils de mecs sur le féminisme m'insupportent, je ne vais pas répondre en mon nom (je suis blanche), mais je cite cet extrait du bloc Nègre inverti :

    "Il ne peut y avoir commune mesure entre les positions de ceux qui discriminés, peuvent insulter par rage, et ceux qui se retrouvent privilégiés par un rapport social. Considérer le racisme anti blanc c’est tenir pour équivalent des barrières sociales concrètes (discriminations à l’embauche, au logement par exemple) et des insultes qui peuvent toucher des personnes, sans être le reflet de pratiques structurelles concrètes."

    (article complet : http://negreinverti.wordpress.com/racisme-anti-blanc-ou-mon-cul-sur-la-commode/)

  5. En quoi le fait d'interdire de rentrer dans une banque avec un casque de moto ou un tissu couvrant le visage est-il stigmatisant envers la religion? C'est au contraire appliquer une stricte egalite et ne pas donner un statut privilegie a une personne se repondant d'une religion.

    • sauf qu'on a justement fait des lois spécifiques aux personnes voilées c'est bien le problème.
      personne n'a jamais eu besoin avant ces dix dernières années de dire qu'il fallait montrer son visage pour entrer dans une banque ou dans un lieu ou il faut prouver son identité.
      or nous avons eu le besoin de faire des lois special islam ; c'est ca le problème.

      • J'ai ete de nombreuses fois confrontée à des demandes de personnes voulant entrer dans mon agence alors qu'on ne voyait pas leurs visages. Un collègue a même été poursuivi pour discrimination parce qu'il a refuse de se mettre en danger en faisant entrer une personne non identifiable. Donc apparemment il manquait bien une loi pour énumérer les cas où une personne pouvait ne pas etre identifiable dans l'espace public.

        • de nombreuses personnes ont tous les jours des demandes diverses et variées sans qu'on ait besoin de faire une loi.
          certaines existantes suffisaient amplement.

        • Pourtant la plainte contre mon collègue a été reçu...donc non la loi ne le soutenait pas.

        • À moins que vous soyez la réincarnation de Bourdieu, votre argument par l'exemple ne fait pas autorité.
          Avec un peu de recul et d'honnêteté intellectuelle, il vous sera facile de vous remémorer les véritables raisons de la création de cette loi.
          Loi créée en l'état car la loi, c'est une règle générale et qu'une loi visant la Burqa uniquement se serait vue censurée par le Conseil Constitutionnel.
          De plus j'ai une question: à quand remonte la dernière agression ou attaque subit par votre agence, qui justifierait l'urgence d'une législation en ce sens?

        • Non les procedures sont très strictes les phrases qu'on doit dire aux personnes dans un sas sont ecrites. "Bonjour monsieur madame quel est l'objet de votre visite veuillez vous identifier (meme si nous le connaissons)" et on demande poliment sans jamais rentrer dans les debats ("c'est la procedure") aux personnes de regarder la camera, de rentrer les uns apres les autres, d'avoir un visage découvert (sans jamaiq mention de ce qui couvre le visage), de ne pas rentrer avec une valise.
          Ne pas sourire quand on vous insulte est deja un motif de blâme donc non mon collègue s'est comporté exactement comme il fallait sinon il aurait ete licencie.
          On aurait jamais cru que la plainte etait recevable, donc quel aurait ete la loi qui aurait suffi avant la loi anti-voile?(qui ne portait d'ailleurs aucune mention de voile ou de religion)

        • Ce qui est très drôle Lyly c'est que la loi permet justement aux motards de se balader avec leur casque, dans le sens où elle interdit seulement le port de vêtements dont le but final est de cacher le visage (ça ne marche pas si ce n'est qu'une conséquence) : ce n'est pas le cas du casque. Tu as également le droit de te promener avec un masque de chirurgien, ou la tête dans une citrouille si c'est Halloween. En fait tu n'as juste pas le droit de porter le voile, soyons honnêtes.

          Ha et aussi, interdisons le voile partout parce que sinon un motard peut rentrer dans une banque, joli sophisme.

          Eolas avait écrit deux articles démontrant la nullité de cette loi : http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/04/30/L-interdiction-de-la-burqa-dans-l-espace-public et http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/10/13/Cachez-moi-cette-loi-que-je-ne-saurais-voir

      • Dans mon coin, meme les medecins ont d'enormes affiches disant que toutes aggressions seront suivi d'une plainte. Il ne se passe pas une semaine sans qu'on subissent des agressions verbales, physiques, des hurlements, des lancers d'objet, des menaces d'égorgement. Les braquages il y en a 2 ou 3 l'annee où vous vous retrouvez avec un flingue sur la tempe. C'est deja difficile de poursuivre des personnes identifiees! Des personnes dont on ne voit pas le visage occassionne un stress intense (sans qu'il y une correlation avec le niveau d'agression ou de braquage à ma connaissance il n'y a eu qu'un braquage sous burqua donc 0,0001%). Je m'en contrefous si des femmes veulent se voiler entièrement, mais oui il etait utile de rapeler que la religion ne peut pas servir de pretexte. ( au canada kes sikhs peuvent venir avec leur couteau rituel à l'ecole)

        • quel rapport entre un braquage et une femme voilée ?
          je veux dire tu dis toi même qu'il n'y a pas de rapport mais tu arrives à nous parler de braquage à main armée et de voile sous un texte sous le racisme ?

          donc encore une fois au lieu d'essayer collectivement de comprendre ce qui ne fonctionne pas pour qu'on en arrive à des situations comme celles que vivent des personnes racisées on débat d'autres trucs.

          ca me rappelle cette fois à la télé où on est parti de Taubira pour finir sur les étrangers et l'islam. on cherche encore le rapport avec elle.

      • @ nunue, justement si on demande au motard d'enlever son casque à un contrōle, il ne peut pas dire "non je ne veux pas enlever mon casque" alors que si il faisait parti de l'eglise du saint casque, il aurait pu se prevaloir de sa religion pour ne pas se soumettre a la loi comme les autres citoyens,car aucune loi ne preemptait dans le detail que dans ce cas-là sur la loi de la libre expression de sa religion
        Par contre dans cette loi ce qui est vraiment stigmatisant c'est le couplet sur le mari et les stages.

  6. " de pouvoir choisir de ne plus etre sous le joug d'une influence patriarcale"

    Depuis quand interdire quelque chose à quelqu'un lui permet de choisir ?

    Si on veut libérer les femmes portant le voile, on ne fait pas des lois qui pénalisent celles qui choisissent autre chose que ce qu'on attend d'elles.

  7. en gros si je résume bien ce qui se passe ici. Personne n'en a rien à foutre de déconstruire ces propres stéréotypes racistes, ni même de parler du racisme subi par Taubira.
    Il faut encore une fois nous expliquer combien les musulmans posent un problème.

    • Je ne suis pas sûr d'avoir lu les mêmes commentaires que vous... mais impossible de vérifier, puisque le ménage a été fait! :-)

    • Excuse-moi mais tu as donne d'autres exemples que Taubira et on est parti dessus. Je répondais à une personne sur la loi anti-burqua qu'il a fait suite à ton exemple de femmes voilées agressees. Justement j'ai l'impression qu'on ne peut parler de racisme sans mélanger plusieurs choses - l'etnicite des traits- hors qui concerneraient un grand nombre de personnes dont Mme Taubira qui sont français depuis des centaines d'annees, l'immigration et la religion. En quoi par exemple penser que pour des motifs économiques, il devrait y avoir moins d'immigration est raciste?en quoi être athé pousserait à agresser des femmes musulmanes? En quoi préférer une crêperie à un resto chinois ou à un macdo est-il immoral?
      Même si c'est complètement con, vu qu'on ne propose qu'un monde binaire raciste ou pas raciste, cela pousse beaucoup de personnes à du coup se dire "ok vous l'aurez voulu je suis qu'un sale con raciste". Du coup cela donne du pouvoir aux vrais racistes dont la parole se libère et on ne travaille pas sur le racisme en soi. Y-a-t-il une seule ligne du programme officiel du fn qui soit raciste? Non. Mais à hurler que les électeurs sont tarés et racistes, d'un côté on ne parle pas de sujet dont veulent parler ces électeurs et qui n'a rien à voir avec le racisme et d'un autre cōté, on va dire aux victimes du racisme "oui mais vous comprenez le pauvre ouvrier français le chōmage tout ça il est perdu l'immigration tout ça il comprend pas" alors que le debat n'est pas êtes-vous pour ou contre l'immigration (et donc si vous etes contre vous etes racistes envers les français noirs CQFD) mais qu'en aucun cas vous ne devez vous permettre d'insulter d'agresser discriminer en fonction de la couleur de peau.

    • Sur ce sujet: tribune dans le monde par la rédaction de Charlie Hebdo:

      http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/11/20/non-charlie-hebdo-n-est-pas-raciste_3516646_3232.html

      Je crois que ça met le doigt sur un des problèmes du racisme anti-arabe vs islamisme. Mon sentiment, c'est qu'un gros paquet de racistes "à l'ancienne" a sciemment décidé de se cacher derrière l'anticléricalisme musulman (contre la religion et ses tenants) parce que c'était plus acceptable. Le résultat étant que de l'autre coté (c'est à dire chez les fachos islamistes), on a récupéré la récupération en criant au racisme... Et le résultat global, c'est que le bouffeur d'imam non raciste se retrouve bâillonné, laissant le champ libre aux crétins de tous bords.

  8. Mais, encore une fois, comment pouvez parler de choix en France quand on y impose de ne pas porter le voile ?

    • Laicité ne veut pas dire open bar. Lorsque vous roulez sur l'autoroute on vous impose de ne pas dépasser le 130, sinon risque de sanction. idem pour les signes religieux ostentatoires.

      • Quel est le rapport avec l'autoroute ?? La limitation est censée garantir une certaine sécurité, et le droit de rouler à fond la caisse ne fait pas partie des libertés garanties par la DUDH.

        Nous sommes encore dans un pays où la liberté de manifester ses opinions et idéologies, dans tous les lieux publics, demeure. Pourquoi faire une exception pour les opinions et idéologies de type religieux, et appliquer pour celles-ci des restrictions à la liberté ?
        D'un point de vue laïc, une religion n'a rien de spécial par rapport à tout autre type d'idéologie. Il ne peut donc y avoir de régime législatif spécial.
        Donc l'idée d'une laïcité entendue comme limiter l'expression religieuse à l'espace privé ne saurait être retenue, puisque on ne limite pas l'expression des opinons et idéologies à la sphère privée

      • a l'origine la loi sur la laicité de 1905 impose une absence de singes d'appartenance religieuse aux SEUL REPRESENTANTS DE L'ETAT car l'etat doit être neutre religieusement parlant, mais pas les citoyens. Les usagers des instances de l'etat n'ont pas à se voire imposer cette neutralité. On ne demande pas aux nonnes de se dévoilés quant elles vont au fisc, on ne demande pas aux juifs ashkénazes de couper leurs papillottes ou manger leur chapeau quant ils vont à la poste (du temps ou c'etait l'etat) on ne devrais pas demander aux ecolierEs de se dévoiler pour recevoire l'instruction obligatoire. La loi de 1905 à été complement dévoyé par foutriquet qui en a fait une loi discriminante pour les musulmanes.
        A l'école publique pas de profs en soutane, pas de profs voilées, pas de curcifix dans la classe, pas de crèches à noel, pas de prof en kippa.
        Si l'intention etait d'aider les filles qui sont contraintes à se voilé de force comme ca à été prétendu, il suffisait de renforcer les possibilité judiciaires pour ces filles, pas besoin de renvoyer quiconque de l'ecole publique. Pour la burqua, pas besoin d'une loi specifique non plus à part pour crisper encore plus tout le monde sur l'islam, il suffisait de renforcer la loi sur le fait de devoire montrer son visage dans les lieux publiques et pour le cas evoqué par Lyly, il suffit de dire "aucune exception sous aucun pretexte dans les lieux qui demandent une sécurité accrue type banque ou je sais pas dans quelle agence" pas besoin de faire des lois "contre le voile" ou "contre la burqua".

      • mince je voie que ma dyslexie est en forme ce soire, je suis pas sur que mon message soit lisible, je voulais dire signe, pas singe.... que celleux qui me lirons me pardonnent :)

      • L'interdiction des signes religieux pour l'État et ses représentants, c'est la laicité. L'interdication des signes religieux pour les citoyens, c'est une violation de la liberté religieuse, pourtant garantie en droit francais, européen et international comme un droit fondamental.

        • A la maison ou dans l'espace public?

          • @Tchaf: Quelle différence cela fait-il ? La liberté religieuse n'est pas limitée à la sphère privée. Interdire d'exercer sa religion dans l'espace public et interdire d'exercer sa religion, c'est _exactement_ la même chose.

    • Des nanas avec le voiel et des types avec une barbe, il y en a plein mon quartier, et c'est légal. Par contre ça donne aussi l'impression de se balader en 22 à Rome devant l'amicale des chemises noires.

      Parce qu'une chose est sûre: si un jour des gens comme eux arrivent au pouvoir (quelque soit la religion sous-jacente, papiste-LMPT ou barbue-voilée), les premiers qui se feront physiquement dessouder seront des gens comme moi, et probablement aussi comme vous: mécréants, athées, sceptiques, avec une dose d'humour cynique. Comme je l'ai dit plus haut, c'est arrivé à un de mes amis avant son arrivée en France - et il me ressemble beaucoup sur ces points puisqu'on est potes-. Au lycée, dans les années 90, j'avais une camarade de classe venue d'Alger en 24h parce que ses parents étaient aussi dans ce moule là et que ça ne plaisait pas aux barbus-voilées du coin.
      Et il n'y a qu'a assister à une manif de LMPT pour voir que les "nôtres" ne sont pas plus ouvert d'esprit.

  9. Bonjour.
    Merci infiniment pour tout ce que vous faites, pour vos articles, et vos remarques toujours pertinentes.

    Je me permets juste de signaler (et de recommander chaudement) un article des Indigènes de la République : cet article analyse le fait de considérer le racisme comme une exception affreuse, un démon surgi du passé, et contre lequel il faudrait ponctuellement s'indigner parce que là vraiment ça dépasse les bornes...

    Leur critique me paraît d'une pertinence et d'une actualité remarquable... : http://indigenes-republique.fr/race-etat-dexception-et-impasses-de-l-antiracisme-militer-aujourdhui-avec-fanon/

    Bonne continuation à vous.

    • Je dirais même plus : , de James Baldwin.

      • Ooops, j’ai oublié de fermer la balise.
        Sur le fait d’être Blanc… et autres mensonges, de James Baldwin.

        • Merci pour le lien, Gilles, très intéressant.

          Nous avons, je crois, besoin plus que jamais d'analyses politiques de la manière dont certains groupes sociaux sont racialisés. Il ne suffit pas en effet de proclamer de façon abstraite, que "les races (biologiques), ça n'existe pas" mais il est important de bien montrer les mécanismes sociaux qui font que tel groupe de personnes en vient à être considéré comme naturellement inférieur.

          Enfin... Analyses et abstractions mises à part, je ne sais pas pour vous mais je trouve que c'est assez dur de tenir le choc en ce moment, je trouve... (J'en viens quelquefois à avoir peur de regarder les infos, je me dis "allez, quelle communauté va être traînée dans la boue aujourd'hui...")

          Enfin, j'espère que cette histoire aura au moins pour infime avantage de renforcer la détermination des progressistes de tout poil, qui peuvent constater (s'ils elles n'étaient déjà convaincu-e-s) que les luttes pour l'égalité réelle sont loin d'être dépassées...

          Allez, haut les coeurs, on tient le coup, on continue à lutter :)

          Bon courage et bonne continuation à tout le monde.

  10. (Je ne sais pas trop dire si c'est bien dans le sujet : vire mon message cas échéant)

    http://topfive.fr/une-minute-penible-titre-subtile/

  11. Oui effectivement je parle d'autres choses ce n'est pas le sujet. J'ai parle aussi de d'autres situations non conforme a la securite parce que il n'y a que dans ce cas-là qu'une burka pose probleme. encore une fois les gens font ce qu'ils veulent. efface mes posts si tu veux.

  12. Ostracismes
    http://www.lejournaldepersonne.com/2013/11/ostracismes/
    De temps en temps on peut se permettre d'être politiquement incorrect sans être abject pour autant.
    Sans banaliser les vieux démons et sans dédiaboliser le diable, on peut s'amuser à dédramatiser sans manquer à personne de respect.
    On pourrait se poser la question de savoir ce qui pose aujourd'hui plus qu'hier problème au petit français.
    Réponse...si je laisse de côté la psychologie, je dirais sans langue de bois, le juif, l'arabe et le noir.... A chacun selon son reich!

    Qu'est-ce qu'on reproche au juif ?
    On lui reproche ce qu'on reproche à celui qui nous passe au-dessus en passant par derrière et qui nous est indûment ou injustement supérieur. Celui qui se présente comme l'élu de Dieu et qui réussit comme par hasard tous les concours de circonstances. Et puis, comme tous ceux qui réussissent sur cette terre compromise, il est suspect.

    Qu'est-ce qu'on reproche au noir ?
    De ne pas avoir la même couleur que l'argent... d'être plus pauvre que ceux qui l'ont appauvri et moins bien servi que ceux qui l'ont asservi. Et puis, l'homme n'a jamais su se situer autrement qu'en se situant par rapport à un dominant et à un dominé... c'est ainsi que sont nés le supérieur et l'inférieur, dialectiquement parlant.

    Qu'est-ce qu'on reproche à l'arabe ?
    D'être la figure-type de l'autre en tant qu'autre... l'enfer qui empêche de se refermer sur soi. L'homme semblable à tous les hommes, qui les vaut tous et que vaut n'importe qui. En somme, on lui reproche d'être ce que nous sommes, ni inférieur, ni supérieur mais notre équivalent. C'est cette équivalence qui nous insupporte : de valoir ce que valent les autres.

    Quelles leçons en tirer de ces trois types d'ostracismes ?
    Primo : que c'est l'antisémitisme qui scandalise le plus puisque ses victimes sont censées être supérieures au commun des mortels.
    Secundo : que le racisme anti-noir est le moins sanctionné et le plus bananisé puisque ses victimes sont censées être inférieures au reste de l'humanité.
    Tertio : que la haine de l'arabe qui était théoriquement la plus difficile à justifier est devenue pratiquement la plus pratiquée grâce ou à cause de la montée de l'Islam.
    Le petit blanc a trouvé enfin des raisons objectives pour manifester sa haine de l'autre.
    Ce sont les islamistes qui vont désinhiber tous les racistes et provoquer la guerre des guerres : celle de l'être et du néant.

    À suivre...

  13. Apparemment, il faut rappeler que la laïcité ne signifie PAS l'interdiction des signes religieux.
    D'autre part, on peut très bien porter un signe religieux et être laïque (laïque ne veut pas dire athée, et laïcité ne veut pas dire sécularisation).
    Et le problème avec la loi interdisant le niqab, c'est bien que le niqab est interdit PARTOUT dans l'espace public. Or, il était parfaitement possible de demander à tout le monde de montrer son visage dans une banque sans pour autant interdire le niqab dans la rue. Dans certains cas il est nécessaire qu'une personne puisse être identifiée, mais ce n'est pas un motif valable pour interdire le niqab dans tout l'espace public.

  14. Un petit documentaire qui pourrait servir (surtout au suscité) :
    http://arpinux.org/public/information/datas/%5Bvideo-show%5D-Mes_identit%C3%A9s_nationales.ogg

    Prendre à contre-pied le discours réac :
    http://coeurnoirteterouge.wordpress.com/2013/10/22/la-question-blanche/

    Enjoy :p

  15. Tout d'abord, bravo pour votre site que je suis avec intérêt.

    Le constat que le racisme est politisé ne date pas d’hier. Ce qui est terrifiant, c’est surtout l’ampleur que cela prend…

    On feint de s’indigner des unes nauséabondes de Minute ou de Valeurs Actuelles, mais quid de celles de L’Express/Le nouvel Observateur/Le Point/Charlie Hebdo/… qui banalisent les remarques et comportements anti-musulmans et anti-roms et tapissent allègrement les couloirs du métro semaine après semaine ?

    On permet qu’un ministre de l’Intérieur stigmatise et insulte ces mêmes populations alors qu’une seule de ces remarques aurait déjà dû lui valoir d’être viré à coups de pieds au cul par tout chef de gouvernement ou de l’Etat digne de ce nom (cette remarque étant valable pour l’excellent M.Valls mais également pour ses délicieux prédécesseurs).

    Plus génériquement, on tente de récupérer (à gauche comme à droite) frénétiquement et désespérément l’électorat frontiste en camouflant sous l’étiquette « vote de réaction » ce qui n’est que la montée inexorable d’un racisme latent et de plus en plus décomplexé.

    La loi sur le Mariage pour tous engagée par Christiane Taubira était, fort de tout ça, un excellent test sur l’état de la société française suite à ce travail de sape incessant et nous l’avons passé brillamment : explosion des propos et comportements homophobes sous couvert de la défense de « valeurs familiales » et insultes généralisées à l’adresse de la ministre concernée.

    Aujourd’hui les propos racistes sous couvert de parole décomplexée migrent du terrain politique à celui du quotidien dans une parfaite indifférence voire même un certain enthousiasme. Et je ne sais pas pour vous, mais ça me fout une trouille bleue parce que je ne vois pas bien comment arrêter la machine…

  16. [...] La dépolitisation du racisme [...]

  17. Est-ce que c'est impossible de mener simultanément un combat contre tout ce qui stigmatise les femmes et un combat contre tout ce qui stigmatise les individus en raison de leur appartenance religieuse réelle ou supposée, de leur couleur de peau, de leur origine géographique?

    Les religions du livre ne sont pas tendres avec les femmes. Ce sont des religions faites par des hommes, et des hommes qui étaient terrorisés par l'existence même de la femme. Ce qui me semble paradoxal sur ce blog c'est qu'au nom du combat contre le racisme, on en vienne à ne plus dénoncer des signes qui ne sont pas seulement religieux, mais qui prennent leur essence dans la place que la religion veut signifier, dans l'espace public, aux femmes.
    Tout comme on observe une régression des idées avec le retour en force de l'expression des idées racistes dans l'espace public, on observe une régression de la situation faite aux femmes avec le retour du religieux en France.

    Au début des années 70, ça discutait dur à la fac de Nanterre entre les groupes femmes (des femmes :) ) et les militants d’extrêmes gauches organisés dans les différentes mouvances de l'époque (des femmes et surtout beaucoup d'hommes). Leur discours c'était qu'il fallait d'abord faire la révolution et qu'ensuite on s'occuperait de la situation des femmes. Les féministes de l'époque ne se sont pas laissées convaincre et je pense que ça a été une grande chance pour les femmes (comme pour les hommes). Je ne pense pas que ce soit à cause d'elles que l'on attende toujours le grand soir, mais par contre il y a eu une évolution des idées que l'on a du mal à imaginer si l'on a pas vécu cette époque. Mai 68 était une révolution incroyablement machiste.

    Je n'ai pas de problème avec le Hijab, peut-être parce que j'ai un peu voyagé dans des pays où un grand nombre de femmes le portent, qu'il n'est pas un frein à la communication, et qu'à l'exception des contrées qui possèdent une police religieuse (pays que je n'ai pas visités), il se décline en fait de multiples façons qui sont autant d'espace de liberté. Avec des cheveux qui dépassent, en couleur, en foulard de marque, avec un pantalon, en dissimulant ou pas les épaules etc. On est finalement dans un jeu entre l'héritage culturel, la pression sociale et l'expression de l'individualité de chacune.

    A l'inverse, la burqua et le niqab m'angoissent. Je ne peux pas m'empêcher de penser que même dans l'espace public ces femmes doivent vivre enfermées, être niées en tant qu'individus, et sont obligées ou veulent nous le signifier.

    Si exercer sa religion, pour développer le commentaire de Fabien, ça suppose que les femmes deviennent des fantômes, ça ne me gêne pas plus de l'interdire là où c'est possible que d'interdire l'excision ou les pratiques d'une secte particulièrement humiliante ou mortifère.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.