mai 152013
 

Je voudrais réagir à cet article qui témoigne de l'augmentation des actes homophobes et plus particulièrement à "Le lieu privilégié de leur expression est Internet, qui totalise 35 % des appels reçus."

Je vais plutôt me concentrer sur l'expression haineuse en général (racisme, sexisme, homophobie, transphobie, antisémitisme etc) et Internet. En effet, comme je vous l'ai déjà dit, je travaille dans une société chargée de modérer des sites Internet. Je peux donc, sur dix ans, observer l'évolution de cette parole haineuse. (je reprends le terme haineuse au sens américain du propos "hate speech").

Constatons déjà que les lieux pour s'exprimer sur Internet ont beaucoup augmenté et ont beaucoup changé techniquement. De la même manière, on peut s'exprimer d'où l'on veut (je pense ici au smartphone et autres Internet mobile). On n'est plus obligé de s'installer devant son ordinateur. Sur certains media dont nous nous occupons, le nombre de commentaires a été multiplié par 200% environ en dix ans.

Et en effet je constate une forte libération de la parole haineuse. Tentons d'expliquer pourquoi.

1. Dix ans de droite :
Je crois que je n'ai pas ici à aller plus avant. Celles et ceux qui sont d'accord avec moi connaissent déjà les arguments ; les autres ne seront pas d'accord donc inutile de développer.
Cela s'est ressenti très très fortement pour moi.  Puisqu'il y avait une libéralisation de la parole  haineuse qui devenait "le politiquement incorrect" (expression qui sert JUSTE à cracher de la haine). je peux prendre l'exemple récent de Jean-Sébastien Vialatte qui twitta hier que "Les casseurs sont sûrement des descendants d'esclaves, ils ont des excuses #Taubira va leur donner une compensation !" (et qui l'efface ce qui n'est pas anodin non plus). Quand un député, une personne publique (les exemples sont légions, le PDG de Guerlain, la quasi totalité du gouvernement Sarkozy, Valls, etc etc) s'autorise des paroles haineuses, alors j'assiste immédiatement sur les media au même phénomène. Il y a ici un valeur d'exemple de la personnalité publique qui en exprimant tels qu'ils le font donnent un blanc-seing . Si eux le font pourquoi pas nous.
Ce twit est d'ailleurs un parfait exemple de ce qui provoque un effet de meute.
- je dis sans le dire que les casseurs sont noirs
- je dis que la gauche excuse le crime
- je dis que Taubira a une solidarité de race.
- je dis que la justice libère les délinquants.
En moins de 140 mots, il suscite une flambée de haine. Et il l'efface ensuite, parce qu'il est désormais inutile de voir d'où est parti le premier foyer. Ce genre de phrases se répercute immédiatement dans les commentaires de journaux, et est reprise, appuyée, approuvée. (et forcément amplifiée).
C'est la technique éprouvée de Morano, Lucca et autres.
edit au 26 mai 2014 : j'avais omis de parler de l'inverse qui est tout aussi vrai. Lorsqu'une news parait, vous avez de grandes tendances dans les commentaires d'articles (tendance que je peux malheureusement anticiper car je connais bien les internautes qui commentent dans les journaux). Ainsi par exemple, l'enlèvement des jeunes filles par Boko haram fut l'ocasion pour mes internautes d'être dans le révisionnisme le plus béat face aux pratiques esclavagistes occidentales et d'ainsi minimiser voir moquer la journée de Commémoration de l'esclavage. La plupart des politiques, ont sans, nul doute des cabinets de com' qui observent les tendances et leur permettent d'orienter leurs discours ; je ne peux croire qu'il en soit autrement je l'ai trop souvent constaté. J'ai trop souvent lu des discours puants sur le net qui sont repris par un politique dans les deux jours, dans les mêmes termes avec les mêmes éléments de langage.

2. Une évolution technique dans la façon de communiquer :
J'en ai déjà parlé mais je crois que c'est le point important. Nous devions auparavant cliquer pour aboutir sur un forum et discuter du sujet du jour, dans un forum dédié. Aujourd'hui nous pouvons commenter en direct sous un article, ou sur twitter et facebook. Les quelques dizaines de secondes qui permettaient de calmer parfois mes racistes, mes haineux ne sont plus là ; ils sont à plein régime et postent la première merde qui leur passe dans la tête.
Je vais prendre ici un autre exemple ; celui d'un homme rom, qui, en voulant voler du cuivre , s'est électrocuté. Sous un tel sujet rien n'est validable, puisqu'il n'y a que des réactions de joie et racistes. Je tends à penser que s'il y avait quelques clics à faire pour aller poster sa réaction, alors il n'y aurait sans doute pas de réaction. Je ne suis pas en train de dire que la pensée haineuse ne serait pas là ; tout le moins elle serait tue parce qu'on n'est plus dans l'instantanéité. (et il est important selon moi que la parole haineuse soit tue car si elle s'exprime, elle permet aux autres de s'exprimer et d'aller dans ce sens. Pire, elle fédère).
Poster sous un article, donc être au même plan que le journaliste ou le chroniqueur qui l'a écrit et qui y a passé du temps donne l'impression trompeuse qu'opinion vaut article. (et au fond n'est ce pas vrai ? Puisque quelqu'un qui commente fait de la page vue donc rapporte de l'argent ?).

3. La mobilité :
Pouvoir poster de n'importe où en vitesse, avec un mot lapidaire forcément alimente également aussi à mon sens cette haine. On avale en pleine crise de boulimie, les 50 applications nous donnant les nouvelles du monde les faits-divers du coin, et, évidemment, on réagit en un quart de seconde, de manière violente, agressive. On retrouve beaucoup cela sur les faits-divers. (et j'avoue complètement le faire, en twitant des faits-divers de violence conjugale).

Bien évidemment, je ne prétends pas qu'il faut revenir en arrière, que "c'était mieux avant" ou que la parole raciste ou homophobe ne s'exprimait pas il y a dix ans. Je prétends expliquer pourquoi elle s'exprime autant et en quasi toute liberté ou pire en quasi "innocence". Comprenons que beaucoup des internautes qui vont poster une horreur homophobe par exemple, vont venir se plaindre d'être "censuré" alors "qu'ils n'ont rien dit". La liberté se caractérise par le fait qu'elle doit avoir des limites, sinon elle devient la liberté du plus fort versus l'oppression des minorités. Je rappelle à toutes fins utiles que l'homophobie, le racisme, l'antisémitisme ne sont pas des opinions mais des délits.

4. La presse.
Une partie de la presse, en crise, a décidé d'aller au plus économique et au plus rentable : le fait-divers qui s'écrit en 5 mn, sans beaucoup de recherches.
Voici un exemple-type : COUPABLE DE VIOL ET LIBÉRÉ APRÈS CINQ MOIS DE PRISON
A part pour les concerné-e-s, cette nouvelle n'a aucun intérêt pour nous. Nous ne connaissons pas l'affaire, nous n'avons pas connaissance du dossier ; c'est donc juste bon à nous faire dire "à mort le pédo, juges tous complices" (vous vous doutez que c'est ce que je lis dans ce genre de cas et par paquet de 200 réactions). Que diable voulez-vous dire face à une news aussi atroce ? mais qu'est-ce-qu'elle nous apporte ? Permet-elle un éclairage sur quelque chose ? ou, au contraire va-t-elle juste conforter certains d'entre nous dans l'idée que les juges passent leur temps à libérer des violeurs ?

C'est d'ailleurs toute la méthode du blog Français de Souche depuis des années qui a bien compris comment fédérer des gens ; poster pendant des années uniquement des faits-divers fait croître le sentiment d'insécurité. On manipule ensuite un peu l'opinion et hop bouc émissaire tout trouvé.
Publier des faits-divers ne sert à rien (enfin financièrement, si) et est dangereux. Je vois clairement que plus il y a de faits-divers, plus il y a une libération de la parole raciste. Le test est simple à faire. Ecrivez un article sur un vol de cuivre par une personne nommée. Ecrivez un autre article générique expliquant pourquoi le cuivre se vole etc. Vous aurez beaucoup moins de réactions haineuses dans le second article.
Je rajouterai évidemment que la haine appelle la haine. Si l'un poste un commentaire raciste, les suivants se sentiront libérés pour le faire également et ca sera "la bande des gentils qui ne volent pas de cuivre contre l'affreux rom qui en vole et qui a bien été puni".  Le Bien/ Le Mal.

5. L'extrême-droite :
L'extrême-droite a eu une qualité en dix ans ; savoir se servir d'Internet. Là où la gauche continuait de tracter dans la rue, l'ED envoyait ses émissaires sur tous les forums, les grand media pour convaincre. On les voyait arriver avec la même méthode que celle qu'ils avaient dans la rue.
1. j'envoie les éléments les pires qui hurlent des insanités ; ca attendrit la viande
2. j'envoie ensuite les penseurs, les intellectuels ceux qui savent te manipuler  ; qui n'emploieront jamais un terme outrancier, oh non mais dont la pensée pue la merde. Et cela fonctionne tellement bien.
Rajoutons à cela qu'un grand nombre de journaux à coups de "Marcel, 25 ans, vote FN et est gentil" à bien contribuer à dédiaboliser (terme encore à la con).

6. L'anonymat :
Evidemment. Lorsque tu t'appelles "Charles qui martèle" (mon internaute est rigolo) c'est beaucoup plus facile de tenir des propos racistes que sous ta vraie identité.

Je ne suis donc pas étonnée pour toutes les raisons évoquées, que l'homophobie soit en hausse sur Internet. Il serait dommage - et j'espère que je n'ai pas donné cette impression - de penser qu'Internet en est le responsable. Cela serait comme accuser une machine de mal faire un job alors qu'on s'en sert mal. Je pense qu'il faut repenser notre façon de sen servir. Je pense que la presse doit d'une manière ou d'une autre repenser son modèle économique (ce qui est facile à dire j'en ai bien conscience). Je ne pense pas non plus qu'il faille aller contre l'anonymat qui est aussi merveilleux pour tout un tas de bonnes raisons.
Je me permets en revanche d'être assez pessimiste si les choses ne changent pas radicalement et rapidement ;  or, puisque la haine fait vendre je vois mal pourquoi quoi que ce soit évoluerait.

TumblrPartager

  21 réponses sur “Pourquoi la parole haineuse est de plus en plus présente sur Internet.”

  1. Je suis même plus pessimiste. Je me prépare à un gros changement. Je pensais pas succomber à ça, mais vu l'ampleur de la merde, sans grossir, de ce qui se passe maintenant, je vois pas bien comment ça va pouvoir s'améliorer. Y a une tension pour n'importe quoi : un titre de foot, une enseigne qui ferme. des médias anxiogène au possible sur n'importe quelle connerie.

    Par contre, je ne pense pas que ça soit 10 ans de droite, mais 10 ans de Sarko. Ce mec a fait un mal pas possible juste par la parole. En se permettant de dire des choses qu'un homme habité par une fonction n'a pas à dire. Et il a embarqué toute une ribambelle de personnes dans le même sillage. On peut pas se permettre, quand on a du pouvoir, de dire la meme merde que quelqu'un qui n'en a pas.

    Pour le FN oué c'est tellement évident que les mecs de gauche ont lutté contre le FN en ayant des clichés en tête d'il y a 30 ans. Ils se sont pas aperçus que les choses avaient changé. Et qu'il fallait s'adapter. Et qu'ils sont complètement en retard.

  2. Pour le point 5, c'est même plus malin que ça : les militants multiplient les comptes et les identités pour créer un effet de masse. La méthode a très bien été décrite dans une série d'articles de Midi Libre :

    http://www.midilibre.fr/2012/10/24/fdesouche-ou-l-etrange-sens-des-valeurs,583113.php

    Il y a une expérience dont j'ai oublié le nom, dans laquelle on montrait trois traits à plusieurs personnes, en leur demandant lequel était le plus grand. Question évidente, mais la majorité des personnes sont des complices, qui vont volontairement donner une mauvaise réponse. Et on s'apercevait qu'ainsi, les autres sujets du test répondaient toujours comme la majorité, même s'il était évident qu'elle se trompait.

    On a le même phénomène ici : l'extrême-droite a su parfaitement droitiser les esprits par effet de masse. Les gens lisent les commentaires et voient que pratiquement tout le monde pense très à droite, au point de se dire que si tout le monde pense ça, c'est que ça doit être vrai. Pas même besoin du moindre argument.

    C'est aussi pour ça que le niveau des commentaires sur le site du Monde, par exemple, qui est réservé aux abonnés payants, donc sans double compte possible, est globalement plus élevé qu'ailleurs. Et même sans aller jusqu'à demander de payer pour commenter, juste vérifier les adresses IP des commentateurs pour limiter les "faux" comptes pourrait déjà limiter les dégâts.

  3. Pour avoir trainé dans pas mal de communautés fermées, le problème n'est pas tant le double compte que la personne qui va ouvrir sa grande gueule. Dans la plupart des médias, les mecs qui ouvrent leur gueule sont ceux qui ont quelque chose à (vouloir) gagner. Ce sont des "communiity manager" (dieu que je hais encore ce terhme) qui ne sont pas là pour donner un avis éclairé en tant que personne humaine mais pour vendre de la came.

    Le net parle au net. Les journalistes parlent aux gens qui bossent sur le net. Les gens qui bossent sur le net postent plus facilement parce qu'ils connaissent les rouages d'internet. Et les CM de partis politiques et autres gentils membress qui n'en sont pas sont là pour monopoliser un espace qu'ils connaissent parfaitement.

    Cette pratique connue dans le milieu des avis de resto, commerce, ciné, ect ect existe aussi en terme politique. Ce ne sont pas des "trolls". Parce qu'un troll par définition n'a strictement rien à gagner. C'est du jeu. Ce qui n'est pas le cas de ceux qui commentent.

    Faire payer les commentaires comme le fait le monde, c'est aussi s'exposer au pouvoir de l'argent, donc à des gens qui vont se financer le droit d'avoir une parole. Donc c'est inclu dans leur budget communication. Et comme il y en a moins, c'est encore plus important de venir commenter sur ce sujet. C'est hyper rentable le monde, pour un CM politique. y a 5 commentaires, 6 com dont le sien. Le mec sera forcément plus lu que sur d'autres médias.

    Les sites d'actu sont archi politisés. Y a peu de vrais membres. Hormis sur des sites comme Rue89 ou le Huff qui ont su mettre en place des barrières, avec un aspect communautaire essentiel, comme des badges de membres. Ce phènomène d'identification, vieux comme le monde sur le net (tout forum en a un) permet de voir qui fait quoi et comment il est perçu. Donc que vaut sa parole.

    Ah et une chose : beaucoup de trucs rentrerait dans l'ordre sur le net si la publicité n'était pas basée sur le CPC et CPM.

  4. dextarian ; et on sait bien au passage que les gens qui paient estiment avoir tous les droits. ca ne les calme pas de payer, au contraire.

    Le Bien Pensant : j'avais raté cet article de midi-libre ! merci :) )

  5. Globalement je suis d’accord, mais quand même il y a des responsabilités partagées… Dans ma façon de penser, ce n'est jamais entièrement de la faute des autres. Alors que la gauche dans ses idéologies est la seule à penser la complexité, on n’est même plus capable de décisions intelligentes, cf ce gouvernement de baltringues. Ca fait 20 ou 30 ans que la gauche déverse sa bien-pensance (que je partage) mais d’un ton de « père la morale » et sans faire l’effort de pédagogie. Résultat, le droite invente une insulte sur « droitdelhommiste ». Alors, je veux bien admettre que le contexte d’idéologie néo cons « anti garantiste » (basiquement, si on est un délinquant, on perds ses droits… cf. Guantanamo et la gestion des sans papiers en France sous Sarko) post 2001, diffusé dans le monde entier y est aussi pour beaucoup, m’enfin l’extrême naïveté de la gauche ou des progressistes est hallucinante. Naïveté économique, naïveté sociale, absence de pensée stratégique (genre mes sentiments sont bons, alors je n'ai pas besoin de les expliquer ni de rassembler)… quand la plupart des bobos de gauche achètent leur appartement à Paris sans même voir la contradiction intrinsèque de leurs actes. Dans cette haine, il y a aussi l’aigreur des petits blancs face aux donneurs de leçons qui ne s’appliquent pas à eux même leurs préceptes. C’est bien beau de militer pour la mixité sociale quand on habite dans les quartiers parisiens acceptables. *
    Moi j’ai surtout une grosse haine après la gauche à vrai dire. La droite ce n’est pas mon monde, si ils n’étaient pas majoritaires, je m’en foutrais. Pas foutus d’être unitaires, toujours à se tirer dans les jambes et à décerner des diplômes de pureté idéologique… la haine de certains secteurs populaires est à la hauteur de la déception. Après, c’est une constante psychologique, sociale et historique, la haine attire la haine, la violence attire la violence. Les noms d’oiseaux répondent aux noms d’oiseaux… J’ai vu ca avec le mariage gay, pour lequel je n’avais pas tellement envie de militer… je me suis mis à le soutenir plus en raison des horreurs proférées par les anti que par réelle conviction. Je me suis trouvé nul, très animal. On a toujours tort de sous estimer le poids de la « réplique », l’envie de se défouler, de se venger… Une étude menée en Colombie avait montré que la principale motivation des FARCS et des paramilitaires, ce n’était pas les motifs politiques, mais… la vengeance.

  6. Je croyais aussi que l'homophobie et autres comportements discriminatoires étaient illégaux, mais il semble que ça soit faux, d'après cet article de Maître Eolas : http://www.maitre-eolas.fr/post/2012/12/11/Libert%C3%A9s%2C-libert%C3%A9s-ch%C3%A9ries

    Je cite "En application de ce principe, le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie et la xénophobie ne sont pas illégaux en soi en France. Le fait de partager ces doctrines fait de vous un sale con, pas un délinquant. C’est leur expression publique qui, à certaines conditions, tombe sous le coup de la loi ; essentiellement quand elle prend la forme de la provocation à la haine, la diffamation et l’injure, ou quand elle se matérialise concrètement sous forme de discrimination."

    Au-delà de ça, je suis d'accord avec le fait que les dérapages de certaines personnalités encouragent les personnes racistes, sexistes et autres à s'assumer publiquement. C'est intéressant car je n'avais pas fait le rapprochement jusqu'ici!

  7. Nunue ; sauf qu'il dit "tombe sous le coup de la loi ; essentiellement quand elle prend la forme de la provocation à la haine, la diffamation et l’injure" et c'est ce dont je parle ici.

  8. Oui d'ailleurs ce que j'ai écrit est inexact car justement les comportements discriminatoires tombent sous le coup de la loi... En revanche rien n'empêche quelqu'un (à part l'intelligence, la tolérance et autres traits de caractères dont tout le monde ne dispose pas) de se définir publiquement comme homophobe ou sexiste etc.

  9. le sexisme est un peu différent car le sexisme en tant qu'expression publique n'est toujours pas puni.
    donc une injure sexiste est condamnable à titre d'injure mais pas d'injure sexiste.

  10. Bonjour,
    J'ai lu ton article et je ne comprends pas bien où tu veux en venir : effectivement, l'accélération entre la pensée et le post pousse les gens vers moins de réflexion et une réponse plus émotionnelle et plus primaire (j'aurais presque envie de dire primale). Du coup, les gens sont davantage poussés au moutonnisme, surtout avec des manipulateurs professionnels.
    Pour autant, je pense que les gens ressentent vraiment ces émotions et ces instincts: la colère, l'envie, la rage, la peur, le rejet... La parole haineuse parle de la société, de la peur collective de l'autre, de la crispation sur ce qu'on possède comme biens, comme pouvoir, comme privilège...
    Et chaque individu a besoin d'exprimer ce qu'il ressent pour ne pas être consumé. Peut-être qu'Internet n'est pas le support adapté ? Que ces peurs ne /devraient/ pas être exprimées publiquement ? Au nom de quoi ? La loi fournit des limites à la libre expression, mais à l'intérieur de ces limites, tout le monde a le droit d'être con, égoïste, ou brillant et solidaire.
    Depuis le début, les internautes se rassemblent par affinités. On s'aperçoit aujourd'hui que la haine peut aussi être fédératrice. Il n'y a rien de nouveau sinon le fait que les gens sont désinhibés sur le sujet.
    Je suppose que ton métier t'expose davantage à cette expression de haine, et que c'est pour cette raison que tu es "pessimiste". Mais un médecin ne voit que des malades, et un gestionnaire de fortune ne voit que des riches, ça fait partie du contexte.
    Toi même, quand tu t'exprimes un peu vivement sur Twitter, ça peut être pris pour de la violence par ceux qui le reçoivent (pour une maladresse coupable à mes débuts sur Twitter par exemple).
    Est-ce bien ou mal, ou seulement la nature humaine qui s'exprime ?

  11. Concernant la politique, j'aurais bien du mal à commenter, je suis un poil trop jeune pour avoir vraiment réalisé ce qui se passait pendant les 15 dernières années (oui, bon, les 5 dernières c'est parce que je faisais pas gaffe). Mais j'ai été absolument choquée par les réactions de la droite face au mariage homo. Les propos de certains politicards devraient, selon moi, passer devant un tribunal. C'est juste pas possible qu'autant de haine soit légale. On peut allègrement dire qu'une partie de la population est inhumaine voire mérite la mort sans risquer autre chose que des critiques sur Twitter.
    Par contre, je ne suis pas forcément d'accord sur l'anonymat. En fait, plus forcément d'accord, pour être exacte. Je considère effectivement que l'anonymat du net permet d'exprimer ouvertement sans haine sans risque (personnellement, même quand je me sais du côté clair de la force, genre en commentant sur un truc raciste, sexiste, etc pour critiquer l'auteur et ses propos, je reste anonyme). Toutefois, certains sont tellement pourris que dire des saloperies sous leur vrai nom ne les perturbe en rien. Et j'ai l'impression que c'est un phénomène qui s'accentue, du moins en France, depuis les manifs pour le mariage pour tous. "Homophobie décomplexée", comme titrait le blog de Ca Fait Genre si je nm'abuse. C'est exactement ça. Idem pour la misogynie, pour le racisme et autres. Les gens affirment ouvertement leur haine tout en niant les mots en -isme. Je ne comprends pas franchement d'où ça vient, mais c'est un sujet que je trouve relativement important. Une hausse significative de la haine, parfois revendiquée, parfois non, mais toujours en reniant ses motivations...personnellement, ces derniers mois m'ont dégoûtée de la France.
    (Sujet à part, Valérie, vous m'épatez : si j'étais obligée de modérer des sites, je serais incapable de gérer encore des commentaires haineux sur le mien. Pour le dernier article et les abrutis qui sont venus vous insulter, vous avez tout mon soutien !)

  12. Eh, sur le point 3 à propos des gens qui postent n'importe quoi sans réfléchir parce que c'est facile, regarde ça :
    http://www.mattcutts.com/blog/youtube-adds-read-comment-aloud-feature-from-xkcd/ (en anglais)

    Une idée simple, élégante, astucieuse et diabolique. Bon je sais pas si c'est très efficace mais au moins c'est drôle.

  13. Anon ; c'est pour cela que j'ai fermé un temps les coms :)

    Mpstarix ; "Que ces peurs ne /devraient/ pas être exprimées publiquement ? Au nom de quoi ?" juste de la loi. Et encore une fois je ne parle que de paroles illégales.
    Je rajoute qu'en effet je succombe à l'agressivité et que cela n'est bon ni pour moi ni pour les autres. Voilà pourquoi je pense qu'il faut réfléchir à notre usage d'internet.

  14. szam : j'adoreeeeeeee ton lien !

  15. @Anon « Mais j’ai été absolument choquée par les réactions de la droite face au mariage homo. Les propos de certains politicards devraient, selon moi, passer devant un tribunal. C’est juste pas possible qu’autant de haine soit légale. »
    La parole des parlementaires est sujette à des exceptions aux limites habituelles de la liberté d'expression. Ces propos me choquent peut-être autant que vous, mais dans le principe je comprends que des parlementaires soient à l'abris de poursuites pour leurs propos, dans certaines limites. Ceci dit, il n'y a pas que des parlementaires qui ont tenu ce genre de propos...

  16. @Schmorgluck Je sais qu'il y a largement pire, ils ont évité les trucs du genre "brûlez les" etc, mais quand même. Ca reste extrême. Ces gens sont censés diriger notre pays, et pourtant j'ai aucun mal à les imaginer levant des torches et des fourches pour partir à la chasse aux hérétiques...
    Je peux comprendre (même si je n'approuve absolument pas, et ne comprends pas trop qu'avec le nombre de sources témoignant de la bonne santé mentale des enfants ce soit encore un problème) qu'on puisse douter de l'adoption des homosexuels. Surtout quand on est une espèce de vieux machin né y'a deux siècles. Mais pour refuser le mariage aux homos, sérieusement, il faut être sacrément homophobe et con. "Ca va dénaturer la famille" "c'est nier les différences de genre" et j'en passe. J'avais envie de me pendre, rien que parce que j'habite dans le même pays que ces cons.

  17. splendide billet.Je suis complétement d'accord avec le côté instantané qui favorisé la pulsion.

  18. @xenomorf "C’est bien beau de militer pour la mixité sociale quand on habite dans les quartiers parisiens acceptables. *"

    Honnêtement pour avoir déménagé pour cause d'achat du canal st Martin à St Denis, si j'avais pu je serais restée dans un quartier cool. Pas pour une question de mixité, je n'arrive tout bonnement pas à comprendre comment on peut ne pas se sentir chez soi parce que 70 % de ton wagon RER, de ton Franprix n'est pas blanc, je ne comprend même pas qu'on puisse ressentir ça, ça me dépasse totalement. En tant qu'habitante du centre historique ce n'est pas non plus de l'insécurité, mon quartier ne craint pas. Non.
    Ce qui rend la vie moins plaisante c'est que tu n'a pas un commerce de bouche vraiment valable (sauf un peu le marché), heureusement que le boulanger a sorti une nouvelle tradition sinon on avait arrêté le pain, pas un café sympa pour boire un verre le soir, pas un resto (enfin si Rochette et la Casbah)... donc je comprend la volonté de rester dans le haut marais si on peut.

    Pour la montés de la haine, on ne peut pas ignorer la lepénisation des esprits et du débat (même si l'expression est clichée) la suite couverture de l'express et du point totalement racistes (en utilisant l'islam comme prétexte) auait été inimagnable il y a 15 ans, les termes du débat, cette droite "décompléxéeé qui vomit sa détestation n'arait pas été possible. marine le pen est invitée comme une personne légitime, dont la parole est absolument normalisée. Valls serait de gauche... On assiste au racisme le plus décomplexé vis à vis de Roms...
    Bref l'anonymat et l'immédiateté ne fait que donner un coté plus "brut" à ce qui infuse la société, les médias et le débat public

  19. [...] ; aucun article ne fait autant de page vues et de commentaires qu'un fait-divers. J'en ai déjà parlé de multiples fois, tout en prenant à partie les rédactions mais j'aimerais aussi aborder l'angle [...]

  20. [...] ne fait autant de page vues et de commentaires qu’un fait-divers. J’en ai déjà parlé de multiples fois, tout en prenant à partie les rédactions mais j’aimerais aussi aborder [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.