avr 152013
 

A l'été 2012, deux stars de l'équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une jeune fille en plein coma éthylique. Le viol a été filmé et transmis sur les réseaux sociaux et commenté en temps réel.  Un garçon présent sur la video pourrait être poursuivi pour non dénonciation de crime. Sur la video, la victime est décrite comme une morte qu'on viole et sur laquelle on urine. Les deux violeurs  ont été jugés en mars et condamné l'un à un an de prison, l'autre à deux. Une nouvelle enquête pourrait avoir lieu pour établir quelles autres personne pourraient éventuellement être poursuivies. Suite à sa plainte et au procès, la victime a été insultée sur tous les réseaux sociaux. Une journaliste de CNN a fait un plaidoyer larmoyant sur la vie des jeunes violeurs, gâchée.

Rehtaeh Parsons était une jeune canadienne de 17 ans. Lors d'une soirée arrosée il y a deux ans, elle a été violée par 4 garçons qui ont pris des photos qu'ils ont diffusées sur le net. Elle a été harcelée, a reçu des propositions sexuelles explicites. Ses parents ont du déménager mais le harcèlement a continué. La photo prise n'a pas suffi à mettre en examen les coupables. Rehtaeh a tenté de se suicider le 4 avril et est morte le 7. Lorsque le collectif Anonymous a commencé à enquêter, il a découvert que beaucoup de gens savaient, qu'aucun n'avait parlé.

Audrie Mott avait 15 ans. Elle a subi un viol collectif l'an dernier et s'est suicidée quelques jours plus tard, après avoir vu les photos du viol sur Internet. Trois mineurs ont été arrêtés il y a quelques jours. Aujourd'hui un adolescent non identifié a dit que les photos n'avaient jamais été publiées sur le net ; elles sont seulement été vues par les personnes présentes à la fête. On en conclut que tout va bien.

Culture du viol. Culture du viol. Culture du viol.

Je vous vois hausser les yeux au ciel. Qu'est ce qu'elle nous emmerde encore avec ca. Quelle culture ! On condamne le viol sévèrement, on est tous contre le viol (d'ailleurs on est contre la guerre et le meurtre aussi) alors pourquoi vient-elle nous parler de culture.

okay. Disons nous que ce ne sont que des adolescents un peu désaxés, mal éduqués et ivres. okay. Mais que disons-nous des adultes qui savaient, du coach qui savait, des amis qui savaient, de la journaliste de CNN qui les a plaints, des milliers d'internautes qui ont insulté une des victimes ? Si on est tous contre le viol, si tous on n'a pas tendance à blâmer la victime et innocenter les coupables, alors pourquoi ?

Est-ce que cela tient encore l'excuse du "m'enfin on condamne tous le viol".

Est ce qu'on condamne tous le viol quand une femme sur 5 sera victime au cours de sa vie de violence sexuelle.
Est ce qu'on condamne tous le viol quand on sait qu'en France seulement 1 femme sur dix porte plainte tellement elle a honte ?
Est ce qu'on condamne tous le viol lorsqu'on encense le talent d'un type qui drogue et fait boire une gamine de 13 ans pour la sodomiser ?
Est ce qu'on condamne tous le viol lorsqu'un comique dit à une victime dont la justice a estimé qu'elle avait bel et bien subi une agression sexuelle qu'elle a trop attendu pour porter plainte ?
Est ce qu'on condamne tous le viol lorsqu'on rend un verdict plus que clément dans un procès où les coupables ont tellement fait preuve de leur repentir qu'ils se sont moqués de la victime ?
Est ce qu'on condamne tous le viol lorsque des policiers reconnus coupables de viol sur une prostituée prennent du sursis ?
Est ce qu'on condamne tous le viol lorsqu'on dit que le viol conjugal n'existe pas ?
Est ce qu'on condamne tous le viol lorsqu'on menace toute femme qui parle un peu fort de viol ?
Est ce qu'on condamne tous le viol lorsqu'on explique que le violeur a des circonstances atténuantes ?
Est ce qu'on condamne le viol lorsqu'on pense qu'une femme a été violée mais que c'est aussi la plus grande chance de sa vie ?
Est ce qu'on condamne tous le viol lorsqu'on peut remplir des pages et des pages de ce site ?

La tentation est grande d'explique que la culture du viol n'existe que dans ces pays lointains là ; l'Inde (pensez ils sont frustrés , faisons 20 articles sur le difficile réveil de l'Inde face au sujet tabou du viol et surtout ne vendons plus de billet à des femmes seules qui voudraient y aller, ces connasses inconscientes), l'Egypte (pensez ils sont frustrés, faisons 20 articles sur la spécificité de la frustration égyptienne et le fait de ne plus envoyer nos femmes journalistes là-bas), la banlieue (vous avez compris le principe).

Et les Etats-Unis c'est loin aussi ; ils sont tous tarés là-bas. Pas chez nous on vous dit.

La vérité est qu'on ne condamne pas le viol. On condamne un viol qui n'existe pas, fantasmé, d'une vierge violée dans un lieu public en plein jour.

Laide ? Impossible que quelqu'un ait voulu de toi. Réjouis toi plutôt. (Nafissatou Diallo)
Jolie ? Tu ne l'aurais pas un peu cherché ? (Lara Logan)
Grosse ? Rêve pas personne aurait voulu. (Une des victimes de Créteil)
Féministe ? Tu mens, tu es trop pathétique. (Andrea Dworkin)
Jeune ? Oui enfin elle faisait pas si jeune. (Samantha Geimer)
Violée par un homme révéré par certaines ? Une frustrée (Mémona Hintermann)
Pute ? Une pute violée, hahaha. (toutes les putes violées).
(...) == ici figureront les excuses données au viol en commentaires.

Et si on se posait simplement la question. Est-on tous contre le viol ? Avec quelques 50 000 viols par an ? Quasi aucune victime qui porte plainte ? Remarque dorénavant les violeurs le disent à leur place. Ou et comment en est on arrivé à ce que des gens se sentent tellement innocents, tellement légitimes qu'ils puissent poster des photos d'eux, visage, découvert, en train de violer ? Comment diantre m'explique-vous cela ? Une bonne grosse généralité de type "l'homme est un loup pour la femme, hop réglé on bouffe quoi ce soir".
Alors le viol c'est peut-être pas dans votre culture mais c'est bien dans la mienne.

TumblrPartager

  56 réponses sur “Pourquoi faut-il autant parler du viol”

  1. Prof de culture Gé, premier cours de l'année : "Vous savez, quand on voit ce qui se passe avec l'excision en Afrique, le viol en Europe c'est rien, faut arrèter de se plaindre".

    Prof d'Espagnol, y'a 3 semaines : "Si une femme sait que pour rentrer dans un gang, il faut faire l'amour à 6 hommes membres en même temps, c'est pas un vrai viol, enfin je veux dire, elle sait ce qui l'attend".

  2. Ecoeurant, consternant, sidérant, dégueulasse, absurde, effarant, ahurissant, gerbant, Anormal, insoutenable, himmonde, terrifiant, ignoble, impardonnable...
    Voilà les mots qui me viennent à la bouche quand je découvre chaque jour un nouvel exemple, un nouveau témoignage, de nouvelles victimes, de nouveaux coupables.
    Cet article résonne en moi comme un énorme cri de détresse et d'incompréhension que je partage de tout mon être.
    Merci

  3. Dis, tu veux être ma maman? Je t'aime.

    Merci pour ce texte. Et pour tous les autres. Je me cognerai moins la tête ce soir.

  4. [...] < Sexual felonies & crimes < Gender Equality Get flash to fully experience Pearltrees Parler à en crever A l’été 2012, deux stars de l’équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une [...]

  5. [...] / anticapitalisme et autres oppressions < ladydylan Get flash to fully experience Pearltrees Parler à en crever A l’été 2012, deux stars de l’équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une [...]

  6. [...] Parler à en crever Psst Ce matin, twit matinal « Ce qu’il y a de bien avec le retour des beaux jours, c’est que désormais, c’est dans la rue qu’on croise des jolies courbes . » Twit qui enclencha un clash général, sur le sexisme présupposé ou non de ce twit prononcé par un blogueur très lu ce qui n’arrangeait pas notre affaire. Et donc pourquoi ce twit est évidemment sexiste. Je ne supporte plus vos abjections au sujet du viol *Les passages en italique correspondent aux commentaires cités Donc il y a ce passage (1/9 du texte) de mon dernier article qui relate qu'après avoir passé la soirée avec un groupe de mecs que je ne connaissais pas très bien, j'ai préféré partir malgré le froid et le fait que je n'avais nulle part où aller (Le texte se déroule à une époque où j'étais SDF, vous pouvez le lire ici pour mieux comprendre de quoi il s'agit), et puis y'a ce commentaire d'un courageux anonyme qui tombe. Il chouine parce que je suis trop méchante d'assimiler groupe de mecs et viol, et que putain, il en a marre de toujours lire ce genre d'histoires où les relations humaines sont réduites à des coups. Et puis que merde, SYSTEMATIQUEMENT, on assimile groupe de mecs et viol, et qu'on s'en sort plus dans la vie quoi. [...]

  7. Chade Revingbell : même ressenti

  8. [...] Parler à en crever A l’été 2012, deux stars de l’équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une jeune fille en plein coma éthylique. Le viol a été filmé et transmis sur les réseaux sociaux et commenté en temps réel. Un garçon présent sur la video pourrait être poursuivi pour non dénonciation de crime. [+] illoult home • contact • blog • fb • twitter to experience pearltrees activate javascript. [...]

  9. [...] A l’été 2012, deux stars de l’équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une jeune fille en plein coma éthylique. Le viol a été filmé et transmis sur les réseaux sociaux et commenté en temps réel. Un garçon présent sur la video pourrait être poursuivi pour non dénonciation de crime. Sur la video, la victime est décrite comme une morte qu’on viole et sur laquelle on urine. Les deux violeurs ont été jugés en mars et condamné l’un à un an de prison, l’autre à deux. Une nouvelle enquête pourrait avoir lieu pour établir quelles autres personne pourraient éventuellement être poursuivies. Suite à sa plainte et au procès, la victime a été insultée sur tous les réseaux sociaux. Une journaliste de CNN a fait un plaidoyer larmoyant sur la vie des jeunes violeurs, gâchée.  [...]

  10. [...] Culture < amokrane Get flash to fully experience Pearltrees Parler à en crever A l’été 2012, deux stars de l’équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une [...]

  11. Je viens d'aller faire un tour là http://projectunbreakable.tumblr.com/ et j'ai repensé à ce qu'il a dit quand ça s'est passé.

    Je suis au boulot, en face de ma collègue, et je ne dois pas pleurer.

  12. Plein de vérités dans ce billet. Des vérités qui fâchent.
    A chacun(e) de choisir ensuite si vraiment tout ce qui est listé ici est pertinent à ses yeux.
    Très probablement que la majorité des hommes tombant la dessus va se dire "Encore ? c'est lourd à la fin. Je suis pas un violeur, c'est pas de ma faute". Et quelque part, c'est légitime, car seuls 4 à 8% des hommes sont des prédateurs sexuels.
    Seuls ces hommes-là sont coupables des viols. Et c'est à mon sens ce qui manque souvent aux articles qui dénoncent la culture du viol.
    Pourquoi ? Parce qu'on est complètement désarmés face à ça. Nous ne dictons pas les codes de la société, ni ce que les médias produisent. Donc la réaction de base est de ce dire que oui, on est d'accord, cette culture est bien la, mais tu veux qu'on y fasse quoi ? On pas aller dire à chaque femme qu'on connait : "tu sais tu peux me le dire si t'as subi des violences sexuelles". On n'a pas de visibilité dans les médias pour dénoncer cette culture.
    Par contre, ce qu'on peut faire, et ce que je ne vois presque JAMAIS dans le discours contre la culture du viol, c'est identifier les prédateurs sexuels. Identifier ceux qui, lorsqu'on est "entre mecs", lachent des indices sur leur nature, leur actions. Ces 4 à 8% qui violent des femmes QU'ILS CONNAISSENT, quand elles sont bourrées ou droguées. Et qui finissent par lâcher le morceau, parce qu'ils se sentent intouchables.

    • benflex ; c'est bien que tu saches qui viole en fait. c'est bien que tu nous dises que les hommes connaissent les violeurs et ne les dénoncent pas. comment dire... je ne sais plus quoi dire là tiens.

  13. Je crois que tu as mal compris ce que j'essaie de dire.
    Non justement, on ne les connait pas. Parce qu'on fait pas gaffe. Parce qu'on ne sait justement pas que la plupart des viols sont commis par des gens que les victimes connaissent. Ce point là, le fait que le viol dans une ruelle sombre commi par un inconnu est ultraminoritaire face aux viols commis par des connaissances/proches, vous l'expliquez. Mais je vois très peu de tweet/billets expliquant que la majorité des viols est commise par une minorité de mecs. Très peu de billets/tweets disant aux hommes "écoutez quand des mecs parlent de soirées arrosées où ils ont fini avec une fille".
    A priori, la grande majorité des hommes ne sait pas qui viole. Mais dire aux hommes "VOUS avez la possibilité de detecter les prédateurs", j'aimerai le voir plus souvent. Parce qu'arriver à isoler ces violeurs, c'est possible. Il faut qu'on sache comment les detecter. C'est un peu l'étape d'après "ok, j'ai compris que les viols sont commis par des proches dans la plupart des cas".
    Je veux dire, c'est vraiment un domaine (discussions entre mecs) où malheureusement il n'y a quasiment que nous qui pouvons "spot the rapist". Qu'il y ait une petite partie des hommes qui choisissent de les protéger, c'est possible, mais vraiment, la vaste majorité veut que ces mecs là ne puissent PAS nuire.

    • et donc explique moi d'ou tu sors ton "entre 4 et 8%". sachant que la majorité des violeurs ne sont pas arrêtés, on ne sait pas qui viole en fait. sachant qu'il y a 50 000 viols par an ca voudrait que ce sont des violeurs de masse ; or c'est faux.
      quant à me dire ce que tu aimerais voir + souvent sur un billet sur le viol, j'ai juste envie de te dire d'aller de te faire foutre mais vraiment.
      il faut encore qu'un homme la ramene sur ce sujet là pour dire ce qu'il voudrait voir écrit ?
      il faut que tu imagines 5 mn que tu peux jouer au profiler ?
      Mais tu crois quoi exactement ? qu'un mec va te dire "hinhin elle est bonne jla prendrai bien" et tu vas en conclure fort de ton cap de criminologie que c'est un violeuren devenir ? et tu vas faire quoi ? le choper par le col et l'emmener chez les flics ?

  14. Excellent billet, simple, percutant, efficace. L'illustration du propos par l’accumulation d'exemples est d'une grande pertinence (la culture du viol est bel est bien aussi une addition sans fin: d'une multitude de croyances, de paroles et d'actes, voir de non-actions, elle a de multiples visages et est incrustée à peu près partout).
    Je trouve aussi que la répétition des questions, alternée avec les exemples, est très efficace: en somme, pour vous permettre de nier la culture du viol faudrait voir à prouver sa non-existence tout en vous confrontant au réel mes cocos, et alors vous vous rendrez compte tous seuls comme des grands (puisque quand on vous l'explique ça passe pas)que vous êtes en plein dans le déni de réalité.
    En lisant cet article j'ai repensé à ce film qui m'avait beaucoup marqué et fait réfléchir quand j'étais adolescente: http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Accus%C3%A9s_%28film%29
    Il relate les prémisses de la prise en compte par la législation de l'incitation au viol et de la complicité, via le récit d'une histoire vraie. Là on est clairement dans la problématique de la culture du viol, ce qui encourage, permet les agressions mais aussi ce qui tend à faire payer et culpabiliser les victimes et absoudre les agresseurs. La force de cette histoire tient aussi du fait qu'il ne s'agit pas d'un de ces fameux "viols légendaires" commis par un fou psychopathe sur une vierge innocente dans une ruelle sombre et mal famée (évidemment que cela existe aussi, mais vous voyez où je veux en venir je pense) mais du viol collectif d'une femme ivre, dans un bar où elle s'était rendue pour s'amuser et où elle a flirté avec son futur premier agresseur. Au moment où le flirt se transforme clairement en agression les hommes présents viennent aider l'agresseur, le relayer, applaudir, commenter joyeusement la scène et bloquer l'accès de la salle à qui pourrait éventuellement mettre un terme à cette "petite fête entre mecs".
    L'avocate de la plaignante a eu un mal fou à faire reconnaître la culpabilité de ces hommes (les complices n'ayant pas violé) par le tribunal, et ça été terriblement long et douloureux pour la victime d'attendre dans l'incertitude que ses bourreaux répondent de leurs crimes. Tout ceci s'est rajouté à la souffrance qu'elle avait subi, se dire qu'elle devrait peut être vivre avec l'idée que les violeurs avaient été punis (évidemment pas des masses mais bon...) mais que leurs complices jouissaient d'une totale impunité et se gargarisaient même de leurs actes.
    Bref, ce qui me fait le plus mal aujourd'hui c'est de constater à quel point cette histoire reste d'actualité malgré le nombre d’années passées.
    Pour ma part j'ai mis quinze ans, quinze putains de longues années, à me "remettre" du viol que j'ai subi. Je ne peux même pas compter le nombre de fois où j'ai eu envie de crever pour que "ça" s'arrête, pour cesser de souffrir. Et encore, ce qui m'est arrivé était confidentiel, un secret bien gardé. Je n'ose imaginer ce que ça aurait été si "ça" avait été filmé, médiatisé, commenté, etc. Et en plus dans la complaisance et l'approbation générale. Culture du viol. Je crois qu'une telle chose, ajouter de la souffrance à la souffrance, de la honte à la honte, de la culpabilité à la culpabilité, m'aurait juste achevé alors que j'étais déjà en train d'osciller dangereusement entre l’instinct de survie malgré tout et le "besoin" de mourir.
    Il y a une chose importante entre toutes: ne jamais cesser de dénoncer, toujours se battre, à son échelle, pour condamner ces paroles, ces actes, ces indifférences, en un mot lutter pour que cette culture du viol cesse de proliférer dans l'indifférence et la complaisance générale.
    Un viol c'est grave, intolérable, puni par la loi, ce qui fait son nid et son déni l'est tout autant.

    • artemise ; j'ai manqué parler de ce film qui m'a également beaucoup marquée. comme il est ancien je me suis dit que beaucoup ne l'auraient peut-être pas vu. A noter que l'actrice Kelly McGillis qui joue le rôle de l'avocate a elle meme été violée en 1982 et a voulu incarner ce rôle pour cette raison (quel courage).

  15. Sauf que c'est n'importe quoi, ce que tu dis, Benflex. J'ai toujours flairé à 10km ce genre de types, et j'ai toujours su m'en tenir assez éloignée pour éviter le pire (ou bien j'ai eu de la chance). Sauf que. Ce n'est pas l'un d'eux qui m'a violée, mais mon ex. Avec qui j'ai vécu 8 ans. En qui j'avais une entière confiance. Qui était si drôle, que ses amis aiment tant... Bien sûr je n'ai pas porté plainte, qui m'aurait crue? D'ailleurs on m'aurait sans doute renvoyé la culpabilité, je n'avais pas envie de subir ça. J'ai mis 10 ans pour me reconstruire, je me suis éloignée de cette ville... Lui y est toujours, a gardé sa vie, ses amis, sa famille. Ils ne ne soupçonnent rien, rien du tout. Il est remarié. Il a l'air d'un mec bien. Alors les discours comme quoi "on sait qui c'est, on les reconnait", on va se calmer dessus. La culture du viol est partout. En chacun de nous.

  16. Ma source est là, et c'est grâce à Mar_Lard que je suis tombé dessus : http://yesmeansyesblog.wordpress.com/2009/11/12/meet-the-predators/

    Il suffit que le mec ne se sente plus intouchable pour qu'il arrête. Pourquoi il se sent intouchable ? Culture du viol, déni de la victime. Ça, ok, c'est la partie "qu'est ce que tu veux que j'y fasse?". Mais aussi parce que ENTRE MECS, il se sent safe, et donc il balance. Et si quand il balance on ne relève pas, il est tranquille. Par contre on peut très bien prévenir ses amies, le surveiller pendant une prochaine soirée, vu que le mode opératoire est récurrent, ou même oui, le chopper. Chacun même son combat comme il l'entend.
    Maintenant tu peux continuer à me dire que t'as pas besoin qu'un homme te dise quoi que se soit, tu peux continuer à essayer de me descendre avec des commentaires pourris et des tweets à la con, ou on peut faire en sorte chacun par nos moyens que ce chiffre ahurissant de 50 000 viols par an diminue.
    Et puis merde, je te dis pas quoi faire, je te dis ce que moi je ressens et je demande de l'aide, alors me sors pas le coup des hommes qui dictent leur conduite aux féministes, stp.

    • benflex ; encore une fois je te repete ce que je t'ai dit sur twitter. ta source ne vaut rien. la majorité des violeurs n'est pas capable de s'identifier en tant que tel (c'est tout le pb). beaucoup de violeurs pensent très sincerement que leur victime était consentante par exemple. Une étude qui demande à des hommes s'ils ont ou non abusé de la force est au choix parfaitement naive soit très peu au fait de ce qui se joue lors d'un viol. Penses tu sincèrement que parmi tous ces étudiants aucun n'a menti ? que tous les concernés ont eu envie de dire qu'ils ont violé ? que tous même ont eu conscience ?

      " vu que le mode opératoire est récurrent" ah oui tu te prends donc pour un profiler j'avais raison.

  17. "Parce qu’arriver à isoler ces violeurs, c’est possible."
    Et bien Benflex, je me réjouie de ta motivation. En revanche que tu estimes que ce soit à nous (les femmes) de "dire aux hommes « VOUS avez la possibilité de detecter les prédateurs »" et comment ça me laisse pour le moins perplexe. A partir du moment où l'on arriverait à les détecter de manière infaillible, explique moi en quoi nous aurions besoin des hommes pour nous en protéger, étant donné qu'on pourrait donc parfaitement les éviter ????
    Ce que je vois surtout c'est que tu reproches un petit peu aux femmes de ne pas attribuer, comme cela devrait "naturellement" se faire, aux hommes "bien" leur rôle de supermen pourfendeurs d'hommes "mauvais".
    Super, on avance grandement là.
    Je ne vais pas nier que l'on peut esquisser certains profils de violeurs, mais de là à en faire un portrait robot fiable non, malheureusement c'est impossible parce que justement cette fameuse culture du viol fait que presque n'importe quel homme peut se retrouver dans la peau d'un agresseur à un moment ou un autre.

  18. @Valérie: je n'étais pas au courant au sujet de l'actrice qui joue l'avocate, mais maintenant que tu me le dis cela ne m'étonne pas le moins du monde, elle incarne son rôle avec une telle empathie et une telle pudeur mêlée de rage et de désir de justice que le vécu s'inscrit sans peine derrière le jeu d'actrice. Pour Jodie Foster j'avais aussi été bluffée, je ne sais pas si cela fait écho à son vécu (vu la probabilité d'être violée en tant que femme ça paraît possible) mais en tout cas elle incarne le personnage et porte l'histoire de manière si réaliste que dans tous les cas son rôle d'actrice est aussi militant et potentiellement porteur d'évolutions de regards/mentalités vis à vis du viol et de sa culture. Contente de tomber sur une personne qui a vu et compris ce film, on ne saurait trop en conseiller le visionnage.

  19. Identifier QQ1 qui fait boire/fumer/mangerdeschampi/whatever des femmes pour coucher avec, c'est sûr, c'est le job du FBI, hein.
    Mais tu sais quoi, tu as raison, reste dans une posture de rejet le plus total, ça plairait surement à tes fans.
    Pour ma part, oui, je pense sincèrement que n'importe quelle saloperie capable de violer le ferait moins si :
    - la victime n'était pas aussi montrée du doigt quand elle en parle
    - l'entourage masculin du violeur était capable de faire pression/prévenir quand un truc louche est relevé.

  20. @P. Crois moi, je suis désolé, je manque de mots pour exprimer ce que je ressens face à toi. Et je suis d'accord que la culture du viol est le problème principal. Mais c'est tellement dur à changer, que c'est humain de chercher d'autres moyens...
    @Artémise
    Je demande rien aux femmes. Je dis que ça pourrait être bien que les billets dénonçant la culture du viol, qui sont parfois écrits par des hommes, en passant, aillent PLUS LOIN. Faire plus d'éducation, pour essayer de cerner le problème, et cerner surtout les gens qui en sont à l'origine.
    Je ne chercher pas à faire un portrait robot, mais on pourrait très bien imaginer un article du genre "Attention au Bro-pact".
    Je veux dire, j'ai déjà eu à faire à une connaissance qui me racontait une soirée biiiieeeen arrosée et comment il avait fini par coucher avec une femme. A partir du moment où ces comportements sont pointés du doigts par les hommes, eux mêmes, entre eux, mécaniquement les actes graves diminuent. Enfin je sais pas, J'ESPERE, c'est pour ça que je demande.
    Et non, rien à foutre de jouer au superman, je résonne à un niveau global.

  21. raisonne* #pardon #editplease :)

  22. J'invite le belliqueux Benflex à se poster à la sortie des tribunaux correctionnels. Chaque jour, des centaines de cogneurs domestiques et autres violeurs sont injustement acquittés. Puisque tu as envie de jouer les chevaliers blancs...

  23. Eh oh, toi la personne bien attentionnée: "Je dis que ça pourrait être bien que les billets dénonçant la culture du viol, qui sont parfois écrits par des hommes, en passant, aillent PLUS LOIN. Faire plus d’éducation, pour essayer de cerner le problème, et cerner surtout les gens qui en sont à l’origine."
    C'est juste ce que font justement les articles dénonçant la culture du viol.
    ALLUME PUTAIN.!!.
    Il y a, aujourd'hui, TOUT ce qu'il faut sur internet (entre autre) disponible en quelques cliques, pour se faire une idée de cette éducation à promouvoir, de ce problème à cerner et de ces gens qui en sont à l'origine.
    REVEILLE TOI mec, personne va te fournir le manuel du sauveur parfait, c'est bien de nous conseiller de faire plus, ouais c'est super gentil merci, mais TOI que fais tu en l’occurrence ????
    Nous on parle, on raconte ce qu'on a vécu, on réfléchie au problème, on propagande du mieux qu'on peut au sein d'une société qui ne veut SURTOUT pas voir et pas entendre.
    Et toi ? Toi tu viens nous suggérer de faire mieux. Mieux que quoi ?
    Mais vas y, fais, attend pas qu'on te dise quoi et comment, qu'est ce que tu attends bordel?!?

  24. Benflex, je comprends vos bonnes intentions et elles sont louables (fallait que quelqu'un se dévoue pour le lui dire, je m'y colle).

    Sincèrement, je suis sûre que votre objectif est d'aider, de dénoncer la culture du viol, et d'oeuvrer pour une prise de conscience collective pour que les hommes arrêtent de se protéger entre eux lorsqu'il y en a un qui déconne. C'est très bien alors.... faites-le ! Allez sur des forums couillus et dénoncez leurs comportements. Engueulez les mecs qui se croient tout permis. Faites du prosélytisme autour de vous, bref, pour reprendre une phrase de je ne sais plus qui citée par Valérie, "ne parlez pas à la place des féministes, mais essayez de faire quelque chose depuis votre propre place".

    Pour illustrer un peu mon propos, vous dites "Je dis que ça pourrait être bien que les billets dénonçant la culture du viol, qui sont parfois écrits par des hommes, en passant, aillent PLUS LOIN. ". Ok, au lieu d'aller dire ça sur un blog féministe, ouvrez votre propre blog et dites-le !

  25. Très bon article. Et je rajouterais:
    non seulement on ne condamne pas mais on ENCOURAGE le viol, quand
    - un pédiatre (médiatisé) incite au viol conjugal ("violez-là" dit dans un livre, répété dans une interview publié sur un magazine féminin! merci les journalistes femmes qui ont osé publier ça) (la culture concerne tant les hommes que les femmes, c'est sûr)
    - un pédopsychiatre dit que "en général, les enfants abusés sexuellement dans leur enfance vont bien adultes" (sous entendu, "bon, ben ça va, il/elle a été violé, on va pas en faire un drame" et "si vous violez votre enfant, c'est pas grave,il s'en remettra")

    Désolée d'être vulgaire, mais merde quoi, ils peuvent pas se taire, eux?!

  26. @Benflex

    Malheureusement on ne peut pas savoir à l'avance qui passera à l'acte et qui ne le fera pas .

    Il y a trois jours j'ai assisté à une réunion ou une femme défendait avec véhémence ses positions.

    J'étais contre elle en réunion .
    Un de mes amis m'a dit que pour la faire taire ,il lui faudrait une bonne bite .que cela la calmerait

    Sans bien entendu le consentement de la dame.

    J'ai été heurté. Cependant, après discussion, il n'a pas compris pourquoi.

    Je connais cet homme je sais que "normalement" il ne violerai pas .Enfin . c'est ce que je persiste à penser .Va savoir ....

  27. Lu hier un billet dont je joins le lien qui évoque l'apologie du viol faite par le pédiatre Aldo Naouri dans son dernier livre et répétée dans les pages du magazine ELLE.
    http://yahoo.mamantravaille.fr/maman_travaille/2013/04/aldo-naouri-le-p%C3%A9diatre-promoteur-du-viol.html

    Incitation à commettre des atteintes volontaires à l'intégrité de la personne et les agressions sexuelles, définies par le livre II du code pénal

    Plusieurs associations préparent une réponse.

  28. J'en profite pour renouveler mon soutien à Valérie. Je suis contente que tu aies rouvert ton blog, ainsi que les commentaires. Bravo pour ce que tu fais, et continue de le faire.
    Par ailleurs, je vais me procurer ce film dont il est question dans les commentaires, il m'intéresse grandement.

  29. Moi il m'a dit : « Tu veux me quitter ? Ok, mais pour l'instant tu es encore ici. Donc tu es encore à moi »

    Et c'est, aux dires de tous, un véritable gentleman...

  30. Le mec qui m'a violée, qui n'était "pas au courant du fait qu'il m'avait forcée" (nan, c'est vrai, pleurer, saigner, dire "retire toi", "non", etc, c'est des marques de consentement...) est aujourd'hui en couple, parfaitement sain, parfaitement cool. Il n'est absolument pas troublé. Même après que je lui ai expliqué que ce qu'il a fait, c'était mal, et que ça avait perturbé ma vie pendant plusieurs années, qu'aujourd'hui je renoue avec ma sexualité (j'ai eu la chance de tomber sur la bonne personne : il me soutient, et me traite comme un être humain, pas comme un sextoy). Concrètement, il n'en a rien à foutre. A probablement abusé de nanas bourrées puisqu'il draguait principalement dans des fêtes. Et il sera jamais perturbé par quoi que ce soit. Et je pourrais jamais porter plainte : j'en ai même pas envie, je refuse d'entendre encore une fois (les premières fois, c'était de la bouche d'amis...) que "de toutes façons, t'étais dans son lit, t'es restée avec lui plusieurs mois : tu devais aimer ça non ?".
    Je voudrais juste que les ados qui n'ont pas encore de vie sexuelle puissent apprendre des trucs genre "coucou, les filles, c'est des êtres humains, tu ne dois pas les violer, les frapper ou quoi que ce soit qui leur porte atteinte". On a bien des putains d'interventions sur les mst, les capotes, tout ça, y'a pas moyen d'avoir un péquenot qui cause de consentement ? De respect ?

  31. Très bon article (hélas).
    Je ne suis pas d'accord quand les féministes mettent tous les hommes dans les dominants, mais je suis d'accord que tout le monde défend ou excuse plus ou moins les dominants. C'est comme dans le monde de la mafia... tout le monde ne se comporte pas en ordure, mais tout le monde se tait et à une certaine admiration pour les dominants.

    Il ne me vient pas d'exemple précis à propos du viol, mais je suis sans cesse effaré de l'histoire Cantat/Trintignant. Comment des gens cultivés, voire se disant pro-féministes, sont tout le temps en train de défendre le droit au retour à la vie de vedette de B.Cantat, considérant qu'au bout de 4 ans il est vierge de culpabilité.

    Dans la "culture du viol", il y a quelque chose chose du troupeau d'herbivores, résigné à ce que potentiellement chacun d'entre eux peut être à tout moment détruit par un prédateur, et trouvant que c'est dans l'ordre naturel des choses, et que ce n'est pas grave.

  32. « et donc explique moi d’ou tu sors ton « entre 4 et 8% ». sachant que la majorité des violeurs ne sont pas arrêtés, on ne sait pas qui viole en fait. sachant qu’il y a 50 000 viols par an ca voudrait que ce sont des violeurs de masse ; or c’est faux. »
    Je ne saisis pas bien le raisonnement mathématique derrière cette objection. Qu'y a-t-il d'invraisemblable à ces chiffres ?
    Perso j'ai vu à plusieurs endroits sur le web (US principalement) des chiffres estimant les violeurs à un homme sur vingt environ (ça faisait même partie des arguments suggérés pour réagir aux blagues sur le viol).

  33. [...] A l’été 2012, deux stars de l’équipe de football de Steubenville aux Etats-Unis violent une jeune fille en plein coma éthylique. Le viol a été filmé et transmis sur les réseaux sociaux et commenté en temps réel. Un garçon présent sur la video pourrait être poursuivi pour non dénonciation de crime. Sur la video, la victime est décrite comme une morte qu’on viole et sur laquelle on urine. Les deux violeurs ont été jugés en mars et condamné l’un à un an de prison, l’autre à deux. Une nouvelle enquête pourrait avoir lieu pour établir quelles autres personne pourraient éventuellement être poursuivies. Suite à sa plainte et au procès, la victime a été insultée sur tous les réseaux sociaux. Une journaliste de CNN a fait un plaidoyer larmoyant sur la vie des jeunes violeurs, gâchée.  [...]

  34. "Je ne suis pas d’accord quand les féministes mettent tous les hommes dans les dominants,"

    Punaise, mais est-ce qu'un jour vous comprendrez que quand on parle de culture du viol, de système global on accuse pas individuellement chaque mec d'être un violeur/dominant potentiel.
    Donc pourriez-vous cesser de chouiner "ahh ben non moi je suis pas un violeur c'est vraiment trop injuste ces amalgames"

    C'est dingue ça ! on ne peut jamais parler système sans que des mecs viennent se plaindre (je ne parle pas que pour vous Ali, là c'est général) mais punais vous n'avez donc aucune je sais pas moi dignité respect. des femmes témoignent de ce qu'elles sont subi, et votre seule réaction c'est de dire que c'est dégeulasse, moi je ne suis pas un salaud.

    Attention, mon coup de gueule ne concerne pas que ce billet, il est général.

    Pour le reste , c'est terrible, j'ai 43 ans, une vie sexuelle et festive bien remplie et j'en viens à me dire que je suis une sacrée chanceuse de n'avoir pas été violée. Même si ça a parfois été limite. C'est flippant sur ce que ça dit de la condition féminine. Je pense que parmi les lectrices, il y a des anciennes du forum des chiennes de garde, qui ont en mémoire le fil "Banalité des violences physiques et sexuelles", fil où l'on se rendait compte que de nombreuses femmes avaient subi des agressions, sans parfois les considérer comme telles, mais que la réflexion féministe venait les éclairer sous un nouveau jour.
    Ce qui est terrifiant c'es que je ne connais pas un seule femme qui n'ai pas un jour subi une tentative, comment dire "avancée" d'agression sexuelle, qui n'ait pas vécu une fois un grand risque de viol.

    Existe-t-il une femme qui n'ai fait que consentir et n'ait jamais cédé ?

    Mon post est brouillon désolée.

  35. J'ai porté plainte pour violences volontaires aggravées (violences non sexuelles, même si j'ai reçu un violent coup de pied dans l'entrejambe). J'ai été reçu par des policiers, plutôt rudes la première fois. La seconde fois, c'était déjà moins drôle "soyez plus précise, nan mais c'était comme ça ou comme ça il faut savoir". Ma mémoire était floue, j'essayais j'essayais mais les détails semblaient m'échapper. Puis l'examen à l'Unité Médico Judiciaire. Alors là c'est la roulette russe. Déjà entre les UMJ elles-mêmes, certaines sont crasseuses au possible. Puis les médecins. Il y a ceux qui font leur job correctement, parfois avec un poil de zèle, de l'empathie ce qui ne fait jamais de mal. Des questions, aucun mépris. Et puis il y a les autres qui expédient l'affaire rapidement, en concluant qu'il n'y a pas mort d'homme (hm, de femme en l'occurrence mais passons). En plus, nous étions plusieurs, solidaires et unies donc nous nous soutenions. Mais quid des victimes de viol ou d'agressions? Qui en plus de la double peine (la honte de ne pas avoir réagir/la honte d'avoir provoquée) qui souvent portent plainte seule et se retrouvent à l'UMJ face à un médecin roulette russe qui peut très bien la rembarrer pour "absence de preuve matérielle". La belle affaire.

  36. D'ailleurs, entre amies, il suffit de creuse un peu pour se rendre compte du nombre incroyable de femmes qui ont subi des agressions et qui ne s'en rendent même pas compte elles mêmes "j'avais pas envie mais je n'ai pas osé dire non" "si je ne faisais pas telle position/tel fantasme, il allait me quitter" etc

  37. Maxine, je pense que les gens en général sont assez intelligents pour entendre autre chose qu'un discours binaire... "les hommes sont les dominants dans le système patriarcal", ça tout le monde le sait. Mais on peut regarder un petit peu au delà sans entendre l'éternel "encore un mec qui vient chouiner etc...", une vision nuancée de la société ne nuit pas au femmes, au contraire.
    La conclusion de l'article précédent : """Dans sa conclusion, Noiriel propose une hypothèse intéressante. Il postule qu’il n’est pas étonnant que nous n’ayons conservé de Rafael que l’image proposé par Toulouse-Lautrec, celle d’un nègre humilié par un blanc ; c’est encore une manière de priver le dominé de capacité de résistance et d’action.""", on peut aussi l'appliquer au sexisme, et rendre compte des autres aspects, hiérarchisations etc... de la société, les femmes et les hommes sont aussi autre chose que le couple modèle du patriarcat, ce n'est pas porter préjudice aux femmes de la dire... bien au contraire je trouve.

  38. 1) Les mots de tous les jours, les comportements renferment de manière normalisées leur violence contre les femmes. Sans vouloir atténuer les faits, la violence existe entre tous, inhérente à la vie en société, particulièrement, en cette époque morose.
    La brutalité, la soumission ou l'humiliation s'observe aussi entre les vieux et les jeunes, entre les blancs et les noirs, entre les classes sociales, etc. Si, généralement, ces brutalités ne débordent pas physiquement, elles peuvent se rapprocher d'une forme de viol en leurs effets psychiques en tant que déni de l'autre...
    Cela n'a certes rien à voir lorsque le passage à l'acte est franchi. Mais en fait, la culture du viol ne dépasse-t-elle pas la frontière des sexes pour se généraliser en bien des relations ?

    2) Qu'une femme indépendante soit soupçonnée de mauvaise promotion dans son travail ou qu'une épouse risque la réprimande en refusant d'accéder aux assauts de son homme, etc. etc. etc. sont autant de situations banales, hélas.
    Mais que signifie la culture du viol au juste ? Il y a effectivement des situations que toutes et tous avons connu mais cette expression mérite d'être définie avec plus de précision pour gagner en crédit.

    3) Il conviendrait de faire très ATTENTION de ne pas jeter le soupçon sur tous les hommes par vos raisonnements, même s'ils sont fondés. Je repère cette tendance dans cet article comme dans les commentaires. Les hommes sont loin d'être tous des violeurs en puissance. Les stéréotypes ne font pas la distinction entre les sexes. Ils sont colportés par les hommes et les femmes vers l'un ou l'autre sexe. En revanche, je vous rejoins entièrement lorsque vous soutenez qu'il ne faut pas laisser passer les réactions qui amoindrissent la gravité des faits, surtout lorsque l'intégrité ou même la vie de la victime est en jeu.

    • Je vais te dire un truc simple. VA JUSTE TE FAIRE FOUTRE. j'en ai assez de vos chouineries perpétuelles. on parle ici de victimes de viol, des victimes de viol viennent témoigner et tu viens me briser les ovaires sur le fait qu'on traiterait tous les hommes de violeurs. mais à part toi PERSONNE NE LE FAIT.

      à part des (et je dis bien "des" et pas "les") hommes qui sont tout surpris de ne pas être le centre de l'attention, aucun homme ne pense être visé ici, du moins pas + que els femmes puisque comme tu l'aurais compris si tu n'étais pas un connard fini, TOUT LE MONDE PARTICIPE A LA CULTURE DU VIOL: HOMMES COMME FEMMES.

      je vous trouve indécents de réclamer qu'on ne vous voit pas comme des violeurs, alors que personne ne l'a fait entre deux témoignages de femmes violées.
      vous n'en avez strictement rien à branler, vous avez juste envie qu'on s'occupe de vous et vos petits sentiments.

      quant à comparer la brutalité à un viol, .. que dire.

      "Sans vouloir atténuer les faits, la violence existe entre tous, inhérente à la vie en société, particulièrement, en cette époque morose."
      oui tu veux juste en atténuer les faits sans en atténuer les faits c'est ca ?

  39. > Benflex : je renvoie à ce texte qui date un peu, mais je trouve cette démonstration particulèrement petinente. Dénoncer le sexisme insidieux et les hommes qui parlent des femmes commes des bouts de viande sous couvert d'humour, dire que ce n'est ni drôle ni accpetable : une piste d'action pour vous les hommes ? ^^ (c'est en anglais par contre, faudra que je finisse de traduire ce texte un jour)
    http://www.shakesville.com/2011/03/feminism-101-helpful-hints-for-dudes.html

    > Vervaine : "un pédopsychiatre dit que « en général, les enfants abusés sexuellement dans leur enfance vont bien adultes » (sous entendu, « bon, ben ça va, il/elle a été violé, on va pas en faire un drame » et « si vous violez votre enfant, c’est pas grave,il s’en remettra »)"
    Moi je pense que pour une victime c'est important de savoir qu'il/elle peut s'en remettre, et surtout qu'il A LE DROIT de s'en remettre (= de ne pas porter les stygmates de son viol toute sa vie). En ce sens les propos du pédopsy sont tout de même légitimes. Maintenant je comprends ce que tu veux dire et le risque d'interpréter ce discours comme une minimisation des violences subies.

    > Valérie : c'est bon de te re-lire, merci pour ton blog.

  40. Non mais Ali, tu te moques là avec ton 1re paragraphe. Tu crois que tout le monde sait et accepte d'entendre que le système est toujours patriarcal, qu'il y a toujours une domination, à ce stade tu nous fais un vrai déni de réalité. Quant au fait que les féministes auraient une vision binaire et non nuancée et qu'elles devraient regarder au delà... comment dire... déni de réalité aussi.

    Quant à l'éternel mec qui vient chouiner, c'est pas de ma faute je ne l'invente pas. Comment expliques-tu qu'à CHAQUE fois qu'on parle de violences, que des femmes témoignent il y a systématiquement au moins un mec qui viennent dire que non on est pas tous des salauds ! A chaque fois, sans aucun respect pour celes qui s'exprime, par ce que non ce qui compte le plus ce n'est pas que des femmes aient subi, non, ce qui compte c'est votre petite personne et l'horrible possibilité qu'elle soit mal jugée.
    Mais dans un article et un fil où des femmes témoignent ta première parole et celle-là : "Je ne suis pas d’accord quand les féministes mettent tous les hommes dans les dominants, mais je suis d’accord que tout le monde défend ou excuse plus ou moins les dominants". Franchement, tu n'as pas honte ? En plus les féministes ne mettent pas tous les hommes dans le même panier, il faut arrêter la mauvaise foi !!

    Sans oublier une petite couche de mansplaining où tu viens nous expliquer comment on devrait voir les choses ce qui ne pourrait pas nous nuire..

    • "A chaque fois, sans aucun respect pour celes qui s’exprime, par ce que non ce qui compte le plus ce n’est pas que des femmes aient subi, non, ce qui compte c’est votre petite personne et l’horrible possibilité qu’elle soit mal jugée."
      merci.

  41. """Non mais Ali, tu te moques là avec ton 1re paragraphe. Tu crois que tout le monde sait et accepte d’entendre que le système est toujours patriarcal, qu’il y a toujours une domination, à ce stade tu nous fais un vrai déni de réalité. Quant au fait que les féministes auraient une vision binaire et non nuancée et qu’elles devraient regarder au delà… comment dire… déni de réalité aussi."""

    Non ce n'est pas un "déni de réalité", les gens anti-sexistes connaissent le fonctionnement du patriarcat, pour les autres, ils sont d'accord avec la domination des hommes...ils le savent bien (ou alors il faut les excuser...).
    Je ne dit pas que les féministes ont une vision binaire, je dis que "des" féministes ont une vision binaire... (mais tous les gens qui ont une vision binaires sont persuadés d'être les vrais de vrais). Que beaucoup de féministes aient un discours binaire n'est pas étonnant dans le monde actuel, et sur internet encore plus... c'est tout le monde des idées qui est comme ça actuellement.

    """Quant à l’éternel mec qui vient chouiner,"""

    N'importe quoi, le mec qui vient "chouiner" vient défendre une idée, vous êtes assez grandes pour répondre par des idées et pas par du sexisme de base.

    """Mais dans un article et un fil où des femmes témoignent ta première parole et celle-là : « Je ne suis pas d’accord quand les féministes mettent tous les hommes dans les dominants, mais je suis d’accord que tout le monde défend ou excuse plus ou moins les dominants ». Franchement, tu n’as pas honte ? En plus les féministes ne mettent pas tous les hommes dans le même panier, il faut arrêter la mauvaise foi !!"""

    Je répond à de nombreux articles de Valérie qui disent sans cesse : "que vous le vouliez ou non, vous êtes blanc donc vous êtes un dominant", "que vous le vouliez ou non, vous êtes un homme, donc vous êtes un dominant" etc... Valérie qui est une intellectuelle sait très bien que les rapports sociaux et de domination peuvent aussi se définir par des tas d'autres choses, mais qu'elle est dans un parti militant, qu'elle prend le parti d'une certaine violence (comme quand on dit qu'un mec vient "chouiner".
    Les articles récents qui évoquaient ce sujet ne laissaient pas la possibilité de répondre, c'est pourquoi ma phrase était dans ce commentaire.
    Je n'accuse pas les féministes en général, je répond à Valérie.

    """Sans oublier une petite couche de mansplaining où tu viens nous expliquer comment on devrait voir les choses ce qui ne pourrait pas nous nuire.."""

    C'est un apriori sexiste, je m'exprime, c'est tout.
    Selon certaines féministe, dès qu'un mec émet une idée personnelle, il est dans le "mansplaining". C'est dégoulinant de sexisme.

    • ali ; non je dis qu'un blanc (j'en suis une je te rappelle) appartient à une classe dominante (et peut aussi appartenir à une classe dominée (moi en tant que femme par ex). etc.
      en tant que blanche, j'ai des privilèges ; facilité d'embauche, facilité pour un appart'. en tant que femme je suis discriminée à l'embauche. en tant que non habitante d'un quartier sensible, mon embauche est facilitée. etc etc.
      donc en tant qu'homme est ce que tu as des privilèges ? oui. est ce que sur d'autres plans tu n'as pas de privilège ? oui. est ce que cela fait de toi quelqu'un qui en abuse ? non. est ce que tu en es responsable ? non.

      "Selon certaines féministe, dès qu’un mec émet une idée personnelle, il est dans le « mansplaining ». C’est dégoulinant de sexisme."
      des noms. et je t'avoue que là d'un coup j'ai du mal à te comprendre. on se connait toi et moi depuis des années, tu as toujours eu libre parole pour t'exprimer partout, je n'ai aucun souvenir de t'avoir à aucun moment traité de sexiste ou de quoi que ce soit.
      le pb n'est pas l'idée personnelle. le mansplaining c'est lorsqu'un homme prétend mieux qu'une femme savoir ce qu'elle ressent à propos du sexisme. ou qu'il lui explique ce qu'elle devrait faire (et ca tu sais très bien que j'y ai quasi droit à chaque article). parle de ca mais pas de ca. parle comme ca mais pas comme ca. et là ben.. c'est un peu ce que tu fais clairement. et ca me surprend au passage.

      ensuite sur le chouinage. je parle de viol et de victimes de viol. j'explique que TOUT LE MONDE baigne dans cette culture du viol. je le repete sur 3 ou 4 articles. je montre des exemples ou d'autres femmes ont traité des femmes violées comme de la merde (calixthe beyala dans le genre est géniale). c'est donc extremement clair que je ne vise pas les hommes. et là, tu as un mec qui vient me dire "oui alors attention je me sens offusqué". je pourrais entendre un mec qui me dit "je me sens offusqué car on parle pas assez du viol des hommes, j'en souffre etc". ca je l'entendrais parce que c'est une realité. mais qu'on vienne se poser en victime alors qu'il n'y a pas lieu de l'être c'est indécent.

      après comment dire. je trouve gênant d'avoir cette conversation là sur ce sujet là. ou des femmes sont venues témoigner de leur agression. je sais bien que les autres sujets sont fermés mais j'aimerais bien qu'on respecte un minimum la parole de ces femmes. (et je ne dis pas que tu ne la respectes pas ; c'est un nous collectif là).

  42. Moi je voudrais juste te dire que je suis très content de ton retour Valérie :-)

  43. [...] Parler à en crever Rape Culture Jeux vidéo Représentations, culture Rape Culture Culture du Viol [+] Rape 2 group mk0tx6usii1qgape8o1 Gender studies/feminism university a trier2 chinese sexisme filles faisait Feminisme objet petits Culture du viol enclines Culture du viol - viol parlera A lire offenders paradoxe Sport, Geek Culture wimbledon sexism Violences faites aux femmes viols vitamines culture Genre femmes sociologie harvard cultural Sexisme dans les médias apologie idiots rebelle Viol et Rape culture truth comprendre seras Ahhh, ce monde à changer ... mentions gender assange Sexisme et jeu vidéo, bd joystick janette vinvinteur Trucs de geek vocabulaire point dessin Violences sexuelles arrivé masculines victime Articles profonde fédération sexisme députés pharmaceutical Jeux vidéos joystick Technologies & Multimédia reste monnaie cydia Violences world Viol(ences), harcèlement tribulations répare enfermez Viol, violences culture .. sur les relations inter-humains ovidie avoue Cours, mémoire obsolescence cerveau internet Féminisme oscars Féminisme vénus nouveau My Favorite Things trouble nouveaux Inné/Acquis débat Tomb Rider applaudissant dernier raider a trier community TVA sociale rejette peacock through terres brésil .. des belles choses thoughts moving hommes/femmes unnamed sexologues Féminismes femen dégomme Sexisme / jeux vidéo image kitchen Genre, féminisme fervid enfin Poses féminines contorsionnistes posing LGBT défend home • contact • blog • fb • twitter to experience pearltrees activate javascript. [...]

  44. Dans un article de Jocelyne Robert, elle parle de ce "jeu" : http://en.wikipedia.org/wiki/RapeLay

    Les mots me manquent pour exprimer tout mon écoeurement, en pensant que des gens ont conçu ce truc et que des gens ont mis de l'argent pour le produire, afin que d'autres gens puissent l'acheter et y "jouer". Je vous passe les pages de critiques où des commentateurs trouvent le concept sympa, mais le jeu pas assez bien fait.

    Et pour finir, comme xenomorf, je me réjouis de ton retour : ça donne du courage de te lire !

  45. [...] Parler à en crever Je ne supporte plus vos abjections au sujet du viol *Les passages en italique correspondent aux commentaires cités Donc il y a ce passage (1/9 du texte) de mon dernier article qui relate qu'après avoir passé la soirée avec un groupe de mecs que je ne connaissais pas très bien, j'ai préféré partir malgré le froid et le fait que je n'avais nulle part où aller (Le texte se déroule à une époque où j'étais SDF, vous pouvez le lire ici pour mieux comprendre de quoi il s'agit), et puis y'a ce commentaire d'un courageux anonyme qui tombe. [+] Minimisation/Deni d'existence du viol Slut shaming Medias: pubs et campagnes home • contact • blog • fb • twitter to experience pearltrees activate javascript. [...]

  46. Je n'en peux plus d'entendre "t'as vu comment elle s'habille celle-là ? Faudra pas qu'elle s'étonne si elle se fait violer." Je n'en peux plus de réexpliquer que non, les violeurs ne sont pas des types à part, des monstres prédateurs mais des types qui croient avoir le droit de passer à l'acte parce que la société leur renvoie que dans certains cas, la victime le cherche. J'en peux plus, alors merci pour cet article que je partage au maximum et qui j'espère, ouvrira les yeux à certains...

  47. [...] Parler à en crever [...]

  48. [...] Parler à en crever [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.