juin 142011
 

Suite à la polémique sur des body Petit bateau, je voudrais revenir sur quelques arguments entendus ça et là.

1. Il y a des différences filles/garçons.C'est la nature.

Je sais, que nous les féministes (voix de Georges Marchais) sommes spécialement connes mais on l'avait remarqué. En revanche autant nous sommes aptes à remarquer des différences biologiques évidentes, autant nous avons plus de mal à considérer des critères culturels comme biologiques.
Et donc NON un body bleu n'a rien de naturel où vous allez rapidement devoir me sortir le gène responsable du fait que les filles mettent du rose et les garçons du bleu. Il s'agit donc d'une convenance culturelle contemporaine, récente et occidentale.
Et donc NON il n'y a rien de naturel à être "belle", "élégante", "rusé", "cool" et autres qualificatifs employés pour ces fameux tee shirts.
Encore une fois j'aimerais voir vos réactions sur des body définissant un enfant noir "sportif, chanteur et danseur" et un blanc "intellectuel" par exemple.
Si vous pensez sincèrement qu'il y a des qualités typiquement féminines ou masculines - et je sais que nombre d'entre vous le pensent - j'attends, évidemment, vos études à ce sujet.

2. Il y a quand même des combats plus importants
(sauf qu'on ne me dit jamais lesquels c'est toujours la même chose). (ah si le viol) (mais le bon viol attention, par un vilain méchant smicard dans un parking et pas par un cinéaste talentueux ou un politique trousseur). (ou l'excision) (ou la polygamie) (les trucs de bougnoules quoi)

Il se trouve que la détermination genrée crée pas mal de problèmes comme je vous l'avais dit il y a quelques jours.
Une étude célèbre de Condry et Condry a pris un enfant qu'elle a tour à tour habillé en fille puis en garçon. Les chercheurs demandaient aux parents de décrire le comportement de l'enfant. Quand ils pensaient que c'était une fille, il la voyait comme "trop agitée". Quand il pensait que c'était un garçon, il le voyait comme "plein de vie". Les stéréotypes que l'on véhicule ne sont pas anodins. Comme nous le rappelle Petit bateau une fille est "douce".
Très tôt, on attend d'une fille ou d'un garçon qu'ils se conduisent d'une certaine manière ; qui n'a rien à voir avec ce qu'ils ont entre les jambes mais tout à voir avec ce qu'on pense qu'il faut faire selon qu'on a un pénis ou un vagin. Et c'est ainsi qu'on dira d'une fille qui s'amuse (voir étude du dessus) qu'elle est bien trop agitée. Et c'est ainsi qu'on empêchera un garçon de jouer à la poupée ou de mettre du rose car il ne faudrait surtout pas en faire un homosexuel.

Que nous disent ces tee shirts ? L'accent est mis pour la fille sur la beauté alors que les qualités physiques et mentales semblent plus importantes pour un garçon. En clair une fille ca doit être joli et les garçons intelligents ET costauds.
Si l'on définit une fille par sa beauté, à quoi pourrait il donc servir qu'elle fasse des études, s'intéresse à autre chose que sa petite personne ?
Et pourquoi donc un garçon s'intéresserait il a autre chose qu'à la beauté d'une femme quand on lui explique qu'il n'y a que cela d'intéressant ?
Alors on me rétorquera, à base d'exemples personnels, que les stéréotypes et clichés n'ont pas tant d'influence.
Certes. C'est pour ca qu'on ne lit jamais que "les filles ensemble c'est méchant", "les filles c'est vénal", "les filles c'est superficiel", "les garçons c'est agressif". Et je parle bien ici de propos venant d'adultes.
Je ne compterais pas le nombre de femmes qui sont pleinement rentrées dans ce jeu là. Souvenez vous de ce docu sur la télé italienne. (je ne ferais pas l'offense de compter le nombre de blogs beauté ou mode tenus par des femmes/ le nombre de blogs politiques tenus par des hommes).

Donc si on pouvait un tout petit lutter contre et cesser de les entretenir cela serait pas mal. Je ne jette même pas la pierre à Petit Bateau qui ne fait que proposer ce qu'on lui demande.
Mais quand on entretient l'idée qu'une femme doit être douce et gentille (passive donc soyons clairs) et un garçon costaud et entreprenant, vous vous attendez très exactement à quoi, sinon à la domination masculine ?

3. et les femmes africaines (et ou musulmanes bla bla).
S'il y a bien un argument numéro 1 face à toute féministe française c'est de lui opposer une africaine. Si tu ne doutes de rien, tu la sors excisée, polygame, sidéenne ET crevant de faim.
Au passage notons que celui ou celle qui te balance cet argument n'est pas féministe, n'a jamais donné un rond à une ONG quelconque mais peu importe, il ne le lache pas son alibi africain.
Alors on a tous bien conscience que la situation est pire dans dautres pays du monde, donc on ne va plus ni rien dire ni rien faire. Tant qu'on crèvera du sida en Afrique, je propose qu'on cesse de se plaindre de l'état de nos hopitaux et du manque de personnel. (si l'UMP me lit, je propose d'envoyer Morano ou Lefebvre au front avec ce genre d'arguments, c'est suffisamment démago pour marcher).
Tant qu'on tuera des homosexuels dans plusieurs pays dans le monde, je propose qu'on cesse de se plaindre qu'il n'y ait pas le mariage gay en France.
Et tant qu'on lapidera des femmes etc.

4, mais alors je ne peux plus habiller ma fille en rose.
Non. Ni t'épiler. Et ton mari doit mettre des robes. Et tu dois verser 1500 euros à la cause féministe par mon truchement.

Enfin je suis très étonnée du nombre de gens à avoir une opinion sur un sujet féministe alors qu'ils ne cessent de claironner qu'ils ne sont pas féministes. Perso, j'aime pas les brocolis, je ne vais pas emmerder ceux qui en mangent.  Si tu penses avoir une vision claire de ce qu'est le féminisme, on n'attend que toi pour nous guider et nous expliquer quels combats sont prioritaires. Sinon.. oui voilà tais toi.

 

TumblrPartager

  36 réponses sur “Le sexisme de Petit bateau”

  1. Bien résumé le double standard (n'est-ce pas le concept féministe le plus puissant ? en grossissant le trait, n'est-ce pas le concept qui englobe tous les féminismes, qui est la base de toutes les pensées féministes ?
    Sinon, très déçu par le coup des brocolis, c'est délicieux et seulement les personnes de peu de goût n'aiment les brocolis ? Ne me dites pas que vous aimez le choux quand même ?

  2. Ma fille, je l'habille souvent en rose/mauve/rouge/jaune parce que ce sont les couleurs majoritairement proposées et je ne la trouve pas plus pénible ni active que son frère. Pour moi, ceux sont 2 monstres pareils. Un de 9 ans qui m'en a fait voir des vertes et des pas mures, qui pleurait souvent, qui chouinait aussi, qui jouait à la poupée comme il jouait avec ses voitures et bien entendu mon entourage me disait (et me le dit encore) que je vais en faire un homosexuel.
    Et ma fille une lesbienne parce qu'elle joue aux flingues et aux voitures, et à la console avec son frère. Bref. Les stéréotypes ont la vie dure. Et c'est au quotidien que j'apprends à mes gosses de ne pas se laisser entrainer à la caricature, aux apriori, aux expressions "populaires" et discriminantes. Ma fille d'à peine un an commence tout juste à exprimer son caractère et j'peux déjà te dire qu'elle ne sera pas douce et sage (ça m'ennuierait et je ne trouverai plus aucune motivation à élever un enfant)(mon fils quant à lui, c'est un insolent ^^). Mon commentaire n'a ni queue ni tête. Avec toutes mes excuses.

  3. Merci ! Justement, je cherchais il y a quelques jours vainement la référence de cette expérience basée sur l'habillement d'un enfant quelconque et la qualification de son comportement suivant qu'on le pense garçon ou fille sans la retrouver, grâce à toi, me voila renseigner.

  4. pancake M ; en vrai j'aime les brocolis.
    (et oui je pense que c'est ce qui englobe toutes les pensées féministes). (pas le brocoli)

    fran : si, si j'ai compris ton com :)

    Lledelwin : :)

  5. "Et ton mari doit mettre des robes."
    Tu oublies les bas résille. :-p

    Ce qui est effarant, ce n'est pas tellement les inscriptions des bodys mais les 90% de "bonnes femmes" qui cautionnent...

  6. Faisant partie des 90% de "bonnes femmes" qui cautionnent, je m'en vais de ce pas acheter une palette de tee-shirts sexiste Petit Bateau à mes filles !

    Bon, là, il est tard et d'autres billets m'ont retourné la tête ce soir (suicide sous pression managériale à la FNAC de chez moi, atteinte à la dignité de la personne à mobilité réduite d'un entrepreneur tétraplégique...)... oué, ce soir, j'ai un peu de mal à me faire traiter de "bonne femme" sous prétexte que non, je ne suis pas choquée par les inscriptions des bodies de la marque à la voile.

    Je comprends tes arguments Valérie, je suis très souvent d'accord avec toi et je te laisse volontiers combattre dans ton domaine qui n'est pas le mien. Le féminisme est une vraie lutte que je ne saurai mener à bien, certainement car trop ancrée dans mon rôle de "bonne femme". Là, je évidemment, j'en ai un peu après Tiresias... pas contre toi.
    Ce que tu dis est juste, chaque argument est valable et oui, c'est en commençant par ce genre de débat qu'on arrivera (peut être) à faire changer les mentalités.

    Mais, et ceci n'engage que moi, mon point de vue personnel en rapport à un bad buzz marketing qui serait passé inaperçue sans les médias sociaux 2.0 : ce ne sont que des bodies.
    J'habille mes filles sans penser à savoir si ça les influence, je n'ai jamais acheté de vêtements typés comme ces bodies. Très peu de rose, du violet parce que c'est ma couleur préférée, mais ce sont elles qui ont réclamer. Comme je te disais, ma Tornade réclame chaque jour à corps et à cris (au sens littéral) des robes et des sandales qui brillent alors qu'elle joue à la bagarre avec les p'tits mecs de sa classe, s'égratigne les genoux au moins 50 fois par jour et veut devenir pompier (et saute de joie quand elle reçoit un camion de pompier Playmobil à son anniv'). De ce fait, l'influence des robes, du rose et autres trucs accessoires sexués, pour le coup, je ne la vois pas...

    J'ai bien conscience de ne parler que de mon cas et que ça ne résume pas la société qui préfère conserver les clivages hommes-femmes pour mieux gouverner/dominer.

    Mais avant les inscriptions sur des tee-shirts ou des couleurs référentielles, ce sont les mentalités qu'il faut changer ! Ou carrément les gens, oué, éradiquons les gens...

    *générique larmoyant*

    (Juré, je ne ferai plus de com' à 1h du mat après avoir lu autant d'articles déprimants)

  7. Tiresias : parce qu'il y a une vraie grande peur d'un désordre, d'un brouillage.
    Beaucoup expriment aujourd'hui "qu'on ne sait plus ou on en est" (ce que je peux comprendre), ils ne font qu'exprimer une crainte du changement. Même si ce qu'on connait là est sexiste, au moins c'est connu (et donc rassurant). D'où, à mon sens, le succès de John Gray qui offre, sommes toutes, des recettes pour être heureux dans ce monde là (en en respectant les règles tacites certes).
    souviens toi d'une certaine conversation sur l'habillement féminin ou tout le monde te disait que c'était "par goût personnel". C'est difficile d'interroger ses propres conditionnements.

    ====
    Gallïane.
    Tiresias et moi partons du principe que de la séparation genrée découle tout le reste. (enfin on n'est pas les seuls)
    Si une femme doit être douce, gentille et jolie, elle n'a pas à faire des études. elle a juste à se maquiller, se faire entretenir et fermer sa gueule.
    Si elle est douce et gentille, pourquoi gueulerait on d'une inégalité salariale ? elle n'est que douce et gentille pas intelligente.
    Si elle doit être belle, élégante et jolie (et c'est tout), pourquoi lui demanderait on son avis en politique ? Pourquoi la nommerait on ? Pourquoi même aurait elle le droit de vote ?
    En fait ces stéréotypes là découlent des mêmes choses que les présupposés sur les noirs, les homosexuels, les juifs etc.
    prenons deux cas : la parité en politique et l'égalité salariale.
    Il y a un tel blocage que les partis préfèrent payer des amendes plutôt que d'appliquer une loi (je ne pense pas que ca se soit déjà vu). Et si on interroge les gens la réponse est souvent « les femmes n'ont rien à faire en politique » (ah bah oui elles sont jolies gentilles etc). On pourra donc mettre toutes les lois qu'on veut.. on n'aboutira à rien.
    Les salaires. Deux problèmes. Les femmes négocient moins leur salaire et se sous-évalue (habitués qu'elles sont à être douces et gentilles donc), les recruteurs les sous paient.
    Ceci sont des symptômes, la maladies est ailleurs dans le fait de genrer les gens.
    Alors je conçois bien que cela évoque une société asexuée ou on serait tous en salopette.
    Ce qu'on revendique c'est qu'en brouillant ces stereotypes, on ait la possibilité de choisir. On en est quand même au stade, où Fran explique que, si son gamin joue aux poupées, des gens disent qu'il est homosexuel... (et un de mes copains qui est père au foyer se fait traiter de « castré «  et « pédale » ) on part de loin quand même... Tout cela parce qu'un homme doit être comme ci ou comme ca.

    tu dis "suicide sous pression managériale à la FNAC de chez moi"
    On inculque très tôt aux garçons qu'ils doivent être performants, gagner du blé, être forts, costauds. Compare les taux de suicide homme/femme, ils sont beaucoup plus importants chez les hommes. On inculque aux hommes qu'ils doivent être performants, que leur place dans la société est tout, leur virilité se définit à l'aune de leur réussite sociale.

    " De ce fait, l'influence des robes, du rose et autres trucs accessoires sexués, pour le coup, je ne la vois pas..."
    elle l'est parce que ta tornade réclame des trucs du genre (et encore une fois ca n'est pas une critique juste un constat). Les gouts esthétiques ne sont pas individuels puisque l'esthétique est issue de la culture, par essence collective.
    Et donc non bien sûr ca n'est pas le body en tant que tel que j'interroge mais c'est surtout les stéréotypes entourant les sexes qui ont la vie très dure.

  8. je relaie un très bon com lu sur facebook
    "Vous pouvez aussi faire des bodys sur les juives homosexuelles s'il vous plaît ? J'adorerai pouvoir arborer sur le torse les clichés dont on m'affuble quotidiennement ! Tous mes amis, gays et lesbiennes en voudraient un aussi et mes amis de couleur, genre "pianiste surdoué en maths" pour tous les asiats, ... Allez quoi c'est si bon de véhiculer la culture beauf !"

  9. C'est marrant j'étais persuadée de ne pas être féministe.
    Je le disais en tant que tel. Parce que j'avais une image assez peu ragoûtante des féministes, faut dire. Les mouvements un peu con de celles qui décident de porter la moustache - ok il n'y a pas assez de femmes dans les conseils d'administration des grandes entreprises, mais est-ce qu'on doit pour ça se comporter en hommes ? J'ai un doute.
    Bref tout ça pour dire qu'à force de lire, d'écouter, de voir des arguments s'affronter, je suis convaincue que les mouvements féministes ont leur rôle à jouer et qu'il est très important.
    (et ça c'est un peu grâce à toi.)
    Tout ça pour en arriver à cette conclusion : en soi ces body ne portent pas de message si "gravissime", il y a juste 2 choses :
    - Ils auraient du être proposés avec différents messages, certains gentiment limités comme ceux-là, d'autres plus unisexes, etc.
    - La grogne est nécessaire parce que non, nous n'avons pas encore intégré des principes sans sexisme, et donc il faut encore monter au créneau pour que ça rentre bien dans la caboche des gens, et qu'ils oublient peu à peu les vieux réflexes.

  10. Gallïane : (si le bureau m'autorise à poster)
    Je pense que le problème ici n'est le body en lui-même, mais plutôt le fait qu'il représente une mentalité fort répandue. Si personne ne pensait que garçons et filles ont des rôles bien différents, Petit Bateau n'aurait pas fait ces bodies.
    Les "90% de bonnes femmes qui cautionnent", ce sont les 90% qui vont donner une éducation genrée à leurs enfants.

  11. Epouse moi!!
    J'aimerai écrire le manuel de la parfaite petite féministe et inclure ton billet......

    C'est tellement simple de voir les choses pour ce qu'elles sont vraiment.
    Merci pour tes pensées pertinentes, expliquées de façon tellement compréhensible et naturelle.

    Bravo!!!

  12. J'ai deux enfants, très doux, intelligents, mignons, appliqués. Ils ont joué avec des poupées aussi bien qu'avec des petites voitures, ils ont porté des vêtements de toutes les couleurs, ils participent aux tâches ménagères, et je n'ai pas l'impression de les avoir élevés contre leur nature. Car oui, ce sont deux vrais garçons, et j'ai bien l'impression que le fait d'avoir grandi de cette façon leur permettra, à l'âge adulte, de se sentir bien en tant qu'HOMMES. (quelle que soit leur orientation sexuelle je précise)
    Le féminisme, c'est juste retrouver le bon sens... en fait.

  13. Suite à ton message iRG, je voudrais souligner une chose (qui n'est evidemment pas en opposition à ton message).
    Le bleu pour les garçons et le rose pour les filles est très récent et très occidentalisé.
    On trouve des poupons pour les deux sexes dans toutes les civilisations.
    La robe se porte dans beaucoup de pays, par des hommes.
    Dans beaucoup d'ethnies, où les femmes travaillent pendant que les hommes ne font pas grand chose, ce sont eux qui se maquillent et s'apprêtent.
    donc parler de nature comme certains le font au sujet d'éléments ethnocentrés, récents et voués à évoluer.. pfiou

    Lousia : oui et j'avais lu des textes de toi pas piqués des vers ! :)
    Toute groupe social ou militant subit des préjugés. Il suffit de voir ceux que nous décortiquons ici et dont on trouve déjà trace dans des textes du moyen-âge. il est donc logique que les préjugés entourant les féministes (mouvement qui n'a même pas deux siècles) soient si forts.
    Il y a ensuite deux chsoes ; celles qu'on choisit pour être interviewées ne sont souvent représentatives que d'elles mêmes, on les caricature en plus.
    (et merci :) )

    Mooglosaurus : merci :)

  14. Tu veux dire que je ne te verrais jamais porter la moustache ?
    :(

  15. J'aime cet article. Et j'aime les liens postés dans l'article (sauf qu'il ne faut surtout pas lire les commentaires du premier lien).
    C'est tout.

  16. Je viens de voir le documentaire sur la télé italienne, je suis sous le choc! je me rends en Italie 1 fois par an (pour le tourisme), et chaque fois je me dis : "C'est incroyable comme les Italiennes sont belles et libres, comme elles s'habillent bien contrairement aux Françaises et comme elles donnent une image d'une femme libre et sûre d'elle". Je suis tombée des nues après ce reportage. Ceci dit, je ne parle pas italien et par conséquent ne regarde jamais la télé la-bas. Mais toutes ces femmes dans la rue que je croise, perchées sur leurs talons aiguilles, des femmes magnifiques aux formes généreuses, des femmes qui ne baissent pas la tête, seraient-elles une machination, des vulgaires caricatures, des créatures artificielles fabriquées par des hommes avide de pouvoir et en manque d'amour? A réfléchir...
    Désolée, cela n'a rien à voir avec les bodys bleus et roses, mais ce reportage m'a marqué. Je te remercie de ce lien. Eh ce qui concerne les fameux bodys, je me joins à 100% à ton décryptage des stéréotypes et à tes revendications féministes.

  17. LadyInRed :
    /mode troll on
    Si elles sont perchées sur des talons aiguille, elles sont artificielles. Surtout si elles s'habillent bien.
    /mode troll off

  18. ladyinred : "seraient-elles une machination, des vulgaires caricatures, des créatures artificielles fabriquées par des hommes avide de pouvoir et en manque d’amour?"
    en fait il est important de comprendre que les hommes seuls ne fabriquent rien du tout. C'est une société (donc composée d'hommes et de femmes) qui construit ce qu'on voit dans ce reportage.
    Personne n'oblige ces jolies filles à se coller en tee shirt dans des douches ; elles peuvent aussi dire non et se dire que la "célébrité" à ce prix là, ne vaut rien.
    Je comprends qu'il soit plus facile de jouer avec les stéréotypes ; mais le prix à payer (qu'elles le voient pas ou jugent insignifiants visiblement) est dur.

    ensuite " Mais toutes ces femmes dans la rue que je croise, perchées sur leurs talons aiguilles,"
    (et encore une fois sans dire que le talon aiguille est le mal ; j'en mets moi même alors que je ne les supporte pas comme.. la majorité des femmes qui en mettent d'ailleurs), il convient un peu de questionner la liberté qu'on a, perchées sur des trucs ne permettant rien. courir, marcher vite.. soit quelques unes y arrivent.
    (encore une fois, questionner le talon ne veut pas dire que toutes les femmes doivent mettre des rangeos). (mais si elles aiment elles doivent pouvoir).

    kyp ; j'ai évité de trop lire les coms du FB petit bateau ; la déprime me gagnait ! :)

    lousia ; bah jvais adhérer à la barbe et tu me verras avec une barbe :p

  19. Je viens de voir le documentaire...

    Ca envoi du très lourd. Mais ça ne m'a pas l'air fort différent de ce qu'on voit sur les chaînes françaises (enfin dans mes souvenirs, parce que ça fait bien cinq ans que je n'ai plus ouvert un poste de télévision).

    Les visages artificiels, c'est juste cauchemardesque. On dirait des fantômes de Michael Jackson.
    Après, la nudité et les tenues sexys, ça me dérange beaucoup moins. Ce qui me dérange, c'est qu'il ne s'agit que de femmes (et que le présentateur est toujours un vieux moche).
    Ca, et les humiliations, surtout si c'est vraiment ciblé sur les femmes (mais même quand tous les sexes s'en prennent autant, je continue de trouver ça minable).

    Pour répondre à la question "Pourquoi ne protestons-nous pas ?", dans mon cas, quand j'allume la télé, j'ai l'impression d'être pris pour un con, donc j'arrête de regarder la télé et je crache dessus à chaque occasion. C'est un peu la politique de l'autruche, certes.
    Mais ça veut dire que si tout le monde réagit comme moi, seules les personnes que ça ne choque pas continuent de regarder la télé. Et par conséquent, la télé peut se permettre d'aller encore plus loin dans la provoc'.
    J'ai l'impression d'avoir un peu vite cédé un territoire à des pourris. Et maintenant que j'y ai renoncé, il me semble difficile de vouloir y imposer mes lois.

  20. Valérie, merci pour tes précisions. Je me suis peut être mal exprimée, mais peu importe, tu as raison, les stéréotypes sont bien ancrés dans chacun de nous, que tu sois un homme ou une femme. Ce n'est par parce qu'on appartient au sexe féminin qu'on est forcément une féministe avérée. On a tous été bercées par des clichés dans notre enfance. Savoir les reconnaître, c'est déjà un pas en avant. L'égalité ça s'apprend et l'exemple des bodys bleus-roses nous montrent bien que tout n'est pas acquis.
    Kyp, une femme qui s'habille bien = une femme artificielle? je n'est pas du tout ce que je voulais dire. Que tu mettes des talons ou des baskets, du moment où tu te sens à l'aise dedans, c'est la seule chose qui compte.

  21. Oui, je sais. C'était une tentative de troll parfaitement gratuite. ^^

    Mais euh... On peut se sentir à l'aise dans des talons aiguille ?

    Oui, c'est bon, j'arrête ! xD

  22. Galliane: je ne vois pas pourquoi vous le prenez personnellement. Je parle des "mamans" sur le lien ci-dessous, par exemple, qui estiment que ces inscriptions ne sont pas sexistes, en invoquant souvent la nature, et qu'elles préfèrent avoir une fille coquette que robuste:
    http://bebe.doctissimo.fr/blog/13625-Petit-Bateau-sexiste-.html

    Louisia: de quelle(s) féministe(s) à moustache parlez-vous? S'il s'agit du collectif La Barbe, leurs actions reposent sur l'humour et le second degré.

  23. Il faut ajouter, je pense, le fait que les adjectifs accolés au body fille (et donc les stéréotypes sur le féminins) sont dévalorisés socialement : la coquetterie est assimilée à de la futilité, une belle femme est souvent considérée comme une idiote, amoureuse évoque un déballage de guimauve, tétue dans le langage courant signifie généralement chiante... En ce qui concernent les autres adjectifs (rigolote, douce, gourmande, mignonne, élégante), c'est moins flagrant, mais pour autant ce n'est pas le genre de qualité à ètre associé aux figures héroïques, contrairement aux adjectifs accolés au body garçon (courageux, fort, fier, vaillant, robuste, etc...).
    Ne pas oublier que les enfants voient le monde avec un regard neuf et assimilent ces différences de représentation sans avoir suffisamment de maturité pour les remettre en question...
    D'où une certaine misogynie qui persiste de génération en génération, malgré les avancées sociales.

    (je précise quand même que pour moi, la dévalorisation particulièrement appuyée des stéréotypes féminins, c'est une belle connerie; j'interroge seulement la responsabilité de Petit Bateau)

  24. "stéréotypes sur le sexe féminin", je voulais dire, rah

  25. " la dévalorisation particulièrement appuyée des stéréotypes féminins, c’est une belle connerie"
    et là on se demande "poule ou oeuf ?"
    En clair faut il renoncer (si on pratiquait) à la futilité, la coquetterie et autres, parce que cela va se retourner contre nous ou pas ?

    et non car double bind ! Si on y renonce, on sera des bas-bleus, des hommasses, des gouines, bref des féministes :p

  26. Je vais essayer d'eviter de trop rentrer dans le sujet principal qui a été bien débattu mais je reviens sur ta dernière phrase :
    " Enfin je suis très étonnée du nombre de gens à avoir une opinion sur un sujet féministe alors qu’ils ne cessent de claironner qu’ils ne sont pas féministes "
    Forcément, je peux me sentir visé étant homme et non féministe (non féministe ne voulant pas dire macho, je précise).
    Je suis sur que tu as de temps en temps des trolls sur ces sujets mais d'une part, si des non féministes comme moi te lisent, dis-toi peut-être que c'est parce que tu exprime souvent des idées intéressantes, un point de vu différent et que l'ouverture sur le monde, c'est aussi ça : Ecouté les avis autres quand ils sont bien formulés.
    Mais je ne vais pas que te lancer des fleurs car mes remarques vont plus loin : Ta vision du féminisme va jusqu'à la suppression des genres (on a en déjà débattu) et là, il se trouve que ta vision d'un monde idéal sans genre, s'il se réalisait, modifierait mon propre monde. Donc ça peut appeler plus facilement à reflexion voire contradiction. D'ou com...

    Anecdote perso sur le thème des habits et des couleurs : Mon fils (4 ans) adore s'habiller comme moi donc j'ai sauté sur l'occasion de celio qui pour la fête des pères fait des tee-shirts identiques pour le père et le fils. Un des duo acheté était un couple de polo rose (couleur que je mets beaucoup)... et il refuse de le mettre car "ça fait fille". ça ne vient pas de moi, donc forcément des camarades de classe..mais à partir de ça, comment veux-tu lutter contre la "colorisation" des sexe ????

  27. @ Valerie :

    Oui, c'est le fameux "je pense que les valeurs féminines sont médiocres, mais je t'oblige à y adhérer, mais je continuerai quand même à penser qu'elles sont médiocres et que tu es minable de les suivre (bonjour, je te prends pour une conne)" de la part de celles et ceux qui combinent avec brio pensée conservatrice et misogynie (et il y en malheureusement :( ).

    Après, il reste le choix de l'androgynie mentale, mais ça semble tellement inconcevable à la plupart des gens que ça s'accompagne d'une invisibilité sociale (impression personnelle).
    Et il y aura toujours ceux qui te reprocheront de dénaturer l'humanité :p

    @ Nakito :

    Pourquoi est-ce indispensable pour toi d'envisager les rapports sociaux sous un angle très sexué, très compartimenté comme ça l'est maintenant (si j'ai bien compris ton com ;) ) ? Pourquoi un monde moins orienté à ce niveau serait-il si destabilisant ?
    Ce sont de vraies questions, hein, je suis curieuse en fait :) .

  28. Quand j'ai l'occasion d'applaudir quelqu'un de Brillant, je n'hésite pas. Brillante, pardon.

  29. LadyInRed :
    Je sais, c'était du troll parfaitement gratuit.

    Mais, euh... On peut se sentir à l'aise dans des talons aiguille ?

    C'est bon, c'est bon, j'arrête !

    Accessoirement, il est possible que je ne puisse plus jamais répondre. Mes réponses ne passent plus ni au bureau, ni chez moi. Il doit y avoir un compteur de conneries et si on dépasse, on est banni.

  30. Maman de deux filles de 11 et 6, j'ai tenté de lutter contre les classements "jeux pour les filles", "fringues pour les filles"... Les deux ont eu, par exemple, des garages et des voitures, un costume de Zorro, des Lego, etc. Mais je confirme la difficulté à trouver des vêtements qui ne soient pas rose/rouge/flashy (et trouver un pantalon qui ne soit pas taille basse en 12 ans est une gageure!) Et le chemin contre les stéréotypes est encore long : la grande a refusé de porter ses lunettes de vue à l'école, et m'a expliqué que, comme lui disait sa meilleure copine (une fashion victim, semble-t-il), une fille, ça porte pas de lunettes ("t'es trop moche, sinon"), ça met des jupes, et ça porte les cheveux longs, très longs... Les bras m'en sont tombés !!!... Bon, il me reste la petite dernière pour recifier le tir (bien sûr! Et la marmotte, elle met le chocolat...)

  31. Kyp : ça ne fait qu'une semaine que je "blogue", je ne sais pas ce que c'est qu'un troll. J'ai donc pas compris la blague. Et oui, on peut se sentir à l'aise dans les talons aiguilles, ce n'est qu'une question d'habitude.

  32. Je suis tellement d'accord avec tout ce que tu avances que j'avais juste envie de te dire "vive toi!". mais c'était un peu court. Alors je développe :
    As-tu vu le documentaire de Patric Jean (après Bourdieu) "La domination masculine ?". Il parle justement de ces questions culturelles : comment l'identité féminine est construite dans nos sociétés occidentales (en valorisant des qualités qui nous seraient intrinsèques : la douceur, le fait de parler de nos émotions etc). En fait, on écarte ainsi les femmes des postes de pouvoir, et ses "qualités" féminines deviennent des problèmes dans un monde où il faut s'affirmer, prendre position, (tu es douce, tu ne vas pas taper du poing sur la table pour éviter un licenciement abusif ou une délocalisation par exemple - donc on t'explique ensuite qu'une femme ne peut accéder aux postes importants car elle est nulle en management, trop conciliante, juste dans le blabla émotionnel.

    En gros, on valorise des qualités de femme pour qu'elles restent bien à leur place (qu'elles n'en prennent surtout pas trop).

    Amicalement,
    Suzanne

  33. J'expliquerai bien ce qu'est un troll, mais ce message va être censuré...

  34. Oh ! Je peux poster !

    Bon, explication, donc.
    Un troll est un emmerdeur qui fait exprès de poster des convictions contradictoires pour créer une violente engueulade, dans l'unique but de s'amuser. Il a généralement 14 ans, mais ça peut aussi être un vieux célibataire qui s'amuse comme il peut derrière son écran.
    Un excellent exemple de troll serait d'aller poster sur jekiffebritney.com "Woah ! Britey Spears, comme elle est moche ! Je conpren pa kon puisse aimer sa, lol mrd ptdr et autres joyeusetés."
    A noter que le troll est parfois sincère, ce qui le rend un peu moins méprisable, mais d'autant plus dangereux pour la bonne humeur du blog/forum/site visé.
    La règle de base, qui n'est jamais respectée, est "Don't feed the troll !", ce qui pourrait se traduire par "Ne répondez jamais à un troll, c'est exactement ce qu'il attend."

    Un excellent article sur le genre de trolls rencontrés sur les sites féministes : http://www.crepegeorgette.com/2011/01/29/les-trolls-feministes/

  35. Merci, je comprends mieux maintenant :) )) Et l'article sur les trolls est génial, j'adore ce blog!

  36. Salut Georgette,

    Pertinent ton article sur les bodys sexistes, tu m'en mets un de côté pour novembre en taille 0 couleur bleu... je vais en avoir besoin ;-)
    J'espère que tu vas bien, il faudra que l'on se refasse un apéro très vite avec ton Dieu et mon archange Gabriel.
    Bécots

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.