avr 162011
 

Le 14 avril l'acteur Philippe Caubère écrivait dans Libération une chonique intitulée "Moi, Philippe Caubère, acteur, féministe, marié et "client de prostituées ".

Caubère, tel le baladin bourgeois qu'il n'oublie jamais d'être, sait.

Il sait les relations sexuelles.

Il sait la psyché de Bachelot.

Il sait les relations hommes femmes.

Il sait la misère sexuelle masculine.

Ne nous étonnons pas qu'on ne dise jamais d'un Sarkozy, d'un Guéant ou d'un Hollande qu'ils doivent être mal baisés pour avoir des idées aussi bêtes. On réserve ceci aux Bachelot, Aubry, Le Pen et Royal. Si Bachelot a l'idée de punir les client - comme le gouvernement suédois, sans doute tout entier composé de femmes frustrées - ce n'est pas une mauvaise idée, ou quelque chose qu'il faut contre argumenter. C'est juste qu'elle a un problème avec le sexe.

En revanche, l'opinion  de Caubère compte puisqu'il "ne représente pas vraiment le prototype du mec frustré, sexuellement ou sentimentalement". On l'aura compris ; Caubère a une avis autorisé car il baise, ce qui ne manque pas de nous passionner.

Revenons sur la compréhension que je devrais avoir à l'égard des clients de prostituées ; clients qu'il met, dans une envolée quelque peu lyrique, au même rang qu'un Cantat et un Polanski. Il va peut-être falloir comprendre plusieurs choses.
La prostitution est essentiellement pratiquée par des femmes, des immigré-e-s, des sans papier, des personnes transexuelles, des homosexuels et des personnes pauvres.
Le client a une certaine somme d'argent que veut la personne prostituée et dont elle a besoin. Par ailleurs, la relation prostitutionnelle ne bénéficie d'aucun contrat légal, d'aucune loi, de rien. Une prostitué ne pourra aller porter plainte  si demain un client ne la paie pas. Donc qu'on ne vienne pas me parler de relation gratuite ou égale. Cela serait comme croire qu'un entrepreneur de BTP a une relation gratuite et égalitaire avec un ouvrier sans papier.

Monsieur Caubère ferait également bien de s'intéresser aux rapports entre les hommes et les femmes et aux NTIC.  Je peux lui donner quelques dizaines de sites où il pourra trouver des femmes disant clairement qu'elles veulent des relations sexuelles sans lendemain et, ce sans aucune rétribution. Je sais, c'est incroyable. Que de drames le féminisme a-t-il provoqués. Si on ne peut même plus payer pour baiser, où va-t-on ?

Entendons nous bien. Je suis contre la pénalisation du client dont je n'ai pourtant rien à faire. Je considérerais comme acceptable l'achat de services sexuels dans une société non fondée sur les rapports de classe. On en est loin. Je suis pour la légalisation car je considère que  c'est la solution permettant de protéger au mieux les personnes prostituées consentantes (pas les victimes de traite ; à l'heure actuelle, aucune solution ne permet  de protéger les victimes de traite. Il faudrait une réflexion sur les mouvements migratoires, une coopération entre les polices européennes, africaines et maintenant chinoises et donc de vrais moyens humains et financiers).

Vous n'êtes pas Monsieur Caubère, une "fille". Lorsque vous avez fini votre travail, vous ne portez aucun stigmate.  Vous ne risquez pas de voir votre conjoint être condamné pour proxénétisme ou vos enfants de vous être enlevés. Vous n'avez aucune amende  à payer pour en avoir fait la publicité. On ne vous insulte pas parce que vous le faites. Vous ne vous produisez pas derrière des buissons, dans le froid, parce que l'etat a décidé que vous étiez indésirable. Vous ne risquez pas d'être violé parce que vous ne pouvez pas exercer votre activité dans des conditions décentes.  Enfin votre métier vous donne le droit à la parole et à parler dans un grand quotidien, en lieu et place de celles et ceux qui le devraient. Vous mettez sur la même plan votre souffrance et celle des personnes prostituées depuis la loi sur le racolage passif. Je vous rappelle que vos envies sexuelles ne sont que des envies, l'activité prostitutionnelle permet à celles et ceux qui la pratiquent de vivre ; c'est légèrement différent. Cette loi a provoqué un surplus d'agressions, de viols, de mise en proxénétisme chez les personnes prostituées.

Je conçois, parce que vous êtes blanc, parce que vous êtes hétéro, parce que vous êtes un homme, parce que vous êtes riche, que vous ayez envie d'être malheureux. Et je conçois que fantasmer sur l'impitoyable vindicte féministe - qui dirige apparemment les tribunaux français, suisses, lituaniens, canadiens, et américains - vous procure quelques sensations. Mais, si nous sommes si fortes, expliquez-moi pourquoi M. Cantat et Polanski sont en liberté ? Si nous chassons à courre les hommes, où est l'hallali ?

Ne mélangez donc pas, Monsieur, la bêtise à l'indécence. Je conçois qu'il soit excitant, du moins pour un adolescent, passé cet âge on tombe dans le pathétique, de voir la vie à travers un film ou de s'imaginer telle Belle de jour. Je comprends aussi qu'un douillet rond de cuir ait envie de s'encanailler en s'imaginant telle une prostituée ; le publier témoigne d'une fatuité rarement atteinte.

Deux liens :

Olympe

La peste

TumblrPartager

  15 réponses sur “Caubere Philippe, fat”

  1. Je suis pour la pénalisation des proxos et du traffic d'êtres humains. Quant aux prostituées et aux clients, soyons lucides après quelques millénaires d'expérience, il ne servira à rien de les pénaliser, sinon de les marginaliser encore plus. Trouver du boulot pas trop pénible aux filles et un psy aux mecs se serait nettement plus utile.

  2. C'est agaçant, les "alliés" comme ça. L'avis général est le même (non à la pénalisation des clients) mais pas le moindre argument en commun.
    Avec des amis comme ça, pas besoin d'ennemis.

  3. emanu124 >> "Trouver du boulot pas trop pénible aux filles et un psy aux mecs se serait nettement plus utile."

    Pourquoi un psy aux mecs ? c'est de la démence d'avoir recourt à des relations tarifées ?

  4. @Flashou : bichounet, (ou nette on ne sait pas) les psy ne font pas QUE soigner les démences tu sais.. Parfois ils aident des gens en détresse morale ..

  5. emanu124 >> (bichounet ça me va très bien :) ) J'ai effectivement mal ciblé mon propos en utilisant le mot démence.

    Je reformule de façon plus claire : pourquoi le client de prostitués serait forcement quelqu'un en souffrance ? il est évident que pour certains c'est le cas, voir pour beaucoup, mais pourquoi ça le serait systématiquement ?

    Ce pose alors la question de la légalisation franche et massive de ce genre d'activité. Évidement c'est loin d'être facile : quel cadre donner ? que faire avec la prostitution occasionnelle ? (des agences d'interim ?) comment éviter l'industrialisation ? (si jamais la prostitution se légalisait j'imagine déjà les centaines d'agences de call girl qui se monteraient... ou se dévoileraient).

    Toujours est il que taper sur le michton ne fait pas avancer le schmiblick et que ça n'a pour seule résultante de rendre pire encore les conditions de vie des travailleurs du sexe.

    Entre les maisons close aussi avilissante qu'esclavagiste et le flicage des moeurs liberticide et culpabilisant, il devrait y'avoir un juste milieu non ?

  6. Quoi qu'on puisse dire sur ce sujet, de toute façon il y a forcement tel ou tel courant féministe pour nous tomber dessus.
    Mais je trouve quand même incroyable que tant de personnes refusent d'admettre que les formes de prostitution rien qu'en France sont très diverses, et qu'elles ne sont pas toutes des escort girls épanouies ou toutes des clandestines réduites en esclavage.
    Une fois de plus nos élus cherchent à contourner le problème avec des lois aussi absurdes que celles sur le racolage passif.
    Si le problème a résoudre est toute cette horreur infligées à des femmes pour le compte de réseaux mafieux, commençons déjà par nous attaquer à ces mafias... Et mettons y les moyens, une vraie police européenne et de vrais enquêteurs... Parce que quand je vois qu'ils mettent 50 ans à choper un certain mac aussi connu à Pigale, je ne peux pas croire qu'en France on cherche réellement à combattre le mal à la racine, on cherche surtout à faire du chiffre en arrêtant du menu fretin. Et c'est valable aussi pour le trafic de drogue.

  7. "Si le problème a résoudre est toute cette horreur infligées à des femmes pour le compte de réseaux mafieux, commençons déjà par nous attaquer à ces mafias"
    très honnêtement c'est compliqué. On est vraiment face à des pieuvres et on voit combien en Italie, aux USA cela a été compliqué et cela l'est tjs.
    je viens de voir sur 7 à 8 comment les réseaux se sont implantés à ... Limoges. La police a le pl:us grand mal a connecter les prostituées et les maquereaux.. et quand bien même elle le ferait, cela n'est que des tout petits maillons de la chaine. il faut du temps, des moyens, des personnes... comme pour les passeurs de clandestins d'ailleurs. et soyons francs, le sort de pauvres gens africains ou des pays de l'est n'est pas une priorité, ni ici, ni ailleurs.

    Une question importante se pose ; la question migratoire. Beaucoup de femmes se font embarquer (ou parfois se mettent ds les réseaux car ils sont bien organisés pour faire venir en europe de l'ouest) parce que nos pays représentent la richesse pour elles. les réseaux trouveront tjs des femmes "allons, tu te prostitues 6 mois et tu peux construire une belle maison au pays".

    c'est pour cela vraiment qu'il faut éduquer le client - que je punirai sans aucun état d'ame si c'etait utile - pour qu'il n'aille pas alimenter les réseaux. quand on va voir une prostituée qu'on paie pour qu'elle suce sans capote, quand on va en voir une qui prend 10 euros, quand on va en voir une nigériane, il y a d'immenses risques qu'elle soit dans un réseau ; consentante ou pas à ce réseau. réseau qu'on alimente.

  8. note pour resh : http://www.ladepeche.fr/article/2011/03/29/1046351-Carcassonne-Un-couple-de-proxenetes-arrete.html
    meme a une petit echelle comme ca, ou ca se joue sur un pays et pas plusieurs, on imagine le temps, les moyens mis en place...

    flashou ; c'est très compliqué parce que la légalisation ne fera rien pour les personnes mises en réseau. Pour elles, aucune des solutions existantes (prohibitionnisme, abolitionnisme ou réglementarisme) n'est utile car ca se joue ailleurs ; au dela de la prostitution. la chinoise qui bosse 7/7 dans un gourbi, 12 heures par jour, pour quelques euros est la meme que celle qui se prostitue.
    Moi je suis pour un statut indépendant et uniquement celui là.
    "(si jamais la prostitution se légalisait j’imagine déjà les centaines d’agences de call girl qui se monteraient… ou se dévoileraient)."
    elles se devoileraient.. sauf qu'on peut continuer à considérer que vu le danger des réseaux, il ne peut y avoir d'intermédiaire. c'est, comme tu le soulignes quelque chose qu'il faut cadrer et pas la panacée, bien evidemment.

  9. nota : quand on tape escort sur un moteur quelconque, on tombe sur des milliers de sites, annuaires. Il parait donc difficile de penaliser le client d'une transaction de ce genre. Bachelot a voté, comme son groupe politique, la loi sur le racolage passif qui a poussé les personnes prostituées à s'organiser et à passer par Internet. Vouloir maintenant punir le client est
    - un peu tardif
    - d'une hypocrisie absolue quand on a voté l'inverse il y a 7 ans.

  10. "Mais, si nous sommes si fortes, expliquez-moi pourquoi M. Cantat et Polanski sont en liberté ? Si nous chassons à courre les hommes, où est l’hallali ?"

    Parce que vous n'avez que la force de la corruption des esprits des coeurs. Et parce que vous êtes partie prenante du Système, dont vous vous plaignez uniquement quand il n'est pas à votre avantage.

  11. Cantat a purgé sa peine!
    voulez-vous le garder en prison à vie comme l'a suggéré Guaino (en violant la séparation des pouvoirs) pour le chauffard d'hier?

    quant à Caubère, il me semble qu'il est plus homo qu'héréro...

    il y a aussi des prostitué(e)s pas pauvres, pas étrangers, et des hommes prostitués
    et toutes n'ont pas de proxénètes (les étudiantes par exemple, pour arrondir leurs fins de mois, ou des bourgeoises: il a un ou deux livres parus sur la question

  12. Il y a un truc très bien dans la vie c'est de ne pas supposer savoir ce que les autres pensent. j'ai déjà donné mon avis sur Cantat : si tu veux taper sur Guaino, précise le de suite.
    je suis contente d'apprendre que tu as des micros déposés chez caubère, sinon.
    quand je dis "La prostitution est essentiellement pratiquée par des femmes, des immigré-e-s, des sans papier, des personnes transexuelles, des homosexuels et des personnes pauvres." ca veut dire qu'il y a des hommes.
    et personne n'a dit que toutes les personnes prostituées avaient des proxénètes.

  13. Cantat, Godwin : même combat :)

  14. Tant que les inégalités seront ce qu'elles sont, extravagantes, tant que la pauvreté et la misère seront ce qu'elles sont, insoutenables, il y aura des prostitué(e) et des client(e)s pour payer leurs services.

    Toute loi punitive, contre les prostitué(e)s, les clients, et même les proxénètes à moins de frapper très haut ne fera que fragiliser encore plus les plus fragiles.

    C'est, encore une fois, un débat pourri et de diversion qu'on nous file entre les pattes et je ne devrais même pas tenter d'y rajouter mon grain de sel, tant pis, c'est fait!

  15. Juste pour dire merci pour cet article : merci !!

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.