sept 162008
 

Peter et Eliott le dragonLe film Komodo nous permet une intéressante excursion au sein du documentaire animalier et de ces saloperies d'industriels qui nous foutent en l'air faune et flore.

Patrick part donc avec ses parents sur une île où ils ont leur maison de vacances.
Manque de pot, alors qu’ils avaient l’intention d’être tranquilles, ils se font tous boulotter par un truc. Sauf Patrick. C’est dire que les vacances sont gâchées.


Suite à ca, Patrick qui est un peu chochotte, est traumatisé. Il en faut peu à la jeunesse ; ca aurait été moi que j’aurais claqué l’argent parental aux Bermudes ; m’enfin bon.

 

Moi à la plage

Et donc il est suivi par une psy qui veut absolument le ramener sur l’île pour qu'il guérisse. Normalement là tu tiques. Personne n’a jamais cru Patrick – c’est une constante du film d’horreur, on ne te croit jamais mais tu t’en fous, les incrédules le paient toujours via une tête arrachée - mais les gens, animaux, monstres qui ont tué ses parents, n'ont jamais été arrêtés.

Ils y vont accompagnés de la tante de Patrick, qui est colère car elle aurait préféré qu’il glande au lit pendant qu’elle lui préparait des pancakes (c’est comme ca qu’on produit des générations de gauchistes).

Un ami de Patrick (il est noir et c’est important de le noter) est inquiet et le manifeste
- "J’aurais l’impression d’être un dégonflé si je ne vous accompagnais pas"
- "Il est certain que vous ne manquez pas d’air" lui rétorque docteur Freud (moi j’aurais mal pris vu l’embonpoint du dit copain).

Précisons que sur l’île, il y a une compagnie pétrolière qui est gardée par deux gars dont un vachement sympa et qui est malmené par le patron qui lui dit "le seul chiffre qui m’intéresse pour l'instant c’est le zéro qui est placé juste devant le 1".

 

Bernard Tapie

Il est très méchant comme vous le voyez ; on s'en doutait il a les sourcils froncés et une gourmette en or.

Demain, après un suspense insoutenable, la fin.

TumblrPartager

  Une réponse sur “Chef d’oeuvre n°3 : Komodo”

  1. [...] Suite des aventures de Patrick et le vilain concessionnaire pétrolifère. Le début était donc ici. [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.