août 092017
 

Dans L’anatomie politique, Nicole-Claude Mathieu décrit une ethnie où les femmes sont contraintes de ne pas utiliser certains mots du langage, au contraire des hommes. Elle décrit leurs efforts à chercher la bonne formule, la bonne périphrase, la bonne tournure pour ne pas enfreindre ces règles importantes. Toute leur attention est monopolisée par leur recherche du bon mot ce qui est somme toute assez pratique pour que leur cerveau ne s’intéresse jamais à autre chose, comme la profonde injustice que constitue cette coutume.
J’ai souvent l’impression d’être une de ces femmes, à chercher sans cesse mes mots, mes phrases, mes comparaisons pour ne pas déplaire aux hommes. Pardon : pour ne pas déplaire au pourcentage extrêmement faible, et encore je m’excuse de ne pouvoir donner un chiffre précis, d’hommes qui sont sexistes.

Je regarde le chiffre effarant, affolant des violences sexuelles, dont les hommes ne cessent de me dire que cela devrait être mon unique et seul combat et je le vois s’éloigner car je suis trop occupée à chercher mes mots pour ne pas blesser les hommes.
Je sais qu’ils sont blessés lorsque je parle des violences sexuelles.  Blessés que je puisse les en croire auteurs. Blessés que je puisse les comparer avec ceux qui violent et que je ne définis pas plus précisément ce qui entretient un doute insupportable entre les hommes qui ne violent pas et les hommes qui violent. Blessés que tout mon discours ne soit pas mieux choisi, mieux construit, mieux écrit afin de ne pas les stigmatiser.
Il se joue alors un jeu étrange entre eux et moi, dont on feint de ne pas connaître les règles mais dont on connaît l’issue.
Ces hommes vont me presser de questions, de demandes de références, de leur expliquer la totalité du féminisme, des violences sexuelles aux tâches ménagères en passant par l’inégalité salariale. J’aurais droit à la mauvaise foi, aux arguments homme de paille. Tout mon défi sera de chercher les bons mots, la bonne phrase, la bonne tournure. Toute mon attention sera concentrée sur le fait de ne pas leur déplaire, et que peut-être ils deviennent moins des ennemis de classe, des dangers directs ou indirects, des participants actifs ou passifs au sexisme. Tout leur discours sera sous-tendu par la menace suivante : « SI tu n’es pas gentille, SI tu ne réponds pas à toutes mes questions, SI tu t’énerves, alors je serai un ennemi du féminisme et cela sera ta faute ».
Les femmes sont en général vues comme responsables des violences sexuelles qu’elles subissent. La boucle se boucle. Si nous n’expliquons pas gentiment aux hommes qu’il faut pas violer, alors ils le feront.
Les féministes deviennent alors responsables des violences faites aux femmes. Si les féministes étaient plus pédagogues, plus gentilles, moins agressives, alors les hommes s’énerveraient moins en réaction. Je ne travaillerais plus à lutter contre les violences faites aux femmes mais concentrerais toute mon attention à ce que les hommes ne violent pas davantage à cause de moi, ne soient pas plus sexistes à cause de moi, ne soient pas des ennemis du féminisme à cause de moi. Toutes les violences faites aux femmes pourraient s'estomper, d'un coup, si les féministes faisaient un peu plus d'efforts et comprenaient un peu mieux le mal-être des hommes.

Les hommes m’expliquent qu’ils sont prêts à m’écouter. M’écouter comme si ce dont je parlais concernait la lecture du dernier polar de l’été ou de la dernière recette de cuisine testée. Comme si au fond ce ce que je disais n’avait que peu d’importance alors que  cela implique des dizaines de milliers de victimes par an. M’écouter comme si c’étaient des mots de plus, sur un sujet aussi intéressant ou inintéressant que le jardinage ou les jeux videos. Pas un discours qui implique ma vie, ma liberté, la libre disposition de mon corps. M'écouter avant de prendre leur café ou après avoir pris leur dessert. "Ils ont quelque minutes à me consacrer" me disent-ils.
Ils m’écouteront, auront cette grandeur d’âme si je fais quelques efforts. Si j’adapte mon vocabulaire. Si je choisis mes mots. Bannir le mot « homme » de mon vocabulaire peut-être. Dire « ils ». Dire « les monstres ». Bannir le mot « viol » peut-être aussi. Dire « abus ».
Peut-être alors condescendront-ils à se mettre de mon côté. Parce que, voyez-vous, les hommes ont parfois la gentillesse de se mettre du côté des femmes victimes de viols. Alors ils n’auront pas de mots assez durs pour les violeurs « tous à castrer » mais « attention je parle des vrais, pas des pauvres garçons injustement accusés par ces salopes ce qui arrive plus souvent qu’on ne le croie ». Les hommes aiment beaucoup parler de la violence qu'ils vont ou voudraient exercer. Les hommes disent aux femmes qui les énervent qu'ils voudraient les tuer ou les violer. Les hommes disent aux hommes qui les énervent qu'ils voudraient les tuer. Les hommes féministes disent aussi cela mais ils sont féministes, ils sont déconstruits alors il faut les laisser dire et puis peut-on se passer de l'aide de ces hommes-là si gentils au point de s'intéresser à une lutte qui ne les concerne même pas ?

On pondèrera ensemble mon discours. J’avais oublié de parler des fausses allégations, des femmes vengeresses, des salopes, des putes, des femmes qui mentent, des femmes qui regrettent, de la zone grise, des hommes perdus, de la frustration sexuelle des hommes, de la misère sexuelle des hommes. On réduira, réduira, réduira, jusqu’à ce que les violences sexuelles ne soient plus rien, qu’une immense exagération de ma part.

Nous avons abdiqué devant la question des violences sexuelles. En témoigne le choix du gouvernement de ne plus verser de subventions qu’aux associations travaillant sur les victimes de violences sexuelles, donc souvent après l’agression ou le viol plutôt qu’avec l’ensemble des associations féministes. Nous savons qu’il faut trop d’énergie, trop de temps trop d’argent, pour essayer de convaincre les  hommes de ne pas violer les femmes. Alors on colmate, on répare, on panse. On explique aux victimes que c'est comme ça, on va faire avec. Les hommes violent, ca n'est pas bien gentil gentil mais heureusement après le viol, on peut appeler des numéros pour en parler.

Andrea Dworkin demandait en 1983, il y a 34 ans, aux hommes pourquoi ils étaient si lents à comprendre les choses. Pourquoi étaient-ils si lents à comprendre que les femmes sont dans l’urgence d’arrêter d’être violées, d’arrêter d’être frappées, d’arrêter d’être tuées, d’arrêter d’être blâmées pour avoir été violées, frappées et tuées. Pourquoi 34 ans après l’êtes-vous toujours autant ? Pourquoi mon urgence devrait être de chercher les bons mots, le "des" au lieu du "les" pour ne pas vexer votre ego et vivre sous la menace que vous passiez du statut de faux allié à celui d’ennemi déclaré. Pourquoi conditionnez-vous le combat contre les violences sexuelles qui VOUS regarde car ce sont LES HOMMES qui violent à la façon dont je vais en parler et pas à la façon dont les hommes ont de violer ?
Pourquoi mes mots vous dégoûtent et vous énervent davantage que les actes de violences sexuelles commis par les hommes ?

Pourquoi vous sentez vous plus mal de mes mots que des violences sexuelles ? C’est une chose assez extraordinaire que de constater que vos egos priment sur la lutte contre les violences sexuelles. C’est une chose assez incroyable de vous voir subordonner votre aide relative aux luttes des femmes à la façon dont nous allons vous caresser dans le sens du poil, en prenant soin de ne pas vous déranger.
Je regarde les chiffres des violences sexuelles et je me dis qu’une femme est violée toutes les 7 minutes en France. Ce sont des mots, souvent un peu abstraits. Je sais qu’il suffirait d’un peu de bonne volonté masculine pour que ces chiffres diminuent drastiquement. Cela parait étrange de parler de "bonne volonté" en matière de violences sexuelles non ? Et pourtant.
Comme dire autrement qu’il faut que les hommes acceptent de regarder en face leur rapport aux corps des femmes, au consentement des femmes et à leur propre désir. Je connais beaucoup de femmes et d’hommes qui disent avoir été violés. Je ne connais aucun homme qui dit avoir violé. Alors soit toutes ces victimes mentent, soit beaucoup d’hommes ont besoin de reconnaître qu’ils ont violé. Pas face à moi, pas en public mais face à eux-mêmes pour créer comme le disait Dworkin "une trêve de vingt-quatre heures durant laquelle il n’y aura pas de viol".

Il faudra admettre que les hommes n'ont pas le droit de disposer du corps des femmes, du corps des enfants et du corps d'autres hommes. Cela les rend très malheureux je le sais, on me parlera de leur misère sexuelle pendant que je parlerais de viol. On comparera le fait de ne pas pouvoir baiser alors que je parle du fait de ne pas violer.

Je voudrais, ne serait-ce que 5 minutes, que les hommes ressentent l'insupportable sentiment d'injustice lorsque je constate les violences sexuelles subies par les femmes. Cette guerre. Ce terrorisme.  Cette terreur infligée à l'ensemble des femmes qui vise à contrôler insidieusement nos mouvements, nos déplacements, nos fréquentations, notre sexualité, notre habillement, notre rapport aux hommes, à tous les hommes. Les violences sexuelles sont un terrorisme infligé à l'ensemble d'une classe sociale : les femmes afin de les contrôler. Il pèse sur toutes ; celles qui ont un comportement "inadapté" sont violées (et n'importe quel comportement de n'importe quelle femme peut-être jugé inadapté à n'importe quel moment), celles qui restent dans les clous vivent dans le contrôle, la mesure, la continence permanente afin de ne pas devenir une victime de viol. Les femmes vivent donc dans cet état de terreur permanente (avouée ou non ; mais quelle femme n'a pas eu droit au moins une fois dans sa vie à la liste des risques qu'elle encourt si elle fait telle ou telle chose comme le simple fait de rentrer seule le soir).

Pendant ce temps, les hommes se demandent pourquoi les féministes disent "les hommes" au lieu "des hommes".
Pendant ce temps, des hommes me disent que lire ce que j'écris, lire des récits de violence sexuelle est "dur mais qu'ils arrivent à ne plus se sentir mis en cause". C'est tout ce que ce que cela suscite. Ils ne se sentent plus accusés (alors qu'ils le sont), ils ne se sentent plus visés (alors qu'ils le sont), ils ne sentent plus ma colère (alors qu'elle est là, intacte, entière, brûlante). Ils sont tranquillisés ; je ne les visais pas eux et c'est bien tout ce qui importe n'est ce pas. Je dois continuer à "être pédagogue" me disent-ils en me tapotant sur la tête pour me féliciter de mes efforts à les rassurer, à ce qu'ils ne se sentent pas impliqués, touchés, blessés. Ce n'est pas la violence sexuelle commise par les hommes qui est dure, ce sont les mots des féministes qui en parlent. Ce ne sont pas les hommes violeurs qui sont durs - et la masse bêlante des hommes occupés à pinailler sur le "bon mot" pour parler - mais mes mots mis sur les violences sexuelles commises SUR les femmes PAR les hommes.

TumblrPartager
fév 242017
 

Les Editions Le nouvel Attila m'ont envoyé ce roman autobiographique : Marx et la poupée de Maryam Madjidi.

Les parents de l'auteure, Maryam Madjidi, participent aux débuts de la révolution iranienne ; ils voient leurs camarades arrêtés et torturés. Son père prendra le premier le chemin de l'exil, vers la France, bientôt rejoint par sa femme et Maryam qui a alors six ans. Avant de partir, les parents enterrent dans le jardin familial les livres interdits du père et les jouets de l'enfant, ce qui inspirera le titre de ce livre.

L'ouvrage raconte la difficulté de l'étranger dans un pays où la moindre coutume paraît si étrange au nouvel arrivant. Elle raconte ainsi le premier petit-déjeuner français qui lui apparaît incongru, à elle petite fille habituée aux saveurs iraniennes. Elle nous livre ses difficultés et ses questionnements face à l'apprentissage d'une nouvelle culture. Elle l'illustre en passant d'un chapitre à l'autre à l'arrivée en France il y a 30 ans à aujourd'hui où elle voyage et retourne en Iran où elle pense, un temps, être revenue chez elle. Elle vit ainsi trois naissances racontées au fil du livre ; la première en Iran, la deuxième en France en 1986 et la troisième lorsqu'elle décide d'apprendre à lire et écrire le persan et à retourner en Iran.

Elle raconte les exigences de l'intégration à la française par ce passage que je vous cite tant je l'ai trouvé juste  : "C'est là, en lisant ces cours, que j'ai compris que j'avais subi une vaste entreprise de nettoyage. Comme s'il fallait cacher notre différence et puis procéder  à un effacement total. (...) On efface, on nettoie, on nous plonge dans les eaux de la francophonie pour laver notre mémoire et notre identité et quand c'est tout propre, tout net, l'intérieur bien vidé, la récompense est accordée : tu e désormais chez les Français, tâche maintenant d'être à la haute de la faveur qu'on t'accorde. Etrange façon d'accueillir l'autre chez soi. Un contrat est passé très vite entre celui qui arrive et celui qui "accueille" ; j'accepte que tu sois chez moi mais à condition que tu t'efforces d'être comme moi. Oublie d'où tu viens, ici ça ne compte plus".

Maryam raconte sa découvert et son amour de la langue française, puis sa redécouverte des poèmes persan à qui elle consacrera un mémoire.

 

C'est un livre profondément émouvant, qui témoigne avec justesse des déracinements vécus lors d'un processus de migration. Livre plus que jamais nécessaire à notre époque.

fév 202017
 

Les Editions Belin m'ont envoyé les 4 derniers livres de leur collection Egale à Egal. Cette collection existe depuis 2014. Sous forme d'un livre d'une centaine de pages, elle permet d'aborder un thème précis des inégalités entre hommes et femmes. Sont déjà parus par exemple des livres consacrés au temps de parole des femmes à la télévision, à l'école, à la ville, au fonctionnement.

Les quatre derniers ouvrages parus, et que j'ai donc reçus sont donc :
- Femmes en politique, en finir avec les seconds rôles de Marlène Coulomb-Gully. L'auteure montre par l'histoire de l'exclusion des femmes en politique, le constat des inégalités encore présentes, le rôle des média, le traitement des femmes, les nombreuses inégalités existant encore dans ce bastion masculin.  L'ouvrage se termine par des dates et chiffres clés et un quizz (qui m'a permis de constater mon abyssale ignorance en la matière). Les autres livres de la collection sont d'ailleurs construits sur ce même principe. L'ouvrage recense au fil des pages les nombreuses injures et réflexions sexistes qu'ont pu subir les femmes politiques à travers le monde ; à rappeler à certains qui se présentent désormais comme champions du féminisme.

- Vies de femmes, vies précaires de Thierry Benoit travaille sur la pauvreté et la précarité des femmes en France. Rappelons à ce propos que les femmes sont à tous âges de la vie plus pauvres et plus précaires que les hommes. Après avoir rappelé les chiffres à ce sujet, l'auteur se penche sur les raisons de cette différence ; carrière plus fréquemment interrompue, temps partiel, etc. Un intéressant chapitre montre la maigre place réservé à aux femmes dans l'espace public. J'avais déjà travaillé sur ce sujet pour le blog et je suis admirative de la façon dont l'auteur a réussi à synthétiser les données à disposition ; c'est vraiment un ouvrage que je conseille car ce sujet reste encore méconnu ; comme il y a plus d'hommes SDF, beaucoup en concluent rapidement que les hommes sont plus pauvres que les femmes ce qui n'est pas le cas.

- Femmes et cinéma ; Sois belle et tais-toi de Brigitte Rollet. Même si j'en parle peu sur le blog, je suis une passionnée de cinéma donc tout livre consacré à la place des femmes ne pouvait que m'intéresser. L'auteure montre, ce que j'ignorais, que les femmes ont travaillé dans le cinéma dés son invention. Elle cite en particulier Alice Guy qui fut la première femme au monde à créer une maison de production. Elle rappelle que la plupart des films français des années 30 ont été montés par des femmes. Bref il y avait des femmes dans tous les métiers du cinéma qui ont été oubliées par l'histoire officielle. Elle souligne que dés les années 30, Bette Davis commença à dénoncer le manque d'imagination des scénaristes quant aux rôles féminins ; on peinait à sortir de l'homme sujet et de la femme objet. Le cinéma contemporain n'a pas beaucoup changé, et les statistiques le montrent. Ainsi en 2014, à Hollywood, les hommes représentent 94% des cinéastes. En Europe 1 film sur 7 est réalisé par des femmes et 84% du financement est attribué à des hommes. Elle explique ce qu'est le test de Bechdel et les raisons de sa création. Un chapitre est consacré à la réaction des femmes travaillant dans le milieu du cinéma américain ; actrices, monteuses, scénaristes, productrices toutes dénoncent cette profonde misogynie. Le chapitre suivant est consacré à la situation française, pays qui a (comme toujours) tendance à se congratuler quant aux droits des femmes alors que la situation n'y est pas plus reluisante. Le dernier chapitre est consacré aux initiatives prises pour contrer ce sexisme. Ainsi par exemple, en Suède, le financement est paritaire. A Sundance 50% des films présentés ont été réalisés par des femmes.  Les actrices Juliette Binoche et Jessica Chastain ont lancé une société de production visant à soutenir les femmes.

- Le sexisme au travail ; Fin de la loi du silence ? de Brigitte Grésy. L'auteure montre que le sexisme au travail a longtemps été passé sous silence, y compris par les victimes qui risquaient (et risquent encore) de perdre leur travail en le dénonçant. Elle définit ce qu'est le sexisme au travail en rappelant les différents visages qu'il peut prendre (hostile, dissimulé ou bienveillant). C'est un chapitre très utile pour comprendre que ce qu'on appelle "humour gaulois" est avant du sexisme ; elle prend d'ailleurs des exemples concrets afin de mieux les déconstruire et les expliquer. Pour bien connaître les écrits de l'auteure, c'est sa grande force ; elle est extrêmement concrète et pédagogue. Ce chapitre permet de vraiment bien analyser des situations qu'on est beaucoup à avoir rencontrées.  dans le chapitre suivant, elle analyse les réactions des femmes face au sexisme ; nier, contourner, éviter, minimiser. Elle rappelle ensuite que jusqu'en 2015, la loi française ne protégeait pas les femmes du sexisme au travail. Elle montre les récentes évolutions dans les lois tant françaises qu'au niveau européen. Elle propose ensuite différentes solutions aux entreprises pour lutter contre le sexisme. Le dernier chapitre propose des solutions aux femmes.

jan 262017
 

J'ai reçu de la part des Editions Les presses de Sciences Po, Les défis de la République sous la direction de Joan Scott et Bruno Pereau.

En voici donc le compte-rendu. J'ai tout particulièrement apprécié le chapitre écrit par Daniel Borillo qui tente d'expliquer pourquoi les opposants au mariage pour tous ont été aussi virulents en France alors que dans des pays beaucoup plus catholiques, l'opposition s'est éteinte sitôt la loi votée.
Le chapitre qui revient sur les discussions sur la parité avec les arguments des féministes opposées à la parité (comme Delphy) est également extrêmement intéressant.

Lire la suite »

jan 252017
 

Sans titre-1

 

Vous aurez constaté que j'ai établi divers partenariats avec des maisons d'édition qui m'envoient les essais ou romans traitant du féminisme ou des femmes de manière plus générale.

J'ai donc reçu des Editions Actes Sud le roman de Régine Detambel, Trois ex.

De manière chronologique, entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle, l'auteure retrace la vie des trois femmes du dramaturge suédois August Strindberg lors de leur mariage avec ce dernier.
Strindberg était un homme malade, dont la paranoïa était teinté d'une très forte misogynie. Il utilisa ses trois femmes dans ses œuvres, les traitant d'une manière abominable en les humiliant de façon répétée. Les femmes sont vues par Strindberg comme des vampires qui volent la force et le pouvoir créatif des hommes ; il construisit d'ailleurs tout un discours empreint de folie autour de ces idées. I est d'ailleurs assez paradoxal puisqu'il aime les femmes indépendantes et fortes mais leur reproche ensuite ce qu'il a adoré chez elles.
Le roman donne donc la parole à ces trois femmes dont la vie a été oubliée au profit du si génial Strindberg (cela a une curieuse résonance avec l'actualité ne trouve-vous pas ?). Il montre combien l misogynie de l'auteur, son sadisme envers ses trois femmes est tolérée et admise puisqu'il est un auteur de talent.  Cette fiction biographique est divisé en trois parties. Chacune d'entre elles, divisée en deux sous-parties, donne d'abord la parole aux femmes de Stringberg puis à un interlocuteur extérieur dans les parties appelées "Divorcée !".
Chacune de ces trois femmes eut une vie avant, pendant et après Strindberg.
Siri von Essen fut une actrice connue et joua dans plusieurs pièces de son mari.
Maria Friedrike "Frida" Cornelia Uhl était une critique littéraire et une femme de lettres. Elle posséda un cabaret et fut scénariste aux Etats-Unis. Elle voyagea énormément, eut de nombreux amants et une vie passionnée.
Harriet Bosse fut une actrice de théâtre et de cinéma.

Régime Detambel offre la parole à trois femmes profondément modernes qui voyagèrent, avaient des rêves et des ambitions, et luttaient à leur manière contre les conventions sociales de leur époque et l'emprise étouffante de leur mari. Chacune osa d'ailleurs divorcer (Siri divorça deux fois et s'établit ensuite avec une femme, Harriet divorça trois fois) alors que c'était encore fort mal vu au début du XXème siècle.

jan 242017
 

Elise Thiébaut, dans Ceci est mon sang, qui m'a été envoyé par les Editions La Découverte, dresse une histoire des règles tout en alternant histoires personnelles et faits scientifiques, sociologiques et historiques autour des règles. Elle rappelle également les nombreuses représentations historiques et religieuses autour des règles.

Lire la suite »

jan 232017
 

Genre et utopie avec Michèle Riot-Sarcey est un recueil de contributions de collègeus et anciens étudiant-es de Michèle Riot-Sarcey, professeur d'histoire contemporaine. Le livre m'a été envoyé par les Presses Universitaires de Vincennes que je remercie.

 

Dans une première contribution, Jean-Claude Caron travaille sur la vie de Lise Daniels, une comtesse du  XIXème. la seule façon d'accéder à la vie de cette femme est de lire le journal de son mari ; elle est donc en quelque sorte sans histoire propre puisqu'elle n'existe que par l'intermédiaire de son mari. Christine Planté s'interroge sur a possibilité de raconter l'histoire de celles et ceux qu'elle appelle les outsiders de l'histoire alors qu'ils n'ont laissé que peu de sources. Elle se penche ainsi sur le personnage de Judith Shakespeare dans Une chambre à soi de Virginia Woolf, symbole des difficultés de l'auteure à connaître l'histoire des femme en Angleterre.

Lire la suite »

jan 202017
 

Au dire de beaucoup, les féministes ont une rare propension à se tromper de combat, à ne pas différencier ce qui est important de ce qui ne l'est pas, à confondre l'accessoire et le nécessaire, à exagérer et au final à desservir leur cause. Nous devrions ainsi nous consacrer aux seuls combats que sont les violences sexuelles et conjugales.
Etonnamment, lorsque nous choisissons d'en parler, il semble que là encore cela ne soit pas de la bonne façon. Ainsi à chaque affaire médiatisée de violence sexuelle, il se trouve quelqu'un pour nous montrer qu'on n'a encore une fois pas tout à fait compris ce qu'il s'est réellement passé, qu'on se trompe de combat ou qu'on ne comprend décidément rien à ce qu'est un viol. C'est ainsi qu'Eric Mettout, directeur adjoint de la rédaction de L'Express consacre généreusement un article entier à nous expliquer à quel point nous sommes dans l'erreur face à Roman Polanski.

Eric Mettout nous explique tout d'abord les excellentes raisons qui ont fait fuir Roman Polanski au lieu de faire face à la justice. Cela serait, je cite "le climat dans lequel, à l'époque, se serait déroulé ce procès, on comprend qu'il ait hésité à s'y rendre comme le mouton à l'abattoir". Il ne m'avait pas semblé que les Etats-Unis de la fin des années 70 (ou d'un quelconque autre lieu ou moment soit-dit en passant), réservaient des peines particulièrement iniques et injustes aux criminels sexuels.  Je serais donc curieuse de voir quels jugements ou quelle politique pénale ont pu laisser penser à Eric Mettout que les criminels sexuels étaient injustement traités. Je serais en ce cas tout à fait d'accord pour que nous lancions conjointement une pétition en leur faveur pour des traitements plus dignes et plus humains.

Eric Mettout prend ensuite soin de nous expliquer que Roman Polanski a reconnu les "relations sexuelles illégales" (le fait d'avoir des rapports sexuels avec une mineure) mais pas le viol ce qui constitue selon lui une preuve irréfutable qu'il n'y a pas eu viol. Alors, en effet, si on doit se fier à la parole des violeurs présumés pour juger de leurs actes, je pense que nous pouvons dorénavant dire que le viol a définitivement disparu de nos contrées et nous en féliciter.

Faisons néanmoins un bref rappel des faits.
En 1977 Roman Polanski a 43 ans.  La victime, Samantha Geimer, a 13 ans.
Il est une star mondialement connue, réalisateur entre autres de Rosemary's baby et de Chinatown.
Une jeune fille de 13 ans face à un homme de 43 ans est-elle apte à donner un consentement sexuel valable : la réponse est non.
Une jeune fille de 13 ans face à un homme mondialement connu, célébré et admiré, qui est donc en position d'autorité, est-elle apte à donner un consentement sexuel valable : la réponse est non.
Une jeune fille de 13 ans (et cela vaut aussi pour n'importe qui) qu'on drogue au qaalude  est-elle apte à donner un consentement sexuel valable : la réponse est non.
Une jeune fille de 13 ans à qui on fait consommer de l'alcool est-elle apte à donner un consentement sexuel valable : la réponse est non.

Pour toutes ces raisons, il y a bien eu viol de Samantha Geimer par Roman Polanski en 1977.

Est ce que Polanski gêne ? Ce qui gêne  c'est les moyens déployés, affaires après affaires, pour défendre des hommes accusés de violences sexuelles. Ce qui gêne c'est  de qualifier le viol d'une adolescente qu'on a préalablement droguée de "pas glorieux". Ce qui gêne c'est d'au fond constater que tant qu'un homme a du talent, de l'entregent, une sacrée liberté de ton ou que sais-je, il se trouvera toujours un autre homme pour le défendre, l'excuser ou minimiser ses actes.

"Les amis mâles de la libération des femmes - que d’aucunes appellent avec l’impertinence, pire, l’ingratitude, qui caractérisent les enfants gâtées, nos « souteneurs » - ont révélé à maintes reprises que leur compréhension s’arrêtait là où la véritable libération commence. Comment, dans les conditions décrites plus haut, peuvent-ils, sans forfaiture, se déclarer nos "alliés" ?
Ils ne le déclarent pas longtemps d’ailleurs. Il n’en faut pas beaucoup pour qu’on s’aperçoive que la bienveillance affichée par laquelle ils prétendent se distinguer des autres hommes recouvre le même mépris que l’hostilité déclarée du grand nombre."

Christine Delphy, Nos amis et nous

Un article (en anglais) explique la procédure du plaider coupable de Roman Polanski. Il a plaidé coupable pour "Unlawful Sexual Intercourse" et l'article nous explique que c'est un synonyme de "statutory rape" (rape signifie viol en anglais). Cela veut dire qu'il a plaidé coupable pour avoir eu des relations sexuelles avec quelqu'un qu'il savait être en âge de ne pas consentir. Un viol donc.
Cet article (également en anglais) montre que, contrairement à ce qu'Eric Mettout affirme, il y avait en 1977 une vague forte de sympathie pour le comportement de Roman Polanski : "In one article by The Associated Press, published in The Times on Sept. 20, 1977, Judge Rittenband scolded Mr. Polanski for taking advantage of his victim even as he was “noting the teenage girl ‘looks older than her years’ and was sexually experienced.".

jan 182017
 

Dés leur plus jeune âge, les femmes sont éduquées à avoir peur des hommes inconnus ; toute notre culture, notre éducation enseignent aux filles, puis aux adolescentes puis aux femmes que l'extérieur regorge de dangers, le tout premier étant celui d'être violée par un homme inconnu.
Ainsi, lorsque nous sortons, nous devons "faire attention" (à nos verres, nos tenues, nos sorties, nos heures de rentrée, les chemins que nous empruntons, la façon dont  nous nous tenons, la façon de sourire ou de parler etc) pendant que nos frères doivent juste faire attention à ne pas trop boire pour ne pas se tuer en voiture et se bagarrer avec d'autres hommes. La totale responsabilité des viols qui pourraient nous arriver pèse donc sur nos épaules et pas du tout sur les épaules des hommes qui violent.

Lire la suite »

jan 162017
 

Voici le résumé de Pax neoliberalia, Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence de Jules Falquet qui m'a été gentiment envoyé par les éditions iXe. Dans ce recueil de textes, écrits sur une vingtaine d'années, l'auteure travaille sur les enjeux matériels des différentes formes de violences contre les femmes et sur la réorganisation néolibérale de la coercition.

Il est difficile de prétendre en tout début d'année que ce livre sera un des livres les plus marquants de mon année 2017 mais j'ai pourtant bien ce sentiment. L'auteure arrive magistralement à montrer, par exemple, combien la violence patriarcale et celle née du néo-libéralisme touchent en tout premier lieu les femmes (et encore davantage si elles sont racisées).

Lire la suite »