jan 022016
 

Ce texte va s'adresser aux utilisatrices et utilisateurs de twitter, désolée pour les autres qui risquent d'être un peu perdu-es.

2 janvier 2016. Une jeune fille est victime de cyber-harcèlement sur Internet. Son nom, son prénom et sa photo sont diffusés sur twitter. Lendemain de réveillon, gens en vacances ou weekend, atmosphère idéale pour placer son nom et son prénom en TT France en première position. Il m'a également été signalé qu'ils étaient aussi en TT monde, je n'ai pas vérifié.
La réaction de twitter a été trop longue et n'est pas acceptable pour un medium de cette ampleur avec des moyens financiers aussi importants.  Twitter s'est engagé à mettre en place des moyens efficaces contre le cyber harcèlement ; la rapidité n'en fait visiblement pas partie.
Il ne me réussit pas d'écrire aussi tard ; on m'a fait remarquer que, contrairement à ce que j'avais affirmé, les hashtags n'aient pas été du tout correctement nettoyés. Il reste encore des photos, des twits, des insultes. Bref twitter a visiblement nettoyé, se contentant de supprimer le hashtag concerné des trending topics et quelques twits par ci, par là. Il conviendrait de savoir quelles procédures sont mises en place par twitter lorsqu'un hashtag est signalé comme problématique.

Lorsque l'on assiste à du cyber harcèlement, la tentation est évidemment de twiter sous le hashtag concerné pour engueuler les harceleurs ou  apporter du soutien à la victime. Si vous le faites, vous permettez au hashtag de rester en trending topic. Il ne faut donc pas utiliser le hashtag concerné (avec ou sans le # d'ailleurs) ; et il ne faut pas non plus retwiter des twits contenant ce hashtag.
Il convient également, comme le faisait remarquer arnaud1369 de ne pas interpeller la victime sur twitter (son pseudo peut être le même que le topic concerné), ainsi que les faux comptes créés pour l'occasion. De toutes les manières, il peut être dangereux pour la victime d'être interpellée directement ; cela pourrait attirer l'attention des harceleurs qui ne l'ont pas encore repérée.

Créer un hashtag de substitution pour apporter du soutien à la victime, comme cela a été le cas ce soir, n'est pas non plus une bonne idée. Lorsque twitter a enfin fini par supprimer le premier hashtag et que les harceleur s'en sont aperçus, ils se sont mécaniquement déplacés sur le hashtag de soutien. Batou me signale  également qu'il peut être dangereux de créer un topic de soutien en anglais (hier c'était "support + prénom de la victime") dans la mesure où cela peut augmenter le nombre de harceleurs ; les anglophones pouvant désormais s'intéresser à ce topic. Mais je précise une nouvelle fois que je considère les hashtags de soutien comme une erreur.
De la même façon il est important,  même pour la soutenir, de ne plus citer le nom de la victime que ce soit sous forme de texte, twitlonger, twit, photo, texte de blog et j'en passe. Plus vous la citez, plus cela fera monter le hashtag et plus il y aura des gens pour venir demander "mais c'est qui machine" ce qui le fera aussi monter. Mettre seulement son prénom revient au même ; vous contribuerez juste peut-être à créer un nouveau trending topic avec son prénom dont les harceleurs s'empareront. En plus rien ne vous permet de dire que la victime souhaite voir son prénom partout, y compris en soutien.
C'est à mon sens toute la difficulté face à une affaire de harcèlement. Il importe de faire supprimer les propos afin que la rumeur ne se propage pas davantage. On sait que sur internet rien ne disparaît jamais mais dans ce genre d'affaire, le harcèlement continue parce qu'il est alimenté. Si on coupe l'alimentation, il n'est pas dit qu'il s'arrête mais on peut espérer le voir diminuer. Beaucoup de gens lorsqu'ils arrivent sur twitter vont examiner les trending topics et se renseigner en postant un twit sur ceux qu'ils ne comprennent pas ; d'où l'intérêt de faire disparaître au plus vite le topic de harcèlement.

Il peut être très pertinent de faire remonter tous les autres trending topics afin de faire descendre puis disparaître le topic de harcèlement. Ainsi, si vous vous coordonnez entre vous pour twiter en masse avec les autres trending topics du moment, vous pourrez faire descendre puis disparaître le topic en question. Cela nécessite une grosse coordination dans la mesure où les topics de harcèlement sont très  alimentés par beaucoup de gens différents ce qui joue sur l'algorithme.

Dans un cas de cyber harcèlement, il convient à mon sens de faire plusieurs choses :
- prévenir twitter et twitter france (en français et en anglais). Il n'est nul besoin de leur citer le hashtag concerné (toujours pour éviter de le faire stagner dans les TT), ils ne sont pas idiots, ils verront rapidement eux-mêmes de quoi il s'agit.

- signaler à twitter les comptes qui harcèlent, diffusent les photos éventuelles, insultent la victime etc. Là aussi, il importe de se coordonner (en privé de préférence d'ailleurs) pour enquêter et signaler les harceleurs.
Il importe pour la paix de la victime que le trending topic disparaisse ; il restera de toutes façons toujours des archives si la justice décide de poursuivre.
Il importe que la victime ne voit plus son nom cité toutes les 10 secondes, y compris lorsque cela part d'une bonne intention car cette attention gentille sera toujours suivie de 50 twits extrêmement insultants. Il peut sembler frustrant de réagir ainsi mais souvenez vous de la maxime "parlez de moi en bien ou en mal mais parlez de moi". Si vous parlez de la victime, vous contribuez à ne pas faire oublier l'histoire. Or dans un premier temps c'est ce qu'il faut faire. On peut évidemment parler et dénoncer le cyber harcèlement mais utiliser le nom et l'histoire de la victime est dangereux ; peut-être souhaite-t-elle qu'on ne parle plus d'elle, et juste qu'on l'oublie. On ne peut en faire le porte-drapeau d'un combat sans son consentement.

- signaler sur Pharos les comptes les plus virulents. Pourquoi les plus virulents ? La plate-forme Pharos est composée d'une beaucoup trop petite équipe (et on se doute qu'à l'heure actuelle le cyber-harcèlement n'est peut-être pas leur priorité) . Il faut donc (malheureusement) être pragmatique et choisir qui on va signaler ; je signale quant à moi les comptes qui ont beaucoup twité sur le sujet (plus de 20 twits par exemple) en étant très virulents .  Oui c'est fastidieux et pharos n'est pas adapté pour du signalement de masse c'est-à-dire nous autoriser en une seule fois à signaler 20 personnes par exemple ; à l'heure actuelle il faut faire 20 fois la procédure ce qui est une vraie perte de temps.
Il n'est pas intéressant, contrairement à twitter, de s'organiser pour signaler à plusieurs le même compte (de toutes façons au bout d'un grand nombre de signalements, Pharos empêchera qu'il soit signalé davantage) ; pour Pharos un seul signalement suffit. Encore une fois, inutile de les harceler.

- Ne pas interpeller les harceleurs. Pour beaucoup de harceleurs, tout ceci est un jeu qui leur permet de se faire remarquer, d'être retwités, de "percer". Plus vous leur parlez, plus vous les insultez, plus ils s'amusent et plus ils continuent. Encore plus que dans le harcèlement IRL, le cyber harcèlement permet une totale dépersonnalisation de la victime, qui n'a souvent pas d'existence réelle pour ses harceleurs. Il est donc à mon sens inutile de faire appel à la raison ou à leur compassion ; ils ne sont de toutes façons pas en état de l'entendre au moment où le harcèlement a lieu. Il faut simplement les faire taire et les interpeller n'est pas la solution.

 

Voilà ce ne sont que quelques idées nullement exhaustives sur le sujet. Je déplore que nous ayons à faire un tel travail et qu'il n'y ait pas - a minima - des modérateurs chez twitter chargés d'inspecter les trending topics pour les supprimer au plus vite lorsqu'ils sont d'évidence, racistes, homophobes, sexistes, transphobes ou incitant au harcèlement. Nous sommes à mon avis trop dépendants de twitter pour leur imposer nos conditions ; soit vous améliorez votre service, soit nous le boycottons. C'est sans doute une réflexion collective à mener comme cela m'a été proposé sur twitter.

TumblrPartager

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.