nov 132014
 

Je vais vous résumer Et si on en finissait avec la ménagère ? de François Fatoux.

L'égalité entre hommes et femmes au sujet des tâches ménagères serait atteinte vers 2460. En 2010 les femmes faisaient 4h01 de tâches ménagères par jour et les hommes 2h13. C'est une heure de moins pour les femmes depuis 1986 et 6 mn de plus pour les hommes.

L'INSEE divise l'emploi du temps comme suit :
- le temps physiologique : sommeil, repas, toilettes, soins
- le temps professionnel et la formation
- les loisirs
- la sociabilité : téléphone, conversations, visites
- les transports
- le temps domestique : ménage, cuisine, linge, courses, soins aux enfants, jardin, bricolage, soins aux animaux

En 1981 Fouquet et Chadeau définissent ainsi le travail domestique :  "concourt à la production domestique toute activité non rémunérée exercée par un membre du ménage et résultant en la création d'un bien ou d'un service nécessaire au déroulement de la vie quotidienne et pour lequel il existe un substitut marchand (service disponible sur le marché ou personne rémunérée dans les normes sociales actuelles)".

La définition de la charge mentale, donnée par Brais : "ce travail de gestion, d'organisation et de planification qui est à la fois intangible, incontournable et constant, et qui a pour objectif la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche de la résidence".

La différence de temps consacré aux tâches ménagères entre les hommes et les femmes existe dans le monde entier.

En France, les pères d'un enfant de moins de 3 ans s'investissent 1 heure de plus en effectuant 13 mn de moins de bricolage, 9 mn de plus de courses, et 1h13 de soins aux enfants(1h30 de moins que les femmes). Au delà du premier enfant, les pères ne s'investissent pas plus.
Avec 3 enfants de plus de 3 ans, la femme consacre 5h59 aux  enfants contre 2h22 pour le père. Avec 3 enfants dont un de moins de 3 ans, la femme y consacre 7h06 et le père 2h04.

Les sociétés sont régies par des stéréotypes.
Une enquête de 2012 du Laboratoire de l'égalité à interrogé des hommes et des femmes. A la question "les femmes s'occupent-elles mieux du foyer, "les femmes répondent oui à 68% et les hommes oui à 59%. A la question "les  femmes s'occupent-elles mieux des enfants ," Les femmes répondent oui à 45% et les hommes à 65%.

Les stéréotypes sont présents dans les catalogues de jouets, la littérature enfantine où les femmes sont représentées comme des mères ou des infirmières, des nourrices, des infirmières ou des vendeuses dans la moitié des cas). 40% des livres pour enfants présentent une mère.
La publicité dévalorise également le rôle des femmes.

dans l'enquête "Emploi du temps" en 2009-2010 de l'INSEE on a demandé aux sondés de classer les tâches des plus pénibles aux moins pénibles. La tâche la plus pénible est le repassage fait à 66% par des femmes, 14% par des hommes(20% par des tiers).
L'INSEE a évalué le travail domestique en 2010 ; à raison de 3h10 par individu et par jour, il représente 61 milliards d'heures. Le travail rémunéré en représente 38 milliards.

En France le quotient conjugal (régularisation d'impôt sur le revenu) incite le conjoint le moins rémunéré - donc souvent la femme - à quitter son emploi.

Les services à la personne représentent 1,8 million de personne (5% de la population) dont 310 000 assistantes maternelles qui gardent les enfants à domicile. Cela représente 90% des femmes avec un salaire peu élevé, plusieurs employeurs, du temps partiel et beaucoup de déplacements. Beaucoup de ces femmes sont étrangères.

Selon l'Organisation Internationale du Travail, 83% des travailleurs domestiques dans le monde sont des femmes. Cela représente 7.5%des emplois féminins dans le monde : 15% en Amérique latine, 20% au Moyen-Orient. On estime le nombre de travailleurs à 53 millions mais on pense que le nombre est sous-évalué et pourrait être de 100 millions.
C'est souvent un nouvel esclavage moderne où sont exploitées beaucoup de migrantes.

Une enquête de l'IPSOS de 2009 révèle que 47% des couples se disputent à cause du ménage dont 56%de moins de 35 ans et 42% au delà.
Les hommes inventent des stratégies pour éviter de faire le ménage :
- être aux petits soins avec leur femme
- promettre de le faire la prochaine foi  (2/3 des hommes)
- se cacher, sortir de la maison (39% des hommes)
- faire semblant d'être malade

En 2009 La Commission sur la Mesure des Performances Economiques et du Progrès Social envisage d'élargir les indicateurs de revenus aux activités non marchandes ce qui permettrait de reconnaître la valeur du travail domestique.

Depuis 2011, l'OIT a consacré l'existence légale du travail non rémunéré.

Pour en savoir plus
- Les 6 parties du texte de Christine Delphy sur le travail ménager
Le "travail ménager", son "partage inégal" et comment le combattre
Au bénéfice du capitalisme... ou des hommes ?
Les causes de l’inertie
Le rôle de l’état
Les politiques "sociales" ou "familiales"
Comment imposer le partage ?

- Le travail domestique : 60 milliards d’heures en 2010 de Delphine Roy, Insee
- Répartition des tâches ménagères au sein du couple dans4 pays européens, 2009, enquête Ipsos/Mapa/Spontex
- Enquêtes sur les stéréotypes en 2012 et 2013 par le Laboratoire pour l'égalité et Mediaprism
- Cuisiner, s’occuper des enfants, construire ou réparer : Le travail non rémunéré à travers le monde (OCDE, 2011)

TumblrPartager

  Une réponse sur “Résumé de Et si on en finissait avec la ménagère ? de François Fatoux”

  1. [...] L'égalité entre hommes et femmes au sujet des tâches ménagères serait atteinte vers 2460. En 2010 les femmes faisaient 4h01 de tâches ménagères par jour et les hommes 2h13. C'est une heure de moins pour les femmes depuis 1986 et 6 mn de plus pour les hommes. ...  [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.