oct 042011
 

Parfois, tu tiques.

Tu tiques car avec un parti qui a 17.7% des femmes élues, tu te dis que les discours sur la parité, ca pue un peu l'enjeu électoral.

Alors, une femme qui se présente, cela attire le chaland. ce que je peux - très vaguement - comprendre (enfin moi les symboles... on reparle d'Obama ?).

Donc on lit les propositions très sérieuses de Aubry sur la parité.

Et puis on observe son équipe de campagne. (64 hommes, 22 femmes).

Autre chose ?

ah oui c'est pareil chez Hollande. sauf qu'il est plus couillon ; il a mis les photos.

TumblrPartager

  20 réponses sur “Parité et socialisme (lol)”

  1. Moi ce qui me fait le plus tiquer, c'est la promesse de création d'un "ministère des droits de la femme". Un ministère pour l'égalité, pourquoi pas, mais "des droits de la femme" est une formulation très malheureuse.

  2. Tu sais vu le niveau où on en est en France - tu as du suivre le débat Melle/Madame - je pourrais presque me contenter de cela.
    (j'ai dit presque :) ) .

  3. Je crains les réactions du genre "elles ont leur ministère maintenant, qu'est-ce qu'elles veulent de plus?"

  4. Le plus dingue, c'est que ce ministère a existé.

    Alors bon, moi je veux bien, phases intermédiaires, chantier, ingénierie sociale, et tout ça, mais on est en droit de se demander si on n'a pas droit à un peu mieux que ce genre d'affichage, maintenant.

    En plus, ça fait "ministère spécialement conçu pour caser une gonzesse de plus au gouvernement". Parce que bien sûr, un tel ministère ne pourrait avoir qu'une femme à sa tête, n'est ce pas ?

    Heh, caser un mec (crédible) à ce poste, ça serait le comble de la modernité, en fait.

  5. "chouette", on va pouvoir écrire un "backlash" à la française...
    pis là retour de bâton c'est bien into your face femelle.

    c'est la crise, ce sont les plus faibles qui morflent, ce sont donc les femmes.
    c'est clair que c'est le moment de leur créer un ministère mais faudrait-il encore être sûre qu'il prenne en compte la réalité sociale aggravée de la femme.

    par exemple tout le monde commence à causer des difficultés d'accès au logement locatif...c'est super mimi, j'adore, ouinouin pauvre petit parisien. Le petit point de détail qu'on a tendance à oublier de regarder c'est que c'est pareil en province, pour commencer, et qu'au menu du propriétaire bailleur il y a souvent sur le plateau des couples.
    tu sais, deux humains, deux salaires. une bonne pme, quoi.
    du coup la femelle seule avec enfants en face tu sais pas pourquoi d'un coup elle est moins appétissante comme locataire potentielle.
    et ce qui est encore plus rigolo et qu'on regarde pas c'est que tout en bout de chaîne on a encore des femmes.
    battues, elles.
    hébergées en foyers d'urgence.
    qui ne peuvent pas en sortir parce que pas d'accès au logement locatif.
    et là où ça devient super über fun comme truc c'est quand on regarde encore plus loin dans la chaîne.
    patricia, valérie, nathalie, géraldine...sont des femmes victimes d'hommes violents et maltraitants.
    qui ne peuvent pas les quitter.
    parce que les foyers sont pleins.
    parce qu'une grosse conne (une femme en plus si c'est pas merveilleux) a chié une loi-étron sur le logement locatif et permis aux assureurs de s'emparer du marché et de le verrouiller pour n'en laisser l'accès qu'aux plus aisés.

    tout ça pour dire que de la parité en politique j'en veux bien, pas de souci.
    mais à la limite homme ou femme ça m'indiffère, ce que je voudrais avant tout c'est qu'éventuellement on commence à) réaliser que les victimes du bout de la chaîne de la crise sont et seront toujours des femmes.

    si on ne veut pas en revenir au pires années du droit des femmes (et le processus est déjà enclenché) il va nous falloir un tantinet plus que du quota de femme pour faire joli sur les listes.

    le jour où je verrai une formation politique commencer à aborder ce sujet-là, la réalité de la situation, la réalité du danger que courent les femmes actuellement dans ce pays, pas les femmes politiques bien payées, les femmes de la plèbe, les pauvres, celles qui n'arrivent à convaincre personne avec leur smic et leurs deux mioches, celles qui n'accèdent pas au logement, ne peuvent plus refuser aucun sous mac-job pourri...
    je commencerai à m'identifier à ladite formation politique.

    sinon ils peuvent me coller 70% de nanas si ils veulent, si c'est une armée de Boutin ça ira je m'en passerai.

  6. Rhôô ce que tu es tatillonne. C'est pas de sa faute si elle n'

  7. a pas trouvé assez de Lafâmes compétentes. Tiens, la preuve, moi je suis une Lafâme, je ne suis pas foutue d'envoyer un commentaire en une fois.

  8. Et aux droits de Lafâme, elle a collé Françoise Héritier. Comme ça on aura peut-être un ministère du butoir ultime de la pensée.

  9. c'est tout à fait magique d'ailleurs le système de valorisation des compétences des femmes en politique... dans le genre part of the solution or part of the problem y'a franchement des nanas en politique qui se posent là, je trouve.
    (coucou christine b. tu fais tu tort à la cause, christine b.beaucoup même. on pourrait écrire un livre : "moi, christine b, mère de toutes les emmerdes féminines post-modernes", limite.)

  10. rho que tu es mauvaise avec Héritier. qu'est ce que tu lui reproches ?

    pupuce ; je trouve un peu facile - pour ne pas dire faux - d'imputer à Boutin tous les problèmes féminins. Que je sache son pouvoir est restreint. Ca me fait penser à ces gens qui disent qu'au fond les emmerdes des immigérs ben 'cest du aux immigrés qui volent. en fait non. c'est la faute d'un système néo colonialiste et raciste. il en est de même pour Boutin. Elle est une toute petite part d'un immense système. Encore une fois aller coller sur le dos d'une femme les problèmes féminins... facile. (on parle de Thatcher aussi non ?).

    "une grosse conne (une femme en plus si c’est pas merveilleux) "
    en plus ? quel rapport ? si ca avait été un arabe tu aurais dit "un arabe en plus" Comme s'il avait une obligation d'être de gauche et solidaire ? pour aider ses frères peut être ?

  11. nan mais quand même quoi, être une femme rend un peu mieux placée pour comprendre la problématique.
    tu sais quand t'es coincée dans une situation merdique, maltraitée, bien enfoncée de partout, et que tu te rends compte que la loi responsable de cette merde absolue est née de la réflexion d'une femme tu te dis que non seulement l'empathie n'est pas de ce monde mais en prime la plus basique identification, le réflexe de base animal, est morte aussi.
    c'est juste désespérant.
    j'aurais voulu pouvoir au moins compter sur ce réflexe-là.l'identification, c'est quand même la sacro sainte mamelle de la télé réalité, quoi. dans ce monde de dégénérés on est en droit de penser que ça au moins ça peut rester.
    bah nan.
    il ne reste plus à la place d'empathie et identification que de la projection à la con de son petit soi-même sur les autres et ce jusque dans les plus hautes sphères décisionnelles.
    c'est totalement pathétique.
    à ce compte là aucune femme en politique ne changera jamais rien, pas plus qu'un homme.
    tout simplement parce que ces gens là sont csp+ bien épargnés des réalités de la plèbe et que leurs projections de leurs petits nombrils ne peuvent en aucun cas les amener à des décisions intelligentes pour le plus grand nombre, quel que soit leur sexe.
    c'est complètement néfaste.
    et oui on peut attendre empathie et identification.
    oui c'est ça qui fait les bons politiciens.
    sauf erreur l'Etat est supposé est au service du peuple qui le rémunère par l'impôt. pas le contraire.
    oui ça me choque et ça me choquera toujours qu'un arabe vote FN et qu'une femme fasse dans le machisme. c'est une preuve d'ignorance, d'inculture, de non prise en compte d'autrui, et pire de rejet de sa propre identité dans le prisme d'autrui. c'est de la pure insanité intellectuelle, de la crétinerie poussée aux limites de la maladie mentale, ça a mis le monde dans un état déplorable.
    l'identité femelle de mme boutin reste pour moi à charge dans la qualification de l'erreur de sa loi sur le logement. En vertu de cette identité elle aurait du, si elle était saine, être capable de se figurer en lieu et place de celles qu'elle condamnait, davantage qu'aucun homme.

    A moins qu'en effet la définition de l'identité ne soit en train de changer totalement et ne tienne plus compte de l'identité sexuelle, m'enfin apparemment dans les faits on en est encore loin.

    donc soit ils sont barges, soit ils s'identifient différemment des process classiques.

    J'en reviens donc à penser que les politiques comme l'ensemble de la hiérarchie institutionnelle s'identifient probablement davantage à leur classe sociale qu'à leur sexe ou à leur origine, et ça ça ne peut pas nous donner de bons représentants.

    En premier j'accuse madame boutin d'avoir réfléchi comme la richouse bien née qu'elle est pour décider des stratégies applicables en matière de logement à la plèbe qui ne l'est pas, et second je l'accuse, et pour moi c'est aggravant, d'avoir également ignoré son identité de femme dans son raisonnement.
    Bilan nous sommes gouvernés par des portefeuilles sur pattes et mâles ou femelles on aura toujours le même résultat tant qu'on les traitera trop bien en les payant grassement et en leur accordant trop de passes droits.

  12. * conscience de classe *

    Tu défonces Boutin - qui le mérite soit -, qui devrait avoir une conscience de classe et tu penses qu'il faut expliquer, être conciliante, à un mec qui vient de me souhaiter un viol. un peu de mal à comprendre, clairement. Tu mets en avant son conditionnement à lui qui l'empêcherait, le pauvre, de comprendre mais pour Boutin non.

    "l’identité femelle de mme boutin reste pour moi à charge dans la qualification de l’erreur de sa loi sur le logement. En vertu de cette identité elle aurait du, si elle était saine, être capable de se figurer en lieu et place de celles qu’elle condamnait, davantage qu’aucun homme."
    pratique. on rendra ainsi les classe domines plus coupables que les classes dominantes.

  13. Dans le genre "il vaut mieux allumer une bougie que de maudire l'obscurité", le PS aurait été bien inspiré en choisissant Catherine Tasca comme candidate à la présidence du Sénat.

    Et en étendant son exigence de parité aux têtes de liste.

    On aurait ainsi moins eu l'impression malheureuse que ce sont seulement des protestations électoralistes, susceptibles de s'évanouir comme brume au soleil dès le lendemain de l'élection.

  14. Une remarque à propos des femmes politiques dont l'action n'est guère différente de celle des hommes politiques: actuellement, vu le peu de place disponible pour les femmes, seules celles qui sont adoubées par leurs collègues masculins peuvent passer le mur du machisme. Ainsi que celles qui se conduisent comme des hommes politiques.

    On ne peut donc pas tirer de conclusion sur ce qui se passerait si les femmes étaient présentes en nombre raisonnable chez nos décideurs. La sélection aujourd'hui opérée introduit un sacré biais. Soit des potiches, qui ne gêneront personne, soit des conservatrices, qui ne modifieront pas la direction principale.

  15. d'accord avec toi CTJ et (contente de te revoir ici :) ) .

  16. pas faux CTJ.

    sinon pour le petit jeune de l'autre jour non je le mets pas dans le même sac que quelqu'un qui a fait x années d'études et qui prétend représenter le peuple. en fonction de la qualité et de la nature de l'interlocuteur ma réaction ne sera pas la même, en effet. c'est comme si tu me disais de traiter de la même manière l'enfant qui vole une pomme et l'adulte qui pique ma carte bleue, en gros. Y'en a un qui est en cours d'apprentissage, l'autre il est supposé savoir c'est pas la première fois qu'on lui dit.

    tutur avait retiré ses mots et présenté ses excuses et ne semblait pas avoir clairement conscience de ce que tant ces mots que le comportement qu'il adoptait dans sa vie pouvaient avoir de signification pour celle qui les recevait. c'est pour ça que je parlais de conditionnement. il m'avait l'air totalement inconscient des enjeux et des réalités, plus à la recherche de la conscience justement que volontairement agressif.
    vu son jeune âge je voulais l'amener à préciser et recadrer ses propos et sa pensée, qui, au fond, n'étaient pas tant guidés par le machisme que par l'obsession sécuritaire ambiante.
    pour moi c'était un pur produit générationnel gavé de désinformation de masse et formaté par une école qui n'apprend plus à penser, sauf qu'il avait le mérite de tenter de comprendre là où des millions d'autres se complaisent dans une connerie crasse. Je voulais donc juste lui donner une chance de revenir sur ses mots et d'avancer dans sa connaissance des choses plutôt que de le traiter de connard et de le braquer définitivement . le problème quand un comme ça se braque c'est pas une affaire personnelle c'est que si pour lui tu es la première féministe avec qui il parle tu risques de devenir sa référence. et une référence contre laquelle il sera braqué, dommage, quoi. je ne voulais pas qu'il s'arrête dans sa réflexion.

    Boutin en revanche elle sait ce qu'elle fait, elle ne peut plus plaider l'ignorance ou la jeunesse, c'est pire. elle s'intéresse, étudie, juste elle ne tient pas compte et pond une loi qui fout des milliers de femmes dans une merde noire. là mon côté maîtresse d'école a plus envie de sortir le bonnet d'âne que les heures de soutien scolaire, c'est clair.

  17. (je te rappelle aussi que tu es la première à dire "your either part of the problem or part of the solution" et à dire "coconne" aux femmes non-féministes. bin je classe Boutin dans les coconnes part of the problem)

  18. oui sauf que tu as dit clairement " moi, christine b, mère de toutes les emmerdes féminines post-modernes »".
    tu poses donc une femme. Moi je veux bien on peut lui reprocher la violence conjugale, le viol, les écarts salariaux (à moins que ca ne soit pas "post moderne " ?)
    faudrait peut -être pas tout confondre. la principale part du problème dans le contexte de la phrase ca restait les blancs hein.
    et le principal pb ici reste la domination masculine. Pas Boutin.

    "c’est que si pour lui tu es la première féministe avec qui il parle tu risques de devenir sa référence. et une référence contre laquelle il sera braqué"
    le pauvre. il sera braqué contre la gonzesse qu'il a traitée de conne et à qui il a souhaité un viol ? mais ca serait complètement dramatique en effet.
    pas un instant en revanche, tu te demandes si, par hasard, je ne pourrais pas être un peu braquée aussi. un peu énervée.
    (en vrai je m'en contrebalance du cas tutur, je constate juste aue as usual, il faut jouer la féministe maternisante avec de jeunes connards, ca sera clairement sans moi).

  19. Déjà qu'il y a ONU Femmes...

  20. Boutin pour moi a créé des emmerdes dont on n'avait clairement pas besoin en plus des autres. c'est une immense contribution au baskclash. et c'est ce backlash que j'appelle emmerdes féminines post modernes. c'est tout un art que de nous replonger dans pire qu'avant. elle n'est pas la seule responsable mais sa contribution sur le logement a des répercussions énormes en termes de vies humaines. c'est juste un truc monstrueux qui est en train de se produire pour des tas de femmes et d'enfants par ce tout petit point de détail de l'accès au logement. c'est rien c'est pas comme si on avait grippé d'un coup toute la machine et condamné jusqu'au bête droit au divorce dans le même temps (maintenant qu'on sait qu'on ne pourra plus se loger seules on va salement réfléchir avant de divorcer, oui).

    bref.
    je ne reviendrai pas là dessus, on ne sera pas d'accord, mais pour moi la loi boutin 2009 c'est clairement la pire chose qui ait été faite depuis des années au droit des femmes dans ce pays et ça va avoir des répercussions dantesques en toute discrétion. avant que les gens fassent le lien, des millions de femmes seront revenue sous domination masculine façon années 50.

    sinon je tiens compte de toi, si.
    je comprends très bien que tu sois blessée par des paroles aussi vaches que celles de tutur (ou d'autres sur ce blog, un blog ça expose, en effet, des fois à beaucoup,, c'est pas faux).
    maintenant je pense que le message de fond était correctible. c'set pas spécialement maternisant c'est plutôt que pour moi il y a deux modèles de connards.
    le connard AOC le vrai qui agresse et ne reviendra jamais en arrière, et qui en général ne porte aucun autre message que son agression. celui là, bof, coup de pied au cul, point.
    et le connard-suiveur, qui lui n'est pas spécifiquement un pur connard mais le produit d'une éducation et qui peut être réorienté assez facilement du moment qu'on l'éclaire sur son ignorance.
    au delà de toi et du blog il y a une cause à défendre, celle des femmes.
    les connards AOC on doit leur rentrer dedans, oui, les neutraliser vite. mais pour autant on ne fera pas l'égalité sans les hommes et la majorité d'entre eux est conditionnée en mode connard-suiveur. ceux-là on ne va pas les appâter en leur shootant le popotin, et si on les braque ils rejoindront facilement les connards AOC, hurlant ensemble conter ces salopes de féministes qui les détestent. est ce que ça représenterait une avancée? je ne crois pas. est-ce que pousser à la réflexion un connard-suiveur et l'amener à revoir ses classiques peut payer? je crois. parce qu'une fois qu'il aura pigé, il sèmera le message.

    materner non, pas forcément. éduquer, oui. rentrer en fight frontal ça doit rester la dernière hypothèse, réservée aux purs connards AOC, irrécupérables. ils sont minoritaires, et quoi qu'on en dise moi je reste convaincue que le boulot féministe à la base c'est de veiller à ce qu'ils le restent jusqu'à ce qu'ils finissent par disparaître.

    c'est pas la première fois que je le dis ici, si on prend tout pour soi, en tant que personne, on finit par avoir un psy-land d'égos qui se tapent dessus.
    c'est pas bon. c'est pas comme ça qu'on avance. on avance en élargissant la réflexion, en poussant à considérer plus loin que son cas personnel, en sortant justement du dialogue personne à personne. c'est ce que j'essayais de faire faire à tutur.
    ce n'était pas une prise de position contre toi.

    encore une fois je te le répète, je te respecte beaucoup et je sais combien ce que tu fais est difficile et que nombreuses sont les attaques personnelles qui cognent dur.
    mais quoi qu'on en dise le système éducatif actuel forme du macho par légions. si on veut arriver à changer ça, il faudra en passer par le sacrifice de l'égo au profit de la cause.

    ça ne me fait pas particulièrement bander de discuter avec un jeunot totalement tanche sur le sujet du féminisme non plus, et devoir reprendre son éducation depuis les bases de respect d'autrui est assez pénible. mais leur parler implique d'en passer par là, sinon l'écart de niveau de connaissance reste tel que jamais on ne peut se comprendre.

    c'est pour ça que je te disais que la plèbe, hein, c'est du lourd.
    la plèbe ce sont des gens qui restent confiants dans le système et qui croient qu'on leur a appris ce qu'il fallait savoir. ils se sont arrêtés là, ils n'ont pas cherché plus loin, et ils sont persuadés d'être dans le vrai. c'est pas que leur faute. ça l'est un peu, mais on leur dit quand même à longueur de temps à la télé ce qu'il faut penser et qu'ils ont raison. ils sont confortés dans l'erreur où on les a fait grandir.
    parler à ces gens là nécessite de faire abstraction de ce discours préformaté qui sort d'eux, de la violence de leurs mots (c'est banal, sérieux, pour eux. ils s'engueulent avec quelqu'un ils dégainent direct les pires saloperies, c'est un modèle social de nos jours), et tenter de détecter dans le tas de bêtises un truc, un point d'ancrage qui laisse penser qu'ils ont la moitié d'un doute quand même et de s'engouffrer dedans pour montrer que oui, doute il y a, et d'en profiter pour leur montrer le reste des choses qu'ils croient vraies et qui sont fausses.

    dialoguer avec la plèbe c'est trouver la faille dans son truc qui va permettre l'empathie pour l'amener à voir autre chose que son petit lui-même et à considérer que se remettre en question n'est pas un échec cuisant. c'est amener un con à comprendre qu'il en est un sans lui balancer en frontal pour qu'il ne se drape pas dans sa dignité blessée sans comprendre. ça se fait souvent au prix de sa propre dignité à soi.

    si je ne le fais pas comme toi à plein temps sur un blog c'est justement parce que je sais combien ça demande de ressources, combien on en prend plein la gueule pour pas un rond de la merde personnelle de l'autre avant d'atteindre un pont de réflexion commun dans l'abstraction, et combien le risque est grand d'en souffrir.

    c'est justement parce que je tiens compte de toi que je me suis pris le tutur entre 4 yeux pour lui faire retirer son agression et rediriger son truc vers moi, parce qu'au pire moi la plèbe je me la cogne très peu et si elle me dit d'aller me faire violer ce sera beaucoup moins impactant que toi qui prends ça dans les dents tous les jours.

    (si tu relis d'ailleurs c'est flagrant, il avait répondu "c'est pas avec toi que je suis en guerre" et j'avais insisté pour que ce soit néanmoins à moi qu'il réponde, justement parce que je comptais bien là dessus pour le désarçonner et l'amener à s'excuser)

    (bref désolée que tu n'aies pas compris la démarche, j'essayais juste de faire en sorte que ça ne vire pas à l'escalade violente et stérile contre toi et de recadrer ce petit machin dans un débat un peu plus sain, je ne le ferai plus, c'est de toute manière bien trop coûteux en temps et en énergie)

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.