sept 292011
 

De nombreux lecteurs et lectrices se sont offusqués de ma petite bafouille d'avant-hier - ca tombe bien c'était le but - en disant en substance que j'étais
1. très intolérante (scoop de l'année)
2. que c'était très vilain de traiter les femmes non féministes de connasses décérébrées.
Reprécisons donc les choses.

Personne n'a nié que les femmes - et les hommes - sont conditionnés. Les femmes sont éduquées à aimer les vêtements par exemple. dés l'enfance, on leur offrira des poupons à habiller, puis des poupées mannequin, dans les magasine ensuite vous aurez 4 étages de vêtements pour femmes contre un étage pour les hommes. C'est pourquoi vous trouverez 100 blogs mode tenus par des femmes pour un blog mode tenu par un homme ; et je n'ai aucun souci avec cela comme avec aucune activité dite féminine.
Là où je commence à avoir un problème c'est lorsque les femmes entretiennent les stéréotypes. vous trouverez sur la majeure parties des blogs féminins, un billet "les filles c'est vraiment pas cool moi j'aime mieux les mecs". Vous verrez des femmes chouiner que leur mec ne fait jamais le ménage et lui arracher le balai des mains dés qu'il a une velléité de (ce qui n'arrive pas souvent je le concède). Vous les verrez parler instinct maternel et qu'un enfant a avant toute chose besoin de sa maman.
Vous verrez des femmes dire, clairement qu'elles ne sont pas féministes et mieux qu'elles détestent le féminisme. Dire qu'on déteste le féminisme c'est dire qu'on est contre l'égalité homme/femme, ca me pose un problème certain. On peut ne pas aimer certaines formes de féminisme, on peut ne pas aimer certaines féministes mais il me semble complètement idiot de ne pas "aimer" le féminisme. C'est pour moi comme de dire qu'on n'aime pas la politique. Oui soit. Sauf que c'est un peu ce qui va gérer ta vie au quotidien, ma coconne, donc c'est gênant.
S'il y a bien une discrimination parfaitement intégrée par les principales victimes, c'est bien le sexisme. Vous verrez des femmes dire, sans se poser la moindre question sur leur propre sentiment d'infériorité, qu'elles sont en effet moins bonnes en techniques parce que femmes, qu'elles ne veulent surtout pas changer une roue, parce que femmes, qu'elles ne veulent pas payer au restau, parce que femmes.
Au fond, elles veulent bien deux, trois trucs du féminisme, mais sans, jamais, en payer le prix. Elles veulent bien l'égalité salariale, mais continuer à se faire payer le restau. Elles veulent qu'on les considère comme égales (mais différentes hihihihi) tout en continuant les énièmes conversations débiles sur leur prochaine tenue. Je l'ai déjà dit et le répète ; trop peu de femmes s'intéressent à la politique. Alors oui ca n'est pas facile, oui c'est un pré carré m'enfin il y a quand même un moment ou le sain coup de pied au cul est nécessaire.
Le féminisme n'est pas une option, Maïa disait sur son blog " L’égalité n’est pas un pique-nique, on ne peut pas être à moitié égaux. Quand on demande la suppression de la case “mademoiselle” sur les formulaires, on est AUSSI en train de demander l’égalité des salaires et la parité, et faire semblant d’ignorer les dynamiques globales ne sert pas la cause (par ailleurs, en quoi se battre pour une mesure symbolique empêche de se battre aussi sur les problèmes de fond ? ça va, on a deux mains, on peut signer deux pétitions). “Madame ou madame”, ce n’est pas une mesure cosmétique. C’est l’égalité prise par un autre bout."
On me rétorque "moi je tiens à mon Melle que fais tu de ma liberté ?". Il faut bien comprendre qu'on ne peut pas avoir et le beurre et l'argent du beurre. On ne peut pas vouloir le Melle parce qu'il nous fait nous sentir jeunes, et échapper ensuite à l'accusation de futilité. On ne peut pas vouloir certains trucs cool - se faire inviter au restau, se faire tenir la porte - et s'étonner ensuite que l'un réclame une pipe et l'autre vous voit comme une incapable même pas foutue d'ouvrir une porte seule. On ne peut pas lâcher, même sur les trucs les plus symboliques. La liberté individuelle a évidemment un prix mais pas s'il est exorbitant pour toutes les autres. Ne pas être féministe et se revendiquer comme tel, et jouer à lafâme a des conséquences claires pour toutes. parce que c'est bien de cela qu'il s'agit ici. je ne m'attendais pas vraiment à ce que la suppression du mademoiselle soit acceptée ; le langage est trop fondateur d'une société, révélateur des mentalités pour être changé sans heurt violent y compris sur de simples formulaires administratifs. mais c'est ce que cette histoire a révélé qui m'a inquiétée ; la volonté claire et délibérée des femmes à rester des fâmes avec ce que cela englobe, de stéréotypes, de préjugés, et de casseroles à traîner.
On me dit "tu dois apprendre à lire et écouter les points de vue non féministes". Je crois que l'on ne se comprend pas bien.
j'ai déjà expliqué, clairement à un blogueur qui se dit misogyne qu'il est l'exact équivalent d'un raciste ou d'un antisémite.
Un propos non féministe n'est pas un propos neutre. Un propos non féministe par définition défend l'idée d'une inégalité entre les hommes et les femmes. c'est exactement comme si vous me disiez d'écouter et de lire des propos racistes ou antisémites.
On a toujours tendance à oublier ce qu'est le féminisme, que c'est une sorte d'opinion avec laquelle on peut n'être pas d'accord. je le répète on peut n'être pas d'accord avec certains féminismes, ne pas être d'accord avec l'idée de l'égalité entre les hommes et les femmes, oui clairement il m'ennuie que quelqu'un pense que je suis inférieure à un homme. Suis je intolérante dites donc.

Point coconne. D'aucunes sont très choquées que j'ai pu émettre l'idée qu'il y avait une sorte de rapport de domination qui s'installe lorsque l'homme paie et la femme se fait payer. * Scoop * tu peux encore te faire inviter au restaurant. Le problème est lorsque des femmes - ou des hommes - considèrent que c'est systématiquement à l'homme de payer, et ce sans aucune raison. Le problème est, lors du premier rendez-vous, par exemple lorsque la femme considère qu'elle n'a surtout pas à payer. Oui cela assoit clairement un rapport de domination et, en général, quand on paie, on aime  bien quelque chose en retour.
Lorsque les rapports interpersonnels sont établis, on ne se pose plus la question du qui va payer. Bien evidemment. Tu peux donc aller déjeuner avec qui tu veux demain, tu n'es pas obligée de le sucer (enfin sauf si tu en as envie).

demain nous aborderons le concept "la galanterie, un piège à cons" et tu te diras que vraiment tu n'es pas féministe, kikoolol, trop cool je suis une rebelle against the feminism.

TumblrPartager

  227 réponses sur “Sois conne mais surtout tais toi, ou, je persiste et je signe”

  1. Ha que c'est rafraîchissant et rassurant de vous lire. Moi aussi, comme vous, je revendique être "intolérante" parfois... Pour tout vous dire, j'en ai plus que marre de me faire traiter de haut quand je revendique être féministe. Dans la bouche de beaucoup, on a même l'impression que ce mot sonne pire qu'une injure. Et bien, moi je le revendique avec fierté ce mot car il me fait l'héritière d'une sororité et d'une lignée de femmes auxquelles on doit beaucoup de nos libertés. Même si le travail de sape contre l'égalité trouve malheureusement de nombreuses chevilles ouvrières pour l'aider. La misogynie n'est rien de moins qu'une forme de racisme .... D'ailleurs, vouloir mettre à tout prix les gens dans des cases en niant l'individualité est du racisme. J'ai déjà été confrontée plusieurs fois à la misogynie "ordinaire" et me sens bien seule quand je réagis..... Continuez malgré les commentaires d' enfants gâtés de certains ou les insultes des autres.... Continuez !!!

  2. Le truc de "l'intolérance" c'est un peu un truc de "troll", on nous le sort à toutes les sauces... J'ai bien aimé le jour où on m'a dit "t'es pas très tolérante avec les gens racistes".

    Pour revenir au sujet principal, je suis entièrement d'accord. J'ai un blog féminin, mais vous ne me verrez jamais dire que je ne suis pas féministe (même si je vois beaucoup de gens le faire). J'ai vu récemment une amie mettre un post sur facebook "les définitions: Féministes=> moyen trouvé par les hommes pour ne plus payer le restaurant". Ce qui m'a fait hurlé.
    J'ai pas envie qu'on me paye le restaurant (enfin, pas tout le temps, je veux le payer aussi à mon copain des fois!), je n'ai jamais fait toutes les tâches ménagères (j'ai pas été élevé comme ça...) et si je ne sais pas changer une roue, c'est parce que 1) on me l'a jamais appris 2) Je prends rarement la voiture.

    Je parlais avec une copine qui se plaignait d'être devenue la boniche de son copain quand ils ont emménagé ensemble. Ce qui m'a choquée, c'est qu'elle avait l'air d'espérer que miraculeusement la situation allait changer...tout en l'acceptant totalement. Tant de passivité, ça fait peur.

    Pour ce qui est le "madame, mademoiselle": bien sûre il y a plus important, mais je suis SURTOUT d'avis que l'administration s'en fout un peu de savoir si je suis mariée ou pas. Au final, une case en moins ça leur fera moins de travail (pointe d'humour...). Mes parents m'ont élevée dans l'idée qu'il n'y pas de raisons de faire une différence entre les hommes et les femmes.

  3. Je suis d'accord sur 90% du texte.

    Par contre, le fait que garçons et filles soient conditionnés différemment (tout au début de l'article), eh bien moi, ça me pose un problème.
    Je n'ai pas réfléchi trois heures à la question, il est donc possible que je dise de la merde, mais ça me semble carrèment être la source du problème.

  4. Tu sais quoi ? De plus en plus et en lisant tes billets, je me dis qu'il faut être obtus, fermé, de mauvaise foi, ou vraisemblablement vouloir rester complètement borné et crétin pour ne pas comprendre que c'est simplement de rapports humains équilibrés que tu parles.

  5. Bon ce serait donc antiféministe de ne pas comprendre en quoi cette case Mademoiselle est sexiste c’est ça ? Si ça c’est pas du mettage-dans-une-case-qu’on-veut-pas …

    Les arguments sont que ça détermine le statut marital et que c’est privé.
    Mais en fait on a déjà le droit de se faire appeler Madame n’importe où si on veut.
    Qu’est-ce que l’état ou la loi peuvent faire de plus pour que ta-banque-a-la-con-qui-veut-absolument-que-tu-t’appelles-Mademoiselle t’autorise à t’appeler Madame ?
    Eventuellement une amende si tu fais constater le délit, sinon je ne vois pas.

    Il y a des Madames et des Mademoiselles, mariées ou non. Et les hommes aussi doivent cocher les cases mariés/célibataire. Donc où est l’inégalité là dedans ? Eux aussi ont à se justifier de leur statut.

    Non sérieusement, sur ma carte d’identité il y marqué F, et quand je fais des démarches administratives, on ne me force pas à cocher Mademoiselle et on ne me demande pas de justifier que je suis mariée ou pas.

    Peut-on m’expliquer clairement et avec des arguments solides où se situe le problème ? J’ai parcourus des kilomètres de blog et j’ai toujours pas compris.

    Merci d’avance.

  6. Amen.
    Je suis vraiment d'acc sur le fond. Comme je le disais dans mon petit billet sur Louise/Barbara, on a surtout les prisons qu'on se crée.

    Je rebondis sur un truc. Tu parles souvent du désintérêt des femmes pour la politique. Je ne sais pas bien ce que tu mets derrière ce mot. Si tu parles de la vie politique dans le sens ethymologique, soit s'intéresser à la société, je pense que le tableau n'est pas si noir. Les femmes font beaucoup pour la société. Peut-être qu'elles le font mal, en s'oubliant, en éduquant leurs mômes dans des clichés, en se trompant de combat, en s'éparpillant, mais clairement selon moi elles participent de manière égalitaire à la définition quotidienne de notre société. Si tu parles de la politique au sens élections et compagnie, c vrai que bcp, dont moi, ont lâché l'affaire. Mais je ne suis pas persuadée que les mecs s'y intéressent plus.

    Tu crois que si les filles étaient plus dans la politique, ça changerait vraiment la donne ?

  7. kyp ; ah mais évidemment que cela pose un problème. J'ai posé un état de faits ; je ne l'ai pas approuvé.

    Martine et carolinette : parfaitement d'accord avec vous.

    MHPA : je ne peux qu'acquieser :p

  8. anna : tu n'as pas compris mon texte. On ne parle plus sur ce billet de Melle ; le sujet est plutôt pourquoi autant de femmes s'engluent dans les stéréotypes avec délectation.

    cilou : traditionnellement les femmes sont au privé (maison) est les hommes à l'extérieur (public donc politique). cette définition n'a à mon sens pas tellement changé. Le moindre péquenaud débile masculin a un avis ultra éclairé sur la politique ; les femmes sur les robes. je caricature mais à peine.

  9. Avant de se proclamer féministe et de décréter que d'autres ne le sont pas, il faudrait s'assurer de l'être tout le temps et à 100%.

    Moi je trouve beaucoup plus insultant pour le féminisme de voir qu'il existe encore des femmes pas assez autonomes pour chercher toute seule comment on change une roue (ou qui trouveront toujours une bonne âme pour faire la vidange et les niveaux à leur place) ... par exemple une mère, une amie, qui elles n'ont pas attendu qu'on leur montre, ou un homme (ouis il paraît qu'ils naissent avec une clé à roue dans la main).

    "Nooooon je vais pas crever, je prends presque jamais la voiture" Si si et si ça pouvait t'arriver un jour de pluie ... Tu verrais prétendue féministe que personne ne s'arrêtera au bord de la route parce que "Quoi une femme ça sait changer une roue non ?" Si si c'est du vécu, mais heureusement Mademoiselle sait changer une roue.

    Alors avant de juger les autres, on balaye devant sa porte.

  10. Bravo, bravo, bravo, bravo. Merci pour tout. C'est tout con, mais qu'est-ce que ça fait du bien !!

  11. Merci, merci merci merci merci. Je me sens seule depuis que ce débat a été lancé. Parmi mes amis, mes amies... sans parler de mon Monsieur.
    Bravo, bisous, merci

  12. Il y a quand même un énorme paradoxe: supprimer la case "Mlle" serait un combat futile, mais je n'ai jamais vu un sujet provoquer autant de réactions, que ce soit ici ou ailleurs.
    Le plus drôle, vu sur un autre blog, c'est une femme qui s'est donné la peine de rédiger plusieurs tartines pour expliquer en long et en large que, elle, le Mme ou Mlle, elle s'en contrefiche.

  13. Muai, chouette article même si je suis persuadé que les hommes et les femmes restent différents
    je dis pas qu'on n'est supérieur hein, juste qu'on est différents et je trouve dommage qu'on veuille gommer toute différence
    Je serais jamais enceinte par exemple, c'est le genre de choses qui font qu'ont peut difficilement être égaux à cent pour cent.
    Ce qui fait aussi que j'aime protéger ma nana, la cajoler ou être galant de manière générale avec la gente féminine
    autre chose, je rebondis sur un commentaire plus haut "Il y a des Madames et des Mademoiselles, mariées ou non. Et les hommes aussi doivent cocher les cases mariés/célibataire. Donc où est l’inégalité là dedans ?"
    Pareil je vois pas du tout en quoi le Mademoiselle est inégalitaire

  14. erwik : je ne serai jamais enceinte non plus.

    "Ce qui fait aussi que j’aime protéger ma nana, la cajoler ou être galant de manière générale avec la gente féminine"
    la protéger de ? le danger rôde ?

    pour le Melle on a mis 50 liens sur les deux articles précédents donc on ne va pas y revenir.

    ====

    pour les autres. I've got le texte le plus débile du monde :
    http://blogs.lesinrocks.com/cestvousquiledites/2011/09/29/manifeste-pour-la-feminite/

  15. valérie : je parlais de différence biologique immuable, et oui le danger rôde, y a qu'à voir les statistiques de viol, y a quand même plus de victimes de sexe féminin puis même c'est ptet idiot / sexiste de ma part mais en tant que grand black, je me trouve moins vulnérable qu'une demoiselle et je pense que d'éventuels agresseurs seraient d'accord, j'aime pas que ma femme se promène seul tard le soir par exemple

  16. Si j’ai bien compris.
    Le début de mon intervention se résume à : pourquoi des féministes (et même des neutres) qui ne sont pas d’accord ou qui ne comprennent pas certains combats estampillés féministes sont considérées comme se vautrant dans les stéréotypes avec délectation ?

    Quand un combat est justifié et qu’on a de bon arguments, ou qu’on est capable de répondre aux arguments contradicteurs, on ne se retrouve pas avec autant de personnes contre soi.

    Une féministe ne se trompe donc jamais ?
    Quand on voit le nombre de personnes qui ne comprennent même pas où est le problème, on n’est pas capable de se remettre en question ?

    Là c’est le cliché de la féministe qui s’auto-alimente, et j'ai bien peurt que ça ne desserve la cause bien plus que l'intervention de ces "femmes qui s’engluent dans les stéréotypes avec délectation".

  17. Pour "le texte le plus débile du monde", les commentaires n'ont pas l'air de s'y tromper. Ca change, ça fait du bien.

  18. erwik ; les gens le plus fréquemment assassinés sont des hommes. je crains donc que la personne à protéger ca soit toi.

    "j’aime pas que ma femme se promène seul tard le soir par exemple"
    ah oui. et ben écoute fais la vite rentrer.

    anna ; je parle de femmes. pas de féministes. c'est différent. Sur "le combat justifié", une majorité de personnes était contre la peine de mort quand l'abolition a été votée. une position peut être justifiée et les mentalités ne pas suivre.

  19. valerie : Bah personnellement moi même, quitte à choisir je préfère me faire assassiné, et pour se promener tard le soir, ma femme aime pas non plus quand c'est moi, logique. Juste que voilà quoi dans mon esprit une femme c'est plus vulnérable, on change pas une mentalité aussi facilement.

    Tout ce que j'essaie de dire, mais je m'exprime mal c'est que je suis intimement convaincu que nos deux genre sont fondamentalement différents (si on était pareils, déjà on se comprendrait mieux tu crois pas?) et que je trouve dommage quelque part qu'on veuille gommer tout signe de différence, dans le même ordre d'idée on pourrait faire porter les robes / jupes aux hommes, le concept me plait pas

  20. "c’est exactement comme si vous me disiez d’écouter et de lire des propos racistes ou antisémites." Je partage ton intolérance, totalement !

  21. A Anna "Quand on voit le nombre de personnes qui ne comprennent même pas où est le problème, on n’est pas capable de se remettre en question ?"
    Je suis persuadée qu'à l'époque de la traite des noirs, une grand en majorité des gens ne noyaient pas le problème. Heureusement, d'autres personnes le voyaient et ont ouvert leur gueule. Ce n'est pas parce que le type d'esclavagisme qu'est le machisme est totalement entré dans les moeurs est intégré par la plupart des femmes comme une norme, ou une chose "naturelle" qu'il faut museler les personnes qui souhaitent plus d'égalité.
    http://clemmiewonder.tumblr.com/post/10766836337/mademoisame

  22. christine : oui et non, je ne peux être d'accord avec vous, y a pas le coté incitation à la haine qu'on peut retrouver dans le racisme ou l'antisémitisme même si j'éprouve un certain mépris pour les méprisants en général, que ça soit des racistes, des homophobes ou des mysogines

  23. (quelqu'un pour lui répondre, je vous en prie)
    (help)

    alors je suis bien contente de savoir que tu préfères être assassinée que ta femme violée. c'est un choix, qui je l'avoue, ne m'était pas passé par la tête. il se trouve - si tu veux - qu'en gros tu te permets de juger ce qui est bon ou pas pour ta femme et par là même pour les femmes en général car ta pensée finira invariablement par "oui enfin tu es sortie, tu as été violée donc ca n'est pas anormal".

    Personnellement je ne te comprends pas, parce que tu es un homme mais parce que tu es sexiste ; et ca n'est pas réservé aux hommes que de l'être.
    quant à gommer tout signe de différence, je te rassure on n'en est pas là et personne ne te force à mettre des robes.

  24. A Clemmie, euh argument pertinent mais je trouve très limite la comparaison
    se faire appeler mademoiselle quand on est pas marié à la traite des noirs
    c'est deux poids deux mesures je pense, les femmes actuelles ont je l'espère et j'en suis convaincu une meilleure condition que l'esclave moyen hein

  25. valerie : hey je suis pas sexiste, je pense juste que voilà on est différents par bien des aspects
    et pour avoir connu une amie qui s'est fait violée, je préfère la mort (pour moi ou pour ma femme d'ailleurs) qu'un viol c'est tout
    et j'ai jamais dis que tu es sortie donc tu t'es fait violée c'est pas anormal, juste que je m'inquiète pour elle si je suis pas à ses cotés c'est tout, je ne juge rien

  26. Je compare une forme de domination plus ou moins révolue avec une autre forme de domination encore en vigueur. Des Noirs ont refusé qu'on les appellent nègres. Pourtant, nègre, ça veut dire noir, on ne voyait pas où était le mal. C'est juste que ça ramène à une époque ou le Noir était marchandise. L'émancipation peut aussi passer aussi par une reformulation des termes.

  27. Clemmie : je suis tout à fait d'accord avec toi sur le terme, mais je sais pas, ça me choque de comparer l'esclavagisme et le machisme
    c'est certes deux dominations, mais à des degrés divers, non?

  28. "Je préfère la mort au viol pour moi ou pour ma femme". Je n'en reviens pas. Tu préfères la mort aux les coups de reins d'un (ou de plusieurs) connard(s) ?! Pour toi, c'est ton choix, mais pour ta femme?!

    Ouah, je trouve ça énorme!
    Je préfère survivre, je préfère la survie.

    Et oui, il y a une différence entre la traite des Noirs et le machisme. c'est que dans le machisme, une grande partie des dominées ne se rend même as compte qu'elle est dominée. Et que le dominant ne se rend pas compte qu'il est dominant.

    Je n'en reviens pas de ce "je préfère la mort au viol". Tu préfère aussi la mort à la prise d'otage, à l'agression non sexuelle? Ou est ce que c'est seulement le fait de se faire pénétrer qui justifie qu'il vaille mieux mourir?

  29. "je préfère la mort (pour moi ou pour ma femme d’ailleurs) qu’un viol c’est tout"
    les personnes violées apprécieront. On vous préfère mortes.

  30. erwik ; il se trouve que le sexisme ca n'est pas que le pb du Melle. c'est un peu comme si je réduisais le racisme à banania tu vois.

  31. valerie, clemmie: la seule personne que je connais qui a subit ce genre de traumatisme / humiliation a été détruite, completement, je devrais pas parler pour ma femme et je m'en excuse mais moi perso j'espère que ça m'arrivera jamais jamais jamais ! Me suis déjà fait tabassé, c'est moins grave, la prise d'otage j'en ai aucune idée

    clemmie : oui oui tu as raison, mais en France en tout cas, on va pas couper la main de la femme et mettre du sel car elle a voulu sortir de chez elle, je suis d'accord avec toi sur le principe, mais bon le machisme me semble une domination moins horrible (peut être me trompe-je?)

  32. Après m'être exprimée sur Twitter je le fais ici :)
    @Erwik : ta femme elle en pense quoi, elle ? j'aimerais avoir son avis. Perso, quand tu écris je préfère la mort au viol pour ma femme, je ressens cela comme une atteinte à ton orgueil de mâle.

    "le mort ou le viol ?" me fait penser à une question que j'ai entendue dans un café " tu préfères être éboueur ou avoir le sida ?"

  33. @MH : ma femme j'en sais rien, on parle pas de trucs glauques donc j'en ai aucune idée
    comme dis plus haut, la seule personne que je connais qui a subit ça, ne vit plus "vraiment", sa vie a été détruite et elle peine à se reconstruire, je souhaite pas que ça m'arrive
    et sinon je préfère de loin être éboueur à avoir le sida

  34. @Erwik : Oulah, tu t'adresses à des gens qui ont une vision du monde complètement différente. ^^
    D'où incompréhension des deux cotés.

    Je ne nie pas qu'il existe des différences physiques entre hommes et femmes, mais je trouve tout de même scandaleux de traiter différent un homme et une femme sur des points qui n'ont rien à voir avec la différence physique.

    Prenons donc le cas du mademoiselle, puisque c'est de saison. Les hommes ont une case à cocher sur les documents adminnistratifs, les femmes en ont deux. Est-il plus horrible de n'en avoir qu'une ou d'en avoir deux ? A vrai dire, je m'en contrefous. Tout ce que je sais, c'est qu'il y a un traitement différent et ça ne me semble pas normal.

    Pour le coup de faire porter des jupes à des hommes, ça ne me choquerait pas du tout, bien au contraire. Pourquoi seule les femmes pourraient en porter ? Le genre de vêtement porté n'a rien à voir avec les différences physiques (sauf pour les détails : il est bien évident qu'une tenue moulante pour homme n'ira pas à une femme et vice versa).
    Où est le problème de la jupe pour homme ? Sûrement ne trouves-tu pas ça beau et c'est ton droit. Mais de même qu'il y a des femmes que je préférerai ne pas voir en jupe, il y a des hommes qui seraient très beau en jupe. Car oui, un homme, c'est beau aussi. Ce n'est pas évident quand on est un homme hétéro, je le reconnais tout à fait. Mais il est tout de même égoïste de permettre aux femmes de se mettre en valeur et de ne pas le permettre aux hommes (sous prétexte que seules les femmes t'attirent physiquement).
    Non ?

  35. Clemmie, I love you.
    Je trouve ta comparaison tout à fait pertinente. Dans l'absolu, le racisme envers la communauté noire a, comme pour les femmes, drastiquement diminué au cours des années mais est toujours bien là. Des deux côtés, on a le droit de trouver un travail. Toujours est-il qu'un homme noir ou une femme blanche auront plus droit à un petit coup de discrimination à l'emploi que François le Français, avec son petit nom bien européen de l'Ouest et sa paire de couilles.
    Je n'sais pas comment ça se passait à l'époque dans la tête des gens (j'ai de la famille en provenance directe du Congo Belge, mais n'ai jamais pu parler de leur condition domestique avec eux), mais je suppose que c'était à peu près la même chose pour certains : à force de s'entendre dire qu'on a une place inférieure dans la société, on finit par s'y habituer, d'où le fait que les préjugés antiféministes soient aujourd'hui énormément portés par les femmes elles-mêmes.

    Erwick : y'a, et y'aura, toujours une distinction bête et méchante entre hommes et femmes, oui. Y'a quelques différences biologiques qui font que non, un mec ne peut pas avoir un enfant, bla bla bla. Seulement, ces différences biologiques n'ont absolument plus aucune raison d'induire des différences sociales : on n'est plus au temps des cavernes. Le viol reste malheureusement très présent puisque dans l'esprit de certains (je ne suis pas en train de dire que tous les mecs sont des obsédés), le désir masculin est impérieux et la femme ne sert qu'à le passer. Dans des cas plus graves, la femme n'a pas d'existence propre, elle est considérée carrément comme un objet, et si tu veux mon avis ça tient de la maladie mentale. Toujours est-il que certains ont été éduqués de façon à considérer que la femme est nettement inférieure, et donc, cette petite pute, faut bien qu'elle écarte les jambes quand Tarzan a envie de se vider les couilles. C'est une question de moeurs. Cela dit, même si un jour on parvient à l'égalité, y'aura toujours ce problème, tout comme il y aura toujours des meurtres, mais on peut espérer que le nombre baisse. Notamment en faisant en sorte que les victimes ne soient pas culpabilisées (et oui, toujours, toujours, la femme est une salope qui tente les hommes pour beaucoup...) et que la justice soit efficace.

  36. Mais Valérie, si demain il y avait un référendum sur la peine de mort, je ne mets pas ma main à couper (oupsss) que les gens voteront contre en majorité (oui bien que je sois contre je me suis penchée sur ce sujet après avoir lu aussi par curiosité le programme du fn).

    « … qu’il faut museler les personnes qui souhaitent plus d’égalité ».
    Mais je ne muselle personne, Clemmie, je souhaite aussi l’égalité.

    Cependant quand on me propose de changer des choses, je veux être convaincue que c’est un vrai sujet de société et une vraie injustice. Je ne dis pas oui à tout juste parce qu’un groupe auquel il me semble appartenir a une idée qui a germé. Je suis capable de ne pas être d’accord avec des propositions de mon parti, ou des revendications de mon syndicat.

    Oui entre parenthèse je m’intéresse à la politique, je suis syndicaliste, féministe et tout et tout et je lis même des choses racistes, juste pour savoir de quoi ils parlent quand je m’adresse à eux. Je pense que j’ai assez de connaissances, de culture et de réflexion pour reconnaitre par moi-même ce qui est sexiste ou pas (absolument pas comparable à la traite des noirs, les gens sont bien plus informés et cultivés de nos jours, comparons des choses comparables).

    Il m’arrive de ne pas comprendre certains combats et dans ce cas il m’est difficile de les soutenir, toute féministe que je sois. Lorsque pour moi un problème n’existe pas, ce n’est pas que je le nie, c’est que je ne l’ai pas vécu et/ou personne n’a réussit à me donner des arguments valables. Et comme je ne comprends pas l’intérêt de résoudre des problèmes qui n’existent pas ....

    C’est si compliqué de répondre aux questions de ceux qui ne comprennent pas au lieu de leur dire de dégager ? Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.

  37. anna : mais arrête de penser que le "dégage" s'adressait à toi. il s'adressait à des gens qui TROLLAIENT.

  38. Clemmie : comparer machisme et racisme, no problème, c'est comparer à l'esclavagisme que ça me choque un peu
    loulou : bin en fait si, ces différences biologiques continuent d'inclure des différences sociales. Genre la différence de salaire, les patrons l'expliquent par le fait que la femme va être en congé maternité un bon moment (heureusement nous autres hommes avont le congé paternité depuis peu et ça va changer)

  39. valerie : j'aime beaucoup ton article mais j'ai l'impression que le dégage était pour tous les gens qui n'étaient pas d'accord avec toi, comme anna ou moi finalement

  40. erwik ; je répète, persiste et signe. le féminisme n'est pas une option pas plus que l'antiracisme ou la lutte contre l'homophobie ou l'antisémitisme.

    qu'on ne soit pas d'accord avec mon type de féminisme, pas de souci. qu'on ne soit pas féministe, oui ca vaut un "dégage". comme je dirais à un raciste ou un antisémite de dégager.

  41. ...Erwick, si tu n'as pas compris, le féminisme c'est justement dans le but de supprimer ces différences sociales. Actuellement y'en a. L'objectif, c'est de ne plus en avoir. Le congé paternité est effectivement une bonne chose, cela dit, personnellement jn'ai pas l'intention d'avoir un salaire moins élevé qu'un homme simplement parce que je n'ai pas de couilles. Je n'ai pas l'intention d'avoir des enfants mais n'ai pas l'envie d'aller me faire stériliser pour réclamer une paye équivalente à celle d'un collègue masculin. Jn'en suis pas encore là, je suis étudiante, mais quand même. D'autant plus que la stérilisation ne changerait absolument pas mon futur salaire.

  42. Super ! Les féministes qui ne sont pas d'accord avec toi sur quelques sujets peuvent rester ? Tu vas donc répondre à leurs questions ?

  43. Bon. si tu postes un messages toutes les dix minutes pour te sentir visée, pour être persuadée que tu es visée par le "connasse", que tu es visée quand je dis à quelqu'un de "dégager". Non c'est mieux que tu partes. Clairement je ne suis pas ni quelqu'un de patient ni de calme, si je dois te rassurer à chaque post, expliquer à chaque fois que non ca n'est pas toi qui es visée, on tombe dans le chat et le troll.
    maintenant si tu as des questions oui pose les moi.
    si c'est sur le "melle" je te conseille de les adresser aux personnes qui militent pour ce truc là. perso je milite pour la suppression du genre donc je ne suis pas vraiment concernée. là j'ai attaqué des arguments débiles contre le Melle et les discours antiféministes. je n'ai pas spécialement défendu le bouzin.
    ps ; évite de t'appesantir sur tes sentiments persos, la première partie de mon post etc ca va très rapidement me gonfler.

  44. "les gens le plus fréquemment assassinés sont des hommes"
    Où comment utiliser les statistiques qui nous arrangent comme ça nous arrange juste pour essayer de gagner une pauvre argumentation... Et occulter le reste (genre les agressions sur personnes, les vols à l'arraché, les viols, les agressions verbales, sexuelles etc...).
    Et se plaindre juste avant que la partie adverse fasse de même...
    Persister, signer et s'enfoncer dans la mauvaise foi surtout...

    Je suis une femme, je me considère donc comme féministe. Mais le féminisme, c'est de demander l'égalité de droits et de choix, pas de se comporter entre nous de la même manière que ceux dont nous tentons de changer les esprits.
    "L'exemple vaut mieux que la leçon" n'a jamais résonné aussi fort dans mon esprit qu'en te lisant...

    Le sexisme n'est pas une route à sens unique.
    Crier sur tous les toits qu'un mec qui paye un resto à une femme le fait pour réclamer une pipe après, c'est tout aussi préjudiciable à notre cause...

  45. en fait il ne m'arrange pas vraiment que les personnes les plus assassinées soient les hommes (...)
    je souligne juste qu'on a tendance à croire que ce sont les femmes qui courent le plus de risques dans l'espace public. c'est faux. les risques sont différents c'est tout. Les hommes sont aussi victimes de violences. et je ne vois pas en quoi dire cela est sexiste.

    "Crier sur tous les toits qu'un mec qui paye un resto à une femme le fait pour réclamer une pipe après, c'est tout aussi préjudiciable à notre cause..."
    merci de lire le texte entier.
    des gens considèrent que c'est à l'homme de payer. c'est une attitude parfaitement sexiste. et c'est une attitude qui inclue un rapport inégal et de domination.

  46. Ou comment conclure une conversation que l'on n'a pas envie d'avoir.

    1. Les questions sont déjà posées
    2. Est troll toute personne qui ne va pas dans ton sens ? (non répond pas, c'est pas la peine on a compris)
    3. Le "Melle" ... c'est interressant de lire que tu n'es pas concernée et que tu ne défends pas le bouzin vu tes articles précédants
    4. Le respect ça vaut pour tout être vivant, avec poils, plumes, couilles, spores ou branchies (voire même pour les hommes qui ne cherchent qu'à se faire sucer).

    Vu que tu interprètes mal, et que tu n'as en effet aucune intention de répondre à ces questions qui ne sont pourtant pas HS (questions inspirée par ton blog hein, je suis pas en train de te demander la recette de la chatte à l'oignon), c'est que je dois écrire des phrases trop compliquées pour toi.

    Donc oui au lieu de continuer à perdre mon temps ici, je me casse.

  47. "Je suis une femme, je me considère donc comme féministe."

    Le lien logique m'échappe complètement.

  48. Au fait @erwick: non on l'explique par le fait que 1, elles ont tendance de base à réclamer moins (infériorité intériorisée yadi yadi yada, ce pour lequel je suis d'accord) et 2, parce qu'elles sont moins disponibles effectivement, elles quittent tôt pour aller chercher les enfants, sont de corvée en cas de grève de crèche/école/nounou... (ce qui donc est sexiste, mais hélas la réalité quotidienne d'un patron) (Le nombre d'hommes qui viennent se plaindre qu'on leur rétorque "et ben t'as pas une femme?" quand ils viennent poser un RTT ou un congé parce que la crèche est en grève... Et à qui on le refuse souvent pour ce principe d'ailleurs)
    Donc je t'assure que 5 mois de congés maternité, ça ne pèse pas lourd dans la gestion au long terme d'une employée.

    Je suis une femme, je gagne autant qu'un homme gagnerais à mes responsabilités, mais parce que j'ai réclamé, sans honte et sans "quémander" de faveur.
    Mais j'ai aussi fait le choix, aujourd'hui, de privilégier ma carrière à la maternité (et donc de fait, dans mon cas, aux loisirs). Et non je ne trouve pas choquant que quand je n'aurai plus la même disponibilité que maintenant, on ne me donne pas d'augmentation pour m'en féliciter, et que je ne grimperai plus aussi rapidement les échelons que mon (ou ma) voisin(e) célibataire sans attaches et 100% dévoué(e) à son travail. Mais ça doit faire de moi une anti-féministe sexiste.

    Je sais qu'il faut faire un choix, entre travail / rémunération / qualité de vie c'est comme ça que le monde du travail fonctionne (rien de sexiste là dedans).
    Par contre ce que je trouve choquant, c'est qu'on le considère par défaut qu'une femme fera le choix de la maternité/disponibilité contre celui du salaire, et que les RH aient une politique salariale en conséquence globale à toutes les femmes.
    Et également que l'on considère qu'un homme fera toujours le choix inverse, qu'il fera toujours passer le travail avant le rese, même s'il a une famille. Et donc appliquer une politique salariale en conséquence.
    Le sexisme il est là.

  49. @Kyp => Si je dis contre le sexisme à l'encontre des femmes, contre la misogynie, pour l'égalité des droits, des choix et des chances entre hommes et femmes tu comprends mieux?

  50. kyp ; disons que le lien devrait être obligatoire. et qu'il ne l'est pas. Qu'il est ultra logique d'être féministe.

    enfantgatee : "Mais ça doit faire de moi une anti-féministe sexiste." tu te rends tout de même compte que personne, nulle part n'a dit cela ?
    Je suis totalement d'accord avec ton post même si je ne lierai pas l'inégalité de salaires qu'aux deux points que tu évoques. Il y a aussi le fait clair, net, que des employeurs considèrent qu'une femme vaut moins qu'un homme. avec ou sans enfants.
    au passage sur l'assassinat. je ne cherche évidemment pas à ce que les hommes restent chez eux. j'explique juste qu'on inculque la peur du loup aux filles alors que les risques existent également pour les hommes, même s'ils sont différents. Encore une fois les personnes les plus victimes d'agressions et de meurtres sont les hommes. Les femmes quant à elles sont victimes en immense majorité des agressions sexuelles et viols.
    On court donc tous des risques différents. reserver cela aux seules femmes, pour leur insuffler de la peur et quelque part justifier qu'elles ne doivent pas sortir le soir est inadmissible.

  51. ce qu'il veut dire - et c'est ce que dit mon article - c'est qu'il n'y a pas de lien entre le fait d'être femme et d'être contre la misogynie. tu en vois un et tant mieux ; je souhaiterai que ca soit la même chose mais cela n'est pas le cas.
    et de nombreuses femmes sont d'ailleurs clairement misogynes.

  52. j'aime beaucoup les commentaires de Anna et enfant gatée ah et de loulou aussi, très pertinents je trouve

    enfant gatée : ce n'est pas le choix par défaut mais je pense qu'en général les femmes ne sont pas comme toi (pas de négociation, choix de vie différents) et du coup gagnent moins que leurs homologues masculins mais sinon je suis tout à fait d'accord avec toi !

    loulou : oui, et c'est une intention louable, seulement je trouve ça dommage de me faire insulté / méprisé / dégagé juste car j'avais estimé que ce n'était pas MON combat

    anna : d'accord avec toi sur toute la ligne
    valerie : le but n'est pas d'insuffler la peur, juste que voilà c'est ma femme, je l'aime je m'inquiète pour elle, j'aimerai pas qu'il lui arrive un truc, donc si je peux je sors avec elle, ou elle est avec des ami(e)s à elle c'est mieux point barre.
    Je vois pas en quoi c'est de la domination si je choisis de payer au restaurant non plus par ailleurs, c'est mon choix et tu pourrais le respecter.
    Si je m'occupe bien de ma femme, m'inquiète pour elle et fait tout pour qu'elle ne manque de rien et soit heureuse, c'est du sexisme?
    et qu'entends tu exactement par "suppression du genre? Tu voudrais qu'on soit tous asexués, ça réglerait le problème?

  53. @erwik : t'es lourd, bon sang. Si tu t'occupais plutôt de protéger ta femme que de remplir ce fil avec tes répétitions, je crois qu'on a compris ce que tu dis...

    @valerie : t'es une sainte ;-) ) Y'a pas l'option "effacer les comms" sur ton blog ?

  54. @Christine merci beaucoup pour le conseil, seulement j'ai l'impression que valerie ne m'a pas compris, ni @Anna ou @Enfantgatée mais je crois qu'elle comprendra pas, je vais laisser tomber
    je pourrais continuer dans la provocation et dire que je vous laisse entre filles mais un bonne journée ça suffira, surtout que ça aurait été injuste avec @Anna et @Enfantgatée avec lesquelles débattre aurait été bien agréable
    sur ce salut

  55. pourquoi la plèbe, pardon, le peuple anti-féministe se fait-il tant de mal à persister à lire les féministes?

    nan c'est une vraie question, hein.

    je ne suis pas plein de trucs, personnellement (raciste, antisémite,commençons par ce qui fait bien, mais je ne suis pas non plus passionnée de soutifs ni concernée par les fringues et les marques, en prime je ne suis même pas belle puisque je suis une gouine refoulée féministe poilue bien entendu)
    du simple fait que je ne suis pas ces trucs là, et que je sais très bien quelle est ma position sur ces trucs-là, avec certitude (et après avoir super bien étudié l'opportunité de me faire maltraiter quotidiennement par un morceau de ferraille à hauteur de ma troisième côte tout en compliquant sérieusement la vie de mes partenaires sexuels à coups d'agrafes, par exemple)...
    et bin je ne m'y intéresse foutrement pas.
    du tout.

    mais pas de chez pas, même.
    tu peux me sortir un pur bouquin sur l'histoire du soutif à travers les âges je vais faire "lol" en voyant la couverture à la fnac mais je vais pas le lire.
    (exemple choisi pour sa pertinence, je t'invite insidieusement à te renseigner sur ce thème et à t'affranchir toi aussi de la dictature de la baleine, note comme je suis grande dame, là, de te faire ça si subtilement)

    de même je ne m'intéresserai pas une seconde aux derniers rebondissements concernant la marque de pantalons à la mode cet hiver.

    (rien, un problème de nausée quand je pense aux pays producteurs et à leurs avancées sociales)

    donc, peuple, si tu es aussi convaincu de l'inutilité et de l'absurdité du féminisme que je peux l'être de celle du mot écrit sur l'étiquette de mon vêtement, pourquoi persistes-tu à venir lire ici et ailleurs des choses auxquelles tu n'entends rien et qui somme toute te paraissent fondamentalement dépourvues d'intérêt?

    est ce par ennui?

    c'est tout de même une explication simpliste.

    je crois pour ma part que le féminisme est la première des luttes, la mère de toutes les autres.
    j'entends par là que si on arrivait à rétablir l'égalité entre les deux sexes
    (ou les douze, je sais pas où on en est de l'affaire génétique il me semble que y'a du progrès et qu'on sort un peu du XX ou XY, c'est plutôt chouette, dis voir)
    (je sais ça fout le bordel dans ta pensée m'enfin le jour où on a trouvé que la terre était ronde ça a fait pareil, hein, tout a un prix)
    donc si on arrivait à rétablir cette égalité là, disais-je, j'ai bien l'impression que ça ouvrirait la porte à toutes les autres.
    De sorte qu'on pourrait facilement en conclure, au bout de la chaîne, une équation assez simple :

    1humain=1humain.

    Là on pourrait imaginer un monde où il n'y aurait plus de domination. du tout.
    ni celle des adultes sur les enfants, ni celle des riches sur les pauvres, ni celle de l'amérique sur l'asie qui fabrique ses jeans, ni celle du patron sur l'employé, ni...

    je crois que c'est ce message de fond là qui génère ton intérêt, peuple, pour ce féminisme que tu trouves si dérangeant.

    parce qu'au fond tu ne te sens peut-être pas dominé(e) par le simple fait de ton genre...mais tu te sais dominé(e) par le fait bien d'autres choses. ta naissance, ta condition sociale, ta réussite ou non avec les critères que l'on sait, ton âge, ta santé...

    (complète, la liste est longue, déjà je squatte grave la page là)

    tout ça pour te dire que je t'invite, ô anti-féministe qui n'aime pas les femmes poilues, à réfléchir sur ta position et sur l'intérêt que suscite, presque malgré-toi, ce site comme d'autres d'ailleurs.

    il se pourrait que tu finisses par admettre que le féminisme, même si tu ne l'avais pas compris jusqu'alors, est porteur d'un espoir qui te touche si profondément que tu souffres de ne pas le comprendre.

    Pour élargir le thème de cette réflexion je te propose de profiter de ce que tu es né dans ce beau pays qui a pour seul avantage de rendre obligatoire la philosophie et de mettre cet enseignement à profit en lisant le dernier Rifkin, "nouvelle conscience pour un monde en crise, vers une civilisation de l'empathie".
    Je suis sûre qu'après tu comprendras beaucoup mieux un tas de choses.

    (et pis tu verras c'est fun les humains des hautes sphères payés pour penser ont enfin découvert ce que tu savais depuis longtemps parce que tu as quand même vu Lassie chien fidèle sur ta télé, à savoir que les chiens sont des animaux empathiques. sisi. ayé on tient le bon bout, limite on devient un animal intelligent.)

  56. @pupuce superbe commentaire, pertinent et superbement écrit (bien mieux que l'article du dessus par ailleurs)
    du coup je reviens (au risque de paraître lourd encore)
    Je vais paraître cynique mais le riche aura toujours un ascendant sur le pauvre, l'adulte sur l'enfant.
    Je me sens dominé en rien, ni le genre, ni l'âge ou quoique ce soit d'autre par ailleurs, je ne suis pas anti féministe et j'aime les femmes poilues bien que cette dernière information soit sans interêt ici.
    Et pour répondre à ta question première, le féminisme m'interesse, car je suis contre les injustices en général, ce que j'ai critiqué jusque maintenant c'est la forme prise par le discours de @valerie et de certaines autres ici

  57. Pupuce, je crois que je suis amoureuse de toi

  58. "Si je dis contre le sexisme à l’encontre des femmes, contre la misogynie, pour l’égalité des droits, des choix et des chances entre hommes et femmes tu comprends mieux?"

    Non.
    Mais l'explication de Valérie m'a suffit (et m'a conforté dans mon opinion).
    J'ajouterai juste que le lien est exactement le même avec les hommes.

  59. @Clemmie moi pas (je suis fidèle) mais j'avoue que son commentaire est top !

  60. merci à toi, ô plèbe.

    ;)

    oui bon ça va je ramasse mon mépris.

    ceci dit, quand même, notez :
    moi, je fais pas un site féministe. je ne suis pas confrontée à ds réactions épidermiques tous les jours. si je devais l'être, je crois que je serais vachement moins patiente et polie (de la même manière que je suis vachement moins sympa avec mes mioches quand je suis en vase clos avec eux pendant 60 jours non stop que pendant l'année scolaire, pendez moi haut et court je suis une mère indigne j'assume).

    le militantisme et l'activisme sont des choses qui exposent. et qui usent. je suis personnellement tout à fait admirative de la persistance de valérie dans cette voie.
    à saplce non seulement je dirais des connasses et gros lourdeau à longueur de journée mais j'aurais lâché le blog au bout d'une semaine.

    empathie toujours, quoi...ça change la face du monde et la compréhension des réactions d'autrui, je vous jure, essayez, ça coûte pas grand chose.

    @erwik:
    reste fidèle je te jure je vais bien toute seule et j'ai une passion pour les jeunes éphèbes en prime.
    sinon si tu ne te sens pas dominé c'est parce que très probablement jusque là ta vie a été cool avec toi. je ne voudrais pas t'affoler mais y'a des chances que ça ne dure pas.
    je te souhaite aucun mal, hein.
    m'enfin.
    tu es né mâle dans un pays machiste, tu m'as l'air d'une csp pas maltraitée, et à première vue t'es en bonne santé, c'est cool.
    toutefois...je veux pas t'affoler ni te déprimer mais y'a des chances pour que tu vieillisses. y'a des petites probabilités aussi pour que tu sois malade un jour. ou accidenté. ou largué. ou foutu au chômage.
    think.
    think again.
    love sur ta face.

  61. euh non erwick, j'ai bien bien compris que t'as peur pour ta femme seule le soir, comme j'ai peur pour mon mari seul tard le soir, comme j'ai peur pour une de mes amies tard le soir que donc je la raccompagne.
    Je pense qu'on a assez fait le tour pour comprendre que le problème est pas une femme ou un homme tard le soir, mais "quelqu'un seul" tard le soir.

  62. @pupuce bordel tu veux me démonter le moral?
    je touche du bois pour que tout ça n'arrive jamais ! (sauf vieillir, si possible sans trop d'al zheimer ni parkinson)

    oui c'est ça @enfantgatee mais @valerie continue de penser (à tord?) que c'est pour faire peur à la pauvre femme pour pas qu'elle sorte seule

  63. bon qui monte le club du "pupuce doit créer un blog" ?

    erwik ; explique où je t'empêche d'inviter ta femme au restau ? mais vraiment. où as tu lu ca.
    - re-explication - Notre société conditionne les gens selon leur sexe ; elle explique par exemple que l'homme doit payer. Et la femme, forcément, doit bien offrir autre chose en échange de ce paiement. Pourquoi faudrait il forcément que lorsque tu rencontres une fille, ca soit toi qui invites ? ou que ca soit toi qui offres les fleurs ? ca peut, bien sûr. mais pourquoi systématiquement ? et bien c'est le cas qu'on rencontre souvent.

    Je crois ensuite ne pas t'apprendre que tu es noir. Scoop ; il y a du racisme en France. Ca fait quelques 500 ans qu'on nous apprend à nous autres blancs, qu'on vaut un peu plus que toi. qu'on est plus intelligent. en revanche tu cours plus vite.
    Si toi et moi on passe un entretien d'embauche, ce coup ci le sexisme laisser la place au racisme ; il y a de grandes chances qu'on m'embauche et pas toi. Parce que tu es noir.
    juste pour ca.
    alors ne te sentir dominé en rien... ben ca m'assoit.
    Parce qu'on est dans un pays foutrement raciste et que tu fais partie d'une minorité.

    la suppression du genre c'est que le sexe n'apparaisse plus dans les papiers administratifs. je mets le sexe au même rang que la race ; une classification sociale (ouhla que dis je). je ne voudrais pas voir ma """race"""" apparaitre sur un papelard administratif, idem pour mon sexe. aucune pertinence.

    "Si je m’occupe bien de ma femme, m’inquiète pour elle et fait tout pour qu’elle ne manque de rien et soit heureuse, c’est du sexisme?"
    ben.. quand tu dis "elle ne manque de rien" tu te montres comme le pourvoyeur d'argent qui la nourrit et l'habille. ca n'est peut-être pas cela que tu veux dire mais c'est l'impression que cela donne.

    sur tes inquiétudes (face au viol). Oui on risque d'être violé. Mais
    1. le plus grand nombre de viols est commis par des personnes connus de la victime, pas des inconnus.
    2. les choses marrantes c'est dehors. on ne va pas se priver de faire des trucs parce que putativement un mec peut nous violer. la peur doit changer de camp et ca n'est pas qu'un slogan.

  64. @erwik je crois que le truc c'est que pour que ça ait l'air plus universel ta trouille du soir (désolée ça me fait penser au film Rrrr tu sais "ça va être tout noir" tout ça, la peur ancestrale de l'obscurité, ça me fait loler) faudrait qu'on sente que toi aussi, seul le soir dans la rue, t'as les jetons.
    comme ça on comprendrait que c'est pas parce que c'est une femme que t'as les jetons pour ta femme.

    (et je lolerais toujours autant de la peur ancestrale de l'obscurité mais ça c'est mon côté démoniaque et asocial)

  65. ah et encore une chose erwick, c'est exactement le point que je soulève. Je "milite" pour que les femmes réclament plus et s'affirment plus dans la négociation de leurs conditions de travail, et non pas que les patrons leur donnent tout sur un plateau d'office.
    Un patron n'est pas forcément sexiste de base. Mais par contre, il applique beaucoup plus largement la règle du "qui ne demande rien n'a rien".

    Valérie, je pense que c'est lié en priorité aux deux raisons que j'ai citées parce que c'est mon quotidien de patron (et de femme). Mais effectivement, ça n'empêche pas toutes les autres raisons.

    Je pense que parfois, une grosse partie des "discriminations" dont nous faisons l'objet sont des inventions pures et simples de nos esprits, et qu'elles se concrétisent au quotidien parce que nous sommes plus ou moins installées dans un fatalisme du "c'est censé être comme ça donc je ne vais pas voir si je peux le changer", ou "c'était comme ça avant, bah ça a pas changé donc je vais même pas vérifier".
    Typiquement, oui les femmes étaient considérées comme valant moins qu'un homme au travail, oui les femmes statistiquement gagnent toujours 30% de moins, ben alors je vais demander 30% de moins. C'est de l'auto-détermination. Mais je vais tout de même aller me plaindre de gagner moins que mon voisin. Et sortir les statistiques pour appuyer ma cause et mon auto-discrimination que j'entretiens.
    Ben d'abord, tu réclames la même chose que ton voisin, et si on te le refuse, là tu peux te plaindre. Mais je suis sure qu'on serait agréablement surprises de voir que des refus, il y en aurait beaucoup moins aujourd'hui que ce que l'on s'imagine.

  66. @valerie je suis grave tanche déconditionnée moi j'ai même pas fait gaffe qu'il était noir le mec.
    sérieux

    (nan mais ça m'arrive tout le temps j'ai un pote il a une gamine handicapée j'avais rien remarqué jusqu'à ce qu'il me le dise plus que clairement)
    (je me soigne)
    (et nan je veux bien arrêter d'emmerder les autres mais pas ouvrir un blog, la plèbe m'a déjà suffisamment dégoûtée de la vie je peux pas m'exposer davantage )
    (et sinon bah ouais ya des noirs dominants qui souffrent pas du racisme. question de csp, beaucoup, je crois)
    (mais ne pas connaître une domination ne dispense pas d'empathie pour les autres, sinon on filerait jamais une thune à msf)

  67. @pupuce, ça m'arrive oui mais on a souvent plus peur pour l'être aimé que pour soit même, perso me fais parfois quelques frayeurs mais rien de méchant.
    msf c'est medecins sans frontière?
    je leur donne rien à eux, je me cantonne à la ligue contre le cancer (tante qui y a travaille, père qui a eu un cancer des testicules, ça responsabilise) et à la croix rouge (la personne qui démarchait dans la rue a su me convaincre)

    Et franchement tu devrais faire un blog !
    si c'est le coté technique qui t'ennuit, je t'invite sur le mien hihi

    @valerie petite précision à la con je suis métisse et oui y a du racisme mais j'en ai pas encore souffert, j'ai un joli CV et des compétences qui font que globablement j'ai pas eu de soucis à trouver du travail, en dehors de toute considération raciale
    Merci pour les re explications, j'ai mieux compris et le ton est beaucoup plus agréable, merci beaucoup. C'est vrai que c'est pas systèmatique mais c'est souvent que l'homme paye ou offre les fleurs car "ça fait bien", oui faudrait changer ça, mais ça fait plaisir à la femme qui se sent flattée en général et ça conforte le mec dans son égo bien masculin donc bon...
    Par contre suis pas certain que nous autres mâles on fait ça pour tirer un coup hein
    et pour la race, t'as pas sur les papiers mais t'as bien la nationalité et ça n'a fait aucun bruit. Et quand je dis "elle ne manque de rien, je parle pas d'argent, elle a un salaire équivalent au mien, je parle de tout ce qui peut la rendre heureuse, ça passe par la soutenir dans les moments difficiles, l'écouter, l'aider etc etc)

  68. "Par contre suis pas certain que nous autres mâles on fait ça pour tirer un coup hein"
    cela n'est pas ce que je dis. Je dis qu'il y a des règles implicites.
    Prenons l'exemple du calamiteux site adopte un mec. Si tu t'inscris on te demandera la taille de ton appart, si tu as une chaine hi-fi. en bref est ce que tu es riche. si je m'inscris on me demandera ce que je fais en matière sexuelle. tu peux vérifier.
    en gros il est implicitement dit, partout, que l'homme paie et la femme écarte les jambes contre ce fric là. je ne dis pas que toi tu le penses ; je montre juste ce que sont des règles symboliques qui font plaisir peut-être mais qui ont un sens.

    pupuce ; il avait di "mais en tant que grand black, je me trouve moins vulnérable qu’une demoiselle" je suis un génie j'en ai conclu qu'il était noir :p

  69. @valérie ah oué jme ses moins conne je croyais que ça se voyait trop sur l'avatar et que j'avais encore merdé avec ma myopie. en fait j'ai juste manqué de l'info. c'est pire.
    i'm digging the hole of shame, back soon.
    ;)

  70. Vous m'faites marrer parce que l'égalité salariale vous n'arrivez pas à l'obtenir du coup vous faite du vent en faisant croire que vous faites quelque chose pour les femmes, alors que tout ce qui vous intéresse c'est votre propre gueule et vos propres ambitions ...

  71. @valerie aaaah le site est bloqué au boulot (sites de rencontre, contenu explicite) mais je m'y étais inscrit à l'époque de sa sortie y a des années déjà. Je pense sans vouloir parler aux nom des proprio de ce site, qu'il s'agit de second degré !
    Pour les règles implicites, faudrait pouvoir les décortiquer, je pense pas que chaque femme ou homme ait ça à l'esprit quand on offre des choses ou autre

    @Mimine ça c'est pas très gentil et ça apporte rien au débat ça

  72. erwik ; le problème est que le second degré lorsqu'il attise des clichés finit par ne plus en être.
    et bien sûr que les gens n'ont pas en tête l'implicite de règles sociales ; c'est pour cela que je n'ai pas dit qu'un homme qui paie un restau attend une pipe.

  73. ah le 2eme degré.
    et le 3eme.
    et les autres.
    faut quand même s'en méfier parfois.

    Et quand la vérité n'ose pas aller toute nue, la robe qui l'habille le mieux, c'est l'humour.
    [Doris Lussier]

  74. @valerie : bah moi je trouve le concept marrant et original (genre le mec est une marchandise et tout), jamais cru que c'était serieux

    @pupuce ça se voit sur mon avatar ^_^

  75. Par rapport au viol, y' un point intéressant vis-à-vis du langage. On ne dit pas fréquemment "être violé/e" mais plutôt "se faire violer". Je n'sais pas pour vous, mais pour moi ça sonne comme une petite notion de responsabilité, tout ça. Mignon, en somme...

    Concernant les salaires et les discriminations en général, c'est tellement ancré dans la société et dans les moeurs (qui n'a jamais croisé une femme trouvant ça tout à fait normal de faire toutes les tâches ménagères, cuisine, etc, pendant que son mari se grattait les couilles devant la télé ?) que ça va être très long à faire changer. Personnellement, jn'arrive pas à comprendre comment on peut se complaire dans un statut social inférieur, mais bon...

  76. @loulou très pertinent le coup du langage et non j'avais jamais fait gaffe.
    C'est comme cet enculé (pardon de la grossiereté de mes propos) de flics qui dit à des jeunes filles violées qu'elles auraient du s'habiller moins léger, ça serait pas arrivé. De quoi je me mêle et puis une femme devrait pouvoir se balader à poil un doigt dans la chatte (encore désolé pour ma vulgarité) sans que je la touche si cela lui chante non mais

    on ne se complait pas je pense dans un statut social inférieur, mais devant la difficulté de sortir de ce statut, certains baissent les bras...
    suis pas toujours fan des feministes dans la forme (genre montrer ses seins pour protester, ça va deux minutes) mais dans le fond si ! et bien content que @valerie et ses confrères essayent de bouger les choses (à leur échelle bien sur)

  77. @erwik c'est un truc tendancieux adopte un mec.
    ça valide des archaïsmes (en effet ya qu'à voir le contenu des fiches...)tout en prenant des airs de truc sympa pour les meufs qui retourne le problème.

    en fait c'est super pervers. y'a une double contrainte, à la fois tu acceptes d'être un produit mais tu marques bien ton niveau socio économique comme argument de "vente", et la nana à la fois elle peut se la jouer cliente qui décide à la fois elle doit consentir à se faire valoir par ses orientations et pratiques sexuelles...

    c'est un peu le discours des nanas qui se disent super émancipées parce que "les mecs au final on les mène par le bout de la queue".

    c'est assez dégradant pour tout le monde, au final.
    pas que pour les femmes.
    enfin je sais pas si ça te plaît d'être vu comme une bite à pattes à qui on fait faire ce qu'on veut du moment qu'il est bien sucé mais j'en connais quelques uns (merci les gars, sans vous je serais gouine, adieu quéquette, c'est pas passé loin, lol) que ça énerve.

  78. @pupuce non non bien sur que non !
    mais pour moi adopte un mec c'est un truc délire, j'ai toujours mon compte dessus d'ailleurs je crois, j'ai jamais pensé que c'était un vrai site de rencontre voilà tout, sinon oui j'aurais trouvé ça honteux

  79. bah c'est un vrai site.
    des gens se rencontrent dessus.
    sur ces bases là.

    (mais pour de la rencontre PQR je dis pas ça se pose là comme concept, hein. au moins c'est clair et net, tu sais ce que tu vas faire, et si le mec a une douche ou une baignoire. c'est quand même très...pragmatique)

  80. @pupuce serieux tu connais des gens qui se sont rencontrés ou même qui ont baisé avec ce truc?
    plus pratique meetic quand même (comme dirait une connaissance, double clic tu niques^^)

  81. @Erwik
    Je suis la première à trouver que certaines filles s'habillent vraiment vraiment de façon provocante (et de plus en plus jeune, ça me choque parfois), pourtant lorsque j'entends des témoignages de gens annonçant clairement "c'est sa faute, elle l'a bien cherché", j'ai juste des envies de meurtre.
    Lorsqu'il y a viol, on reporte quasiment toujours la faute sur la victime. "Elle avait une allure provocatrice" "elle l'a aguiché" etc etc. (Notons que j'en parle au féminin puisque le viol sur homme est tout de même plus rare et...plus difficile. Enfin selon la forme.)
    On remarquera aussi que pour "éviter" le viol, c'est la victime qui doit se bouger. L'agresseur ? On ne va même pas lui taper sur les doigts et lui dire "ne viole pas", on préfère dire aux victimes potentielles (car c'est bien comme ça qu'on se sent parfois...) "ne faites pas ci ne fais pas ça parce que vous risquez de vous faire violer". Vive la société !
    Après y'a des limites. On a pas à se trimbaler à poil, qu'on soit une fille ou un mec.

  82. le pragmatisme, ça marche, bin vi.
    nan mais c'est cool, on a le droit aussi d'avoir une sexualité libre et assumée, hein, simplement d'un autre côté si c'est pour un plan cul je m'en tamponne un peu plus encore que le mec soit friqué...
    double contrainte encore une fois, même si on vient pour baiser on se base encore sur des archaïsmes, you-pi...
    même pour la soi disant liberté d'usage de ses fesses de la femme on lui rappelle que si elle a le droit de dire ce qu'elle compte pratiquer, le mâle lui se doit de donner sa condition sociale.

    (et c'est la porte ouverte aux mauvais coups, bordel)
    (à choisir faites des fiches avec un temps de prestation et le nombre de reprises, merci)
    (quoi?)
    (rôôô)

  83. Ce qui me marque le plus dès que les féministes lançent un débat, c'est la profonde ignorance de ceux et celles (?!) qui sont contre.
    Il est tout à fait légitime de ne pas être d'accord.
    Mais les arguments apportés montrent l'ignorance à l'égard des différents féminismes et des problématiques de genre. En gros ils/elles ont une opinion sans jamais s'être renseignés. Ils/elles n'ont jamais vraiment pensé la domination masculine/ le patriarcat/le sexisme. Ils/elles ne connaissent pas les concepts de double standard ou de plafond de verre.
    Ils/elles oublient également les avancées que les féminismes ont apportées.
    Ils/elles ressortent toujours les mêmes arguments, essentialistes, biologisants, conservateurs (au choix ou package complets).
    Et je ne m'étonne plus que les femmes aussi soient machos et/ou sexistes.

    Sinon je suis d'accord sur le machisme/sexisme = racisme = antisémitisme = homophobie. Ils ont en commun de prendre l'autre comme INFERIEUR.

    Cela donne Sale PD = sale arabe = sale nègre = salope (=sale femme)
    On pourrait ajouter le colonialisme, l'ethnocentrisme. (sale indigène, barbare)

  84. @loulou le "à poil" c'était clairement une exagération (quoique, on saute pas les anna sur une plage nudiste non plus, c'est pas bien)

    @Pancake tout à fait d'accord, j'ai jamais dis le contraire, juste fait remarque qu'à mon humble avis
    esclavage != sexisme, en plus d'être pris pour des inférieurs ils étaient vraiment traités en tant que tels par l'ensemble de la population et c'était je pense bien plus violent / malsain / dégradant que les vannes machistes ou l'écart de salaire proné par mes congénères mâles
    et j'avoue que je sais pas ce qu'est le double standard et le plafond de verre, un lien, une explication s'il te plait?
    Par contre je me renseigne autant que peu, et je suis très content des avancées du féminisme, je dis que biologiquement on est différents oui, mais ça empêche pas d'avoir les mêmes droits.
    Je suis ptet vieux jeux / conservateur mais j'aime bien moi la différenciation du sexe (vetements, façon de se comporter, physique etc etc etc), ça fait que j'aime les femmes et pas les hommes entre autre

  85. la seule chose qui empêche de se balader nu dans la rue c'est pas la morale c'est la LOI.
    (attentat à la pudeur, je sais pas les articles par coeur mais bon)
    et la seule chose à faire valoir pour éradiquer le viol c'est aussi la LOI.
    la loi c'est une règle commune qu'on a mise en place très logiquement, non pas parce qu'on se méfiait de notre prochain, mais pour délimiter l'espace de liberté de chacun de sorte de permettre une vie commune, en société, paisible.

    c'est pour ça que c'est important de se battre pour que la loi soit respectée. par exemple pour les petites choses comme mademoiselle mais également pour les choses comme le viol. il ne s'agit pas de bêtement choisir un front de lutte il s'agir de mener une grande bataille qui a commencé bien avant nous et qui vise à garantir l'organisation sociétale et la paix.

    (par extension c'est pas la morale qu'on devrait apprendre à l'école c'est la loi, c'est largement suffisant et depuis le temps qu'on nous répète que nul n'est sensé l'ignorer faudrait peut-être avoir l'intelligence de l'enseigner)
    (je dis ça je dis rien)

  86. Alors excusez moi si je ne vous paraît pas pertinente, voir méchante et non productive sur mon premier commentaire, mais quand je vois cet article ça me donne vraiment pas envie d'être sympa. Quand on prétends défendre une cause on cerne sa clientèle avant de s'exciter à vouloir lui apprendre qui est elle, comment elle doit agir et comment elle trop conne de pas penser comme on pense!

    Ensuite quand j'entends Mme Badinter, grande figure du féminisme français, ayant fait ses griffes au coté de Simone Veil dans la lutte pour le droit à l'IVG, nous faire un coup à la brigitte bardot en étant à deux doigt d'appeler à voter FN parce que selon elle marine lepen serait la seule à défendre la laïcité et que pendant ce temps la relève s'adonne à une lutte ridicule pour une histoire de vocabulaire et insulte celles dont elles sont censée défendre la cause sous prétexte qu'elles n'ont pas à ne pas être d'accord et que de toute façon elles n'y comprennent rien... J'ai comm qui dirait qu'y'a une impression de malaise

    Par ailleurs, si j'avais voulu être juste méchante et idiote je leur aurait reproché qu'il y est encore des femmes battues et violées en france. Mais je ne suis pas assez stupide pour leur en incomber la faute sachant qu'on peut faire ce qu'on veut l'intolérance et la violence feront toujours partie de ce monde. Mais pour la reconnaissance des victimes il y a encore beaucoup à faire même si elles ont déjà gagner des batailles.

    dernière chose quand je pose des questions j'aime qu'on me réponde et pas qu'on me dise "oh ben si tu l'dit"...

  87. Et désolée pour les fautes d'orthographe, je ne me suis pas relue :s

  88. @Erwik

    Mon commentaire ne te visait pas (je n'ai pas lu tes commentaires). Je réagissais sur les critiques contre les féminismes/féministes en général.

    Sur les différences biologiques, oui on est différent.
    Mais le problème de la différence c'est qu'elle est toujours hierarchisée. L'un mieux que l'autre. L'un a plus de droits que les autres (je crois qu'en France, on a une égalité des droits, mais elle est très très très récente - à l'échelle du temps de l'Etat - elle est donc une exception), mais ça n'est pas partout le cas. Et le fait d'avoir des organes génitaux qui permettent de mettre au monde peut se payer très cher dans certain pays. Donc oui différence, je la reconnais, je la vois, mais elle sert trop souvent d'alibi aux inégalités.

    Quand aux différences de genre (habits, postures, heures de ménage) je suis tout à fait contre.
    Si je pouvais porter des jupes sans que cela ne suscite des réactions hostiles, des commentaires, des étonnements, je le ferais sans hésiter. Seulement je suis trop faible pour cela. Ca me rappelle le combat des femmes pour porter le pantalon au début XXème. Et je crois qu'un texte est encore en rigueur pour réglementer le port - il n'est plus appliqué. Qu'on oblige des femmes à porter des jupes au travail me choque. Qu'on oblige des femmes à ne pa

  89. au pire ne pas être calé en féminisme ok, bon...
    mais ignorer la loi et ne pas avoir de bases en philosophie ni en politique là ça devient quand même du laisser aller intellectuel...
    ce que valérie dit très bien d'ailleurs: la politique c'est ce qui fait ton quotidien.
    la loi aussi, c'est ce qui définit ta liberté par rapport à autrui.
    la philo c'est le fondement de l'explication de ces deux choses et de leurs principaux courants de pensée.
    des gens se sont battus pour ça soit enseigné en terminale, quand même, on est le seul pays à le faire, faudrait pas croire que le but était seulement de faire chier les bacheliers.

    donc bon, ignorant en féminisme, je dis pas mais ça veut dire ignorant en politique, ignorant en philosophie...c'est un peu comme ignorant en histoire (et vu les dégradations du climat social au delà des dégradations de la condition féminine on peut se demander si trop de gens ne le sont pas)...
    c'est pas supposé exister, en fait, dans un pays qui affiche 80% de bacheliers sur trois générations.
    faut se reprendre, là, les gens.
    si les féministes doivent se justifier en permanence en reprenant toutes les bases historiques philosophiques et politiques c'est sur qu'on n'a pas le cul tiré des ronces et que ça peut pousser à perdre patience, vi.

  90. Mimine ; d'où mon "On peut ne pas aimer certaines formes de féminisme, on peut ne pas aimer certaines féministes mais il me semble complètement idiot de ne pas « aimer » le féminisme."
    et je te rappelle que Veil est sarkozyste. aussi.

    "Quand on prétends défendre une cause on cerne sa clientèle avant de s’exciter à vouloir lui apprendre qui est elle, comment elle doit agir et comment elle trop conne de pas penser comme on pense!"
    encore une fois. est ce que tu me tiendrais le même discours si je m'expliquais contre les racistes ou les antisémites ? me dirais tu que je suis intolérante de ne pas les comprendre ? alors pourquoi veux tu que j'agisse différemment ici.

    " la relève s’adonne à une lutte ridicule pour une histoire de vocabulaire"
    une partie de la relève. c'est à dire deux associations.
    et celle qui insulte c'est moi. qui ne fait pas partie de ces associations et ne suis même pas du même féminisme qu'elle.

    "Par ailleurs, si j’avais voulu être juste méchante et idiote je leur aurait reproché qu’il y est encore des femmes battues et violées en france. Mais je ne suis pas assez stupide"
    ben en fait.. tu dis un truc pour dire que tu le dis pas. curieux.

  91. Donc j'en viens à reposer ma question : les féministes défendraient elles toujours la cause des femmes ou n'agiraient elles que pour leurs ambitions personnelles et pour combler leur frustration?

  92. @Erwik

    Mon commentaire ne te visait pas (je n'ai pas lu tes commentaires). Je réagissais sur les critiques contre les féminismes/féministes en général.

    Sur les différences biologiques, oui on est différent.
    Mais le problème de la différence c'est qu'elle est toujours hierarchisée. L'un mieux que l'autre. L'un a plus de droits que les autres (je crois qu'en France, on a une égalité des droits, mais elle est très très très récente - à l'échelle du temps de l'Etat - elle est donc une exception), mais ça n'est pas partout le cas. Et le fait d'avoir des organes génitaux qui permettent de mettre au monde peut se payer très cher dans certain pays. Donc oui différence, je la reconnais, je la vois, mais elle sert trop souvent d'alibi aux inégalités. Et d'explications biologisantes aux comportements.

    Quand aux différences de genre (habits, postures, heures de ménage) je suis tout à fait contre.
    Si je pouvais porter des jupes sans que cela ne suscite des réactions hostiles, des commentaires, des étonnements, je le ferais sans hésiter. Seulement je suis trop faible pour cela. Ca me rappelle le combat des femmes pour porter le pantalon au début XXème. Et je crois qu'un texte est encore en rigueur pour réglementer le port - il n'est plus appliqué, mais ils ont refusé de l'abroger. Les symboles sont importants, ils auraient dû le faire.
    Qu'on oblige des femmes à porter des jupes au travail me choque. Qu'on empêche des femmes à se promener en burqa me choque. Il faut toujours qu'on dise aux femmes comment s'habiller. Mais lâchez-les bordel !

    le double standard, c'est le fait qu'un même acte soit regardé différement selon que l'acteur soit homme ou femme.
    plafond de verre : plafond transparent, invisible qui empêche de gravir les échelons d'une hierarchie.

  93. En fait je donne un exemple de ce que je pourrais penser, à l'instar de certaines qui, je l'ai vu l'autre jour sur twitter t'ont reproché. C'est elles que je traite d'idiote.

  94. @Mimine c'est valable pour à peu près tout, ça. les syndicalistes défendent-ils toujours les travailleurs? Crozemarie défendait-il les intérêts des cancéreux?
    bref.

    pour autant même en agriculture on évite de sacrifier tout le troupeau pour une brebis galeuse.

  95. "...alors pourquoi veux tu que j’agisse différemment ici." Les femmes dénigrant le féminisme sont des idiotes c'est un fait. Parce que renier le féminisme revient à cracher sur ses propres droits. Cela dit, ce que je te reproche c'est de ne pas te montrer plus intelligente que celles là. Parce que la plupart des nanas avec qui j'ai l'occasion de discuter reproche au feminisme ce que je lui reproche aujourd'hui : de ne plus être en phase avec les femmes. Pour elles vous ne les représenter plus.

    Pour Simone Veil, je sais qu'elle est Sakozyste, où est le mal? (moi perso Sarko me sort par les trou de nez mais bon) Badinter vente les mérites de LePen c'est quand même autres choses (enfin pas trop mais bon c'est pas le sujet).

    Pour le reste je suis d'accord avec ta mis au point, mais je reste sur mon avis concernant le brassage de vent. Et ce n'est pas faute de comprendre où vous vous voulez en venir, je suis pas d'accord c'est tout. Je reste persuadée qu'a trop vouloir faire le buzz et resté dans le top 10 des médias vous perdez en crédibilité. Surtout au près de celles qui devraient être solidaire avec vous.

  96. Bonjour,

    J'ai lu les différentes interventions et j'ai une petite remarque à vous faire sur cette phrase : "Est ce que tu me tiendrais le même discours si je m’expliquais contre les racistes ou les antisémites ?"

    Et bien pour ma part ça dépend du contenu.

    Si par exemple vous dites qu'il faudrait que les blancs se fassent cramer au soleil ou que les noirs, jaunes, ... doivent se décolorer la peau pour érradiquer toute sorte de racisme, je pense que oui j'aurais quelquechose à dire.

    Et là c'est un peu comparable, oui il faut erradiquer le sexisme, et non pas toutes les façons de faire sont bonnes. Et s'il y a des personnes qui ne sont pas d'accord pour traiter le sujet de la même façon que vous, ce ne sont pas pour autant des antiféministes.

  97. @Mimine
    Bizarrement, quand on parle de féminisme, y'a toujours cette idée de frustration qui revient dans les arguments adverses. Toujours trouvé ça con. T'es pas contente, donc t'es frustrée, CQFD.

    Toujours est-il que si certaines femmes étaient très contentes dans le temps, à faire des gosses à la chaîne, à ne pas bosser, et à trouver ça tout à fait normal, à ne pas envisager un seul changement, l'accès à la contraception, à l'avortement et à l'éducation a été une véritable révolution qui a considérablement amélioré leur vie. Et à l'époque, je suppose que ces combats aussi on les trouvait complètement cons.

    Contrairement à avant, on est beaucoup plus proches d'une certaine égalité. Cependant, il reste encore et des détails et des choses importantes. Faut s'occuper de tout, du petit comme du gros.
    Même si concrètement, le fait qu'on m'appelle mademoiselle ou madame, je n'en ai rien à secouer, je considère qu'il est important de mettre homme et femme sur un même pied d'égalité par rapport à l'administration française. Même si ça peut paraître tout à fait symbolique, c'est un de ces détails qui, une fois mis avec d'autres, finit par faire un gros tas.

    @Pancake Maurice
    Concernant la burqa, c'est tout de même particulier. Dans l'absolu moi je m'en fous, toujours est-il que quand on va dans un pays musulman on nse trimballe pas avec une mini-jupe par respect pour la culture du pays, ce serait appréciable que l'effort soit réciproque. Le foulard ne me dérange pas, la burqa est par contre une véritable main mise de l'homme sur la femme..."ton corps est exclusivement à moi et tu dois le cacher au reste du monde", vlà la liberté.

  98. "celles qui devraient être solidaire avec vous"

    mesdames faute de solidarité avec les féministes je vous en conjure ayez le minimum de solidarité entre vous.
    ce sera déjà un début.
    (quelqu'un a le lien vers les premiers exemplaires de "le torchon brûle"? c'est vieillot peut-être mais je jure que moi ça m'a bien parlé...)

  99. @pupuce c'est pas faux. Et j'ai déjà tenu le même discours à un responsable syndicale de ma région.
    Le problème c'est que des qu'on obtient un certaine notoriété, on en oublie d'où on vient.

  100. merci Joelle :)

    @Loulou : faut pas tout confondre. Sinon pour le reste comme je l'ai déjà dit je suis favorable à Homme/Femme et basta...

    @pupuce : personne n'est solidaire avec personne dans ce bas monde malheureusement. Les gens pensent qu'à leur gueule et leur écran plat... même leur gosses, ils les laissent à la consigne!

  101. mimine ; pourquoi dis tu "vous" ? encore une fois je ne suis pas dans ces associations. j'en suis même plutôt très éloignée.
    et de quoi serions nous frustrées ? :) .
    maintenant revenons sur ce buzz. Voici ce que moi j'en comprends.
    les assocs ont bien compris que le féminisme est à la mode. que ca sera un des enjeux de 2012. elles ont compris qu'il faut faire parler, à tout prix, en bien ou en mal. (et dans le cas du féminisme c'est souvent en mal. même quand franchement c'est un sujet mainstream).
    perso je suis puriste mais c'est être un peu conne car ca n'est pas comme ca qu'on obtient des choses.
    OLF obtiendra plus certainement des trucs via leur buzz.
    alors on peut déplorer que la politique et le féminisme en soient là. mais faut aussi faire avec.

    " Cela dit, ce que je te reproche c’est de ne pas te montrer plus intelligente que celles là."
    1. si tu lis d'autres articles du blog, tu verras que je ne suis pas tjs aussi enervée.
    2. sauf que ces deux articles ont fait plus de vues que ne feront jamais un article hyper argumenté avec citations et autres. encore une fois, la com' toujours la com...

    joelle ; je crois que je n'ai pas compris ton com.

  102. pupuce ; j'en ai des numéros que je m'etais promise de scanner; y'a dix ans.
    ...

  103. @Erwik --> "Pour les règles implicites, faudrait pouvoir les décortiquer, je pense pas que chaque femme ou homme ait ça à l’esprit quand on offre des choses ou autre"
    Euh ben c'est bien le concept de implicite, quoi.
    C'est pas qq chose de conscient exprimé exactement dans ces termes, mais c'est qq chose qui est intériorié, à défaut d'être admis.

    Tu ne m’en voudra pas d'extrapoler sur ton cas, je ne te connais pas donc ce n'est pas un jugement, mais dans tout le dialogue qu'il y a eu dans ces commentaires, on est dans le stéréotype du « C’est pas moi m’dame l’agent »
    Je m’explique : le patriarcat est un système de domination d’un groupe (les femmes) par un autre (les hommes). – oui je suis en train de lire C Delphy en ce moment :p . On est pas en train de dire que TOUTES les femmes sont des esclaves et que TOUS les hommes sont des machos oppresseurs. On dit juste que c’est comme ça que marche la société dans laquelle on vit.
    On a quand même fait des progrès et même s’il reste des connards(sses) la majorité des gens pensent que l’égalité homme/femme est un principe qui va de soit (comme l’égalité noir/blanc). Le problème c’est que les faits sont têtus et que les habitudes ont la peau dure.
    On trouve donc un tas de mecs (et de femmes) pour dire : « je suis pour l’égalité MAIS respectons nos différences ». Ce qui débouche qq années plus tard sur « Je laisse ma femme s’occuper des enfants elle est teeeeeellement plus douée que moi pour ces choses là, d’ailleurs je l’admire pour ça, moi j’ai pas la patience ». Ou alors « Je veux bien donner un coup de main pour le ménage mais souvent elle dit que je fais pas bien/ j’ai pas eu le temps de me rendre compte que c’était sale qu’elle l’a déjà fait (hihihi) / je comprends rien à ces conneries de linge qu’il faut laver à des températures différentes »- rayez les mentions inutiles.
    Donc on peut tout à fait aimer et respecter sa femme, désapprouver de voir des filles à poil à longueur de publicité, soutenir les déclarations de principes pour l’égalité et laisser cette femme qu’on aime / respecte / câline et console se taper les ¾ des corvées de la maison et du soin aux enfants avec sa belle conscience tranquille.
    Et ensuite venir demander innocemment de quoi les femmes se plaignent alors qu’on est tellement sympas, aimants et respectueux avec elles. C’est sans doute ce gros con de beauf de voisin qui plombe les statistiques parce que nous, non, au grand jamais….
    Ce qui compte au final, ce sont les actes.

  104. @Malicia Pour l'implicite, je connais le concept mais logiquement on doit pouvoir l'expliquer, à l'image des essais litteraires de quand on était au lycée ou à la fac pour les non scientifiques
    Et effectivement ton extrapolation est très loin de mon cas, au niveau des corvées on se partage tout, sauf eventuellement quelques particularités
    genre madame détesteeeeee le repassage, bin c'est moi qui m'en occupe comme ça, gratuitement pour faire plaisir.
    A l'inverse, on a pas encore d'enfants mais changer les couches m'effraie et me dégoute (pour le moment), je serai ravi qu'elle le fasse du coup (ou qu'elle m'aide à dépasser mon apréhension mais c'est pas si simple)
    Et les différences je continue de penser que doit y en avoir un minimum, ne serait ce que les mecs torse nu en été ça passe, une nana torse nue c'est vite indécent, ou continuer de séparer les genres en sport (j'imagine mal un match de rugby mixte excusez moi)

  105. OLF agit comme greenpeace... Mais greenpeace a mauvaise pub en ce moment et n'a jamais obtenu la fin du nucléaire... d'ailleurs ils n'ont jamais obtenu grand chose de concret (c'est une ancienne qui te dis ça) et en plus on leur a fait sauté un bateau!

    Je dit vous quand je parle en général par opposition à moi. Après si je te mets dans un sac où tu ne te retrouve pas j'en suis désolée...

    Je me suis un peu balader sur ton blog et je me suis rendu compte que le ton était pas le même sur tout les articles :) Y'en a deux trois que je voudrai commenter d'ailleurs ...

    Dernière chose je ne suis pas contre le féminisme mais mon point de vue est différent sur pas mal de sujet donc je ne m'en revendique pas. Mais je n'en reste pas moins solidaire la plus part du temps. Si tu as lu mon article tu dois le savoir (puisqu'en plus j'ai repris ton intro.)

  106. Bien sûr qu'on peut l'expliquer. On le fait depuis plus d'un siècle. Y'en a même qui ont écrit des bouquins entiers pour expliquer que le mariage, en tant qu'institution, est un système prostitutionnel (surtout à l'époque ou l'homme était le seul pourvoyeur) ou d'exploitation.

    Mais moi je te parle d'un système, et toi tu répond toujours par ton cas personnel. C'est un moyen très efficace de faire dévier le débat et d'éviter de remettre en question l'ordre "naturel" des choses.

    Quand à la décence... c'est une notion éminemment subjective. Un code social. Et sexiste. Comme d'interdire aux hommes de venir travailler en bermuda quand il fait 40°C (c'est vrai qu'un mollet poilu, ça frise la perversion).
    D'ailleurs, y'a aussi des gens qui militent pour le droit aux seins nus dans les piscines municipales. :-)
    Tout ce que ta remarque et le choix de ton exemple démontre, c'est à quel point les stéréotypes sont profondéments ancrés.

  107. @erwik:
    "changer les couches m’effraie et me dégoute (pour le moment), je serai ravi qu’elle le fasse du coup (ou qu’elle m’aide à dépasser mon apréhension mais c’est pas si simple)"

    lol!

    nan mais tu sais ce qu'est magique avec l'implicite? c'est que tu te retrouves à être le monsieur jourdain du machisme.

    alors que tu es de bonne volonté, hein, j'en doute pas.

    m'enfin tu pars de loin, t'es pas rendu.

    tu vas rire mais le contenu d'une couche (la merde, pour les intimes) dégoûte un peu tout le monde.
    sisi.
    l'appréhension est la même pour tout le monde face à une merde.
    je te jure.
    (nan les scatophiles c'est pas le moment d'intervenir)
    commence par là, et revois ton raisonnement.
    et tu vois c'est magique, c'est comme ça sur beaucoup, énormément, de sujets.
    tu es macho sans le savoir.
    navrée.

    (si ça peut te rassurer certaines femmes sont soumises sans le savoir aussi, hein)
    (ce qui explique les réactions épidermiques etc etc, on va pas tout refaire, quoi)

  108. @pupuce :D
    C'est plus direct que mon long post, mais c'est bien là que je voulais en venir.

  109. je suis réputée pour mes gants et mes pincettes.
    hem.
    laule.

  110. "genre madame détesteeeeee le repassage, bin c’est moi qui m’en occupe comme ça, gratuitement pour faire plaisir."
    tu plaisantes quand tu écris ca j'espère ?
    je préfère demander avant de véritablement m'enerver.

  111. @pupuce non non ça n'a rien à voir, elle a une filleule et elle est déjà passé outre ça elle, mais oui si je dois m'en occuper je le ferais.
    C'est pas parce que c'est une femme, c'est parce qu'elle a déjà fait, ça n'a rien à voir
    pour le deuxième ou troisième, pas de problème vais gérer à mort hihi

  112. ah ben si elle est déjà passée outre. "si je dois m'en occuper".
    oui donc non il ne plaisantait pas pour le repassage. il fait ca pour faire plaisir.

  113. La vache, on est en 2011 et quand je lis certains commentaires je pleure des larmes de sangs ...

    Quoi qu'il en soit je n'oublie pas qu'il y a quelques années grâce à toi j'ai pu m'ouvrir à une pensée qui n'est pas si évidente à avoir pour un mec dans le monde dans lequel on est, même quand on a tous ses neurones (être brossé dans le sens du poil entretient souvent la paresse intellectuelle).

    Alors juste un petit coucou pour te dire que tout n'est pas vain, et que la patience, même sur des commentaires parfois paie ;)

  114. * j'encadre ce com et je le mets en 4 par 3 *

  115. @Valérie : et pourtant je m'exprime parfaitement bien. Votre réaction est si puerile !

    Mon âge me permet de vous dire que le féminisme d'antan était bien plus sérieux. Non on ne trouvait pas "ça" normal, mais on n'avait pas suffisement d'armes. Aujourd'hui vous avez des armes et personne ne sait s'en servir correctement. Et puis c'est un peu dangereux de les retourner contre soi même.

  116. hein ? bon ben ok.

    (je n'ai réellement pas compris).

  117. @erwik : je prends la discussion en cours mais si ça ce peut vous rassurer comme le dit pupuce, ça dégoute tout le monde les couches! Mais quand il s'agit de son enfant c'est différent. Après il y a des hommes qui n'y arriveront jamais comme des femmes qui ont un sommeil si lourd qu'elles ne se réveille pas la nuit quand bébé pleurent... (mon cas par exemple). D'ailleurs pour les couches, avant ma fille, ça me dégoûtait tellement que, travaillant en crèche, je m'exclipsais à chaque fois qu'un petit livrait un colis surprise :p

    Et puis pourquoi on prend toujours les couches en exemples? Pourquoi un homme devrait au prétexte du partage des tâches changer les couches, y'a plein d'autre chose à faire avec bébé comme par exemple se lever la nuit pour laisser la maman dormir, s'en occuper tout simplement pour la laisser souffler surtout à la sortie de la maternité (le congé de paternité c'est top!) etc... Et puis si la maman allaite les couches n'ont pas du tout la même odeur (bon ça sent pas le n°5 pour autant mais c'est plus supportable) qu'un bébé nourrit avec du lait artificiel.

  118. Pour les tâches ménagères, étant donner que je suis maman au foyer (à la recherche d'un emploi... mais pas trop grosse feignasse moi) ben ça m'gène pas qu'il me laisse le repassage et le plus gros du ménage. Tant que quand il est là il me file un coup de main et surtout s'occupe de sa fille. Du coup c'est très bien comme et ça m'arrange, j'aime pas l'avoir dans mes patte constamment, un an l'un sur l'autre ça suffit! Et puis j'vous avouerais que c'est mieux quand c'est moi qui le fait au moins je retrouve les truc! Nan mais je lui dit pas comment il doit faire à son boulot il vient pas me dire comment je dois faire une machine! Du coup ça roule et la petite est contente parce qu'elle a son papa pour elle et moi j'les vire de l'appart et j'ai du temps pour moi!

    De toute façon il aurait pas accepter le deal je pense qu'on ne serait plus ensemble. Un mec qui fout ses pied sous la table sous prétexte qu'il bosse pour payer le loyer, non merci! Autant me foutre au alloc et avoir moins d'assiette à laver!

  119. @Valérie : je crois que ce qu'elle veut dire c'est que les féministes des années 70 (voire avant) étaient plus sérieuse qu'aujourd'hui... Aujourd'hui elles se dispersent et se désolidarisent les unes des autres et du coup ça n'aboutie un rien

  120. Joelle, quand on n'approuve pas une action qui va dans le sens du féminisme on peut parler d'anti féminisme. c'est logique, pas pour, c'est contre, en gros.

    ne pas vouloir supprimer l'appellation mademoiselle c'est du pur anti féminisme primaire.
    j'attends toujours un argument solide, autre chose que "j'aime bien je me sens jeune et belle (et pucelle?) quand on me le dit".
    (pis t'aime bien mais moi ça me pourrit la vie alors t'es gentille fais toi appeler mademoiselle ou ce que tu veux dans ton lit mais pas sur les formulaires qui concernent tout le monde, cimer)

    une fois cette chose placée, le féminisme d'antan était peut-être différent mais faut aussi rendre à césar ce qui lui appartient, les femmes qui le faisaient avaient une autre trempe aussi. elles venaient de sauver le pays du naufrage économique en faisait tout tourner seules pendant la guerre et après, et elles avaient cette culture historique philosophique et politique qui manque tant de nos jours (comme par hasard depuis la démocratisation de la connerie de masse, je dis ça je dis rien, continuez de voter pour élire le meilleur vernis à ongle et de bouder les urnes, on va avancer, c'est clair).

    des comme ça il en reste, elles défendent des centres ivg, elles font des marches des salopes, elles s'exposent à moitié nues pour montrer à des crétins qu'un téton c'est un téton et qu'eux aussi ils en ont deux, elles se mettent des barbes pour montrer que si c'est la guerre du poil on peut jouer, et elles se font démolir de la même façon que leurs aïeules et de la même façon que leurs contemporaines qui luttent sur des points administratifs. Comme quoi, hein, quand tu veux tuer la féministe tu dis qu'elle a la rage...ou qu'elle sait pas garder, un peu comme le chien.

    bilan on en est toujours au même point, féminisme d'antan ou pas.

    si vous voulez parler passé, je vous invite à relire les réactions de l'opinion publique au moment du manifeste des 343 salopes, c'est édifiant!
    pourtant sans elles on se ferait encore avorter sur la table de la cuisine.

    dire que les féministes actuelles retournent les armes contre elles, si c'est pas anti féministe comme remarque je sais pas ce que c'est. ce genre d'argument avait déjà cours il y a trente ans.
    "ah pitin les suffragettes, regardez ce qu'elles font de leur droit de vote"
    (ils étaient malins les gens aussi, pis super empathiques, éduqués, conscients, tout ça...et pourtant tellement plus qu'à l'heure actuelle)

    les féministes d'aujourd'hui font ce que leurs aînées faisaient, elles ont juste internet en plus du torchon brûle de l'époque, le problème c'est que le public est resté le même, et qu'après la toute petite évolution qu'on a cru voir naître en 75 on n'a eu que des retours de bâton et un public de plus en plus rétrograde (et inculte, lâchons le mot, même si le public n'est pas responsable de l'évolution des programmes scolaires et des méthodes m'enfin on peut aussi se remettre en question et s'ouvrir à autre chose, il me semble).

    au point qu'aujourd'hui on peut fermer des centres ivg et tuer le planning familial, pourtant chers à la cause, sans que personne ne se sente super concerné. pire, on entend partout que les féministes font chier, et si on sait que c'est souvent vrai pour les mecs on a du mal à comprendre quand on entend ça de la bouche de femmes qu'on essaie de préserver dans leur confort chèrement acquis.

    c'est à avoir envie de hurler:
    mais allez donc vous refaire avorter à l'aiguille à tricoter, bordel, bande de cruches, vous voyez pas que ça nous pend au nez que ça revienne?
    laissez vous reconduire à vos cuisines, va, vous avez bien raison, ne nous aidez pas à sortir les femmes du secteur du service à la personne, c'est jamais que le nouveau nom pour boniche!

    on se retient (croyez moi j'en ai pas sorti le tiers du quart et là c'est du light), mais franchement...
    ça énerve.

    (valérie là ça y est tu vois de quoi je te causais sur twitter. j'ai pas tant de patience que ça. lol)

  121. pupuce : arrête de tout mélanger l'accès à la contraception et à l'IVG, les 343 salopes n'ont rien à voir avec une coquetterie de madame ou mademoiselle. Faut pas s'prendre au sérieux non plus hein?!

    Si on est pas pour à 100% on est forcément contre? c'est très totalitaire comme réaction!

    Du reste je suis d'accord avec toi!

  122. les féministes ne sont pas spécialement divisées.
    c'est une armée en guerre et y'a plusieurs fronts.
    mais c'est la même guerre.
    si on avait réagi comme ça en 40 on aurait dit que de gaulle était un lâche qui avait fui pour ne faire "que" de la radio et que les vrais soldats étaient sur le front dans les tranchées, y'a fort à parier qu'une logique aussi stupide ne nous aurait pas menés là où on est.

    et au passage rappelons que vos grands pères qui n'étaient pas si cons et qui écoutaient de gaulle sans le traiter de tanche qui savait pas se battre, ont fait la sécu après guerre, une utopie à l'époque, sur la base d'un pays ruiné.
    si ça peut vous aider à vous intéresser au problème de la dette actuelle, ce sera peut être pas idiot parce que sous prétexte de dette on nous ferme des maternités des centres ivg et des écoles, pour ne citer que ce qui peut toucher un tantinet le féminisme.
    tout est politique.
    mademoiselle, les centres ivg, la burka, l'accès aux études, le plafond de verre, tout ça c'est la même guerre. la même. et elle est politique, cette guerre.

  123. Mimine si tu n'est pas pour l'abolition de mademoiselle alors tu es pour qu'on conserve cette case.

    dire j'en ai rien à foutre c'est de l'abstentionnisme, pas une absence de coquetterie qui te rendrait moins susceptible que d'autres (mais lol, non, on n'est pas en train de demander l'autorisation de se faire les ongles, là).
    or si t'en as rien à foutre et que tu t'abstiens, en politique comme ailleurs, tu laisses les autres décider pour toi (ceux qui votent) et tu acceptes leur choix puisque toi t'as choisi de ne rien dire.

  124. pupuce que nenni, moi je suis pour qu'il n'y est plus de case! nuance! Mais je veux conservé mon mademoiselle d'un point de vue de l'usage parce que j'ai pas envie qu'on m'appelle madame, chacune trouve midi à sa porte.

    Pour le reste tu parles à une convertie donc n’épuise pas ton énergie pour moi... ;)

  125. en gros il y a :
    le front des acquis à préserver
    le front des choses qui restent à gagner
    et le front des populations qui n'ont pas encore le tiers du quart de ce qu'on a péniblement obtenu nous

    on ne peut que les soutenir tous, car tous comptent.

    futile, le mademoiselle?
    non.
    c'est une étape. c'est important. c'est ouvrir la voie à autre chose. ouvrir la voie à des populations qui galèrent encore plus, comme les transgenres.

    tout est important, il n'y a pas de petite victoire, un mec qui ramasse ses chaussettes sales c'est le début de quelque chose, on avance vers le maniement de l'aspirateur.

  126. c'est pas grave y'en a qui lisent et qui la bouclent, t'inquiète, c'est jamais complètement perdu.
    ;)

  127. Un mec qui ramasse ces chaussettes?? Tu rêves pupuce! C'est comme demander une fille de se passer de nutella! XD

    Je sais pas ça doit être dans les gênes... l'aspi tout ça, les mecs le font ... mais les chaussettes??

    Franchement mon homme il fait plein de choses, l'aspi., changer les couches, préparer à manger, nettoyer la salle de bain, les chiottes... Il a même essayer de repasser, chose que je lui ai vite déconseiller, j'avais trop peur pour mes robes!
    Il s'est même pas tromper pour le tire lait! (bon en même temps il est préparateur en pharmacie)...
    Mais les chaussettes c'est un truc, je sais pas ça rentre pas... Et franchement j'ai tout essayer... L'appeler au boulot à chaque fois que j'en trouvais une, les lui poser sur son écran d'ordi, les lui foutre dans son assiette arrosées de Ketchup quand il passait à table (bon ça semble dingue mais j'ai une excuse j'étais enceinte)...

    Bon maintenant c'est pas dans tout l'appart c'est juste dans notre chambre (encore un petit effort ) et il a compris qu'il devait les assemblées...

    de toute façon c'est moi qui fait les machines et quand je fais grève il est obliger de céder sinon il se retrouve à poil!

  128. attention la chaussette est la première étape vers le divorce.
    j'déconne.
    ou pas.

    bref.

    si je peux me permettre une stratégie qui fonctionne, c'set cadeau: toute chose dégueu abandonné au sol est vouée à disparaître, il en va des chaussettes comme des mégots dans la rue, c'set connu au pays de l'incivilité.
    lorsque son altesse en aura assez de mariner pieds nus dans ses grolles ou de devoir se ruiner à racheter, il y a fort à parier qu'il trouvera moyen de remédier intelligemment à la situation.

    de rien, service.

    (c'est bon on pige le sens de la lutte ou bien?)
    (laule)

  129. Valérie,
    Le type qui a pondu le truc indigent des lecteurs aux Inrocks (manifeste pour la féminité !) a un blog où il raconte (plutôt bien d'ailleurs !) sa névrose. Mais il semble surtout avoir quelques marottes si j'en juge cet autre article :

    "J’écris ce livre pour vous dire ô combien jeunes demoiselles vous me donnez envie de vomir. Notre société, c’est Cindy de Secret Story. Le soi-disant combat du machisme par un féminisme bien pensant. Résultat ? Une salope dévergondée, la pintade générationnelle. Fumer à dix ans, coucher à quatorze. J’écris ce livre pour un tas de raisons non valables, mais surtout pour vous dire à quel point j’aimerais, une bonne fois pour toute, que quelqu’un réponde à ma tendresse.)"

    Si c'est pas émouvant !
    PS : mais que viennent foutre les féministes bien pensantes dans tout ça !

  130. c'est à pleurer en effet.

    (pardon. le démon a encore pris le contrôle de mon âme)

  131. Un truc qui me vient à l'esprit. C'est qui est la raison de ma venue tardive ici, et dont je voulais vous faire part : je pense que le problème inhérent au machisme réside dans la problématique même de la femme. J'avais lu un article, il y a longtemps qui parlait de la relation mère/fils, expliquant à coup d'analyse (pseudo?)freudienne le transfère de l'oedipe de la petite fille devenue femme et mère sur son fils. M'intéressant beaucoup à la psychologie (et surtout à Freud à cette époque) j'avais fait quelques recherches que j'ai perdu entre temps quand le DD de l'ordi de mes parents a grillé, mais si j'ai le temps je rechercherais l'article en question, je crois l'avoir conservé, mais où? Bref toujours est il que beaucoup de textes font état de cette relation. Il est expliquer que si la relation mère/enfant est fusionnelle dans tout les cas surtout les premières années de vie de l'enfants, elle l'est d'autant plus quand c'est un fils (porter un pénis en son sein, fils=homme= protection etc..) On voit souvent à la télé (Jean Luc Delarue, confessions intimes) le genre de mère fusionnelle avec son fils, et même ce sont des extrême le constat est quand même là : les mères sont moins exigeante avec leur fils qu'avec leur fille. D'ailleurs la pensée collective est pleine de ce genre de caricature : la mère juive, la belle mère qui fait la vie dure à sa brue, la mamma italienne... Pour faire court (j'vais pas vous faire une leçon de psy), les mecs sont habitué par leur mère à être "chouchoutés". Le même schéma que la fille à papa... Du coup quand ils se retrouvent en couple, il ont plus ou moins inconsciemment tendance à comparer leur compagne à leur mère. La mère vicieuse, voyant la compagne comme une rivale, va, à coup de remarque et de réflexion mettre la pression. Tout ça n'étant pas pleinement conscient c'est super difficile de s'y attaquer, surtout expliquer à une mère pleine de sentiments de toute puissance sur son enfant. Perso moi y'aurait une bande d'hulberlues poilue XD qui cherchait à m'apprendre comme élever ma fille, elles se souviendront longtmps de l'accueil que je leur aurais réserve!

  132. Je comprends pas le passage sur les hurluberlues poilues, c'est encore une périphrase pour "féministes" ?

  133. @Mlle Bistouri : vi mais c'est du second degrés :)

  134. plus personne n'est freudien depuis vingt ans,voyons.
    (oserai-je ajouter le mal que cet homme a fait aux femmes par sa conception stupide et machiste et sa théorie de la séduction qui ne visait qu'à planquer son déni de l'abus paternel dont il avait été victime? )
    (j'ose)
    (lisez alice miller à la place ça ira beaucoup mieux. ^^)

  135. Mimine, comment te dire...
    les hommes inaptes à ramasser leurs chaussettes et ca serait dans leurs gènes...
    le machisme du aux méchantes belles-mères qui chouchoutent leur fils...
    l'envie de pénis des féministes...
    les longs passages ou tu décris ton mec comme un enfant à éduquer mais, que, au final il vaut mieux que ca soit toi qui fasse car tu fais tellement mieux...
    Les théories issues de Confessions intimes (???)...
    ca commence à faire un tout petit peu beaucoup. Vraiment.
    alors on va tenter de sortir un tout petit peu de Delarue, Psychologies Magazine et Femme actuelle.
    Merci d'avance.

  136. Mimine : c'est peut-être de l'humour, mais ce n'est pas de l'ironie. Ca repose sur une prétendue connivence avec le lectorat qui est censé se reconnaître dans le fait que hihihi les filles aiment le nutella, les coquines ! Et looool les garçons ne ramassent pas leurs chaussettes.
    Cette connivence de "nous les filles" omniprésente me casse les bonbons, surtout que sous couvert d' "humour" elle se présente comme neutre idéologiquement alors qu'elle ne l'est pas du tout.

  137. aaaah, enfin de l'air! enfin quelqu'un qui exprime clairement ce que je pense depuis des années!! en plus, en ce qui concerne la "galanterie", hum... quand il s'agit de s'asseoir dans le métro ou d'entrer dans le bus le premier, là bizarrement y'a plus personne... ce qui ne me gêne pas, je suis pas en sucre, donc je peux attendre 3 secondes pour entrer dans le bus. La galanterie serait-elle, pour les hommes, un moyen d'inférioriser les femmes, quand ça les arrange? et, oui, heureusement il y a des hommes qui ne sont pas des machos, et, oui, malheureusement, il y a des femmes qui préfèrent être des potiches... le combat pour l'égalité - ce qui ne veut pas dire "indifférenciation", chaque individu est différent - n'est pas fini.

  138. +, en lisant vos commentaires: oui, Freud a fait énormément de mal aux femmes en général, et au féminisme en particulier... et le remettre en cause est un crime de lèse-psychanalyse (cf. les cris outragés des psys quand Michel Onfray a osé dire que Freud était un homme de son temps, qui pensait avec son époque, et qui était plus un réactionnaire qu'un libérateur de la sexualité...). Lisez plutôt "le deuxième sexe" de Simone de Beauvoir!

  139. hello les gens,

    alors je n'ai jamais commenté avant (mais j'ai tout lu et trop je suis d'accord avec les remarques intelligentes), mais là je peux pas m'empêcher :

    "Un mec qui ramasse ces chaussettes?? Tu rêves pupuce! C’est comme demander une fille de se passer de nutella! XD"

    Alors comment te dire. Je vais te raconter ma life. Je suis allergique aux noisettes XD Le Nutella ça m'envoie à l'hosto direct XD Mais spas grave je suis une fille, peux pas m'empêcher d'avaler tous les pots du coup MDR JE GONFLE. Et quand je dis ça aux urgences le médecin il comprend parce qu'il voit que je suis une fille et les filles elles peuvent pas s'en empêcher LOL

    (et sinon à la maison c'est moi qui laisse trainer mes chaussettes. Et mon copain est master en assemblage de paires de chaussettes et même que c'est built in dans le personnage. Tentative de complicité entre girls perdue x 1000 donc :( )

  140. Et le principe d'altérité ?
    Le féminisme et le sexisme sont de la même famille.
    Frères et sœur.
    D'où le rejet du féminisme, et du sexisme.
    Et surtout une défense de notre intimité. Plus que légitime dans une société qui n'est jamais devenu agnostique. Et qui se construit, dans la continuité de notre civilisation religieuse, en venant se mêler en permanence de notre petite vie de famille.

    Où des éclairés ou illuminés selon leur investissement dans les "causes", viennent nous expliquer comment vivre, comment se comporter. Et on en redemande en grands enfants que nous sommes tous.
    Le féminisme politique à sa place dans la cité, par définition.
    Le féminisme qui entre dans les foyers, dans les ménages, n'est qu'un *isme. Parmi les autres "religions" postmodernes. Aussi merci de laisser en paix ceux et celles qui n'y croient pas.

  141. @Panzapan: tes propos n'ont rien de très originaux, je dirais même qu'ils sont tristement banals. En même temps, ils gardent toujours une certaine... fraicheur, jeunesse qui me laissent espérer que bien des évolutions sont possibles.

    C'est amusant: personne ne dirait jamais que l'antiracisme c'est de la famille du racisme, que la gay pride est un repère d'homophobes... Mais le féminisme, apparemment, c'est différent. Probablement un problème de vocabulaire (nb: que tous ceux à qui ça chante se nomment anti-sexistes, du moment qu'ils ne crachent pas sur le nom féministe je m'en tamponne l'oreille avec une babouche)
    D'ailleurs, ce n'est pas le seul problème de vocabulaire que tu as:
    - altérité: oui il y des différences physiques, mais entre les noirs et les blancs aussi, et entre les blonds, les bruns, les petits et les grands aussi. La question est de savoir quelles différence importe dans quel contexte (indice: avoir un utérus et l'aptitude au repassage n'ont pas de rapport) Aucun combat égalitaire ne t’enlèvera ton "altérité", ni ne le veut d'ailleurs (tant que tu ne définit pas l'altérité comme un certain nombre de traits de caractère dont toutes les femmes et aucun homme ne serait paré)
    -"isme" Je trouve toujours ça mignon, parce que je disais le même genre de chose quand j'avais 14 ans. Tu es contre l'héliocentrisme, les néologismes, l'érotisme?

    Le féminisme, tu as raison, s'introduit dans l'intime. Le droit d'avoir un compte en banque ou un métier sans l'avis de son mari, ça relevait de l'autorité du chef de famille, c'était interne au foyer. Le viol et les violences conjugales, c'est au beau milieu des ménages que ça se passent. L’avortement, il n'y a rien de plus intime. Permettre aux femmes d'avoir des gosses ET un métier, ben ouais c'est à cheval sur la sphère privée.

    -religion. Une religion est basée sur un postulat invérifiable dont découle un mode de vie. Le féminisme, comme tous les combats, reposent sur des idées. Idées que l'ont peut contester, et l'on peut contester aussi les conclusions tirées des idées ou les moyens mis en œuvre.
    Mais là tu dit "l'univers a été créé par un être tout puissant qui a les opinions a b et c sur la morale" == "un homme vaut une femme" Va savoir pourquoi mais d'un point de vue logique je suis paumée.

  142. Tout pareil ;) Bravo (parce que ça va déchainer les foudres de celles qui devront se justifier)
    Moi pour le restau du premier rendez, si j'ai accepté l invitation de Monsieur, c'est parce qu il me plaisait... Sinon, jamais je n aurait baissé la garde (et je serais pas en train de nous multiplier à cette heure!! huhuhu)
    Vivement qu on puisse parler de mixité, plus sain finalement que le terme "égalité" qui suppose une minorité qui n'as pas à exister au début du 21ème siècle.
    En temps de mixité, parler de salaire non égaux paraitrait abérants... Etc.
    Ouai, je sais, je suis une féministe mixitaire princesse amazone idéaliste et j assume!

  143. @Yelle
    tu interprètes beaucoup mes propos. Ca n'en méritait pas tant, j'ai écris ça après une bonne bouteille de rosé. C'est peut-être l'origine de la fraicheur dans mon post ! Je ne suis pas si jeune. Mais de la seconde génération, au delà du féminisme. Alors je vais essayé d’être plus clair.

    L'écologisme, le communisme ont le même problème que le féminisme. Comme toutes les croyances. Une religion est un congloméra de croyances concernant l'Homme et l'univers, avec des dieux ou d'autres idées plus ou moins poétiques.
    Il y a un idéal généreux, des idées poétiques mais il y a la réalité. Une réalité sociétale, une réalité humaine extrêmement difficile à saisir pour nous, simples êtres humains, qui viendra TOUJOURS contrarier les belles idées.

    Pour caricaturer : tant qu'il y a aura des cocus, il y a aura des phallocrates (hommes et femmes) et des féministes (idem) pour s'opposer à eux. Avec du sexisme dans chaque camp. Le sexisme est un mot inventé par les féministes.
    Oui, comme le racisme n'est jamais loin des plus farouches antiraciste. Desproges l'a dénoncé avant les lois de censures.
    Comme "l'hétérocratie" fini par exaspérer certains homos.
    Il y a combat et il est difficile de résister à l'exacerbation des différences, leur utilisation en exploitant les sentiments d'altérité. C'est si facile.

    Et il y aura toujours de la violence entre hommes, entre femmes, entre hommes et femmes, comme il y aura toujours des cocus.

    Même si on se fabrique des penses bettes, façon table de loi divine pour se rappeler que "bouh c'est vilain de faire tout ça", ou façon Code civil. Un Code civil qui est tout aussi risible à lire que les meilleurs feuilles de nos papes et qui est rempli de pensées issues de notre phallocratie.

    De toute façon on oubliera tout ça face à la réalité concrète de nos émotions, de nos ressentis, de nos vies.

    Alors aujourd'hui le féminisme comme toutes les religions ou "grands combats d'idées" a éclaté. Pour caricaturer, il y a aujourd'hui autant de féminismes que de féministes. C'est peut être pas vraiment le moment de faire du prosélytisme, et certainement pas n'importe comment.
    L’histoire du féminisme a montré qu'il peut être très contreproductif car incompris et rejeté.
    Des fois, que tu sois un homme ou une femme, vaut mieux fermer sa gueule que d'être incompris.

    On peut être mieux que des chiennes de garde et réfléchir sur comment et quoi on aboie avant de le faire. En faisant des calculs par rapport à l'opinion ? l'étroite perception des "gens" (des veaux pour parler comme De Gaulle) ? Oui. Ce sont nos ouailles (nos moutons) et il faut les traiter comme tel. L'art de la guerre.

  144. "Desproges l’a dénoncé avant les lois de censures."
    Desproges est né avant 1881 ?

    Moi ce que j'aime bien c'est la réappropriation de Desproges par à peu près n'importe qui y compris quelqu'un qui cite de Gaulle.

  145. Bah oui il est bien l'égal de De Gaulle quand même. Ils font parti de ceux qui ont fait rire la France et l'ont sauvé de l'ennui au siècle dernier. Ça se respecte !

  146. Je soutiens à fond ce billet.
    Rien de plus à ajouter (je sais je vais beaucoup avancer le débat).
    J'ajoute quand j'ai entendu à un diner dans la bouche de ma belle-soeur (qui ne parlait pas de moi) : "Elle est très militante, dans énormément d'associations, de mouvements... mais elle est seule, elle a divorcé deux fois".
    Je ne suis pas intervenue. Car pour une fois, je me suis dit, ne sois pas intolérante avec les propos réacs de ta famille élargie.
    Et en fait, je le regrette.
    Car je vois là un sous-entendu qui me gene énormément.
    Quand une femme milite et est féministe, elle ne se trouve pas de mecs.
    J'aimerais qu'on m'explique en quoi l'un exclut l'autre.
    Pour ma part, je pense qu'il est fort possible d'avoir une vie personnelle satisfaisante et une vie militante, sans que l'une exclut l'autre.

    Salutations !
    S.

  147. @Suzanne
    au risque de me faire insulter de macho ou sexiste et en essayant de pas trop généraliser, j'ai vu beaucoup de féministes être soit sexiste dans l'autre sens (les mecs sont tous des porcs) soit intolérante (à l'image de @valerie qui malgré ses sans doute nombreuses qualités, crachent sur ceux qui partagent pas ses valeurs égalitaires)
    donc oui ça m'étonne pas que ça soit plus dur pour elle de trouver l'âme soeur

  148. @ Erwik Je ne balance pas un coup de rouleau à patisserie à tout homme qui n'est pas d'accord avec moi.
    1- (les mecs sont tous des porcs)
    Ce n'est pas parce qu'une de tes copines t'a dit ça que ça en fait une féministe. Je trouve ce genre de généralité ridicule.

    Pour l'exemple que j'ai donné, j'ai trouvé que c'était une équation un peu facile : femme militante = femme qui défend ses idées donc chiante donc pas de mecs.
    Je ne suis pas d'accord mais je me trompe peut-être.
    Je pense que le dosage se fait dans les rencontres.
    L'intolérance, les enguelades politiques ne sont pas l'apanage des féministes. Cela existe partout est c'est la valeur la mieux partagée au monde. Mais il ne faut pas confondre "être chiante" et "défendre ses idées".

    2- l'intolérance de Valérie

    Peut-être que les gens très doux et très tolérants auraient plutôt tendance à voter social-démocrate et les gens plus "intolérants" comme Valérie à se "ranger" du côté des révolutionnaires ?
    Valérie ne crache pas sur ceux qui ne partagent pas ses valeurs. Elle crache sur l'imbécilité crasse, sur les gens qui ne réfléchissent pas et ne prennent aucun recul sur leur condition, leur situation.

    3- "donc oui ça m’étonne pas que ça soit plus dur pour elle de trouver l’âme soeur"
    Pour te répondre, j'ajoute que c'est plus dur de rencontrer quelqu'un quand on est exigeant. Ce n'est pas compliqué d'être en couple quand on est pas regardant.
    S.

  149. @Suzanne

    1 : j'ai bien précisé que je parlais "en général", après en tant qu'homme je trouve que les feministes n'ont pas une très bonne image de nous mais bon
    2 : @valerie a été bien clair, t'es pas féministe, tu dégages, donc bon
    3 : oui, c'est plus dur quand on est exigeant.
    C'est d'autant plus dur de l'être dans le domaine du sexisme, car j'avoue volontiers l'être un peu sur les bords (ainsi que 99.99% des êtres humains de sexe masculin lol)

  150. erwik.

    alors je suis intolérante car j'ai des valeurs égalitaires ? tu veux dire un peu comme un anti raciste qui ne supporte pas les racistes ?

    ou c'est pas du tout pareil.

    "C’est d’autant plus dur de l’être dans le domaine du sexisme, car j’avoue volontiers l’être un peu sur les bords (ainsi que 99.99% des êtres humains de sexe masculin lol)"
    un peu comme tous les blancs qui sont racistes ? lol. mdr. ptdr.

  151. @valerie
    oui c'est un peu ça^^
    à te lire j'ai l'impression qu'il faudrait castrer les machistes et brûler les racistes
    moi aussi j'en ai des valeurs égalitaires, mais pour revenir à l'amie de Suzanne, si une femme ne supporte pas que l'autre l'invite au restaurant ou lui offre des fleurs ou je ne sais quoi, ça va pas aider pour les rendez vous, la séduction etc etc
    j'essayai juste d'expliquer pourquoi je pense qu'elle est si souvent seule

  152. Arrête peut-être de parler en général peut-être que tu te feras mieux comprendre et que tu pourras réellement développer ta pensée avec des arguments qui te sont propres.

    Si tu assumes d'être un mouton, comme les 99,9% des hommes que tu déclares sexistes (d'où tires-tu ce chiffre fantaisiste, mystère...) grand bien te fasse !

    Bien à toi,
    Suzanne

  153. @Erwick: aah, mais c'est vrai, j'oubliais, les féministes sont TOUTES des frustrées-mal-baisées-nympho-aux ongles sales-cheveux pas lavée-etc-etc... mais t'es-tu jamais demandé qui est responsable de cette image négative? est-ce que - par le plus grand des hasards- ce ne serait pas les médias, masculins à presque 100 %, plus certaines femmes qui préfèrent garder leur petits privilèges de fêmmes fêmmes... quant au cliché "féministe= pauvre fille toute seule", hé, regarde un peu l'histoire du féminisme: Hubertine Auclert: mariée; S. de Beauvoir: pas mariée, mais le même compagnon pendant 50 ans, plus deux ou trois amants fidèles; B. Groult: mariée 3 fois, la dernière fois dure depuis 30 ans; G. halimi: idem... je continue?

  154. Je pense Erwik qu'il faut que tu reviennes aux fondamentaux.
    Car je ne vois que des idées toutes faites dans ce que tu déclares.
    Peut-être devrais-tu lire un peu. Tiens "la domination masculine" de Pierre Bourdieu, par exemple ?

    Bon courage dans tes lectures !
    Suzanne

  155. @Suzanne
    hey, même si je parle de généralités, il n'empêche que mes arguments sont les miens
    le chiffre est totalement fantaisiste puisqu'il sort de mon esprit malade. J'estime juste que la majorité de mes congénères le sont , à des degrés plus ou moins divers.

    @hestermonk euh c'est pas ce que j'ai dis, (la plupart semble même plutôt jolies, bien propres sur elle et ont une vie sexuelle épanouie),
    j'exprimai juste mon point de vue qui est que quand on est féministe, c'est peut être moins évident de supporter les travers du partenaire masculin moyen^^

  156. @Suzanne
    oui il s'agit d'idées toute faites, et j'assume parfaitement que ça en soit!
    ce sont les mêmes idées toute faite qui font qu'on associe le célibat de ton amie à son féminisme
    je dis pas que c'est une bonne chose, juste que ça marche un peu comme ça

  157. tiens ça devient presque intéressant :
    "j’exprimai juste mon point de vue qui est que quand on est féministe, c’est peut être moins évident de supporter les travers du partenaire masculin moyen".
    Lis les journaux, regarde les chiffres sur les inégalités salariales etc. Peut-être que tout cette réalité te fera réfléchir. Sinon il reste encore les mags féminins si tu veux continuer de rêver sur une image totalement erronée de la femme en 2011.
    S.

  158. @Suzanne
    t'es pas très gentille là
    je lis pas les magazines féminin, et je connais très bien les chiffres sur les inégalités salariales
    (plus haut dans les commentaires on en a d'ailleurs parlé de manière très satisfaisante)
    je m'exprime peut être mal, mais tout ce que j'essayais d'expliquer c'est que c'est plus dur d'être en couple lorsqu'on souhaite être l'égal de l'autre, c'est tout !

  159. Je ne suis pas gentille mais toi t'es un peu niais.
    "quand on souhaite être l'égal de l'autre". Pourquoi c'est une option dans la vie l'égalité des droits ?
    Oh tiens, certains doivent se battre pour l'obtenir, comme c'est étrange.
    Je me demande dans quel monde tu vis.

    Bon courage dans tes lectures qui j'espère te seront salutaires.
    S.

  160. @Suzanne

    ah ouais, en fait tu peux pas t'empêcher de me prendre pour un niais / idiot / inculte
    j'ai juste voulu réagir sur ton amie qui avait divorcé et était un peu seule en ajoutant que peut être ça aider pas d'être militante. Jamais dis que c'était une option l'égalité des droits
    et jusqu'à preuve du contraire, je vis exactement dans le même monde que toi

  161. " c'est que c'est plus dur d'être en couple lorsqu'on souhaite être l'égal de l'autre, c'est tout !"
    absolument. j'espère que tu ne souhaites pas être l'égal des blancs d'ailleurs. ca serait plus compliqué pour être en couple, tout ca.

  162. @valerie
    bin c'est pour ça que je suis pas avec une raciste
    ça serait évidemment plus simple si tout le monde était beau et gentil

  163. oh, tiens.
    après l'injonction de bonheur de zénitude et de beauté du corps qui reflète tellement celle de l'âme c'est connu vlà que je retombe sur l'injonction du couple.
    y'a pas à tortiller c'est ma semaine.

    non, il n'y a pas d'obligation ni de destin obligatoire à être en couple.
    commençons par là.
    (m'enfin ça fait revenir des siècles en arrière en matière de pensée humaine)

    ou alors ça revient à dire que nous sommes tous de simples moitiés de couple qui ne peuvent vivre que des demi vies tant qu'ils ne sont pas deux...et par conséquent la rupture d'un couple ne saurait se solder que de deux manières: soit chacun redevient une pauvre moitié avec sa demi vie, soit l'un des deux survit tout entier et l'autre meurt (je crois que c'est la trajectoire de l'esprit des gens qui tuent leur conjoint à l'annonce du divorce, c'est charmant comme vision)

    pour ceux qui souhaitent être en couple, ça suppose a minima 2 partenaires consentants (note que je zappe le sujet amour parce que c'est un bourbier, le couple existe pour la raison qu'il veut du moment que tout le monde est consentant, zappons l'amour pour le moment)
    le reste est affaire de personnes.
    je ne vois pas en quoi il serait difficile d'être un couple si on veut être l'égal de l'autre.
    tu me dirais qu'il est difficile d'être en couple si on aime les brocolis ça aurait le même impact pour moi.

    ce que je peux à la rigueur entendre c'est : il est plus difficile d'être dominée quand on aspire à l'égalité.
    là ok.
    et c'est vrai que ça doit être frustrant.

    (tout comme renoncer aux brocolis)

    le couple vu comme un complément indispensable ou une compensation de quelque manque que ce soit est très probablement un modèle viable pour certains mais je rejoins suzanne: c'est facile de se mettre en couple quand on n'est pas exigeant, on peut tolérer tout et n'importe quoi, il suffit d'être convaincu que c'est nécessaire pour soi.

    On peut se retrouver à accepter de ne plus jamais manger de brocolis. C'est fort dommage.

    j'ai la prétention de vouloir persister à manger mes brocolis et de ne pas emmerder mon partenaire avec ses épinards.
    j'ai la prétention de dire que dans mon couple 1+1 =2.
    Pas 0;5 +0;5=1.

    Je ne sais pas si les choses seraient plus simples si le monde était intégralement beau et gentil, je ne le crois pas. S'il n'y avait pas de moches, vous ne sauriez pas ce qu'est le beau. De même pour les méchants.
    En revanche si le monde pouvait avoir un tantinet plus de conscience et d'intelligence les choses iraient fondamentalement mieux, ça oui.

    Voir encore des visions aussi réductrices du genre et du couple à ce siècle, et voir se propager plus rapidement la crétinerie de masse sur les écrans télé que les progrès de la psychologie et de la philosophie ne se répandent sur les étals des libraires ne présage rien de bon et peut même faire peur.

    Dans ces conditions il est évident que le couple et a fortiori l'amour, pour qui les veut pleins et entiers et fondés sur des bases humanistes, loin du couple ikéa basé sur la communauté de crédit immobilier, deviennent de véritables gageures.

    Farfouiller dans la plèbe pour s'acoquiner avec le premier chien coiffé d'un chapeau est tout à fait accessible, mais ça demande un certain renoncement de soi et si ça pourrait prouver à des gens comme toi que la féministe (que je suis, pour ne citer que moi)peut se mettre en couple il n'en reste pas moins qu'elle s'y ferait chier, dans ce couple là.

    heureusement la féministe intellectuelle que je suis n'a guère envie de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit et ne se sent pas non plus super mal à l'idée de vivre seule un temps, plusieurs temps, ou pas.

    Pour caricaturer : autant Madonna ne va pas recruter dans les gradins de ses concerts celui qui partagera sa vie, autant les femmes un tantinet intellectuelles féministes indépendantes etc ne vont pas chercher l'âme soeur au stade de france entre deux bières et trois injures racistes.

    Et même si tu veux tout savoir, elles distribuent un nombre impressionnant de râteaux.
    (et oui, on plait, mais de là à ce qu'en face ça nous plaise, il y a un monde)
    (et non, c'est pas parce que je te plais que je dois dire oui, non)
    (mais ceci est un autre chapitre de l'histoire du féminisme, je suppose)
    (qui nous mènera droit à celui où on fait peur aux hommes et on peut tourner des heures comme ça mais sinon tu peux aussi ouvrir un livre et revenir après)

  164. @pupuce
    "tu me dirais qu’il est difficile d’être en couple si on aime les brocolis ça aurait le même impact pour moi."
    c'est un peu ça ^_^
    disons que les feministes vont pas chercher l'âme soeur ni n'importe où (jaime l'image du stade de France) ni n'importe comment
    je me demande aussi si les intellectuelles sont pas également de fait plus indépendantes? Comme toi par exemple qui estime que ce n'est ni une obligation, ni un destin de finir en couple

  165. Les hommes ceci, les femmes cela...
    Les hommes/les femmes

    Il me semblait avoir lu sur ce blog de nombreux billets et commentaires contre cette dichotomie. Qu'il y avait (au moins) une dizaine de sexes, que 15% de la population était intersexuée, qu'il devenait nécessaire de penser à une langue où le neutre remplacerait le masculin/féminin, et de ne plus déclarer "garçon ou fille" à la naissance... Alors, Madame/mademoiselle, c'est tellement secondaire....

  166. Ah, je n'ai mis ce commentaire sous le bon billet, pardon. De toute façon, comme le débat est un peu décousu...

  167. suzanne ; retourne pourfendre le sarrasin stp. merci, au revoir.

  168. Valerie tu vois ça marche pas le second degrés sur les veaux.

    Mais erwik me donne une idée : il faut instaurer une mixité maritale pour changer la société.
    Que chaque antiraciste se mettent en couple avec un raciste. Les féministes avec des bons machistes phallocrates et hop avec les années et de la patience on changera la société !
    Les gros pollueurs avec les écolos !
    Leurs enfants seront peut être fou mais la prochaine génération aura peut être les yeux plus ouvert sur la diversité !

    On a trop tendance à chercher l’âme sœur, "même goût, même idéal, même espérances, même varices".

    Alors mesdames un effort pour la cause ! Adoptez un mec macho et raciste à la maison !

    Je sais, j'en demande beaucoup. Moi même, je suis en ménage avec une phallocrate, soumise, libérale et pas écolo. Et même si c'est pas tous les jours facile, elle fait des progrès.

    Je peux sortir ma carte bleue sans qu'elle écarte les cuisses ! Bon je dois encore faire la vaisselle en cachette sinon elle se sent mal. Le tri sélectif c'est passé tout seul, vu que mes propos sont interprété comme des ordres ... Mais petit à petit on va y arriver. Elle commence à penser par elle même ! Elle a spontanément ouvert un de mes livres l'autre jour, j'en avais les larmes aux yeux. Merde je vais finir par tomber amoureux si ça continue ...

  169. j'en suis des fois à me demander pourquoi le racisme et l'antisémitisme sont punis par la loi tandis que le sexisme non...les Juifs ou les Noirs peuvent défendre leurs droits tandis que nous, les femmes, devons avoir de l'humour et supporter les humiliations ! nous sommes toujours intolérantes, susceptibles, ...
    de même, étant "féministe", le mot me dérange parfois. ainsi, quand vous expliquez qu'"un propos non-féministe n'est pas un propos neutre", je trouve dommage que le féminisme soit considéré uniquement comme un combat de femmes. pour moi, la lutte afin de vivre en harmonie entre les sexes dans notre société n'est pas un combat de femmes mais un combat de femmes ET d'hommes puisqu'eux aussi sont (à moindre niveau peut-être mais quand même) embêtés par le sexisme ambiant: comment changer une couche pour un papa dans des toilettes publics sans entrer dans les toilettes pour femmes ? quand les deux sexes mèneront ce combat ensemble, alors il y aura des chances pour qu'il aboutisse véritablement...

  170. @Cécilew
    suis pas juriste mais il me semble bien que le sexisme est punissable par la loi

  171. Pour pinailler, il manquerait un lien vers le billet d'avant-hier (j'ai dû le chercher, et je suis une feignasse). Rien d'autre à dire, tout est dans les deux billets :)

  172. @erwick: vous avez raison, j'ai parlé trop vite...infos là: http://romy.tetue.net/loi-contre-le-sexisme-on-a-gagne-bof
    il y a donc, une loi, très bien...mais si seulement elle était appliquée !! je n'ai jamais essayé d'aller porter plainte contre qqn qui m'aurais traitée de "salope" mais je ne pense pas qu'une plainte de ce genre serait prise au sérieux, le mot est tellement courant! "sale noir" (ça me fait mal aux doigts de l'écrire) par contre, c'est autre chose, et c'est dommage...

  173. @Cécilew
    même sans cette loi, on en a assez (insultes, coups et blessures, harcelement moral, discrimination etc etc) pour se défendre du sexisme je pense
    et le sexisme marche dans les deux sens, j'ai encore le goût amer des flics auprès desquels j'avais porté plainte pour harcèlement sexuel
    étant un garçon, j'aurais du être flatté de me faire ainsi "dragué" ou être capable de me défendre, pff

  174. "je me demande aussi si les intellectuelles sont pas également de fait plus indépendantes? Comme toi par exemple qui estime que ce n’est ni une obligation, ni un destin de finir en couple"

    bah si tu veux c'est normal pour les mecs depuis la nuit des temps, hein.

    un mec qui veut pas se marier on e n fait pas une pendulette suisse, il me semble.

    c'est courant. on le fait pas chier.

    moi je dis que je vois pas la nécessité du couple, paf, je suis "particulièrement indépendante".

    bah nan, je suis juste un humain lambda. je dis la même chose sans préciser que je suis une nana avec un pseudo mixte, ça passe tranquille, personne relève.

    c'est ça, le sexisme au quotidien.
    c'est devoir supporter d'attirer une attention particulière pour des trucs d'une banalité absolue.

  175. @erwick: le sexisme est trop souvent à tort considéré comme nuisible uniquement aux femmes, je sais bien (même si des fois j'avoue être rattrapée par mon conditionnement, je n'en suis pas fière) que les hommes aussi sont pénalisés par cet état de fait... en cas de viol ou de harcèlement sexuel, on dit aux femmes qu'elles l'ont cherché en s'habillant comme ça et aux hommes qu'ils auraient pu se défendre, soit on ne croit pas la victime soit c'est sa faute, et ce peu importe le sexe...

  176. @Cécilewew et @Erwick: oui, ne pas publier que les femmes ne sont pas des anges, et qu'elles ne sont pas systématiquement de pauvres petites victimes de gros méchants z'hommes... construire une société féministe, selon moi, ce n'est pas dire "les femmes sont gentilles, les hommes non", c'est dire "les femmes et les hommes sont des êtres humains, avec leurs qualités et leurs défauts, et ce n'est pas parce qu'une partie de l'humanité a un utérus qu'elle doit être dévalorisée/ oubliée/ mise à l'écart".

  177. Bon, moi perso j'en ai marre de lire de telles conneries à tout bout de champ, et cette fois, c'en est trop: Valérie, t'es qu'une conne! (c'est bas, c'est faible, mais bon sang qu'est-ce que ça soulage!)

    Tu fais preuve d'une telle mauvaise foi... En quoi un homme qui veut protéger sa copine est-il macho? Tu ne t'inquiètes pas quand ton copain ne rentre pas le soir? Tu n'as pas peur qu'il lui arrive du mal? J'ai pas pu lire tous les commentaires, parce que ça me donne envie de vomir de voir des gens comme toi avoir si peu de recul et de réflexion derrière leurs paroles, j'ai du m'arrêter à environ une cinquantaine, et regarder les derniers pour voir si tu n'avais pas changé de comportement, et visiblement ça ne fait qu'empirer, donc je me lâche!

    Dire que la France est un pays raciste, c'est faux: parce que le Front National fait 25% des voix, tu te permets de faire ce genre d'amalgames? Et les 75% qui ne servent pas ton propos, ils vont se faire foutre? Dire que si on n'est pas féministe on est machiste, ça veut dire quoi, vu ce que tu considères comme du féminisme? Que si on n'est pas d'accord avec toi on est un con? Hé ben une grande nouvelle: je suis féministe, et je pense que c'est toi qui es une écervelée finie, une réactionnaire de bas étage et une personne détestable, mais on s'éloigne...

    J'ai été élevé par une mère seule, avec trois enfants dont deux filles (mes soeurs, donc), je voue à chacune de ces trois femmes, ainsi qu'à mes grand-mères et récemment défuntes aïeules le plus grand respect et la plus grande admiration. Et je suis quand même contre ton combat! Parce que le féminisme n'est pas un dû, de même que la domination de l'homme n'est pas quelque chose de naturel! Une femme qui veut se faire respecter doit être capable, en tant qu'individu, d'imposer son autorité, non pas par l'agression et l'impulsivité, mais par un accomplissement de soi! Les gens comme toi qui refusent d'entendre l'opinion des autres ne devraient même pas avoir voix au chapitre, parce qu'ils prouvent par là que leur raisonnement est obtus et n'a aucun fondement légitime! Prouve tes hypothèses (et j'entends par là fournis des liens, des preuves de ce que tu avances, des vraies, pas des assertions martelées comme autant de vérité parce que tu les as décidées ainsi) et après on discutera!

    Si tu veux mon opinion (tu ne la veux pas, mais je la donne quand même): tu es au féminisme le contraire d'une aide: tu pues la suffisance, l'estime de toi et la mauvaise foi, et ce sont des gens comme toi qui ôtent toute crédibilité aux combats les plus importants!

    Combien de personne Simone Veil a-t elle eu besoin d'insulter pour faire ce qu'elle a fait? Qui Cléopâtre (reine d'Egypte, comme quoi le féminisme date pas d'avant-hier) a-t-elle eu besoin d'humilier pour arriver à son poste? Facile: elles n'ont insulté personne, elles ont fait ce qu'elles avaient à faire, dans le calme de la stratégie et de l'efficacité, et elles ont cloué le bec à des générations d'hommes et de femmes qui se sont dit que, finalement, la femme est peut-être bien l'avenir de l'homme, oui...

    Si tu veux être reconnue comme femme libre et indépendante, il te suffit de ne pas te laisser marcher sur les pieds, pas d'écraser ceux des autres!

    Et accessoirement, pour répondre partiellement à tes premiers commentaires: Oui, une femme subit un plus grand danger qu'un homme: dans la même rue, sur une année, ma copine s'est faite agresser presque quotidiennement lorsqu'elle était seule, jamais quand elle était avec moi. Et je ne me suis personnellement jamais fait ne serait-ce qu'accoster par qui que ce soit en 22 ans d'existence (et ce n'est pas faute de fréquenter des quartiers chauds). Donc la prochaine fois que tu veux reprocher à un mec d'être inquiet pour sa copine et le traiter de macho, assume les milliers de femmes violées et agressées chaque année, et ose lui répondre que c'est pas grave, qu'aux moins elles sont libres! Moi aussi, je préfèrerai mourir que de laisser ma copine se faire violer par une bande de connards, et j'assume!

    Maintenant, si tu veux supprimer ce message parce qu'il commence par t'insulter, à ta guise, mais prends au moins la peine de réfléchir à tout ça avant d'asséner d'autres conneries...

  178. (et sinon je laisse le débat continuer entre les autres internautes, hein, je voulais juste partager mon opinion avec l'auteure...)

    La bonne soirée à vous ^^

  179. Il est un fait assez simple. Lorsqu'on vient expliquer à quelqu'un combien il est intolérant, on évite de le traiter de "conne", "écervelée finie", "réactionnaire de bas étage" et "personne détestable". Sinon la grande leçon perd de son sel. On évite également de lui intimer quoi que ce soit.

    Erwik est macho car il ne parle pas de ses amis qu'il a envie de protéger, hommes comme femmes mais de sa copine. Comme lui - mais comme des millions d'autres personnes - tu as parfaitement intégré que les femmes sont en danger dans la rue. Tu ne penses d'ailleurs nullement qu'elles pourraient se défendre. Tu es là ; même face à une bande de connards. d'ailleurs tu imagines - tel un preux chevalier que tu préférerais mourir, bon c'est mignon m'enfin dans les faits non personne ne préfère mourir je te jure.
    Tu ne te demandes pas 30 secondes si par hasard ca ne serait pas la liberté des dix connards qu'il faut restreindre, non c'est la nôtre à coups de chaperon, de voile, de couvre-feu pendant que vous gambadez dehors.
    Alors OUI il y a des dangers dehors. Non il ne sont pas plus élevés pour les femmes. Je rappelle par ailleurs que la majorité des actes de violence sexuelle ont lieu DANS UN LIEU CONNU et PAR UN PROCHE.
    donc clairement - et là je vais pour le coup être encore moins sympathique- cessez de nous faire chier avec votre bonne volonté de gentil saint bernard.

    Tu me dis "Les gens comme toi qui refusent d’entendre l’opinion des autres". je sais que cela n'est pas immédiatement perceptible mais il y a quelques dizaines de commentaires ici qui ne sont pas d'accord avec moi. Voire qui m'insultent. Bizarrement je les ai laissés ce qui est assez étrange pour quelqu'un d'aussi méchant.
    "assume les milliers de femmes violées et agressées chaque année". 523 000 homme agressés en 2009. rien à dire de plus.
    au passage la majorité des femmes tuées c'est par leur conjoint. comme quoi elles auraient mieux fait d'être seules dans la rue à affronter des bandes de connards.

    Je ne suis pas bien sûre de comprendre le féminisme de Cléopâtre ; pas plus le fait qu'elle n'ait "insulté personne".

    sur le racisme. http://www.saphirnews.com/Le-racisme-explose-en-France-les-prejuges-aussi_a11566.html

    "de même que la domination de l’homme n’est pas quelque chose de naturel"
    qui a dit cela ?

    "Prouve tes hypothèses (...) et après on discutera!" ==> alors attends. tu débarques, tu me traites de conne, tu me sommes de prouver mes hypothèses et tu veux qu'on discute ? mais tu te crois où, lapin ?

  180. Non il a raison t'es conne tu comprend que ce que tu veux comprendre

  181. Tutur, je ne suis pas sûre que Madame se remette en question mais je vous admire d'avoir trouvé les mots du haut de vos 22 ans, cette réflexion là est bien plus mûre que les âneries que je lis depuis des jours.

  182. c'est le défilé des moi-je moi même, là.

    c'est magique.

    on parle politique, grands nombres, sociologie, femmeS hommeS, chacun y vient avec son nombrilou et vas-y que je me sens insulté, pas concerné, piqué au vif...

    on frise les 200 comms, la majorité des détracteurs étant là sur le mode "moi je moi-même vas y balance des preuves".

    mais quand on fait un article avec sources et statistiques précises là on a 7 commentaires.

    les preuves elles sont là. elles existent.
    les chiffres sont disponibles sur le site insee.

    50000 viols de nanas par an, 500000 agressions de mecs.
    dix fois plus.
    des femmes violées ou tuées par un mec qu'elles connaissent dans plus de deux tiers des cas.
    les mecs eux sont agressés dans la rue préférentiellement par des inconnus.

    Je comprends bien le raisonnement: ma meuf s'est faite agresser dans la rue quand j'étais pas avec elle.
    et bin soyons efficaces, identifions l'agresseur, foutons lui les jetons, ou déposons plainte (on va éviter de lancer le débat faut il ou pas faire confiance à la justice délabrée de ce pays pour gérer ça, ça risquerait de faire mal)
    ça évitera que ça se reproduise vingt fois.
    ou alors c'est que le quartier entier s'y met, c'est pas con de considérer de déménager.
    mais dire "dans ce cas là je viens avec toi", c'est à double tranchant. c'est tu seras sécurisée mais tu seras aussi plus jamais seule libre et peinarde.
    capiche?

    (et pis pour se défendre y'a pas que les mecs)
    (ya même des modèles de mecs qui servent à foutre rien dans ces cas là, croyez moi)
    (pour se défendre ya aussi la bombe lacrymo, le karaté, le chien)
    (et on est pas obligées de coucher avec, en prime)
    (enfin tu fais ce que tu veux avec les animaux je veux pas le savoir)

  183. on peut un peu s'attacher au factuel du grand nombre et pas à l'émotionnel du cas particulier?
    nan parce que sinon c'est psy land et on avance pas, hein.
    (mais oui, la compassion, c'est un moteur, oui)
    (l'intelligence globale aussi)

  184. les enfants. on se souvient que maman lit les ip et on évite d'utiliser plusieurs pseudos.

    bisous.

  185. Et bien les articles bien documenté avec des chiffres et des liens sérieux n'ont que 7 commentaires car ils sont sûrement très bien et il n'y a rien à ajouter sur ces sujets. On ne va pas aller râler sur des faits rééls et des analyses censées.

    Après reflexion je pense que c'est bien "psyland". Vous ne cessez de râbacher que dès qu'un homme est sympa faut le remercier en couchant avec ou en le "suçant". Je sais pas d'où vous sort cette idée, évidement des hommes dégueulasses et sexistes et qui vont violer ou tenter de soumettre leur femme ça existe, mais vous généralisez. Quelle bien piètre opinion vous avez des hommes ! Je me demande si votre motivation ne vient pas d'un drame malheureux impliquant ...

  186. Je vais donc adopter ton point de vue parce que tu as laissé des commentaires injurieux... Ou pas, ça prouve juste que tu assumes les reproches qui te sont faits, ce qui est déjà, je l'admets, une preuve d'honnêteté. Pas d'intelligence.

    Oui, je t'insulte, et j'attends que tu t'expliques (ou au moins qu'on puisse discuter) parce que contrairement à toi je n'ai tenu avant celui-ci aucun propos injurieux et je n'ai pas cherché à alimenter le débat en dehors de mon cercle d'ami (et encore).

    Tu restes fermée, tu ne vois pas que le seul lien que tu fournis ne prouve pas que la France est raciste, mais seulement bourrée de préjugés (si tu ne vois pas la différence, c'est que tu es vraiment défaillante). 16% d'homophobes en cumulé (donc un peu moins, selon les lois statistiques), et 30% de préjugés sur les juifs, le reste est clairement hors catégorie (les noirs sont plus forts? Pour autant que je sache, les noirs que je connais sont effectivement plus musclés que les blancs, et ça n'a rien de choquant à mes yeux, je les apprécie quand même... Les étrangers savent mieux profiter du système social que nous? Là encore, un préjugé vendu en partie par une politique de désinformation, d'une part, et par une réflexion toute bête d'autre part: quand tu t'installes dans un pays, tu cherches beaucoup plus à le comprendre et à comprendre son système que quand tu y es déjà. C'est du bon-sens, simplement terni par l'ambiance de xénophobie qui règne dans les médias. Quant aux juifs, leur communauté soudée et, objectivement, plutôt présente dans les médias - ce qui est différent de "tous les juifs passent à la télé"- laisse aisément passer ce genre de préjugés, sans qu'ils soient antisémites pour autant. La mésinformation n'est pas du racisme. Arrête tes amalgames.)

    En gros: tu gueules, mais ne réfléchis pas.

    Et j'ai rarement vu un tel degré de mauvaise foi et d'idiotie crasse que dans ta remarque:

    "Tu ne te demandes pas 30 secondes si par hasard ca ne serait pas la liberté des dix connards qu’il faut restreindre, non c’est la nôtre à coups de chaperon, de voile, de couvre-feu pendant que vous gambadez dehors."

    Pour reprendre ta réponse à Erwik: "Sérieusement, où as-tu lu ça?"

    Je prône au contraire la liberté des femmes, mais ça ne m'empêche pas de constater que si une femme voulait m'agresser, elle serait statistiquement beaucoup moins encline à réussir que si c'était l'inverse. Les hommes se font agresser par des hommes, les femmes par des hommes aussi. Veux-tu dire que tu veux restreindre la liberté des hommes au profit de celle des femmes? Si oui, alors tu ne te prétends pas féministe, seulement fasciste. Tu inverses les rôles, tu n'établis pas d'équilibre.

    Et l'argument des femmes battues par des proches, je le connais: j'ai deux amies qui ont été battues par un parent ou leur copain. Et le cas inverse: en plus de ma copine, j'ai déjà protégé une amie d'une agression, et un de mes amis a été dans le même cas plusieurs fois, allant jusqu'à se battre pour protéger les filles qu'il accompagnait.

    Tu assènes des chiffres impressionnants, certes, mais tu oublies toutes les filles qui n'ont PAS été agressées, et ce justement grâce à leur copain ou leur parent. Et c'est pour ça que je t'insulte et méprise ta réflexion: c'est qu'elle est à sens unique, et donc clairement caduque.

    Maintenant, si tu veux vraiment continuer à dire que j'ai tort sans te poser de question, alors va te faire voir...

  187. Oui mais plusieurs personnes peuvent s'interresser au sujet et participer derrière un même écran ("Attends attends je vais répondre"). On n'est obligés d'utiliser le même pseudo si on n'est pas la même personne, si ?

  188. DEFINITION DE L'OPPRIME

    Il y a un moment où il faut sortir les couteaux.
    C’est juste un fait. Purement technique.
    Il est hors de question que l’oppresseur aille comprendre de lui-même
    qu’il opprime, puisque ça ne le fait pas souffrir : mettez-vous
    à sa place.
    Ce n’est pas son chemin.
    Le lui expliquer est sans utilité.
    L’oppresseur n’entend pas ce que dit son opprimé comme un langage
    mais comme un bruit. C’est dans la définition de l’oppression.
    En particulier les « plaintes » de l’opprimé sont sans effet, car naturelles.
    Pour l’oppresseur il n’y a pas oppression, forcément, mais
    un fait de nature.
    Aussi est-il vain de se poser comme victime : on ne fait par là
    qu’entériner un fait de nature, que s’inscrire dans le décor planté par
    l’oppresseur.
    L’oppresseur qui fait le louable effort d’écouter (libéral intellectuel)
    n’entend pas mieux.
    Car même lorsque les mots sont communs, les connotations sont
    radicalement différents. C’est ainsi que de nombreux mots ont pour
    l’oppresseur une connotation-jouissance, et pour l’opprimé une
    connotation-souffrance. Ou : divertissement-corvée. Ou : loisir-travail.
    Etc. Allez donc causer sur ces bases.
    C’est ainsi que la générale réaction de l’oppresseur qui a
    « écouté » son opprimé est, en gros : mais de quoi diable se plaint-il ?
    Tout ça, c’est épatant.
    Au niveau de l’explication, c’est tout à fait sans espoir. Quand
    l’opprimé se rend compte de ça, il sort les couteaux. Là on comprend
    qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Pas avant.
    Le couteau est la seule façon de se définir comme opprimé. La
    seule communication audible.
    Peu importent le caractère, la personnalité, les mobiles actuels de
    l’opprimé.
    C’est le premier pas réel hors du cercle.
    C’est nécessaire.

    Christiane Rochefort, Préface au SCUM Manifesto, édition de 1977.

  189. Joelle, vous êtes un/une expert/e dans l'art de troller.
    m'enfin pousser jusqu'à la psychanalyse de comptoir sur la base faussée d'un extrait de comm' sans reprendre l'auteur(e) original(e) c'est beaucoup. Chomsky recommande de laisser s'exprimer le contradicteur quoi qu'il advienne, j'ai beaucoup de respect pour Chomsky, j'en ai donc tout autant pour valérie en l'occurrence.
    mais non, là, vous descendez si bas dans les abîmes de l'indécence que ça ne méritera plus, pour ce qui me concerne, aucune réponse.

  190. tutur

    (vroum?)(nan rien ya des pseudos en onomatopées qui m'en inspirent d'autres, tu noteras que moi la première j'en use et abuse)

    "Je prône au contraire la liberté des femmes, mais ça ne m’empêche pas de constater que si une femme voulait m’agresser, elle serait statistiquement beaucoup moins encline à réussir que si c’était l’inverse"

    >rien n'est moins sur.

    je ne sais pas ce qui te fait dire ça (enfin si je le sais mais j'ai envie que tu le trouves, toi)

    ya un tas de nanas en prison pour meurtre de mec qui je pense ont fait mentir cette phrase. comment peut-on expliquer ça?
    des hommes frêles? un effet de surprise? en même temps une agressions c'est rarement autre chose, la nana elle va pas venir vers toi en te disant "hé mec je vais t'agresser fais gaffe tiens toi prêt" des armes? bah en même temps les hommes qui agressent aussi en ont...
    nan je vois pas.
    éclaire moi.

    pourquoi des nanas arrivent à agresser et même tuer des mecs?
    et vu que ça existe qu'est ce qui fait que tu te sentirais à l'abri dans pareil cas?

  191. Heu, précision: je suis tout seul derrière mon écran, hein! Et je n'utilise que mon pseudo, j'ai pas besoin de me créer d'aide quand je pense avoir raison dans ma démarche, merci... (je connais décolorasse, mais c'est tout)

    @Pupuce> là où je pense que tu te fourvoies, c'est que ma seule réaction est due à, justement, l'intolérance totale de Valérie dans son argumentation. Je trouve ça scandaleux et j'essaye de le lui faire remarquer (violemment, certes, mais elle est au moins aussi violente depuis le début des commentaires)

    Mais bref, ce n'est pas à toi que je fais la guerre...

  192. je source, même, pour qu'on vienne pas me dire que les femmes sont pas capables de violence :
    http://www.cesdip.fr/IMG/pdf/QP_12_96.pdf

  193. nan mais hors guerre tu veux pas tenter de me répondre, juste?

  194. Pour une raison simple: je parle de statistiques, donc le factuel précis n'a rien à voir là dedans, mais sinon: 7 ans d'art martiaux, un physique qu'on ne qualifierait pas de frêle, 1m92 de haut et une vigilance constante quand je me balade. Et, comme je le disais: la force de l'expérience: 22 ans dans Toulouse, dont 1 an dans la rue Bayard (la plus craignos du centre, si tu connais), des amis qui vivent en banlieue, et jamais une seule agression malgré tout, mais mon physique imposant servant parfois de rempart lors de discussions tendues entre des ami(e)s et des wesh.

    Et une fréquentation des bars toulousains où les rugbyman y sont galants, protecteurs contre l'imbécile et suffisamment costauds pour mettre fin à un débat musclé sans attendre de récompense.

    traite-moi de macho si tu veux, mais oui, je me crois plus enclin à défendre une fille d'une agression que l'inverse. (je dis pas que je suis immortel, mais bon sang, apprenez à relativiser!)

  195. so fucking adorable...

    (et super vendeur)
    (nan mais je te récupèrerai ton 06 tta lheure, hein, en plus de féministe chuis cougar à mes heures)
    (fin de digression)

    toutefois ta réponse confirme bien ce que je pensais.

    donc on est bien d'accord que si ta nana, que je devine plutôt pas genre marmule de 90 kilos habituée au rugby et au combat (mais je peux me tromper, mais je t'avoue que ça planterait grave ma démo), si ta nana donc se mettait un tantinet à apprendre à se défendre elle-même, genre chais pas tu lui apprends un truc franco simple comme la clé de bras à main gauche en chopant les couilles à main droite (ouaich ouaich trop, mec), elle serait tout aussi en sécurité que toi dans la rue?

    (mais sans que t'aies besoin d'être là avec elle, ce qui te laisserait beaucoup plus de temps pour aller fêter les victoires au rugby)
    (ou pécho du cougar)
    (quoi?)

    nan?

  196. Hé bien figure-toi que je lui au justement appris la simple clé de bras (j'ai pas poussé, ça ne la motivait pas vraiment que je lui enseigne des trucs, elle est très indépendante), mais ça n'a jamais joué: elle sait se défendre bec et ongles (c'est le cas de le dire) et s'est déjà sorti de situations tendues par ses propres moyens, mais ce n'est pas pour autant que j'étais rassuré de la savoir rentrer seule chez elle quand je ne pouvais pas la raccompagner.

    Ca n'a rien à voir avec du sexisme, je m'inquiètes pour tous les gens que je sais rentrer chez eux dans un quartier chaud, mais je tiens plus à ma copine qu'à mes amis, oui (pas beaucoup, mais quand même), et l'expérience (encore) me fait penser qu'ils/elles seront plus en sécurité avec moi que seul(e)s, c'est pourquoi j'insiste souvent pour les raccompagner quand ils doivent rentrer seuls.

    Je me fiche de ce qui peut m'arriver parce que j'ai perdu l'espoir qu'il m'arrive quelque chose (jamais eu à me battre alors que je cherchais presque les lieux chauds, à une époque), mais je m'inquièterais toujours qu'il arrive quelque chose à un de mes proches... Et si Valérie dit "cessez de nous faire chier avec votre bonne volonté de gentil saint bernard.", hé bien qu'elle aille se faire agresser et violer une bonne fois (je le souhaite pas, mais presque, pour qu'elle comprenne), moi je continue de m'inquiéter de ce qui arrive à mes proches.

    C'est tout.

    Bon, pour être franc, j'ai UN ami dont je ne m'inquiète absolument pas du sort, ayant déjà prouvé qu'il sait largement se défendre, mais c'est la seule exception!

  197. " hé bien qu’elle aille se faire agresser et violer une bonne fois (je le souhaite pas, mais presque, pour qu’elle comprenne)"

    on y arrive.
    (mais c'est ma faute)
    (je l'ai cherché)
    (et puis un bon viol ca vous éclaircit les idées)

    enfin j'ai quand même une question.
    selon Joelle, j'ai du être violée pour penser aussi mal. Selon tutur je devrais l'être pour mieux penser.
    moralité ; je ne sais plus que penser les amis.

  198. @ Valérie : attention il y a deux Suzanne !
    Du coup je ne sais plus si c'est à moi ou à l'autre Suzanne que tu t'adressais.
    Moi c'est la Suzanne-pas-féministe-pas-gentille.

  199. tire à pile ou face et vois...

    Selon Joelle tu as du subir une épreuve traumatisante, pas forcément un viol: un père violent, une parente violée ou violentée, des agressions à répétition sur un court laps de temps (ou un long, selon l'intensité du trauma...)

    Tes raisons de haïr les hommes peuvent être nombreuses, tout comme celles de vouloir t'imposer pour avoir toujours raison, mais elles ne justifient pas un tel comportement, c'tou c'qu'on dit...

  200. mais, petite question au débotté comme ça.
    je comprends bien que j'ai un comportement inqualifiable. ouhlala oui.
    mais tu penses vraiment qu'avec un viol j'irai mieux ? je veux dire je me remettrai à penser droit ?
    non parce que d'un coup c'est une hypothèse à creuser.

  201. suzanne : l'autre, ne t'inquiète pas :)

  202. complexe de superman.

    je vois.

    parlez moi de votre père.

    nan je déconne. (ou pas)

    mais bon tu vois tu le dis toi-même, hein, elle se démerde, ta nana, quand il faut.

    ce que valérie te dit c'est qu'au niveau non pas de ton cas perso de superman (miam) (nan rien) mais au niveau des grands nombres et de manière GENERALE, pas uniquement dans les quartiers chauds, on aimerait, nous autres féministes poilues, que la peur si tant est que dans certains cas elle soit en effet rationnelle, soit ASEXUEE.

    qu'on ne dise pas:
    j'ai peur pour ma nana seule le soir
    mais
    y'a des coins où j'ai peur pour n'importe qui, mâle ou femelle, seul le soir

    parce que tu vois si on dit qu'on ne craint que pour les nanas, ça leur fait peur, aux nanas.
    et du coup elles n'osent plus sortir seules.
    sisi je te jure ça existe.
    y'en a même qui n'osent plus tout connement VIVRE seules. sans mec, je veux dire.
    là c'est grave, hein.
    (enfin y'a toujours un mec que ça arrange mais bon c'est pas forcément un pur choix éclairé si tu veux, quand t'as la trouille d'être seule tu prends le premier qu'est d'accord pour faire office de protection, tu l'aimeras à l'usure...ou pas, pis ça pénalise celui qui chouinait justement dans sa chambre en tenant votre photo de classe)

    (c'est beau quand j'image le truc, tout de suite, nan? on sent le vécu, là, ou bien? lol)

    tandis que si on dit qu'on a peur pour tout le monde, en fonction d'une certaine heure, d'un certain lieu, sur la seule base de la solitude face à potentiellement une bande d'agresseurs bourrés imaginons, là, on est beaucoup plus honnête, en effet, et on évite de traumatiser les nanas sur le fait que limite y'a qu'elles et elles seules qui risquent quelque chose.

    et puis aussi on laisse entendre que non seulement le mec superman marmule machin il pourrait, lui, affronter ça sans risque, mais également que la nana, et l'autre mec un peu plus chétif, pourrait aussi développer des moyens de self défense (ou un putain de clébard) et acquérir un tantinet plus de confiance en soi et de certitude quant à ses capacités, tu vois.

    de sorte qu'on laisse une place à l'imaginaire pour créer une SOLUTION au problème qui ne passe passe pas uniquement par la protection masculine.

    est-ce que c'est plus clair comme ça?

    maintenant si tu pouvais juste retirer l'histoire de se faire violer pour comprendre parce que d'abord c'est salaud, grave, ensuite tu serais étonné je pense de savoir combien quasiment toutes les nanas se sont un jour trouvées confrontées à l'agression sexuelle et combien au final pas mal d'entre nous ont appris à gérer ce risque et ont "compris" depuis genre leurs douze ans, t'inquiète pas.

    (si je te disais d'aller te faire goder à sec pour piger vite fait de plus faire chier aucune nana avec la sodomie je sais pas si tu le vivrais bien non plus, ça n'a pas sa place dans le débat, c'est comme aller balancer des conneries psychanalytiques à deux sous, tu vois, déplacé, incongru, un peu con quand même et...limite sexiste en fait donc ça te décrédibilise)

  203. "poilue". ah veuillez m'excuser madame, je ne suis pas poilue. J'ai perdu mes poils un soir de grand traumatisme.

  204. Rectif : Suzanne la féministe pas gentille.
    Comme quoi ce fil m'a lobotomisé.

  205. Non, évidemment (tu ne pourrais que plus haïr les hommes, sauf cas du syndrome de Stockholm, mais alors tu ne seras plus à proprement parler "lucide", donc hypothèse sans intérêt)

    Je dis juste que si tu continues à faire des amalgames et à ignorer l'aide et le renfort qu'un homme peut représenter (c'est aussi une menace potentielle, effectivement, mais un couteau aussi est une menace potentielle si tu tombes dessus alors qu'il a la pointe vers le haut, pourtant en cas d'agression tu serais sûrement rassurée d'en avoir un sur toi en dernier recours), c'est que tu dois avoir de sérieux problèmes personnels, parce que oui, un homme grand et fort (sans tomber dans le stéréotype, entend par là plus grand et plus fort que toi, le cas de sûrement pas mal d'hommes, l'inverse étant souvent (et génétiquement) moins vrai, quoique, évidemment, possible, mais on va pas commencer à énumérer toutes les possibilités, sinon aucun débat n'a lieu d'être et surtout on n'est pas couchés)... Je reprends: Oui, un homme grand et fort sera une meilleur défense en cas d'agression qu'une femme un peu moins grande et un peu moins forte. C'est génétique, j'ai pas vérifié mais je mettrais ma main à couper que c'est statistique aussi, et, en ce qui me concerne, toujours bien, prouvé par les faits.

    Et si t'es pas prête à accepter ça, t'es loin d'avoir une chance d'avoir raison dans un débat...

  206. ah oui.

    et sinon la menace de viol ? j'insiste un peu parce que tout de même ca a frappé l'opinion. cette phrase comme qui dirait frappée au coin du bon sens.

  207. @Valérie : condoléances.

    (les miens sont juste devenus blancs. laule)

    nan mais hé on n'a pas besoin d'expérimenter un trauma pour avoir un avis, si?

    ce truc de moi mon égo mon vécu mon connu mon émotionnel c'est tout de même énorme de connerie!

    z'avez entendu causer d'empathie les gens?

    c'est un truc ça te permet de piger une situation juste en la connaissant, sans la vivre. c'est limite magique, même, chais pas imaginez dans Lassie chien fidèle la bestiole elle était tellement empathique qu'elle pigeait que son petit maître se noyait dans le lac et elle allait chercher du secours, voyez?

    elle restait pas là connement à l'analyser et à penser
    "ô tiens il s'éclate dans l'eau comme moi hier"
    ou
    "ouah il sait pas nager il a du être jeté dans la flotte par le maître nageur à 6 ans"

    un truc génial je vous dis.

    tiens je veux pas ramener ma science mais vous allez rire, on a examiné chez le chien, il a des neurones miroirs, c'est ça qui lui sert de matos à empathie.
    et bin hé...
    sérieux...
    on a trouvé les mêmes chez les humains.

    sans dec.si.

    maintenant on cherche pourquoi y'a des gens qui s'en servent pas. si vous pouviez donner un exemple de réactivation des neurones miroirs là de suite, du coup, vous aideriez grave la science à sauver le monde.

    les féministes ne haïssent pas les hommes.

    (mais peuvent en haïr certains)
    (genre hitler)
    (point godwin volontaire, je devance l'appel)

  208. 'tin je prends du retard dans le débat et je me sens un peu à la bourre...

    Pour Pupuce: je comprends ton raisonnement (pour le truc du viol c'est exagéré, je le retire évidemment, mais j'ai pas l'habitude de m'énerver comme ça, faut pas faire gaffe à ce genre de propos déplacés), et je l'approuve, mais je dis juste que Valérie (puisque c'est toujours son propos à elle que je condamne -quoiqu'elle semble se calmer, ce qui me va très bien) bombe le torse quand les hommes veulent protéger les femmes, et qu'il n'y a là pas lieu de le faire: on ne dit pas que les femmes ne peuvent pas se défendre, mais il faut reconnaître que c'est moins facile pour une fille de se défendre contre un groupe d'agresseurs que pour un mec (mais le mec a plus de chance de se faire planter, soit...)

    Tout est relatif, mais ne prenez pas les bons sentiments pour une agression, c'est aussi aux femmes à apprendre à être plus indépendantes, voire autoritaire envers leur mâle (quand ma copine m'a expliqué que je la stressais à m'inquiéter pour elle j'ai pas insisté, j'ai calmé le jeu... Je m'inquiétais toujours mais je le lui ai moins dit et j'étais plus discret dans mes attentions... Oui, je faisais gaffe pour elle, mais uniquement par mon esprit de bon samaritain, toujours pas par sexisme... Si j'aime ma copine je veux la protéger, et j'espère que c'est réciproque, ça n'est pas sexiste, juste sentimental (ou alors vous considérez que les sentiments c'est pour les machos, mais alors là je ne saisis plus bien...)

  209. (j'avais loupé le truc sur la présence des juifs ds les media et les noirs plus fort physiquement).
    comme quoi faut bien tout lire de la pensée de tutur.

  210. tutur retire ton truc de viol steplé c'est relou.

    et nan sérieux nan y'a pas genre que deux humains possibles: petite femelle chétive et gros mâle viril pour la protéger.

    pisqu'on vient de t'expliquer didiou.

    tu lis ou pas?

    un gros machin couard servira à rien en cas d'agression.
    une petite bonne femme comme moi qui paie pas de mine par contre ça a déjà étalé trois gars à coups de talons aiguilles.
    (je fais toujours clouter l'intérieur de mes talons aiguilles, pour pas les casser. sachez messieurs que ce genre d'objets peut faire achement bobo)

    et à moins d'avoir un diplôme de psychiatrie, ce qui dans ton cas vu ton âge impliquerait un surdouement carrément peu crédible, cesse de vouloir analyser autrui.
    je te jure c'est ridicule.

  211. "mais ne prenez pas les bons sentiments pour une agression"
    vu le contexte c'est drôle.

    je vais essayer d'être sérieuse 5 mn.
    quoi que j'ai pu dire, souhaiter un viol n'est pas un "propos déplacé". c'est une menace claire visant à ce que "je me calme".
    quoi que tu dises maintenant quel crédit penses tu sincèrement avoir ici après ce genre de propos ?

    On va justement faire gaffe à ce genre de propos et c'est ca que tu n'as pas l'air de comprendre.
    On va justement éviter de se faire menacer parce que ce qu'on dit ne plait pas et qui plus est de viol.

  212. Tutur : tu découvres en fait que tu es macho et tu t'énerves contre Valérie parce qu'elle t'en fait la preuve.
    Donc du coup tu proposes un petit viol pour lui remettre les idées en place ? Pour qu'elle comprenne bien qui est le mâle dominant ici ?
    Voilà le résumé de ce fil pour moi.

    Comment dire. Je ne saurai que te conseiller... la lecture salutaire de la Domination masculine de Pierre Bourdieu.
    Salutations féministes.
    Suzanne

  213. vlà, c'est mieux, tiens. le temps que je t'engueule t'avais déjà baissé le ton, c'est bien.

    on comprend, tu l'aimes, ta nana.

    c'est bien (ou pas, ça dépend si on est cougar ou pas, en fait).

    pour autant ce trip de protection là c'est une construction sexiste.

    c'est pas ta faute, t'es né dedans.

    tout le monde nait là dedans.

    et les petites filles sont abreuvées d'histoires de princesses enlevées par les méchants sauvées par un chevalier tout ça, c'est pas nouveau.

    pour autant ce serait , peut-être, dans l'infini des possibles, imaginable que ça change, non?

    que la princesse elle soit genre la bombasse des jeux vidéos là je sais plus le nom (trou) celle qu'a plein de nichons et qui pile sa race à tout le monde?

    genre elle a pas super besoin d'un mec, en fait.

    c'est pas par besoin qu'elle est avec, du coup.

    donc c'est flatteur pour lui. c'est plus une utilité qu'elle apprécie chez lui, c'est juste sa personne.

    je crois que c'est un peu le message de ta nana aussi quand elle te dit de lui lâcher le mou.

    nan parce que tu sais il y a eu un avant toi. elle a vécu. elle est pas morte étranglée violée tout ça, hein.

    comme quoi c'est possible.

    tu vois un peu le truc de construction de rôles sociaux que je veux te montrer ou pas du tout, là?

  214. lara croft, putain.

  215. Mais C'EST retiré! Oo (non, sérieusement, si vous continuez à me dire que c'est moi qui lis pas ça va plus passer)

    Je veux pas analyser, mais je le fais par défaut parce que oui, je suis surdoué (bah oui, je le claironne pas partout, mais tu me cherches). J'ai pas un diplôme de psychiatrie, j'essaye juste de réfléchir avant de parler. Vous vous avez réfléchi une fois, vous êtes butées, moi j'en ai marre et j'ai cours demain, je me suis expliqué, vous continuez de rester obtuses, c'est votre problème...

    Si vous savez vous défendre, c'est tant mieux pour vous, et si un mec sait pas se défendre, tant pis pour lui, mais dans une potentialité d'agression, l'impact psychologique du grand gaillard bien bâti aura plus tendance à la reddition que celui d'une petite femme frêle. Après, tant pis si les apparences sont trompeuses...

    Et pour finir, vu que vous avez visiblement toutes les deux décidés d'oublier que la construction de phrase c'est pas que pour vous: oui, la génétique fait les hommes plus grands et plus costauds que les femmes, sauf exceptions. Voilà. Vous pouvez bouquiner n'importe quel livre de biologie, d'histoire, regarder autour de vous dans la rue, n'importe, ça m'étonnerait que vous arriviez à me contredire en toute bonne foi.

    Maintenant, je vais au dodo, cette discussion ne sert à rien, et vous me gonflez, si quelqu'un veut prendre ma place, bon courage... -_-

    @Suzanne>> non, je suis toujours pas macho, et j'étais énervé contre Valérie en lisant son article et ses commentaires, là je me suis sacrément calmé...

    Je respecte les individus en tant que sources d'idées, pas en fonction de leur sexe. Je m'inquiète en terme de potentialité d'agression, pas en fonction de sexe. Je suis énervé par les propos mesquins et susceptibles que je lis ici, et par l'étroitesse d'esprit ambiante, pas parce que ça vient de femmes.

    Et ce que vous me brisez, ça par contre, c'est sexuel, mais ça n'a pas sa place dans le débat.

    Je n'ai menacé personne, j'ai émis une hypothèse aussitôt suivi d'un correctif en ensuite d'excuses. Si ça c'est une agression, permettez que je porte plainte pour injures et diffamation, alors...

    Sur ce, j'en ai marre, bye

  216. "Si ça c'est une agression, permettez que je porte plainte pour injures et diffamation, alors..."
    alors là en effet je fais plus que permettre.

  217. (pour le truc du viol c’est exagéré, je le retire évidemment, mais j’ai pas l’habitude de m’énerver comme ça, faut pas faire gaffe à ce genre de propos déplacés)

    >>c'est pour ça que je lui recause les filles.

    néanmoins jeune homme il faut faire gaffe.
    très gaffe.

    ce que tu ne vois pas c'est que les mots sont très importants.

    tout l'art d'être un adulte à peu près pas trop branlant c'est justement de savoir comprendre la portée des horreurs qu'on peut dire sous le coup de la colère et l'impact que ça a non seulement sur la personne en face mais sur les éventuels témoins, en l'occurrence sur la société toute entière quand il s'agit de choses comme ça sur un thème politique.

    s'excuser c'est un début.

    pour autant la vie se chargera de t'apprendre que si ça se reproduit s'excuser ne suffit plus.

    comme quand tu t'engueules avec ta nana en gros. des fois ça fighte dur dans les couples, bin si on se balance du "salope" et du "connard" on peut se réconcilier un moment...mais au bout de dix ans le message est passé, on se sépare, l'une accusant l'autre de l'avoir traité de salope et l'autre de connard, pendant dix ans.
    c'est aussi simple que ça, le poids des mots.

    et du coup c'est hyper important en politique.

    parce que sinon c'est pas un divorce qu'on peut manger derrière c'est une guerre civile, rien de moins.

    c'est pour ça vois-tu que les vieux cons se tamponnent la tronche régulièrement sur des petites anicroches de vocabulaire qui comme ça, vues de loin, quand on fait pas gaffe, peuvent avoir l'air sans importance.

  218. oh bin voilà.

    cassé, le jouet.

    pfffff

    nan vraiment quand y'a pas la ressource y'a pas la ressource, quoi.

  219. "oui, la génétique fait les hommes plus grands et plus costauds que les femmes, sauf exceptions"

    à sa décharge c'est vrai que c'est ce qu'on leur apprend à l'école, et il y est encore.

    mais tout de même les exceptions sont légions.
    dans l'autre sens aussi, tutur, d'ailleurs.
    y'en a plein les podiums et les premières pages de magazines pour mecs, en fait.
    (parait même qu'elles ont du mal à trouver des mecs à leur taille. laule)

  220. Je suis pas un jouet et je comprends le poids des mots.

    Maintenant faites-moi le plaisir de relire entièrement votre débat de mon point de vue.

    J'aime les guerres perdues d'avance, mais pas les lynchages.

    Vous ne laissez le bénéfice du doute à personne dans cette discussion (bon ok, personne c'est moi, pour la majorité, mais bon...), donc en plus du poids des mots, pense au poids du comportement, qui joue autant dans le ménage au quotidien (une femme délaissée se sentira autant blessée qu'une femme directement insultée, j'en suis témoin) que les paroles.

    Et applique ça ici.

    Merci.

  221. On arrête donc là.
    des deux côtés. merci.

  222. (je sais pas pourquoi je continue de poster, promis c'est la dernière fois!)

    y’en a plein les podiums et les premières pages de magazines pour mecs, en fait.
    (parait même qu’elles ont du mal à trouver des mecs à leur taille. laule)

    y a plein de filles sexy dans les magazines pour mecs, mais dans la rue j'en vois pas autant.

    Je compare: je suis le plus grand de ma famille... Suit par ordre: mon cousin, mon autre cousin, mon autre cousin, mon père, son frère, ma mère et ensuite les femmes, et mon petit cousin pour finir avec sa soeur ainée. Dans ma classe, pareil: les hommes surpassent les filles d'une tête (la plus grande fille fait 1m80, elles sont trois dans son cas, ils sont trois mecs plus petits (ou quatre). On est 58.

    C'est pas l'école qui m'apprend ça, c'est le vécu.

    Quand je parlais de bonne foi...

  223. [...] Sois conne mais surtout tais toi, ou, je persiste et je signe De nombreux lecteurs et lectrices se sont offusqués de ma petite bafouille d’avant-hier – ca tombe bien c’était le but – en disant en substance que j’étais 1. très intolérante (scoop de l’année) 2. que c’était très vilain de traiter les femmes non féministes de connasses décérébrées. Reprécisons donc les choses. Personne n’a nié que les femmes – et les hommes – sont conditionnés. Si tu n’es pas féministe, tu es sexiste. N’importe qui peut être féministe, mais n’est pas féministe qui veut. Comme promis, donc, pour contredire préciser les propos de mon article précédent , je vais vous expliquer ce que c’est d’être féministe. Parce que c’est à la fois très simple et très compliqué. If I don't laugh at your sexist comment... [...]

  224. [...] Sois conne mais surtout tais toi, ou, je persiste et je signe [...]

  225. [...] Sois conne mais surtout tais toi, ou, je persiste et je signe [...]

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.