jan 112011
 

L'île de Gorée est à 20 minutes en bateau de Dakar ; on emprunte pour s'y rendre un ferry. Cette visite a été pour moi assez paradoxale ; l'île est absolument magnifique. Ce ne sont que murs colorés et bougainvillées de toutes les couleurs ; c'est également un lieu symbole de la mémoire de la traite des esclaves en Afrique. Gorée a été classée au patrimoine mondial de l'humanité en 1978.

goree3

Je n'ai toujours pas compris pourquoi Gorée avait été choisie pour cette commémoration plutôt que Saint-Louis qui était un des plus grands ports de la traite négrière ce que n'a jamais été Gorée.
Si quelqu'un le sait ?

A Gorée on visite donc "La maison de esclaves" ; il semble en fait que cette maison n'ait pas été un lieu de détention pour les esclaves. Il serait au passage intéressant d'en savoir plus sur les signare dont je n'avais jamais entendu parler.

goree4

On peut également visiter, à côté, le musée de la Femme Henriette-Bathily.

Gorée est un lieu extrêmement apaisant - les voitures y sont prohibées - qui contraste fortement avec la très bruyante Dakar. Les couleurs des murs que vous voyez sont apparemment très typiques du Sénégal ; on en voit un peu partout.

goree2

goree5goree6

goree7
goree8

Voici l'ancien palais du gouverneur, achevé en 1864, en attente de rénovation.

TumblrPartager

  6 réponses sur “L’île de Gorée au Sénégal”

  1. J'ai eu les mêmes impressions que toi concernant l'île de Gorée.

    Pour répondre à ta question, pourquoi Gorée et pas St-Louis, je ne sais pas. Mais c'est peut-être pour une raison purement symbolique. A Gorée, il reste une maison des esclaves, alors que je ne me souviens pas en avoir vu à St-Louis. Ensuite, St-Louis a une histoire beaucoup plus large que la traite des esclaves (ancienne capitale), tandis que Gorée a une histoire plus limitée. Et puis, tant qu'à faire un symbole, peut-être le fait que ce soit une île, comme si elle symbolisait à elle seule déjà le départ des esclaves vers les Amériques. Il s'agit bien de commémoration et de symboles, ça ne doit donc pas être basé sur des faits et mesures strictement historiques.

    Sinon, concernant les hauts lieux de l'esclavage, j'ai aussi vu Ouidah au Bénin cet été: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ouidah

    C'est purement personnel, mais j'ai ressenti beaucoup d'émotions à Ouidah qu'à Gorée. J'ai trouvé Ouidah symboliquement beaucoup plus fort, peut-être parce qu'il n'y avait pas le coté joli et apaisant de l'île de Gorée.

  2. mwana ; c'est vrai que le symbole de l'île est parlant en effet.
    a ce que je comprends, le fait de faire de Gorée un symbole a aussi été la volonté d'un homme Boubacar Joseph Ndiaye (http://fr.wikipedia.org/wiki/Boubacar_Joseph_Ndiaye) sinon il semble que le Sénégal soit moins intéressé que d'autres pays à commémorer l'esclavage.

  3. Comme Mwana Muke j'ai ressenti ailleurs bien plus d'émotions, en visitant un autre lieu hautement symbolique de la traite des esclaves, c'est Elmina au Ghana et son fort Hollando-Portugais.

    La visite, mais aussi la lecture des messages des afro-américains revenus sur la terre de leurs ancêtres pour renouer avec leurs racines étaient très émouvants et chargés d'Histoire.

  4. Que de souvenirs en revoyant ces photos.... j'ai vécu mes deux jours sur l'île avec deux sentiments, l'un en rapport avec son passé, même si effectivement, ce n'est pas l'endroit où la traite des esclaves était le plus actif.... et ce sentiment de douceur de vivre, de temps qui s'arrête, de voyage introspectif, de bien-être...

    C'est étrange en y repensant. Gorée est un endroit particulier pour moi, peut être parce qu'elle représente les paradoxe de l'Afrique tels que je me les représente. Je ne sais pas...

  5. Gorée a été rénovée y a pas très très longtemps (enfin une bonne vingtaine d'année maintenant quand même) et avant le lieu ne ressemblait pas du tout à ce qu'on peut voir maintenant.
    Il n'y avait notamment pas toutes ces couleurs vives (typiques de rien du tout à ma connaissance et qui choquent même les sénégalais en tout cas ceux de ma famille).

    Quand ma mère m'y a emmenée elle n'a plus rien reconnu et m'a dit que le lieu avait perdu beaucoup de sa charge émotionnelle avec la rénovation.

    Quand à Saint Louis et le fait qu'on y ait pas d'avantage célébré la commémoration de l'esclavage, il faut dire que c'est une ville qui pendant longtemps a été aux mains d'intérêts quasiment exclusivement français (bien plus longtemps que Dakar et bien après la décolonisation et l'indépendance, voire même encore aujourd'hui) et je pense que ça joue beaucoup dans le fait que l'on n'y commémore pas grand chose.
    (et puis la "commémoration" est souvent aussi un luxe de pays riche (hélas) que le sénégal ne peut se permettre (sauf quand son président veut faire des statues...) et qu'en la matière il est bien souvent tributaires de crédits étrangers (et d'ailleurs il me semble que pour Gorée tout ça est le fruits de subventions venant de l'étranger).

  6. Joëlle ; ah bon ? parce que j'ai vu beaucoup, beaucoup de bâtiments peints dans ces couleurs à Dakar également. (bon c'est peut être une nouvelle mode).

    "il est bien souvent tributaires de crédits étrangers" ah peut être des afro américains ? il en vient pas mal là bas. a ce que j'ai compris l'ancien conservateur de la maison des esclaves a beaucoup bataillé pour obtenir et une reconnaissance et des fonds , c'est peut être ce qui a pesé dans le sens de Gorée.
    "et puis la “commémoration” est souvent aussi un luxe de pays riche (hélas) que le sénégal ne peut se permettre"
    c'est vrai.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.