oct 042010
 

(oui j'ai honte de rien)

J'avais dit que je n'écrirais pas sur le sujet  parce que Cantat n'est symbole de rien et qu'entre les droitards qui veulent taper  sur du gaucho et une certaine  gauche qui excuserait n'importe quoi, j'estimais qu'il n'y avait rien à en dire.
Jusqu'au moment où j'ai ouvert les journaux d'hier.
Je n'ai, clairement, rien à dire sur Cantat. Il a purgé sa peine, a le droit de reprendre sa vie habituelle, qui comprend, entre autres, le passage sur des scènes publiques.

Mais qu'on m'explique le pourquoi de cette publicité ?
Le retour de Cantat sur scène doit être traité comme  celui des Bérurier il y a quelques années. Un évènement pour les fans, une ignorance absolue pour 99% de la population.

Au final, cela n'est pas le retour de Cantat sur scène  qui me gêne. C'est de voir des journalistes oser sérieusement demander s'il peut le faire (comment comptez vous l'en empêcher ?) et surtout une certaine catégorie de fans.

S'il y a bien un invariant culturel, ce sont les sempiternelles excuses trouvées aux violences sexistes.
- elle est allée chez lui
- il a du talent
- elle était chiante quand même
- il n'a pas la tête de lemploi
- il défend les opprimés
- il est très malheureux et assez puni comme cela (celle là c'est ma préférée)
- oui enfin il ne la frappait pas tous les jours
- c'est un crime passionnel
- elle l'a abandonné
- c'est la victoire du prolétariat sur la gauche  caviar (lu à l'époque)
etc etc.
- il a tenté de se suicider, ca prouve bien que.
- certes il l'a droguée et sodomisée MAIS elle est allée chez lui
- toutes ces basses accusations ne sont que de l'antisémitisme/du racisme/le fait de droitistes/gauchistes.
- elle n'a pas voulu sortir avec lui
- elle l'a quittée

Et surtout le grandiose "ca peut arriver à n'importe qui". Sachant que je ne vois aucune différence entre les violences racistes et les violences sexistes, j'attends le jour où on m'expliquera que la participation à une petite ratonnade peut arriver à n'importe qui.

Notons qu'il traine, ici et là, des comparaisons avec Céline (oui absurdes on est d'accord). Que je sache aimer Céline n'oblige pas à défendre ses positions antisémites. Aimer Cantat n'oblige pas à défendre l'indéfendable.

Des liens sur le sujet (je ne suis d'accord avec aucun, notez).
CSP
authueil
Isabelle Germain

TumblrPartager

  62 réponses sur “Lasciatemi Cantat-re”

  1. Ah merde !
    Je fais parti des gens qui disent qu'il est assez puni comme ça... je vais aller me fouetter avec des orties fraîches.

  2. Toutafé d'accord (sauf sur cette histoire de comparaison entre violences faites aux femmes/violences racistes : je ne suis pas sûre que le geste de Cantat soit à lire comme une violence faite aux femmes en général, mais plutôt à cette femme-là en particulier, non ? Je veux dire, c'était sa compagne, ils avaient tout un vécu qu'on ne connaît pas, c'est pas pareil que d'aller casser du Juif ou du pédé au hasard. Et par "pas pareil" j'entends "pas de même nature", si on peut dire ça comme ça ; je ne veux pas dire "plus grave" ou "moins grave".)
    Et comme toi, je ne suis d'accord avec aucun des trois articles, mais le premier et le dernier sont quand même particulièrement minables.

  3. J'ai lu un truc dans un machin de philo qui expliquait la différence entre le Droit et notre perception (individuelle) du Bien et du Mal.
    Bref... on est plein dans le sujet, je crois.
    Et perso, je n'en pense rien et je m'en tape.
    Par contre, ton titre est hon-teux. :)
    (après, on peut parler un autre jour de la question de savoir si Noir Désir a encore quelque chose à nous dire, sujet qui m'intéressera un tantinet plus).

  4. Déjà, bravo pour le titre ;-)

    Ensuite je suis tout à fait d'accord avec toi!

    ben, oui, on a un système pénal, il y a des condamnations, des peines qui sont purgées et ensuite on sort de prison et on a le droit de continuer à vivre.

    Sinon, et bien on enferme à perpétuité ou on condamne à mort, ou on créé de citoyens de seconde zone (oui, c'est à la mode en ce moment)...

    En démocratie (enfin ce qu'il en subsiste) la loi est supposée être la même pour tout le monde.
    Si Cantat était architecte ou plombier il continuerait à être architecte ou plombier.

    alors qu'il vive sa vie et qu'on arrête d'en parler chacun (e) est capable de décider s'il a envie de continuer, ou non, à suivre sa carrière.

  5. cricrib ; ND a eu un jour un truc à nous dire ? :p

    Gallïane ; oui j'avais lu ton com chez autheuil.

    Araignée. Un homme qui va se rendre coupable de violences sexistes vise en effet une personne en particulier et rarement, consciemment, le groupe social "femmes". mais prenons un exemple plus parlant. Prenons la caricature du batteur de femmes qui frappe quand sa soupe est froide. c'est bien une personne qu'il frappe, mais parce qu'il a une certaine idée de ce que doit être une femme comme le raciste ou l'homophobe ont une certaine idée de ce que doivent être l'homo/le noir.

    "Je veux dire, c’était sa compagne, ils avaient tout un vécu qu’on ne connaît pas"
    en fait je ne me prononce pas spécialement sur l'acte de Cantat (encore que j'aurais des choses à dire sur la ligne de défense de son avocat tiens) mais sur les propos de ceux qui sont à la limite de justifier cet acte.

  6. Premier atterrissage ici, j'eu aimé qu'il se passât (comme cantat) sur un terrain moins hostile.

    J'ai plutôt un sentiment d'interrogation sur ce retour médiatisé/attendu/espéré/redouté de ce chanteur.

    C'est quoi le but? Publicité de connivence? Cantat aurait-il négocié avec les médias son retour, craignant le OSEF ou les huées?

    Et en parlant de huées, et si ça s'était mal passé?

  7. "Premier atterrissage ici, j’eu aimé qu’il se passât (comme cantat) sur un terrain moins hostile." ==> hostile ? en quoi suis je hostile ? (ou je n'ai pas compris ton com).

    très franchement, je doute que Cantat ait négocié quoi que ce soit. Pour travailler indirectement pour beaucoup de journaux, je constate leur tendance grandissante, pour simplement susciter des commentaires, des réactions, des liens, à surfer sur les vagues de l'indignation complaisantes.
    un article sur cantat permet de
    - voir deux camps s'opposer avec une simple question
    - beaucoup de liens
    - un nouvel article pour faire le constat du premier "vous êtes 31.9% à ne pas vouloir son retour"
    et c'est bien cela pour moi le plus répugnant. Tous les canards généralistes qui traitent de l'histoire n'en ont pas plus à foutre de Trintignant que de la musique de ND ; ils font juste le buzz (et ca marche parfaitement puisque, moi comme d'autres on réagit :) ).

  8. OK, pardon, je t'ai lue trop vite :)

  9. "Jusqu’au moment où j’ai ouvert les journaux d’hier."
    Je me demande si le problème n'est pas là en effet. Je suis hostile à l'utilisation faite par les uns et les autres du fait divers parce qu'il s'agissait d'un rockeur et d'une actrice connus. Il y a environ 200 femmes qui meurent par an des violences de leur (ex)compagnon? Soit 1500 depuis cette histoire? Parlons-en!

    J'aime le rock, j'aime Eiffel, j'aime Noir Désir, je suis contente que B. Cantat ait chanté et j'ai regardé quelques vidéos. J'espère que de la nouvelle bonne musique sortira de là.

  10. Hostile, je m'explique.
    Il s'agit du sujet qui, comme tu l'expliques, prête à opposition de deux camps. Et il y a toujours des dommages collatéraux, d'où le hostile.
    Et effectivement, je n'ai pas lu beaucoup de billets sur Internet ou de papiers dans la presse qui se soit risqué à pencher soit du côté Noir désir, que de celui de Marie Trintignant.

  11. Un acte de violence contre une femme n'est pas nécessairement un acte de violence sexiste, consciemment ou non.
    Penser cela n'est pas nécessairement justifier ce qu'a fait Cantat.
    Ne pas justifier ce qu'a fait Cantat ne veux pas nécessairement dire que ça m'interdira

  12. *m'interdirais d'écouter sa musique si elle m'intéressait

  13. Mais quelle imagination pour le titre de cet article! bravo.
    Je ne sais pas pourquoi j'ai été super choquée par la mort de Marie Trintignant. Peut être parce que j'aimais beaucoup cette femme, et Bertrand Cantat pas du tout. Forcément je ne suis pas très objective tu me diras...
    Mais je trouve aussi étrange qu'on médiatise son retour, parce qu'il n'y a guère que ses fans que ça intéresse en effet.

  14. Je constate juste que c'est encore la preuve que des mecs peuvent cogner sur leur bonne femme et que des gens continuent d'avoir pour commentaire "oui, mais elle était chiante"... Y'a rien qui justifie qu'on tabasse sur qui que soit (perso, je ne tolère même pas qu'on frappe un animal). Par contre, vouloir lui interdire de faire son métier, c'est juste inventer la réclusion morale à perpétuité.

  15. "qu'on tabasse qui que ce soit" (pardon)

  16. Je suis d'accord qu'on ne devrait pas autant médiatiser son retour et que ça ne devrait intéresser que ses fans. Pour l'argument qui consiste à dire que s'il avait été plombier, il continuerait à être plombier, je ne suis pas sûre qu'il soit si facile que ça pour un anonyme qui sort de prison de se réinserer dans la société et de retrouver un emploi... Même si on devrait considérer, pour Cantat comme les autres qu'ils ont réglé leur dette à la société et que la justice les a déjà punis.

  17. "Un acte de violence contre une femme n’est pas nécessairement un acte de violence sexiste, consciemment ou non.
    Penser cela n’est pas nécessairement justifier ce qu’a fait Cantat."
    qui a dit le contraire ?
    en revanche quand on commence à expliquer qu'elle était chiante, ou je ne sais quelle ânnerie, on justifie.
    si on commencait à tuer tous les gens chiants, je dois me construire un bunker très rapidement.

  18. La "certaine idée de ce que doit être une femme" dont tu parles n'a peut-être rien à faire là dedans.
    Ici ou ailleurs j'ai lu plein de posts qui font de Marie Trintignant un symbole représentatif de toutes les victimes des violences machistes.
    Mais pour moi elle n'a pas été victime du machisme, elle a été victime d'un homme qui n'a pas su se contrôler.
    Si c'est Trintignant qui pesait le double du poids de Cantat, peut-être qu'elle n'aurait pas su retenir ses coups non plus, et peut-être que Cantat serait mort. Va savoir.
    On peux mettre ca sur le compte de la passion, de l'alcool, de la drogue, du machisme, dans tous les cas c'est simpliste. Les 250 femmes par ans tuées par leur conjoint, c'est 250 drames individuels aux causes complexes.
    Ca n'épargne aucune classe sociale, ca n'épargne pas les gens cultivés, sympathiques, attentionnés, ni mêmes les humanistes convaincus ou les moralisateurs de tout bords.
    Ca aurait peut être été ca la leçon à tirer de tout ce barda, mais au lieu de ca, tout ce que je vois sur la toile c'est des Cantat = macho, ou Trintignant = salope...

  19. "Ici ou ailleurs j’ai lu plein de posts qui font de Marie Trintignant un symbole représentatif de toutes les victimes des violences machistes."
    ou as tu lu cela ici ?

    "La “certaine idée de ce que doit être une femme” dont tu parles n’a peut-être rien à faire là dedans."
    relis moi je ne parlais pas de cantat.

    "Mais pour moi elle n’a pas été victime du machisme, elle a été victime d’un homme qui n’a pas su se contrôler."
    t'en sais rien.

    "Si c’est Trintignant qui pesait le double du poids de Cantat, peut-être qu’elle n’aurait pas su retenir ses coups non plus, et peut-être que Cantat serait mort. Va savoir."
    avec des si.

    "Ca n’épargne aucune classe sociale, ca n’épargne pas les gens cultivés, sympathiques, attentionnés, ni mêmes les humanistes convaincus ou les moralisateurs de tout bords."
    qui a dit le contraire ?

  20. Préambule : j'aime ND et son chanteur. Ce qu'a fait l'homme n'aura pas d'influence sur l'éventuel achat de nouveaux disques ou de nouvelles places de concert.

    J'aimerais qu'on puisse dissocier le personage public de l'individu privé, l'artiste de l'homme, l'idole du meurtrier (j'en cherche une quatrième mais je bloque) mais ce cloisonnement n'est pas possible. Bertrand Cantat n'est pas plombier ou architecte mais un personnage public. Donc sa présence sur scène engendre des retours dans les médias. Et sauf à se couper du monde, il est difficile pour les proches de Marie Trintignant de ne pas en entendre parler. S'il avait été plombier, les proches de la victime n'auraient plus à en entendre parler. Mais ce n'est pas le cas, et je comprends à quel point ça doit être dur pour eux la médiatisation (quelle qu'elle soit) de son retour sur scène.

    Là-dessus s'ajoute le rôle de la presse, qui a deux énormes torts :
    - surmédiatiser un évènement musical (le retour sur scène d'un chanteur populaire qui en était éloigné depuis un moment) et le traiter en fait divers au lieu des pages musicales. En plus du reste, je partage pleinement ton constat sur la presse.
    - faire du commentaire de trottoir. Les mêmes cons qui sont pris en otage un flingue sur la tempe à chaque retard de train, qui sont très minoritaires mais qui sont les seuls montrés parce-qu'ils sont extrêmes. Dans le cas Cantat c'est pareil. Les gens mesurés qui apprécient de revoir Cantat sur scène ne sont pas intéressants, on leur préfère les connards qui pardonnent tout à l'homme parce-qu'ils aiment l'artiste. Ces gens sont ridicules, mais ils ne sont pas nombreux. Malheureusement c'est eux qu'on montre.

    "J’attends le jour où on m’expliquera que la participation à une petite ratonnade peut arriver à n’importe qui." Ben je le dis, ça peut arriver à n'importe qui. N'importe-qui qui s'enferme dans un schéma de pensée dans lequel l'arabe (pour la ratonnade, mais mais qui tu veux à la place) est un ennemi à faire payer. Le basculement dans ce schéma de haine peut avoir plusieurs sources : l'effet de groupe (je suis pas méchant mais j'aime pas trop les arabes, les gens que je fréquente les aiment encore moins, et entre nous on se monte la tête jusqu'à ce que la haine se transforme en passage à l'acte), avoir été élevé dans ce climat de haine, réaction à un fait divers (je me suis fait racketer par un arabe donc les arabes sont l'ennemmi), climat de peur et d'incompréhension entretenu politiquement (besoin d'un dessin ?), alcool, etc (bien-sûr les différentes sources peuvent se cumuler). Ca peut même aller très vite. Donc oui, à mon avis une ratonnade ou un cassage de pédé peut arriver à tout le monde. Et que ça puisse arriver à tout le monde ce n'est en rien une excuse, comme ce n'est en rien une excuse au tabassage de sa femme.

    PS : bravo pour le titre.

  21. Je voudrais revenir sur "Les 250 femmes par ans tuées par leur conjoint, c’est 250 drames individuels aux causes complexes."
    chacun a une histoire individuelle et complexe. mais en ce cas, autant mettre au feu les 3/4 des sciences humaines dans lesquelles on étudie très souvent des groupes sociaux composés d'histoires individuelles complexes.
    L'étude du clergé au 13eme ? Impossible chaque membre a une histoire particulière.
    l'étude des mouvements migratoires ? Idem.
    l'étude de la violence sexiste ? Idem.
    A partir du moment ou un acte commis par des individus devient récurrent, alors on en tire des conclusion globales.
    pour autant, c'est comme opposer psychanalyse et sociologie ca n'a pas de sens ; l'un et l'autre sont deux approches différentes.

    ===
    Bôôh : Oui cela doit être épouvantable pour les familles. Pour autant on ne va pas leur mentir, la justice n'est pas la pour les victimes mais pour le collectif. Si l'on commencait à penser une justice pour les victimes (ce sur quoi joue sarkozy) autant rétablir la peine de mort, la torture, la vengeance personnelle. soyons francs, pour beaucoup de victimes - et on peut le comprendre - seule la mort du coupable leur semble une punition suffisante.

    "Les gens mesurés qui apprécient de revoir Cantat sur scène ne sont pas intéressants, on leur préfère les connards qui pardonnent tout à l’homme parce-qu’ils aiment l’artiste. Ces gens sont ridicules, mais ils ne sont pas nombreux. Malheureusement c’est eux qu’on montre."
    je ne partage pas ton constat de part mon boulot. aucun media ne m'a donné des consignes disant "censurez les gens qui disent des choses posées". il se trouve qu'en deux jours j'ai du en avoir deux. Et cela, pour en revenir à mon propos précédent sur la sociologie, devient trop récurrent pour y voir des histoires individuelles. De manière collective, nous tendons, par Internet et son instantanéité, par une politique axée sur l'émotion, à réagir par l'émotivité et pas par la raison.

    - sur les ratonnades/violence sexiste/etc. Il faut des circonstances particulières et collectives pour aboutir à une ratonnade. On a par exemple étudié l'attitude des soldats pendant la guerre, qui, de M.et Mme tout le monde, peuvent devenir des bourreaux, des tortionnaires. Cela arrive à tout le monde si et seulement si des circonstances sont réunies.

  22. "Pour autant on ne va pas leur mentir, la justice n’est pas la pour les victimes mais pour le collectif." Parfaitement d'accord. J'exprimai juste pourquoi ce n'était pas la même chose quand un personnage public retournait au travail après un tel acte par rapport à M. Toutlemonde.

    "Je ne partage pas ton constat de part mon boulot..." je n'ai qu'un échantillon réduit d'êtres humains autour de moi, et je dois avoir de la chance et être bien entouré vu ton constat. Sur la dictature de l'émotionnel, je te rejoins complètement. Ca me fait penser au labsus de R. Dati : tout le monde s'est bien amusé (la gaieté est une émotion plutôt rare face à l'actualité), les journaux étaient à deux doigts d'en faire leur une, et personne n'a écouté le propos en lui-même qui n'était que démagogie et reniement de ses votes au Parlement Européen. C'est sur que le labsus était vachement plus important.

    Il faut aussi des circonstances pour les violences conjugales. La différence est qu'elles sont purement individuelles (passif, alcool, usure du couple, etc.).

  23. Cantat continue de m'indifférer totalement, il est une non-personne dans ma vie : jamais eu rien à fiche ni de lui ni de son groupe. Je supporte d'autant plus mal l'idolâtrie médiatique qu'on lui voue et dont on m'envahit, et tout particulièrement parce que _tout_le_monde_sait_ qu'il a tué sa compagne. Juridiquement l'affaire est réglée et purgée, éthiquement elle ne le sera jamais. Et je ne vois par conséquent pas ce qu'il y aurait à idolâtrer, notamment dans son cas.

  24. “Mais pour moi elle n’a pas été victime du machisme, elle a été victime d’un homme qui n’a pas su se contrôler.”

    Et comme par hasard ces fameux hommes qui n'arrivent pas à se contrôler, c'est face à leur femme, mais dans d'autres circonstances, y'a contrôle... ils n'ont pas cassé la gueule de leur patron qui les fait chier, de leur voisin qui les fait chier, de je ne sais qui les fait chier, non de leur femme, parfois de leur mômes d'ailleurs

    Et c'est bien ça qui fait des violences conte les femmes autre chose qu'une histoire personnelle de perte de contrôle ou de "pulsion"

  25. "Il faut aussi des circonstances pour les violences conjugales. La différence est qu’elles sont purement individuelles (passif, alcool, usure du couple, etc.)."
    comme le montre maxime, pas vraiment. les hommes violents envers leur conjointe/enfants le sont rarement à l'extérieur de chez eux. Si vraiment il ne s'agissait que d'alcool par exemple, ou que de dépression ou que de je ne sais quoi, pourquoi ces types ne vont JAMAIS tabasser un voisin, un collègue, un patron ?

    je reviens quand même sur ca "Si c’est Trintignant qui pesait le double du poids de Cantat, peut-être qu’elle n’aurait pas su retenir ses coups non plus, et peut-être que Cantat serait mort. Va savoir."
    je devais dormir hier.
    On a donc un type condamné et un cadavre.
    et là resh, tout fringant vient nous dire que peut être on sait jamais mais Trintignant aurait pu frapper et tuer.
    imaginons cette nouvelle ligne de conduite
    "certes il a violé mais sa victime aurait pu le violer, alors bon"
    "certes il a tué mais sa victime aurait pu le tuer alors bon"

    on peut aller loin comme ca. au final, je pense qu'on devrait même rejuger Cantat et juger qu'il n'a agi qu'en état de légitime défense. Pauvre chou.

  26. Valérie > "pourquoi ces types ne vont JAMAIS tabasser un voisin, un collègue, un patron ?"

    Ce n'est pas exclusivement une affaire de force physique : les personnes violentes cotoient d'autres individus plus faibles qu'eux, et auraient sans doute des raisons de les cogner. Ce qui s'ajoute a ce sentiment de puissance physique et qui les faits agir contre leur proche, c'est la puissance morale / mentale qui s'exerce. Dans un couple, ou avec ses enfants, l'individu violent est dans une démarche possessive et exultoire : il peut cogner parce que le rapport particulier qu'il entretient avec l'autre lui garantie un controle de sa victime. Elle n'ira pas porter plainte, et si ça se trouve se sentira coupable de ce qui s'est passé. C'est donc d'autant plus "tentant" et "facile" pour suciter le passage a l'acte : l'intimité du foyer est un cache misère parfait pour quelqu'un qui se venge de ses frustrations sur ses proches.

    [petit écart dans le débat]
    Vu que nous sommes ici plutôt en territoire progressiste, pourquoi parler "d'hommes violents" au lieu "d'individus violents" ? sous entendons nous donc que les femmes sont incapable de la même chose ?

  27. J'aime Noir Désir mais je me fous de Cantat.A-t-il orchestré son retour sur scène par une conférence de presse? Est-il venu montrer son cul à ceux qui ont du cerveau disponible?

  28. "
    “Ca n’épargne aucune classe sociale, ca n’épargne pas les gens cultivés, sympathiques, attentionnés, ni mêmes les humanistes convaincus ou les moralisateurs de tout bords.”
    qui a dit le contraire ?
    "
    Ben toi tout de suite :
    "mais en ce cas, autant mettre au feu les 3/4 des sciences humaines dans lesquelles on étudie très souvent des groupes sociaux composés d’histoires individuelles complexes."
    Les hommes qui tuent leur femmes ne sont pas un groupe social. La seule chose qui les lie... c'est qu'ils ont tué leur femme...

    " Si vraiment il ne s’agissait que d’alcool par exemple, ou que de dépression ou que de je ne sais quoi, pourquoi ces types ne vont JAMAIS tabasser un voisin, un collègue, un patron ?"
    Jamais ? Il y a autour de 1000 meurtres par an en France, et ils sont loin d'être tous liés au crime organisé...

    “certes il a violé mais sa victime aurait pu le violer, alors bon”
    Alors bon quoi ?
    Faut que je répète combien de fois que ca n'excuse rien pour que tu arrêtes de me faire dire le contraire ?

  29. @ Resh Sur les 1 000 meurtres par an en France, les 2/3 sont des crimes dits passionnels (sources stats police judiciaire) or sur cinq meurtres survenant au sein de couples, quatre sont commis par des hommes (Annick Houel, Patricia Mercader et Helga Sobota, Crime passionnel, crime ordinaire, Presses universitaires de France, Paris, 2003.)
    De plus, si on suit ton raisonnement à savoir l'existance d'homicides non crapuleux montre bien que c'est un pbme de maîtrise de soi, il faudrait que ceux qui ont tué leur femme aient aussi tué un voisin, bastonné leur boss, démoli leur collègue, et les stats prouvent le contraire. Elles prouvent même (cf chiffres ci-dessus) que la majeure partie des homicides non crapuleux sont des maris/compagnons qui tuent leurs femmes. De plus les études montrent que dans l'écrasante majorité des cas quand une femme tue son conjoint c'est après une longue période de violence subie ou quand il s'attaque aux enfants

  30. Euuuh... justement, compte 150 hommes qui tuent leur femmes, 40 femmes qui tuent leur homme, 300 meurtres qui ne sont pas passionnels, il en reste la moitié des 1000 qui seraient passionnels mais pas liés au couple...

  31. Libération.fr : "Plus de 1000 personnes meurent chaque année en faisant du sport." boxe conjugale ?

    (c'est pour faire un pendant au titre de ta note)

  32. valerie : "pourquoi ces types ne vont JAMAIS tabasser un voisin, un collègue, un patron ?" Parfois (!) ça se termine aussi en massacre (collectif) dans l'entreprise, à l'école, dans le voisinage, ou dans la rue, au lieu de massacre de la compagne. Mais c'est vrai qu'en France c'est très rare, par rapport p.ex. aux États-Unis ou à l'Allemagne. Par ailleurs, j'apprécierai toujours ce conseil raisonné : http://www.youtube.com/watch?v=4mJOF5Xp2z8

  33. J'ai peut-être un défaut anatomique pour ce site mais j'avoue avoir du mal à comprendre certaines réactions. Cantat a tué. Certes. Mais aurait-ce été moins grave si la victime avait été un homme. J'avoue avoir toujours les oreilles qui bourdonnent dans les comparaisons de souffrances (ex. Dieudonné qui veut mettre en opposition la souffrance des noirs et des juifs).Quand j'entends tant de victimes dont tant d'enfants,je suis mal à l'aise.

  34. "J’ai peut-être un défaut anatomique pour ce site"
    le fait que tu n'aies pas de cerveau ?
    Tu viens juste de me traiter de misandre donc de sexiste. sachant que je mets cela sur le même plan que le racisme par exemple, tu viens donc de m'insulter.

    "Mais aurait-ce été moins grave si la victime avait été un homme."
    QUI a dit cela.
    ce qu'on a tenté d'expliquer c'est que la violence conjugale (comme la violence raciste, homophobe etc) n'obéit pas aux mêmes ressorts que la violence plus générale.
    Personne ne prétend qu'un homme qui mourrait parce qu'il a refusé une cigarette (c'est un exemple) mérite moins notre compassion que Trintignant. Mais les ressorts qui ont présidé à l'acte de violence sont différents.
    Lorsqu'on dit qu'un homme violent blesse ou tue rarement ailleurs que dans le cercle familial, cela n'est pas pour souhaiter qu'il le fasse. On montre ainsi que les mécanismes auxquels il obéit sont différents et que donc, la lutte contre cette violence ne sera pas la même que celle pratiquée dans un contexte plus général.

    Au passage, tu viens donc de nous comparer à un homme plusieurs fois condamné pour antisémitisme.

  35. ce qui est effrayant dans le lien donné par GM, c'est ceci "Marie Trintignant avait 4 enfants de 4 pères différents dont elle ne s'occuppait pas, elle se droguait.." (c'est une réaction que j'ai énormément lue à l'époque et beaucoup ces jours derniers ; je rappelle au passage que dire qu'une personne se drogue est diffamatoire sans qu'il y ait preuves... ).

    On en avait parlé il y a quelques temps ; la mort est à ce point insupportable que la victime est forcément coupable.
    Un enfant tué par un chien ? Il a du l'ennuyer.
    Mickael Youn très malmené par la police ? Il fait des films de merde et n'est pas drôle (je vous jure que j'ai lu cet argument comme tendant à justifier les actes des policiers).
    Trintignant tuée ? Elle a eu 4 enfants de 4 pères différents (donc une pute), se droguait (donc une camée) tout ceci semblant justifier qu'elle meure.

    curieux d'ailleurs. l'auteur s'en prend aux fans et les dits fans s'en prennent à Trintignant.

  36. Il y a des preuves, le rapport d'autopsie, et "les dits fans" c'est un type ou deux qui ne s'en prennent pas à Marie Trintignant, mais à sa mère et à une partie de la presse qui exploitent commercialement l'affaire en la représentant comme une sainte et une martyre

  37. mais BORDEL.
    qu'est ce qu'on en a à foutre qu'elle fumait du shit ? est ce que le fait de fumer ou de coucher avec des mecs justifie, explique, atténue la responsabilité de Cantat ?
    en quoi le fait d'être une consommatrice régulière de shit la rend coupable ? Tu en es a foutre le shit sur le même plan que des coups ?

    tu es plus que prié de tenir tes propos face à Nadine Trintignant. Tu l'accuses ici de faire du fric sur le cadavre de sa fille. Oui son livre aurait du être interdit car elle a traité cantat de meurtrier ce qui est juridiquement condamnable. On ne peut que reprocher à la justice de n'avoir pas fait interdire ce livre. pas à Trintignant de l'avoir écrit ; elle a perdu sa gamine, on ne peut lui demander du calme ou de la raison.

    quant a présenter sa fille comme une sainte.. tu voudrais que la mère fasse quoi exactement ? n'est il pas logique qu'elle sanctuarise sa fille ?

    je cherche encore la presse qui en a fait autant. vu qu'on sait son nb de maris, sa jalousie, sa conso de H, je ne l'ai pas appris par l'opération du saint esprit mais par la presse.

    "et “les dits fans” c’est un type ou deux qui ne s’en prennent pas à Marie Trintignant"
    ah ? tu fais le même boulot que moi toi ? quand je vous dis que des milliers de personnes écrivent que MT était une pute qui a eu 4 maris, une mauvaise mère, une hystérique, une camée, je ne l'invente pas. c'est ce que je lis tous les jours. (et que je lis, au passage, maintenant pour toutes les victimes qui sont apparemment coupables de l'être c'est à la mode).

    quant à s'en prendre à Nadine Trintignant, il faudra me dire très exactement comment l'on doit se comporter quand on perd un gamin.

  38. Je cause pas de milliers de fans sur toute la toile mais que de ceux des commentaires de l'article dont tu parles et que j'ai lu comme toi.

    Certains parlent de drogues dures, mais effectivement on en a rien à foutre, personne n'a dis que ca justifiais quoi que ce soit, même le mec que tu cites dis bien que Cantat est coupable.
    Par contre beaucoup de gens ont dit que les gens disent que ca justifie la mort... Schéma classique, perso j'attends encore de lire ca de mes yeux quelques part plutôt que de me fier aux on-dits.

    Mettre tous les fans de Cantat dans le même sac, et prétendre savoir ce qu'il se passe dans leur tête comme le fait le journaleux de rue89, c'est déjà débile, mais affirmer, qu'ils sont tous dans la victimisation de Cantat et la diabolisation de marie Trintignant, c'est carrément ignoble.

    On a le droit d'aimer et d'applaudir un artiste même si on juge que l'homme derrière est une sous-merde.
    J'écoute des musiciens aux idées à l'extrême opposé des miennes, j'emmerde impérialement ceux qui me cataloguent la dessus, donc si j'étais fan de Noir Désir, je serais probablement en train d'écrire des volées d'insultes à l'égard de ce Hugues Serraf.

  39. valérie > Même en y allant par quatre chemins, tu trouves toujours des raccourcis. Tu mériterais assurément d'être avocate. Je ne t'ai en aucun cas traitée d'émasculatrice ni comparée à un antisémite (anti-sioniste qu'il dit). Je suggérais juste, comme ta réticence à en faire un billet au reste,que le fait de vouloir catégoriser ce crime pouvait mettre mal à l'aise. Je ne fais pas partie de ceux qui l'excuseront au titre que MT pouvait être ceci ou cela. Mais, contrairement aux 50 millions de personnes qui semblent avoir été présentes ce soir là, je ne saurais dire s'il s'agit d'une violence sexiste ou d'une violence commise à l'encontre de la personne qui se trouvait en face de lui. Si tu t'es sentie insultée, j'en suis désolé.

  40. praesumptio ; on va la refaire. Tu dis "J’ai peut-être un défaut anatomique pour ce site". Tu sous-entends donc que le fait d'être un homme est un problème pour poster ici. Tu me traites donc de misandre (et je ne vois pas ce que l'émasculation vient foutre ici, tu comptes me sortir TOUS les poncifs sur les féministes ?). la misandie est un sexisme c'est grave que de l'être ; aussi grave que d'être raciste.
    C'est exactement comme si un noir déboulait ici et disait que sa couleur de peau est "un défaut anatomique pour ce site".

    "Si tu t’es sentie insultée, j’en suis désolé."
    tu n'as pas à l'être. en revanche, comprendre que balancer, benoitement, que je suis "anti hommes" donc véhiculer une idée reçue débile sur les féministes peut, à la longue, fatiguer, ca serait bien.

    resh : Oui serraf généralise trop c'est exact. Note que sinon il dit strictement ce que je dis, à savoir qu'une catégorie de fans justifierait n'importe quoi (c'est d'ailleurs le propre du fan que de le faire).

  41. Ce que j'en pense à peu d'importance, mais comme je ne suis pas un pilier de comptoir, il faut bien que j'exprime ma morale à deux francs ailleurs.

    Je suis contre l'idée d'une justice vengeresse, et je n'ai rien à dire de la condamnation de Cantat, d'autant plus que les parents de M. Trintignant n'y ont rien non plus trouvé à redire.
    Quatre années passent très vite (peut-être pas quand on est en prison), et plus vite encore surement pour les parents de la victime qui sont plus âgés que moi (plus on est vieux, plus le temps s'accélère).
    Je n'ai jamais aimé Noir Désir, mais par procuration, puisque des gens que j'estime en sont fans, j'avais une certaine confiance dans Cantat.
    Je me disais, contre tous les gens qui voulaient le lyncher, que ce type était assez intelligent pour faire ce qu'il pouvait pour rendre l'histoire moins pire.
    Donc, j'imaginai naïvement qu'il ne remonterai pas sur scène, qu'il se ferai oublier. Il savait bien, enfin je crois, que les média feraient une grosse pub à son retour sur scène.
    Bien sur, je ne suis pas à sa place pour juger, mais je trouve cela égoïste. Bien sur il a été jugé pour son crime, et il n'a plus de comptes à rendre pour cela. Mais il a des responsabilités pour ce qu'il fait aujourd'hui. Quatre ans, ce n'est rien, lui à terminé sa peine, mais pas tous les gens impliqués dans cette affaire.
    Bien sur les médias sont condamnables, mais il pouvait le prévoir.
    Je suis sur que la prison ne sert à pas grande chose pour quelqu'un comme Cantat, mais 4 ans ne sont rien pour avoir tué quelqu'un, il pourrait donc rallonger sa peine d'une autre manière, s'il à un soucis de justice.

  42. La (fausse ?) dichotomie "dame individuel" / "cause collective" me fait penser à un vécu récent.

    Suite à un scandale de violence conjugale dans le patelin où je vis, j'ai constaté avec horreur à quel point est répandu le mythe de "la femme qui s'est fait tabasser certes c'est pas bien mais elle l'a bien cherché quand même, parait même qu'elle fait exprès de le provoquer". A cela s'ajoute la réaction connexe du "ça me regarde pas après tout on sait pas ce qui se passe chez eux" = il a peut-être des bonnes raisons alors je vais pas m'en mêler. Passons sur le fait que ce sont les mêmes qui par ailleurs n'hésitent pas à se mêler de la vie des autres, justement, dés qu'il s'agit de se répandre en potins croustillant.

    Donc certes tous ces drames sont des cas individuels. Mais prudence sur l'évocation de cette dimension individuelle qui peut être instrumentalisée pour devenir un des arguments pour relativiser, subjectiviser, les faits et/ou justifier la non intervention. L'incapacité à dépasser la dimension individuelle, pour se dire qu'une victime, qui qu'elle soit, ne mérite jamais les coups, et doit être assistée par la communauté, peut être dévastatrice.

    Ca m'amène au fait que les débats qu'il peut y avoir à l'occasion de drames publics comme celui-ci devraient aussi être l'occasion de se demander comment, concrètement, la communauté porte assistance aux victimes = comment les gens réagissent lorsqu'ils sont témoins de ce type d'agissement. Les réactions que tu dénonces Valérie sont effectivement révélatrices d'un état d'esprit trop répandu mais surtout qui ensuite des conséquences très très concrètes sur la (non-)réaction des gens face à la violence.

  43. "Sachant que je ne vois aucune différence entre les violences racistes et les violences sexistes, j’attends le jour où on m’expliquera que la participation à une petite ratonnade peut arriver à n’importe qui."

    Tout à fait d'accord.On est là face à du sexisme ordinaire de gens qui ne voient pas où est le problème...

  44. Il y a d'anciens skinheads nazis qui ont radicalement changé de camp le jour où ils ont découverts leurs origines juives...
    Les témoignages de ces repentis mettent leurs anciens actes violents et leurs anciennes convictions sur le compte de l'effet de groupe, de leur endoctrinement alors qu'ils étaient jeunes, naïfs et paumés etc... Le conditionnement social ne joue pas un rôle que dans la passivité des victimes.

    Sinon moi je vois une grosse différence entre les ratonnades et les violences conjugales ; la préméditation.

  45. Non il n'y a pas toujours préméditation. le groupe de neuneus imbibés qui sortent d'un bar, croisent au choix un homo/un arabe/une femme ne préméditent pas forcément leurs saloperies.
    Mais dans les trois cas, ils estiment - s'ils agressent parce qu'il y a homosexualité supposée, couleur de peau qui ne va pas, sexe qui ne va pas - que la personne n'a rien à faire là ou elle est.
    c'est pour cela que je compare le racisme au sexisme, parce que c'est strictement la même chose et les mêmes fonctionnements.
    Je re-précise que je ne parle pas ici de l'acte de cantat.
    Je parle des gens qui pensent sérieusement que ce qu'il a fait pourrait être commis par tout le monde. C'est une absurdité parce que déjà, même si les choses tendent à changer, une femme sera moins apte, parce que conditionnée socialement, à exprimer sa violence envers son conjoint.

  46. (HS complet car je ne souhaite pas enfin plutôt ne plus entrer dans ce genre de sujet où j'ai officié du temps de l'ère glaciaire avec unkle: "Mais qu'est que tu fais là Galliane !!!" c fou ça il y a un complot de la blogosphère féminine c pas possible !!!" ^^)
    Laurent

  47. t'es un grand malade toi. je connais virtuellement galliane depuis au moins deux ans.
    fou que tu es.

  48. Bah le choc quoi nous c koi 12 ans ? je viens ici et paf une bloggeuse que je connais depuis peu via houla loin loin de toi alors ça fait zarb. Non mais c un complot femino/juifo/renoi/socialo/mry..ha non pardon j'allais dire un truc sur un influent ^^
    Love u et donne des news bordel. Galliane love too
    (tant d'amour, je vais FUMER UNE CLOPE et aller dormir) bon débat : je sais je sais je ne m'implique plus dans les luttes mais j'ai déja donné tu le sais (et puis j'ai mélanchon sous mes fenetres ça suffit !)
    biz ^^
    Ct l'intermède potes tout ça, les machos cons vous pouvez reprendre, la cdg aussi!
    biyu

  49. J'arrive après tout le monde, et je voulais te dire merci, non vraiment, merci, pour à 46 ans, arrêter enfin de chanter la chatte et mi cantarai, il était temps.

    (bon, pardon hein, il est tard !)

    Cantat, comme cricri, j'en pense pas grand chose, il a fait son temps, a payé sa dette.

  50. Noir Désir, j'aime, mais c'est pour moi sans rapport avec l'"affaire Cantat". Bertrand Cantat a été condamné, il a purgé sa peine, il reprend le fil de sa vie, remonte sur scène parce que c'est son métier. Pour moi, c'est normal. Et ce quoi qu'on pense de ce qu'il a fait à Marie Trintignant.
    Je crois que l'on mélange tout.
    Sur le fond de l'affaire, mon opinion diffère de nombre de femmes qui y voient le symbole de la violence faite aux femmes, des femmes battues.
    Car on a beaucoup lu/écrit sur le sujet, mais il semble que l'enquête n'ait pas conclu que BC était un homme violent envers les femmes.
    Il ne s'agit pas, semble-t-il, du meurtre d'une femme battue, mais d'une bagarre physique, entre 2 amants terribles, où l'homme a tué involontairement la femme. Bien sûr, sa condition d'homme y est pour quelque chose: il était plus fort qu'elle physiquement. Si MT avait tué BC cette nuit-là (possible: il aurait pu faire une mauvaise chute dans la bagarre), aurait-on hurlé au drame de l'homme battu? Car cela existe aussi.
    BC et MT avaient une relation passionnelle, violente, ils ne buvaient pas que de l'eau, ils se sont battus ce soir-là, les coups sont partis des 2 côtés, et l'un des 2 est mort. C'est terrible, c'est dramatique, mais est-ce un homme machiste et violent ayant battu sa compagne à mort?

  51. - il lui a porté 19 coups ; l'expertise montre qu'il a menti en parlant de gifles mais qu'il s'agissait de coups de poings, poing fermé. Encore une fois il n'a même pas eu le courage - tout en chouinant qu'il l'aimait - d'admettre ses actes. il a parlé de chute, de claques, alors que l'autopsie a montré le contraire.

    - il l'a laissé agoniser toute la nuit en pleurnichant sur son sort.

    - il a laissé ses avocats adopter une ligne de défense ignoble
    ""Il semble que Marie Trintignant était une femme qui allait chercher les hommes et jouait parfois avec eux. "
    ils ont évoqué également - sans que Cantat leur dise de ne pas le faire - que MT avait eu un accident de vélo enfant ce qui lui avait fragilisé le crâne.
    On passera sur ce que m'inspire cette ligne de défense.

    enfin sur "Si MT avait tué BC cette nuit-là (possible: il aurait pu faire une mauvaise chute dans la bagarre)"
    elle n'a pas fait une mauvaise chute, elle est morte parce qu'il l'a frappé à mort.
    enfin tu peux refaire l'histoire tant que tu veux.
    si ca se trouve les femmes pourraient violer les hommes.
    si ca se trouve Halimi aurait pu tuer fofana et bla bla bla.
    en l'occurence, cantat est en vie, elle non.

    "mais est-ce un homme machiste et violent ayant battu sa compagne à mort?"
    ben en fait quand on tue quelqu'un a coups de poing, je pense qu'on peut dire qu'on est violent et qu'on a battu sa compagne à mort.

    "mais il semble que l’enquête n’ait pas conclu que BC était un homme violent envers les femmes."
    vous êtes formidables.
    il vous faut combien de condamnations pour violences conjugales avant de conclure que ?
    prenons un type qui tue un autre gars ; allez vous aussi en conclure qu'un meurtre ne suffit pas à faire de lui un être violent ? il vous en faut combien.
    notez c'est pratique. la plupart des hommes violents ne passent pas leur journée à taper toutes les femmes qu'ils voient ; ils se contentent d'une seule. on est donc rassuré il n'y a donc pas d'hommes violents en France.

    je me contrefous du fait qu'ils aient bu ou pas bu, je peux amplement concevoir - pour ne pas être moi même quelqu'un de calme - qu'on puisse péter un plomb.
    je constate juste que bizarrement les femmes pètent vachement moins les plombs de cette manière là. donc ne pas vouloir y voir une histoire de genre relève de la cécité.
    je me contrefous que Mt ait été agressive, mauvaise ou je ne sais pas quoi. quoi qu'on ait fait, on ne mérite pas de mourir de cette manière là.

    et donc en clair, il a chouiné, il a menti, il a réussi à entourlouper ses fans jusqu'à ce que certains disent que sa plus grand punition était d'avoir perdu son amour (merde, la faute à qui ?).

    enfin je reviens sur "mais est-ce un homme machiste et violent ayant battu sa compagne à mort?" la justice lituanienne l'a condamnée pour meurtre sans intention de. si même un jugement ne suffit pas à vous convaincre, on se demande ce qui suffira.
    donc OUI les coups ont causé directement la mort.
    et quand on frappe quelqu'un à mort, on peut dire qu'on est violent. je sais c'est trop injuste.

  52. @Valérie
    Je ne suis pas spécialiste de l'affaire Cantat et je n'ai pas lu les CR d'audience. Tout et n'importe quoi a été dit, qu'en est-il des "19 coups" dont tu parles car je ne trouve pas la source?
    Je connais bien le problème de la violence conjugale, mais je dis qu'ici, il n'y a pas de certitude que nous ayons affaire à un homme battant sa femme. Plutôt d'un couple se battant. D'un couple violent, aveuglé par la jalousie et l'alcool. Les coups qui partent et l'un des 2 tue l'autre. C'est atroce, mais je me méfie de toute généralisation à partir d'un cas qui ne me semble pas entrer dans le schéma: il bat sa femme, un jour, il bat plus fort et la tue.
    Je veux dire qu'ici, cela me semble davantage relever d'une bagarre qui tourne à l'horreur, 2 personnes qui se seraient battues, ivres, l'une tuant l'autre.
    Tout homme qui tue une femme n'est peut-être pas la manifestation du cauchemar de la femme battue.
    B. Cantat est un homme qui a tué une femme, évidemment, mais s'agit pour autant de faire de lui la caricature de l'homme qui bat sa femme?
    Il a tué, il n'y a aucune excuse à ça. Mais n'y a-t-il pas une différence entre tuer quelqu'un avec qui l'on se bat, et tuer quelqu'un que l'on bat?
    "la justice lituanienne l’a condamnée pour meurtre sans intention de. si même un jugement ne suffit pas à vous convaincre, on se demande ce qui suffira."
    Je ne mets en aucun cas la décision de la justice en cause. Il a tué, c'est un meurtrier, il a été puni pour ça, c'est tout à fait normal.

  53. je réitère donc ma question. comment se fait il, hormis question de force physique parce que pour tuer quelqu'un, même à mains nues, il ne faut pas une force spéciale (et qu'en plus ces "bagarres de couple) sont rarement à mains nues, ca soit dans la majorité des cas les femmes qui en soient victimes ?
    encore une fois, on se fout complètement de cantat. Comme on l'a expliqué au dessus, les histoires individuelles intéressent les psys et les tribunaux. MAIS quand on constate une récurrence dans des histoires - ie les femme meurent beaucoup + de violences conjugales que les hommes - alors on se pose des questions.

  54. Ben c'est pas compliqué, c'est parce-que la femme est sournoise alors elle utilise plutôt le poison, ou elle tue les bébés. Tu le savais pas que la femme était sournoise ?

  55. @Valérie
    En fait, je suis absolument d'accord avec toi.
    D'accord sur le fait que trop de femmes sont victimes de violences conjugales (les hommes battus, ça existe, mais ça reste très confidentiel, ce sont majoritairement les hommes qui exploitent les femmes, les battent, les tuent).
    D'accord avec le fait que l'histoire Cantat/Trintignant est une histoire individuelle, et donc à mon avis, indépendante de la cause des femmes battues.
    "on se fout complètement de Cantat", d'accord aussi, mais bon, c'est le sujet de l'article. Je trouve justement qu'il faut laisser les choses à leur place. Pour moi, Cantat est avant tout le chanteur de Noir Désir.

  56. Les articles lus, et les réactions des fans, sur le sujet, me désespèrent quasiment sans exception.

    - D'une part, la "récupération" de cette tragique et pathétique histoire par des féministes enragées, des politiques, des psy de comptoir et d'autres ineptes me dégoûte. Une Marie Trintignant érigée icône et martyre, contre l'épouvantable menace de l'Homme, cette créature vile et violente... lamentable.
    On connaissait bien les deux personnages, aussi abîmés l'un que l'autre, et le soir du drame, aussi alcoolisés, si ce n'est pas drogués.
    Sans rien défendre, sans chercher d'excuse, on est en effet bien loin de la problématique de la femme battue, dans cette sordide histoire de baston entre deux soûlards. A la limite, ce sont les associations anti-dépendances qui auraient eu à récupérer du client, si tant est qu'il soit admissible de jouer les rapaces sur ce genre d'événements...

    - D'autre part, Cantat aujourd'hui, reprend sa carrière avec Noir Désir. Il serait simplement poli d'arrêter d'amalgamer le groupe et ses membres à l'histoire personnelle de l'un d'entre eux, car quand on lit des "Cantat sur scène, blablabli" ou "Cantat peut-il revenir, blablabla", on nie quand même l'implication d'autres personnes et l'existence réelle d'un autre contexte.
    Qu'en pense Noir Désir, là est peut-être la meilleure question, bien qu'on aie un élément de réponse dans leur décision de reprendre la scène...

    J'approuve Ink dans son argumentaire.
    et ça me fait de la peine de voir qu'on ne peut pas aborder ce genre de sujet sans passer par un Godwin sans intérêt autre que de jouer à qui pousse (à défaut de pisser) le plus loin.

  57. "D’accord avec le fait que l’histoire Cantat/Trintignant est une histoire individuelle, et donc à mon avis, indépendante de la cause des femmes battues."
    je n'ai absolument pas dit cela merci de ne pas interpréter mes propos.

    "“on se fout complètement de Cantat”, d’accord aussi, mais bon, c’est le sujet de l’article."
    non. le sujet ce sont les fans.

    choupette.
    Tu me chercheras avec profit des textes de féministes enragées qui présentent cantat comme l'archétype de l'homme, créature vile et violente.
    je comprends que tu fantasmes beaucoup sur les féministes, c'est une occupation comme une autre mais il est parfois nécessaire de ne pas trop diffamer les gens.

    Un godwin donc. donc si on évoque un meurtre d'un juif c'est un point Godwin. c'est inquiétant.

    Quant à "bien connaitre" les personnages. désolée non. Donc non, à part un rapport d'autopsie confirmant que MT prenait du cannabis, nous n'avons aucune preuve dans un sens ou dans l'autre qu'elle avait bu ou que Cantat avait pris quoi que ce soit.

    je vais donc me répéter une 50 eme fois.
    il se trouve que dans, les bagarres de couples, qu'ils soient alcooliques, qu'ils soient drogués, que madame soit très méchante, que madame soit une salope et j'en passe, c'est en général elle qui se mange les mandales et qui finit par en mourir.
    cette persistance fait qu'on étudie donc les phénomène de manière générale.

    enfin quand bien même, les deux étaient alcooliques, quand bien même MT était bourrée au dernier degré, je ne vois pas bien ce que cela change aux faits, à savoir qu'elle est morte sous les coups. et non l'alcool n'est pas une circonstance atténuante.

    "Marie Trintignant érigée icône et martyre,"
    Qui a dit cela ?
    ce qu'on dit justement c'est qu'on peut bien avoir eu beaucoup d'hommes, on peut bien consommer du cannabis, on peut bien être colérique, cela ne justifie pas et ne justifiera jamais qu'on finisse avec le crâne en bouillie.

    Au passage. je vous rappelerai - même si c'est une habitude que de dire de la merde sur les féministes - qu'avant de dire que les féministes ont fait ceci, les féministes ont dit cela, vous feriez bien d'avoir des sources.

  58. "
    “Marie Trintignant érigée icône et martyre,”
    Qui a dit cela ?
    "

    Les chiennes de garde viennent quand même tous les ans sur sa tombe pour commémorer sa mort...

  59. resh, mohican :
    et ?
    aller de façon privée a 15 sur une tombe ne veut pas dire qu'on fait de MT une icône et une martyre.
    Il y aurait moyen - car les media adoreraient et l'ont demandé dés 203 - de les ameuter, de faire du tintouin ; toutes les féministes s'y sont refusées.
    Pour l'anecdote les CDG ont été contactées à la mort de MT par certaines chaines. il leur a expressément été dit qu'il fallait parler de cantat et rien que de lui alors qu'elles voulaient évoquer les violences conjugales de manière générale. elles ont donc refusé l'itw.

    En fait - mais il faudrait interroger le groupe Encore féministes là dessus - ce qui a beaucoup scandalisé les féministes, c'est la violence des attaques à l'encontre de MT. On était face à quelqu'un de décédé sous les coups et il fallait encore, parler de ses 4 maris, de sa conso de cannabis et j'en passe. Perso je me souviendrais tjs de ce papier (je crois que c'était les inrocks) qui nous avait pondu une saloperie ou la gauche prolétarienne avait vaincu la gauche caviar.
    Plus que l'acte de cantat lui même, ce sont les réactions autour qui étaient à gerber.
    - d'un côté une certaine droite qui en profitait pour taper sur les gens de gauche, "qui ont de grandes idées mais tuent leur femme"
    - une espèce de masse hurlante qui pourrait évoquer plein d'arguments mais nous balance ad nauseam qu'au fond MT était une pute alcoolique et droguée.

    je répète, il aurait été aisé d'utiliser MT comme icône ; aucun groupe féministe ne l'a fait. encore une fois aller sans media, sans pub sur une tomber, ca n'est pas se servir de MT comme d'une icône.

  60. bonjour tout le monde,

    j'arrive avec plusieurs locomotives de retard, et en plus c'est un vieux billet, je vais peut-être parler dans une pièce vide, bon c'est pas grave, j'ai quand même envie d'écrire un truc sur la misandrie :

    il me semble difficile d'être misandre. C'est super risqué de l'être sans immédiatement vivre au ban de la société. Et survire dans ces conditions...par contre c'est très facile d'être misogyne. La société étant consensuelle la dessus, femmes comprises, la survie n'est pas menacée, voir ça le fait !

    bon j'ai p'têt dit une grosse connerie hein.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.