nov 022015
 

Beaucoup ont tendance à voir les féministes comme un groupe monolithique, dont les membres seraient interchangeables. Le féminisme est, plus que jamais, riche de personnalités très diverses.
J'ai donc décidé d'interviewer des femmes féministes ; j'en connais certaines, beaucoup me sont inconnues. Je suis parfois d'accord avec elles, parfois non. Mon féminisme ressemble parfois au leur, parfois non.
Toutes sont féministes et toutes connaissent des parcours féministes très différents. Ces interviews sont simplement là pour montrer la richesse et la variété des féminismes.

Lire la suite »

TumblrPartager
oct 162015
 

Beaucoup ont tendance à voir les féministes comme un groupe monolithique, dont les membres seraient interchangeables. Le féminisme est, plus que jamais, riche de personnalités très diverses.
J'ai donc décidé d'interviewer des femmes féministes ; j'en connais certaines, beaucoup me sont inconnues. Je suis parfois d'accord avec elles, parfois non. Mon féminisme ressemble parfois au leur, parfois non.
Toutes sont féministes et toutes connaissent des parcours féministes très différents. Ces interviews sont simplement là pour montrer la richesse et la variété des féminismes.

Lire la suite »

oct 142015
 

Beaucoup ont tendance à voir les féministes comme un groupe monolithique, dont les membres seraient interchangeables. Le féminisme est, plus que jamais, riche de personnalités très diverses.
J'ai donc décidé d'interviewer des femmes féministes ; j'en connais certaines, beaucoup me sont inconnues. Je suis parfois d'accord avec elles, parfois non. Mon féminisme ressemble parfois au leur, parfois non.
Toutes sont féministes et toutes connaissent des parcours féministes très différents. Ces interviews sont simplement là pour montrer la richesse et la variété des féminismes.

Lire la suite »

août 172014
 

Je vais vous résumer Les femmes de droite d'Andrea Dworkin. Le livre date d'il y a trente ans ce qui explique par exemple qu'elle évoque le viol conjugal en soulignant qu'il est autorisé. Je résume ce livre en réaction aux nombreux textes réagissant au tumblr des femmes anti féministes.

Dans la préface, Christine Delphy souligne qu'à part Dworkin peu de féministes ont évoqué la sexualité hétérosexuelle dans une société patriarcale. On a revendiqué le droit des femmes à se prémunir des conséquences de cette sexualité via la contraception et l'IVG.
Dans la vision féministe comme dans la vision patriarcale, le viol, l'inceste sont vues comme des transgressions à la sexualité comme les violences conjugales sont vues comme des transgressions à la définition du mariage.
Pourtant s'ils sont aussi banalisés c'est qu'ils sont tolérés sinon encouragés et que la violence est partie intégrante de la sexualité hétérosexuelle patriarcale comme le pense Dworkin.
Dans ce livre Dworkin parle des femmes de droite qu'elle ne condamne pas mais dont elle regrette les choix. Elle estime qu'elles ont affaire à un pouvoir trop vaste et qu'elles se sont aménagées l'espace qu'elles pouvaient.
La question se pose de savoir sir les gains du mouvement féministe ne peuvent être saisis par les hommes et utilisé contre les femmes. Ainsi elle rappelle que la libération sexuelles des années 60 a enjoint les femmes à être disponibles envers les hommes sinon elles étaient considérées comme non libérées.
Delphy estime que les féministes ont échoué à définir la sexualité hétérosexuelle ; cela se définit toujours par un rapport sexuel qu'avant les femmes n'étaient pas censées aimer et que, maintenant elles doivent aimer.
Dworkin dit que la violence de l'acte sexuel ne réside pas dans l'anatomie masculine mais dans l'interprétation qui en est faite.
La sexualité hétérosexuelle devient un acte où la femme doit jouir de sa propre destruction, pour se conformer à l'archétype du masochisme féminin.
Delphy critique le féminisme queer qui réduit le genre aux rôles dans la sexualité qu'on pourrait performer alors que les discriminations persistent, elles, bel et bien.

Lire la suite »

jan 202014
 

Suite à ce communiqué de l'AVFT, je tenais à apporter plusieurs éléments de réponse.

Dariamarx et moi même avons lancé il y a 15 jours l'idée de faire une contre manifestation face à l'extrême-droite qui manifestait contre l'IVG. Nous avions la possibilité qu'une association déclare pour nous à la préfecture la manifestation afin qu'elle soit dans la légalité. Finalement l'assoc a préféré se concentrer sur le 01 février et nous l'avons bien compris.
Lorsqu'on m'a donc demandé sur twitter si la manif était maintenue, j'ai dit qu'on abandonnait faute de déclaration en préfecture. Le STRASS m'a donc proposé de déclarer la manifestation.

Je sens poindre la question ; oui Dariamarx et moi ne sommes pas abolitionnistes. Sommes-nous membres du STRASS ? Non.

Est-ce que cela fait de nous de mauvaises féministes ou des non féministes, je ne crois pas que cela soit à vous d'en juger.

Tout ceci se passait jeudi. On avait donc 3 jours pour mobiliser. Morgane Merteuil a donc proposé de monter la page FB, et comme nous ne sommes pas amies sur FB (vous saurez vraiment tout vous voyez) elle est restée admin ainsi que Thierry Schaffauser . Pendant ce temps, Dariamarx et moi tentions de recruter au max sur twitter pour la manif.

Le slogan "Toutes les 21 mn, des réactionnaires ragent de ne pouvoir contrôler le corps de femmes" n'est pas à l'initiative du STRASS.

Nous avons précisé des dizaines de fois que le STRASS avait déclaré la manifestation et nous nous sommes chargés de répondre à chaque personne qui témoignait de sa réticence.

Vous parlez de "mon vagin, mon choix, ta gueule". j'espère que l'auteure se reconnaîtra et se manifestera. Elle parlait d'IVG pas de prostitution.

Vous parlez de l'interview au Monde ; je suis la personne interviewée par le monde. Morgane Merteuil n'a pas fait une interview pour la bonne et simple raison qu'elle ne vit pas en France. Le reste des interviews a été assurée par Dariamarx.

Des dizaines d'associations féministes me suivent sur twitter ; chacune aurait pu me proposer de déclarer la manifestation ; le STRASS l'a fait, je n'ai pas refusé et les en remercie.

Nous nous demandons s'il faut en arriver à faire témoigner toutes les militantes abolitionnistes qui étaient là hier pour qu'elles vous assurent que la prostitution n'a pas été défendue.

 

Merci de qualifier la manifestation que nous avons poussée à bout de bras Dariamarx et moi même, de "fausse manifestation".  Nous ne sommes pas de jeunes féministes donc sommes relativement habituées à ce genre de mesquinerie mais je vous prie d'imaginer ce que peuvent penser de jeunes militantes de ce genre d'agressions. Au passage la quasi totalité des militantes hier ne sont pas encartées en assoc... demandons nous pourquoi. Nous avons souhaité cette manifestation car il y en a assez de voir l'extrême-droite d'occuper le pavé depuis six mois ; cela n'a jamais été dans l'idée de supplanter la manif du 01 que nous relayons maintenant activement (mais en avons nous le droit ?).

Voici le tract de la manifestation. Chacun constatera qu'il ne parle pas de prostitution. Ce tract a été rédigé par Gaëlle-Marie Zimmermann, militante féministe engagée de longue date dans la lutte pour les droits des femmes et l'IVG.

ivg2 copie

Haïr nos positions sur la prostitution est une chose ; supposer que nous instrumentalisons l'IVG est parfaitement ignoble.

Je préfère me contenter de vous donner rendez-vous le 01 février afin de défendre une nouvelle fois les droits des femmes et l'IVG.

ValerieCG et Dariamarx

 

edit : pour expliquer la présence de la fédération anarchiste, je vais donc vous expliquer le déroulé total de la manifestation.
J'en profite pour vous signaler une chose ; je ne sais pas à quel point vous vous rendez compte de vos propos. On s'est vraiment démené à mort pour cette manif et il faut TOUT justifier. C'est lamentable.
Nous a donc été reproché que la fédération anarchiste soit présente avec 3 bannières très visibles.
Remontons à l'origine de la manif.  Nous avions dans l'idée de faire à la base Corvisart - Denfert et nous pensions que la pref - car elle nous avait laissé entendre que - nous autoriserait ce trajet. Nous aurions donc été face à l'extrême-droite. Il était donc indispensable d'avoir un service d'ordre. J'en parle donc à un copain qui me propose de rencontrer des gens de la fédération anarchiste. Nous les avons donc rencontré vendredi soir ; nous savions alors que la manif serait fixe  et à place d'Italie mais on ne pouvait avoir la certitude qu'il n'y aurait pas en fin de manif des skins en train de chasser ; mieux vaut donc être trop prudents que se retrouver comme des cons. Par ailleurs, on avait convenu, vu l'endroit où on était, de border la manif par des banderoles histoire que les gens ne s'éparpillent pas. Celles et ceux présents ne l'ont peut-être pas vu mais la police était là, en civil, à surveiller qu'il n'y ait pas de débordement. On a donc fait 3 banderoles avec Dariamarx le samedi, avec les 3 de la fédération anarchiste, on bordait la place, les gens s'agglutinent derrière, cela fait rassemblé et uni bref  c'est bien. Les gens de la fédé sont donc venus à une dizaine, en service d'ordre et ils avaient leurs banderoles.
Personne ne vous a empêché d'apporter vos propres banderoles. Personne n'a empêché aucune association féministe de venir avec ses banderoles. La fédération anarchiste était là pour assurer notre sécurité même si nous avons eu la chance qu'il n'y ait aucun problème et je trouve lamentable et déplacé de leur reprocher quoi que ce soit. J'en profite pour les  remercier à nouveau de leur disponibilité.

 

jan 182014
 

On peut penser qu'il est normal que les 3 prochains weekends, il y ait des manifestations d'extrême-droite dans Paris. Pas de droite, pas de réactionnaires, pas de gens qui en ont marre, pas de gens qui exercent leur liberté d'opinion. Des manifs d'extrême-droite.
On peut penser qu'il est normal que des gens manifestent pour le sexisme, contre le droit à l'IVG et contre les droits des homosexuel-les.
On peut croire que toute opinion se vaut et que la liberté d'expression est inaliénable.

Lire la suite »

oct 082013
 

Nous ne sommes pas à l'aise avec l'IVG au fond. Tout se passe comme si on avait tous l'idée que c'est nécessaire mais que cela reste un mal ; un mal nécessaire.

Tout se passe comme si on en était réduit à autoriser l'IVG mais qu'on n'était pas bien sûr qu'on est pas en train de tuer des bébés. Je passe sur le fait d'appeler les anti IVG des pro vie comme si nous étions des anti-vie. "Bonjour je me présente Valérie, anti vie, qui adore égorger des foetus au clair de lune".

Lire la suite »